AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Kirsi Kinnunen (Traducteur)
EAN : 9782878272352
168 pages
Rackham (04/10/2019)
4.13/5   245 notes
Résumé :
La légende urbaine voudrait que Leonardo DiCaprio ait enchaîné trente-deux conquêtes – toutes de sublimes top models – mais sans tomber amoureux d’une seule. Faut-il en chercher les raisons dans les arcanes de la société de consommation et sa propension au narcissisme ? Dans les lois de la biologie ? Ou, tout bêtement, dans le fait que ce cher Leo ne soit pas encore tombé sur la bonne ? Et nous, dans tout ça, sommes-nous, comme lui, des complexés de l’engagement ?<... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
4,13

sur 245 notes
5
9 avis
4
7 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

jamiK
  05 mai 2021
Cette bande dessinée est vraiment très intéressante. C'est une étude sociologique sur le sujet des relations amoureuses, il aborde la notion de rapport à l'autre, de recherche de l'amour, de coup de foudre, il fait un tour exhaustif, historique, psychologique, c'est très complet, j'aurais presque envie de le faire lire à quelques proches.
Malheureusement, la forme ne m'a vraiment pas convaincu. Les texte écrit à la main, avec de grosses lettres puis des toutes petites à côté, c'est très pénible à lire pour ne pas dire impossible pour un presbyte, j'ai beaucoup peiné, la lecture était très laborieuse, pour une lecture où il faut quand même cogiter, ça ne le fait pas. J'ai préféré les oeuvres de Liv Strömquist plus militantes, parce que plus directes dans l'argumentation. Ici, la forme est vraiment un handicap, le format bande dessinée au graphisme un peu torché m'a gêné, et le plaisir de lecture n'était pas au rendez-vous. J'aurais préféré lire tout ça sous forme de prose.
Commenter  J’apprécie          250
LiliGalipette
  17 juin 2020
Quand on voit à quelle fréquence Leonardo DiCaprio change de petite amie, il est assez aisé de douter de la profondeur de ses sentiments amoureux envers les nombreuses mannequins de maillot de bain qui se succèdent à son bras ou à son guidon, l'homme étant amateur de balades citadines à vélo. Se pose alors une question simple : c'est quoi, être/tomber/rester amoureux ? « On sait qu'il n'y en a pas d'autres comme la personne dont on est amoureux – c'est ça d'être amoureux de quelqu'un. » Passé le constat liminaire selon lequel le beau (ça se discute...) Leo change de copine comme de chemise, l'autrice/dessinatrice s'interroge sur le bonheur en amour. Elle fonde sa réflexion sur divers essais relatifs à la masculinité et aux relations sentimentales/maritales. Elle démontre notamment qu'un renversement s'est opéré en quelques décennies entre les rôles sociologiques des hommes et des femmes. Au 19e siècle encore, c'était les premiers qui exprimaient intensément leurs sentiments et leur volonté de s'engager à vie avec une compagne au sein d'un foyer. « Tomber amoureux est une espérance surnaturelle/mystérieuse/indéfinissable. » À moins que cela ne relève que de la biologie évolutive ? Dans l'amour s'affrontent l'altérité chérie de l'autre et l'égoïsme porté à soi-même. Aimer est-il nécessaire pour vivre ? Survivre ? Perpétuer l'espèce ? Être heureux ?
Comme dans Les sentiments du Prince Charles, Liv Strömquist développe une pensée claire et pertinente sur la qualité des rapports entre femme et homme. le graphisme a hélas été un vrai frein à ma lecture et il m'a fallu pas mal d'efforts pour surmonter mon peu d'attrait pour le caractère visuel de cette oeuvre. Fort heureusement, le fond est suffisamment puissant et intéressant pour avoir su capter mon attention.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
4bis
  03 janvier 2022
C'est incroyable ce que le genre « bande dessinée » peut abriter de propos différents. Adepte de la ligne claire dans mon enfance, des facéties de Gotlib à l'adolescence, je tente aujourd'hui des incursions dans le roman graphique contemporain. Mais ici, on est encore dans autre chose car La rose la plus rouge s'épanouit n'est pas romanesque du tout. C'est une très sérieuse enquête sur la disparition d'une faculté dont l'homme s'est pourtant longtemps prévalu : la capacité à tomber amoureux. Pour suivre la piste d'un amour désormais impossible à éprouver, sont convoqués sur un pied d'égalité, des extraits de magazine people et quelques pointures sociologiques ou philosophiques : Eva Illouz, Byung-Chul Han, Platon, Erith Fromm, Randall Collins ou Kierkegaard.
Le cas des amours sérielles de Léonardo di Caprio, qui n'a de crush que pour des mannequins de maillots de bain, sert de fil rouge à ces interrogations. La fascination qu'éprouve toute midinette pour les stars permet d'accrocher la problématique tout en lui conférant un caractère caricatural qui la laisse confortablement à distance de nos propres comportements moins outranciers mais tout aussi révélateurs de cette incapacité contemporaine à tomber amoureux. Je me suis donc trouvée triplement happée : par le désir d'apprendre quelque chose sur Léonardo di Caprio (je partais de très loin, l'ayant plus ou moins laissé à l'époque où il coulait sur un iceberg et j'ignorais ainsi tout de sa fascination pour les catalogues de lingerie), par une scénarisation habile qui utilise tous le potentiel graphique de la mise en case et par la facilité à (re)découvrir la pensée parfois complexe d'auteurs ici obligeamment organisée afin de servir la démonstration. Liv Strömquist traite vraiment son lecteur comme un roi !
Sur le fond, le propos tient les promesses de la forme et sans dévoiler la résolution du mystère, je dirais juste qu'elle a beaucoup à voir avec une société individualiste qui empêche que l'on voie l'autre autrement que comme le miroir d'un narcissisme à rebooster, qui maximise le choix au détriment d'une persévérance à entretenir la mini religion que constitue une vie de couple sur la longueur. Rien de très jojo donc, mais comme c'est expliqué de manière aussi stimulante qu'amusante, ça passe crème.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Tbilissi
  06 juillet 2021
Cette BD est passionnante, c'est presque un essai avec des images tant son contenu est riche.
Le titre un peu alambiqué est un vers d'Hilda Doolitle, poétesse du XXème siècle qui tomba éperduement amoureuse à 74 ans, juste avant sa mort, et eu une vie émaillée d'amour folles.
Ici, donc, on dissèque les relations amoureuses, le couple et l'amour sous tous les angles.
Liv Strömquist a un grand talent de synthèse et d'analyse, et par la voix de grands sociologues et philosophes elle met en évidence des théories non seulement originales mais surtout fort intéressantes, qui interrogent nos schémas sociaux.
Femme cultivée vivant dans son époque, elle étudie successivement les cas de Leonardo di Caprio, Socrate, Cameron Diaz, Beyoncé, Sappho, Anna Karenine et Vronski, Lord Byron, Shiva, Thésée et Ariane, et même la presse féminine.
Le tout avec rythme et enthousiasme.
Une pépite.
Commenter  J’apprécie          90
InhiF
  19 mai 2021
Je pourrais lire Liv Strömquist pendant des heures, je crois...
Après avoir découvert la semaine dernière Les Sentiments du Prince Charles, j'ai lu cette semaine La Rose la plus Rouge... Liv Strömquist est une autrice partiale, elle tire sa documentation et ses connaissances d'auteurs.rices avec un point de vue: en somme, elle ne nous tire pas un portrait de l'Amour (ou plutôt du manque d'Amour) des temps modernes lisse et neutre. Non, non, elle ne craint pas d'avancer des hypothèses, de se risquer à des "peut-être", ma foi fort vraisemblables et édifiants.
Elle le fait avec grâce et ouverture, avec humour et distance. Ce roman graphique est un délice en plus d'être un bel objet et j'ai pris encore beaucoup de plaisir à apprendre, rire et me scandaliser avec Liv Strömquist.
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
LaPresse   12 décembre 2019
Bien que le contenu soit assez dense (le texte est aussi important que le dessin), Liv Strömquist nous propose un formidable condensé de nos comportements amoureux (contradictoires) et de nos multiples interrogations sur le sujet. [...] Un livre illustré brillant… et utile pour qui s’intéresse aux affaires du cœur.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
LesPivoinesRosesLesPivoinesRoses   11 avril 2020
« Être amoureux c’est donc comme être complètement impuissant, sans bras ni jambes, une sorte de viande à kebab qui tourne sur elle-même dans un snack-bar graisseux, capable de rien, sauf de cramer, désemparée de ne pouvoir rien faire sauf être une sorte d’espace d’accueil d’un désir, un unique désir, celui d’être près d’un abruti qui s’appelle Kevin . » Liv Strömquist
Commenter  J’apprécie          70
LiliGalipetteLiliGalipette   17 juin 2020
« Tomber amoureux est une espérance surnaturelle/mystérieuse/indéfinissable. »
Commenter  J’apprécie          70
LiliGalipetteLiliGalipette   17 juin 2020
« On sait qu’il n’y en a pas d’autres comme la personne dont on est amoureux – c’est ça d’être amoureux de quelqu’un. »
Commenter  J’apprécie          20
badpxbadpx   11 octobre 2020
Désormais, tomber amoureux ne surviendrait que rarement, voire carrément pas du tout
Commenter  J’apprécie          30
CarjoCarjo   04 mars 2022
L'amour devient trop petit, comme le reste. On le range dans un tiroir, puis, un jour sa mode apparaît désuète. Comme l'Habit que portaient nos aieux. Emily Dickinson (We outgrow love like other things)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Liv Strömquist (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Liv Strömquist
A l'occasion de la parution de sa dernière BD, Dans le Palais des miroirs (https://www.librest.com/livres/dans-le-palais-des-miroirs-liv-stroemquist_0-7691182_9782878272505.html?ctx=1715234fb9e5578bff5932bd1b3589f3) , Liv Strömquist est venue nous parler de féminisme, de Bikini Kills, des Kardashian et de l'impératrice Sissi. Voici la version en français, vous pouvez écouter l'autre épisode en anglais si vous êtes fluent. Juste avant, vous pourrez découvrir l'association "En parler", présentée par l'une de ses bénévoles. Pour en savoir plus, ça se passe ici : www.associationenparler.com
autres livres classés : féminismeVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4633 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre