AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782377351534
380 pages
Éditeur : Archipoche (02/05/2018)
3.68/5   88 notes
Résumé :
Quand elle ouvre les yeux, rien. Le noir total. Si elle essaie de bouger, elle se cogne de tous côtés contre une paroi. Elle se sait prise au piège. Enfermée dans un cercueil, d’où personne ne peut l’entendre crier.
Quand Eva se réveille, elle comprend qu’il s’agissait d’un cauchemar. Mais le soulagement n’est que de courte durée : elle remarque sur son corps des traces de coups, comme si elle avait réellement été molestée ou qu’elle s’était débattue.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
3,68

sur 88 notes
5
11 avis
4
18 avis
3
7 avis
2
1 avis
1
0 avis

bilodoh
  07 mars 2021
Se réveiller enfermée dans un espace exigu… Ne pas pouvoir lever la tête sans se cogner le front, des parois de chaque côté… C'est la panique!
Eva se réveille dans son lit après une nuit de cauchemar. Mais était-ce bien un rêve? D'où vient alors son corps meurtri? Et dans le journal on révèle ce matin qu'une femme a été trouvée morte, enterrée vivante dans les bois au même moment.

Ce premier meurtre sera suivi d'un autre et le mystère s'épaissira d'autant plus qu'on trouvera des liens familiaux entre Eva et la première victime. Une belle complexité, mais avec un dénouement un peu abrupt.
Par contre, de l'enquêteur, on ne sait trop quoi penser. On dit qu'il a des problèmes, on en sait trop pour l'ignorer, mais pas assez pour donner une réelle profondeur au personnage.
Je me suis laissée toucher par l'émotion de ce polar. Même si je n'ai pas vraiment peur de me retrouver enterrée vivante dans un cercueil, la taphophobie (merci pour le vocabulaire Charliebbtl) n'est jamais loin. S'imaginer prisonnière dans les décombres d'un tremblement de terre, piégée par une avalanche ou un souterrain… Je frémis d'empathie pour les mineurs coincés dans leur galerie…

Un polar psychologique, qui donnera aussi dans la vengeance et l'enfance maltraitée dans un milieu de grande fortune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Valmyvoyou_lit
  13 juillet 2018
Je n'ai pas beaucoup dormi cette nuit. J'ai arrêté de lire Enterrées vivantes, peu de temps avant le dénouement, et j'ai entendu des bruits dans ma maison. Il était très tard. de là à penser que je ressentais la tension du livre, il n'y a qu'un pas.
Bien entendu, aujourd'hui, je me suis empressée de découvrir la fin.

J'ai adoré ce thriller. Il est angoissant au possible. Il m'a complètement retourné le cerveau.

Le duo d'enquêteurs fonctionne très bien. Les suspects sont nombreux. Il n'y a pas un moment d'ennui. Les chapitres sont une alternance de voix et donc de points de vue. Il y a celle d'Eva qui se débat avec ses cauchemars, celle de Menkhof, le commissaire, celle de Britta, une jeune femme paumée, qui semble soupçonner quelqu'un, mais qui ne donne aucun indice, et celle du tueur. Les chapitres sont courts, le rythme est rapide par moments, mais très lent lorsque Eva relate ses rêves affreux, dans lesquels elle est enfermée dans un cercueil. J'ai ressenti l'oppression, le manque d'air ainsi que son angoisse et sa panique. Et quelle horreur de découvrir ses blessures au réveil. Lorsque le tueur racontait sa recherche de nouvelles proies, je tremblais.

Arno Strobel joue avec nos nerfs, presque tout le monde est soupçonnable. J'ai trituré mes méninges, en pensant qu'il fallait que je réfléchisse au scénario le plus affreux, si je voulais deviner la fin. J'ai pensé que je lisais beaucoup de thrillers et que je devrais trouver. Mon idée était très tordue, mais Arno Strobel a quand même été plus fort que moi. J'ai fermé Enterrées vivantes en disant « Quelle claque ! » ( j'ai même prononcé un mot vulgaire devant ☺️😀, tant j'ai été impressionnée.😀)

La suite sur mon blog

http://www.valmyvoyoulit.com/archives/2018/07/13/36558650.html

Lien : http://www.valmyvoyoulit.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
clairesalander
  15 août 2019
Une sacrée déception. C'est en parcourant le site de
Babelio que j'ai découvert cet auteur, et me suis dit qu'il avait l'air d'écrire de bons petits thrillers comme je les aime. J'en ai donc trouvé un en poche dans une librairie.
Des femmes sont donc retrouvées mortes enterrées vivantes dans des cercueils ; après cela, il n'y a plus beaucoup d'intérêt, et beaucoup trop de dialogues. L'intrigue tire tant en longueur que j'ai mis plusieurs jours à le finir alors que je suis en vacances.
L'écriture est laborieuse et la fin totalement tirée par les cheveux, incroyable dans le sens littéral du terme.
Bref, on ne m'y reprendra plus
Commenter  J’apprécie          230
Chroniquesanshistoire
  18 juin 2017
Un GRAND merci à LP Conseils et aux éditions l'Archipel pour la découverte de ce thriller psychologique car… j'ai A-DO-RÉ !
Avant de vous parler de l'histoire, je tiens à souligner la construction de la couverture. le titre et le nom de l'auteur sont écrits en noir… sur fond noir ! Une manière, je pense, d'accentuer encore plus la sensation d'être enterré, et donc invisible. La jeune fille est prise entre les 2 zones de texte, c'est très bien pensé car l'atmosphère du roman se dégage déjà (je suis graphiste de métier et les couvertures de livre sont un véritable critère de sélection pour moi ! Voilà pourquoi j'ai tenu à vous en parler).

Eva, une jeune femme à la tête d'une entreprise familiale est une personne perturbée. Elle n'a pas connu sa mère et a dû vivre sous les atrocités et les coups de sa belle-mère. Une enfance très compliquée qui a provoqué chez elle des moments d'absences, des trous noirs.
Alors lorsqu'elle se réveille dans un cercueil, qu'elle se débat, qu'elle hurle puis qu'elle ferme les yeux et se réveille à nouveau, mais dans son lit cette fois, le rêve est la seule explication plausible. Tout semblait réel mais étant donné ses absences, il n'y a pas de quoi s'affoler.
Mais quand les coups et blessures qu'elle s'est infligée dans le cercueil sont en fait bien réelles, comment l'expliquer ? Et quand, en plus, cela recommence, là la panique peut s'installer non ?
En parallèle des cauchemars d'Eva, une enquête se passe car à chaque fois que la jeune femme se retrouve dans un cercueil puis se réveille, une vraie victime est retrouvée par les policiers… nue et enterrée vivante. Comme un rêve prémonitoire.

Je vais avoir du mal à cesser d'écrire mon ressenti sur ce thriller car je l'ai adoré !!!
L'intrigue monte crescendo et la manière de décrire les événements est tellement bien faite que le lecteur arrive à ressentir cette sensation d'étouffement. L'aspect oppressant du cercueil est palpable. Je ne sais pas comment Arno Strobel a réussi à nous transmettre autant de sensations (de la panique à la crainte, de l'espoir au doute, de l'explication possible à l'explication inattendue…) mais vraiment, BRAVO !
Le personnage d'Eva est super attachant. On sent que c'est une victime et on a envie de l'aider, de la sauver. Elle fait faible et forte à la fois. Douce mais féroce. Paniquée mais téméraire.
Les personnages qui gravitent autour d'elle sont tous soupçonnables. Autant pour les enquêteurs sur ces terribles meurtres que pour nous, lecteurs.
Il n'y a pas (ou peu) de moments creux. Les pages se tournent vite et les phrases sont courtes et précises. L'auteur sait très bien où il va et il maîtrise son plan du début à la fin.
Quant à la fin, et bin… bien joué !
À un moment, au milieu du livre, j'ai pensé avoir deviné le dénouement. Et finalement, c'est encore plus tordu (et pourtant plus logique) que mon hypothèse. Arno Strobel sait mélanger avec art les émotions et les sentiments pour attiser le lecteur !
Bon, j'ai fait court car sinon je vous dis tout mais vous avez compris… j'ai A-DO-RÉ !

Ma note : 18 / 20

Si je le conseille ? Oui oui oui mais PAS DU TOUT aux personnes claustrophobes ! Car « enterrées vivantes » est un thriller psychologique qui arrive à faire ressentir les états des personnages. Ce n'est pas souvent qu'un livre laisse passer autant de sensations dans ses pages.
Sincèrement ? Si vous aimez les thrillers, foncez foncez foncez ! Il se lit d'une traite et je suis certaine que vous n'arriverez pas non plus à deviner la fin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Charliebbtl
  26 juin 2019
Qui est atteint de taphohobie d'après vous ? Ben c'est moi. Et à votre avis, qui a décidé de lire un roman qui parle de femmes enterrées vivantes ? Ben c'est encore moi. Cherchez l'erreur. Bon l'essentiel, c'est que j'ai survécu puisque je suis en train de vous écrire… à moins que….
Une expérience de la mort dont vous vous souviendrez
Outre ses problèmes personnels (mère morte en couches, père absent, belle-mère plus proche de la marâtre), Eva Rossbach doit gérer une situation on ne peut plus inquiétante depuis quelques temps : elle rêve régulièrement qu'elle se retrouve enterrée vivante dans un cercueil. Ce n'est qu'un cauchemar, penserait toute personne sensée. Bien sûr sauf qu'Eva, à chaque réveil, constate que son corps a gardé des stigmates de cette expérience traumatisante. de peur qu'on la croie folle et qu'on l'interne de force, elle ne sait pas vers qui se tourner d'autant qu'au fil des années, elle s'est un peu isolée du monde. Une course contre la montre s'enclenche alors car jusqu'à présent, elle est parvenue à « sortir » de ce cercueil mais sera-ce le cas encore longtemps ? Trouvera-t-elle un allié dans ce combat qui se révélera finalement bien plus complexe que ce que l'on aurait pu imaginer ?
Moi et la littérature allemande…
On ne peut vraiment pas dire que moi et la littérature allemande, ce soit une très grande histoire d'amour. Pourquoi ? Je ne le sais pas vraiment. Peut-être quelques réminiscences de mes années fac et le souvenir perplexe de ma lecture de "Demian" d'Herman Hesse. Et pourtant j'essaye régulièrement de nouveaux auteurs pour me persuader que je n'ai rien contre nos amis germaniques.
La lecture de ce roman d'Arno Strobel n'a finalement pas vraiment changé grand-chose à ce désamour. Je ne sais pas pourquoi : l'ambiance extrêmement sombre, l'aspect quasi masochiste de certains passages du roman…. Certes, on est loin de "La maison de l'assassin" d'Aichner qui m'avait particulièrement mis mal à l'aise mais bon, je persévère. Je vais bien réussir à trouver un roman allemand qui va finir par me séduire.
Il y a tout de même du positif.
La réussite de ce roman, c'est sans nul doute une entrée en matière totalement réussie. le début du premier chapitre m'a fait vivre ma pire angoisse : me réveiller avec l'héroïne enfermé dans un cercueil. J'ai cru que j'allais refermer le roman dès les premières pages tellement le style de l'auteur m'a totalement donné l'impression d'être à la place d'Eva. A titre de comparaison, ce fut le même sentiment que celui que j'avais éprouvé en regardant la fin du film "Buried" de Rodrigo Cortes, où j'avais carrément failli décéder (je ne plaisante pas !). C'est en tout cas le souvenir que je garderai de ce roman et qui me laisse penser qu'Arno Strobel doit être un auteur à suivre.
Pour le reste du roman, ce qui s'est révélé intéressant c'est cette difficulté à comprendre ces impressions de flashbacks dont Eva est victime. Comment peut-elle passer d'un endroit à un autre en quelques micro-secondes ? D'où viennent ces traces sur son corps ? On a parfois presque du mal à y croire et l'on se demande comment l'auteur va réussir à se sortir de cette intrigue qui touche parfois à l'absurde. Mais la solution trouvée par Strobel est d'une logique sans faille et j'y ai parfaitement adhéré d'autant qu'elle avait été au coeur d'un film sorti l'année dernière (mais chut ! Je n'en dirai pas plus).
Le réseau des personnages est également remarquablement construit car on ne peut pas ne pas soupçonner chacun d'eux à un moment ou à autre du roman : Wiebke, la seule et unique amie d'Eva aux goûts en matière d'homme assez surprenants, le docteur Leienberg trop beau pour être honnête ?, Glöckner le beau-frère entretenu, les Wiebking et leur relations père-fils plus proche du « Je t'aime moi non plus » et, pour finir, cette étrange Britta qui semble cacher en elle un terrible secret. le lecteur devient ici vraiment enquêteur car l'auteur déroule sans censure les éléments du puzzle tout au long du roman alors que la vérité est sous ses yeux quasiment dès les premières pages.
Seul petit regret : le personnage de l'inspecteur, Bernd Menkhoff, ne m'a pas vraiment convaincu. Je pense que ses difficultés conjugales et sa guéguerre un peu puérile avec son collègue Riedel ne me l'ont pas forcément rendu sympathique. Pour une fois, la personnalité du coupable l'a, à mes yeux, totalement emporté sur celle de son poursuivant.
Au final, une intrigue intéressante, quelques passages particulièrement angoissants, mais pas vraiment de coup de coeur pour moi, même si la résolution de l'intrigue repose sur une explication qui tient particulièrement la route.
Lien : https://mespetitsplaisirsamo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   17 juillet 2017
Après avoir failli en abandonner la lecture au bout de quelques chapitres, la trame de départ étant un peu trop convenue, on a fini par en apprécier le dénouement, qui réserve aux fans de suspenses psychologiques quelques belles surprises.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   01 novembre 2019
D’habitude, quand Eva se réveillait en pleine nuit dans sa chambre, elle avait plusieurs points de repère : les chiffres verts du radio-réveil, l’encadrement de la fenêtre, le faible rai de lumière qui en provenait et dans lequel dansaient des particules de poussière, les contours de la commode. Ils étaient importants ces points de repère, ils la rassuraient. Et en cet instant, ils lui manquaient. Ou alors ils étaient bien là et Eva ne les voyait pas parce qu’elle avait un problème aux yeux. Sa respiration déjà saccadée s’accéléra encore. L’air était suffocant, moite, vicié.
Lorsqu’elle voulut se redresser, son front heurta quelque chose et sa tête retomba sur une sorte de coussin. La douleur ne dura que quelques secondes car elle céda rapidement le pas à la panique, qui prit le dessus sur toutes ses autres sensations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   26 août 2017
Quand on s’endort chez soi, que l’instant d’après on se retrouve enfermé dans un cercueil, et qu’on se réveille finalement dans son lit, c’est un cauchemar, non ? Forcément. Un rêve très réaliste, certes, mais… un rêve. Eva ne put retenir un petit rire en s’imaginant dans son lit en train de battre des bras et des jambes. À son réveil, elle aurait mal partout et elle se demanderait pourquoi. Elle comprenait maintenant. Mais pouvait-on rêver qu’on manquait d’oxygène et mourir asphyxié ? Eva pouffa à nouveau, avant de se reprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
collectifpolarcollectifpolar   01 novembre 2019
Elle voulut écarter les bras et pousser sur les côtés, mais là encore, elle se cogna. Impossible également de plier les genoux et de battre des pieds, elle rencontrait un obstacle à chaque fois. En comprenant qu’elle était enfermée, Eva s’agita de plus en plus. Et plus elle paniquait, plus elle ressentait le besoin de bouger, de se libérer de l’étroitesse et de l’obscurité. Elle se mit à crier, à pleurer, elle tambourina avec ses poings sur la cloison au-dessus d’elle, encore et encore… avant de s’immobiliser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
collectifpolarcollectifpolar   01 novembre 2019
A chaque seconde qui passait, sa poitrine se levait, s’abaissait, et chacune de ses respirations était accompagnée d’un gémissement. Son esprit cherchait une explication, mais il était comme paralysé. Cela dura plusieurs minutes, jusqu’à ce qu’une digue cède et qu’Eva soit submergée par un flot de pensées. Elle devait absolument les saisir au vol, c’était le seul moyen de reprendre un tant soit peu le contrôle de la situation. Elle devait réfléchir. Elle était enfermée. La peur… Réfléchir… Maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bilodohbilodoh   06 mars 2021
Pauvres cons. Qu’est-ce que je découvrirais si je pouvais lire dans vos pensées? Hein? Pas grand-chose, j’imagine. Vous croyez tout savoir de la vie. Laissez-moi rire. Vous ne savez rien, parce que vous avancez les yeux fermés.

(l’Archipel, p. 221)
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Arno Strobel (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arno Strobel
Petits crimes dans la Grande Région / Tatort Großregion : Arno Strobel
autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Souvenirs effacés" de Arno Strobel.

De quelle couleur sont les cheveux de Rosemarie

rouge
bleu
vert

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Souvenirs effacés de Arno StrobelCréer un quiz sur ce livre

.. ..