AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782878272215
112 pages
Rackham (20/04/2018)
3.99/5   162 notes
Résumé :
A travers le destin commun des compagnes d'Elvis Presley, de Joseph Staline ou d'autres hommes célèbres, la dessinatrice militante met à jour les rapports de domination présents dans les relations amoureuses. Une critique drôle et cinglante des valeurs de la société patriarcale.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,99

sur 162 notes
5
2 avis
4
8 avis
3
7 avis
2
2 avis
1
0 avis

jamiK
  05 janvier 2021
Cette bande dessinée est constituée d'une suite de rubriques, à la manière de “Culotées” de Pénélope Bagieu, avec un dessin simple et brut, pas toujours très soigné, ce n'est pas important, c'est le contenu qui compte. On commence par “les pires petits amis de l'histoire” qui démontre le tempérament abusif, machiste, pervers narcissiques de plusieurs personnages célèbres, Edvard Munch, Mao Zedong, Ingmar Bergman, Percy Shelley, et Phil Spector. Par la suite, trois portraits de femmes soumises entrent dans le même ordre d'idées, Priscilla Presley, Lee Krasner (femme de Jackson Pollock) et Nadejda Allilouïeva-Staline. C'est un livre militant, qui s'attaque ouvertement au contraintes du patriarcat, aux religions, et assume sa volonté est de ruer dans les brancards, on attaque ouvertement la niaiserie des paroles de chansons de Britney Spears, la famille nucléaire, et démonte l'inanité de certains leures féministes dans “l'Egalité homme-femme” ou des jutifications dans la comparaison avec la nature dans “Animaux pédés” et “De la nature naturelle et des animaux animaux”. Elle ne se contente pas de condamner les travers du patriarcat, dans les portraits de Voltairine de Cleyre et de Yoko Ono, elle ouvre le débat plus loin vers une vision non patriarcale, c'est sans doute les deux rubriques les plus intéressantes avec la diatribe anti religieuse dans “Des gars qui disent salope”. C'est un livre qui ouvre les yeux, même si j'étais converti d'avance, mais ce livre a le mérite de pousser au bout chaque argument. C'est un livre marquant, très militant, sans concessions, radical mais nécessaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Vexiana
  26 août 2020
Après avoir dévoré 'Les sentiments du prince Charles', je me immédiatement procuré les autres ouvrages de Liv Strömquist disponibles dans mon entourage et j'ai donc lu "I'm Every Woman" avec beaucoup d'intérêt.
J'ai bien aimé mais il ne supporte malheureusement pas la comparaison avec l'autre ouvrage cité ce-dessus.
A travers divers portraits de femmes brimées, nous comprenons sans peine le propos de Stömquist et nous ne pouvons que nous effrayer devant ces destins mais aussi devant la triste réalité du manque d'égalité entre les hommes et les femmes.
Toutefois, j'ai trouvé que ce documentaire manquait d'originalité par rapport aux 'sentiments du Prince Charles' et semble même être redondant tout en manquant un peu de cohésion d'ensemble, passant plus pour une succession de tableaux que le résultat d'un cheminement narratif.
Commenter  J’apprécie          90
chachourak
  31 août 2021
La proposition de raconter la vie de femmes/compagnes d'hommes et d'artistes célèbres était assez alléchante, et on est servis dès le départ avec des premières biographies racontées en quelques pages.
Je m'attendais donc à un enchaînement à la 'Culottées' de Pénélope Bagieu, mais une fois venus à bout des 5 "pires ex de l'histoire", on embraye sur un récit totalement différent, par exemple : une saynette sur les Simpsons, la vie de Priscilla Presley, quelques anecdotes sur les enfants ou des réflexions sur la famille nucléaire... le propos est bref, l'autrice va à l'essentiel : on a le sentiment qu'elle en profite pour passer du coq à l'âne, pour enchaîner les idées et les démonstrations sur le patriarcat, ses conséquences et ce qu'il implique sur le quotidien des femmes, partout dans le monde et à travers les époques.
Sur le coup, le résultat est plutôt sympathique, c'est agréable d'avoir des moments pour faire des pauses, puis de revenir à la BD plus tard. Mais le bémol, c'est qu'on est face à un ouvrage plutôt décousu, avec un propos qui part parfois dans tous les sens, et surtout pas d'histoire linéaire classique. C'est ce qui fait son charme, mais ça ne suscite malheureusement pas beaucoup d'émotion.
Ca pourrait être assez étonnant : pas d'agacement, d'énervement, de consternation ou de sentiment d'injustice ressenti à la lecture de cette bande dessiné, et pourtant il y a de quoi ! Cela vient peut-être du fait qu'en tant que lecteurs et lectrices de cet ouvrage, on est déjà sûrement sensibilisé aux questions qui y sont évoquées, et qu'on n'est pas là pour s'instruire - malgré le propos rigoureusement documenté de Liv Strömquist.
C'est dit pour le point négatif de cet ouvrage. En revanche, j'ai beaucoup aimé l'humour direct et sarcastique de l'autrice, et l'angle artistique qu'elle aborde. Elle ne se contente pas d'évoquer les inégalités hommes/femmes en général, mais ajoute une petite dimension sur les campagnes d'artistes, ou les artistes elles-mêmes, que j'ai trouvé très intéressant.
Graphiquement, ce n'est pas ce que je préfère, mais comme j'étais là surtout pour le propos, et que le texte ne m'a pas bouleversée, ça ne m'a pas dérangée. Je trouve quand même le dessin dynamique et vivant, il accompagne donc bien le sujet du livre.
Une lecture très sympathique donc, et qui donne envie de découvrir les autres ouvrages de l'autrice. Et d'après ce que j'ai pu lire dans les autres critiques, j'ai l'impression que c'est plutôt une bonne idée de commencer par celui-ci pour découvrir Liv Strömquist.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pixie-Flore
  08 septembre 2018
Liv Strömquist met le sexisme au piquet à travers diverses anecdotes et biographies d'hommes et de femmes. Son livre, un peu fourre-tout, soulève des points intéressants mais sans qu'il y ait vraiment d'organisation ou d'argumentation. J'ai un peu eu l'impression que l'auteur faisait ses chapitres en fonction de ce qui lui passait par la tête à un moment donné.
De plus, je n'ai pas aimé les graphismes et la typographie qui m'ont presque donnée envie de partir en courant. C'est rebutant. Et, bien qu'elle aborde des sujets qui m'intéresse beaucoup, j'ai trouvé cette bande-dessinée assommante.
Commenter  J’apprécie          80
SamSam42
  22 février 2022
Dans cette bande-dessinée, Liv Strömquist ne se contente pas d'un ou deux destins de femmes. Elle ne choisit pas non plus de parler de celles qui ont brillé, se sont imposées dans une société patriarcale sans pitié. Au contraire : elle met en lumière ces vies brisées, ces existences oubliées car étouffées sous le poids des Hommes.
Et cela fait aussi du bien. de se rappeler que pour une Olympe de Gouge il y a dix Mme Joseph Staline. Que parfois, l'amour n'est pas une belle histoire, mais une entrave, une prison.
Sans prendre de détours inutiles ni rejeter constamment la faute sur l'éducation ou les conventions ; mais bien sur ceux qui ont partagé leurs vies, qui pour s'élever n'ont pas hésité à s'en servir au mieux de faire-valoir au pire de marchepieds, et ce, dans le meilleur des cas. Car les Hommes, du fait d'un manque de déconstruction dans un monde construit par et pour eux, peuvent et doivent changer, pour une société plus juste et égalitaire.
Habituée du travail de de l'autrice, ce n'est pas mon ouvrage préféré. du fait du concept de recueil, les idées sont moins développées, l'analyse reste en surface. Mais c'est également ce qui me ferai conseiller cet ouvrage pour une première lecture, une entrée en matière de Liv Strömquist et son univers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (3)
Lexpress   03 août 2018
N'hésitant pas à forcer le trait pour le besoin de sa démonstration, recourant à un graphisme vif et brut, Liv Störmquist déboulonne quelques viriles statues et décortique les liens entre capitalisme et patriarcat.
Lire la critique sur le site : Lexpress
ActuaBD   05 juillet 2018
Son humour grinçant, ironique, presque sarcastique, permet de suivre avec plaisir sa démonstration. Mais son argumentation conserve sa force. Son dessin et ses montages, simples et vifs, rendent l’ensemble encore plus percutant.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LeMonde   15 juin 2018
De façon documentée et analytique, Liv Strömquist invoque historiens, sociologues, philosophes et épisodes de la série Friends pour répondre à toutes sortes de questions existentielles.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Pixie-FlorePixie-Flore   08 septembre 2018
Du fait du manque de déesses dans les pays catholiques on vénère ardemment la Vierge Marie. Le fait est que lors d'un synode qui a lieu en 500 ap. J.C., il est décidé de donner une place plus importante à la Vierge Marie afin de mieux concurrencer les religions plus féminines et liées à la fertilité qui continuent à coexister avec le christianisme. Ainsi, de nombreux temples dédiés à Marie sont érigés sur d'anciens lieux de culte d'Isis, d'Astarté et de Diane.
- D'ac ! On l'accepte. Mais elle doit être douce, gentille avec les enfants et ne JAMAIS avoir de rapports sexuels !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pixie-FlorePixie-Flore   08 septembre 2018
Comme si ce n'était pas assez, les enfants veulent aussi s'habiller à la manière des classes supérieures. Rien de plus merveilleux pour une gamine que de passer ses journées en robe de princesse, une couronne vissée sur la tête.
- Tu ne voudrais pas mettre tes vêtements de tous les jours aujourd'hui ?
- Tsss ! Passe-moi ma cape en hermine !!
Commenter  J’apprécie          10
laurentgenierlaurentgenier   20 mai 2020
Je crois que le mariage défraîchit l'amour, transforme le respect en mépris, souille l'intimité et limite l'évolution personnelle des deux partenaires. C'est pourquoi je pense que le mariage est une mauvaise action.
Commenter  J’apprécie          10
laurentgenierlaurentgenier   20 mai 2020
Ne jamais permettre que l'amour soit souillé par les mesquineries indécentes d'une intimité permanente. Mieux vaut mépriser tous les jours votre ennemi que mépriser la personne que vous aimez.
Commenter  J’apprécie          10
jeannebernardjeannebernard   18 octobre 2020
Mais c’est une conséquence logique du fait que les nanas ont totalement gobé le mythe de l’amour selon lequel la vie de couple est le sésame ultime pour un sentiment de sécurité et de joie, et que c’est ça qui nous sauvera de l’angoisse pour l’éternité.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Liv Strömquist (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Liv Strömquist
Pour ce septième épisode Bienvenue au club, la série qui vous emmène faire le tour de France des clubs de lecture se rend à Rennes, à la rencontre d'un club féministe.
« Si on n'a pas expérimenté le fait de pouvoir parler avec des personnes de façon libre et sans être jugé, quand on vient dans ce club on y goûte et on a plus envie de s'arrêter ! »
Ce mois-ci les membres vous conseillent : * Dans le palais des miroirs, Liv Strömquist – Editions Rackham (2021) * Moi ce que j'aime c'est les monstres, Emil Ferris –Monsieur Toussain L'ouverture (2017) * Moi aussi je voulais l'emporter, Julie Delporte – Editions Pow Pow (2017) * Textes d'ombre, Alejandra Pizarnik - Editions Ypsilon (2014) * Nouons-nous, Emmanuelle Pagano, Editions P.O.L (2013)
#clubdelecture #livre #rennes
Suivez le CNL sur son site et les réseaux sociaux :
Site officiel : www.centrenationaldulivre.fr Facebook : Centre national du livre Twitter : @LeCNL Instagram : le_cnl Linkedin : Centre national du livre
+ Lire la suite
autres livres classés : féminismeVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
419 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre