AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226230935
496 pages
Éditeur : Albin Michel (05/10/2011)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 96 notes)
Résumé :
Pris par un de ses célèbres accès de colère, Bartiméus mange le magicien qu’il est censé servir ! C’est Asmira, une jeune mercenaire aussi débrouillarde que téméraire qui le sauve, et voilà l’irascible djinn à ses ordres.

Ce qui n’est pas de tout repos car la jeune femme est censée voler l’anneau magique du roi Salomon puis l’assassiner !

Heureusement, l’humour et la ruse de Bartiméus, obligé d’aider Asmira, sont aussi grands que les ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
Luniver
  25 juillet 2013
Jérusalem, 1000 ans avant J-C. le roi Salomon est au sommet de sa gloire, grâce à un anneau magique extrêmement puissant, qui lui permet d'invoquer des centaines de créatures en la faisant simplement tourner. Tous ses adversaires magiciens se sont soumis à lui. Salomon, lui, en profite pour étendre son royaume et ses richesses, proposant à ses voisins deux choix : verser un tribut, ou se retrouver immédiatement devant une centaine de démons prêts à en découdre. La plupart des souverains choisissent la première solution.
Jusqu'à ce que le tour de Saba arrive. La reine, décide d'envoyer un des membres de sa garde, Asmira, pour assassiner Salomon et récupérer l'anneau. Asmira, fille et petite-fille de gardienne de la reine, part pour sa mission, tout en étant à peu près certaine d'y passer.
Et Bartimeus dans cette histoire ? Les invocations d'un magicien de Salomon l'agacent de plus en plus. Avec ce mélange d'impertinence et de ruse dont il a le secret, il parvient à faire quitter son pentacle à son maître, et le dévore sans aucune forme de procès. Selon toutes les règles usuelles des relations démons-magiciens, cet exploit devrait le laisser tranquille quelques années. Mais pas sous Salomon, qui demande à un autre magicien, connu pour sa cruauté, de l'invoquer et de le mettre au pas. Autant dire que ce n'est pas gagné.
L'auteur a repris tous les mécanismes qui ont fait le succès de la trilogie : l'humour du djinn, les notes de bas de page, l'histoire revisitée par les relations entre magiciens et démons. J'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver Bartiméus, qui reste un de mes personnages de fantasy favori, mais il manque une petite touche d'originalité et de surprise pour se distinguer de la trilogie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Syl
  13 mai 2013
Jérusalem 950 avant Jésus-Christ,
Il y a eu le règne de Saül, de David, et de 972 à 933 avant Jésus-Christ, le roi d'Israël est Salomon, fils de David.
Bartiméus est un djinn. Pour séduire son maître, il essaie toutes les ruses... se transformer en une jeune fille, battre des cils, faire la danse des sept voiles, étaler ses cheveux lustrés pour attirer toute la lumière... Mais, malheureusement, l'effet escompté n'est pas celui désiré. Son maître agacé, répond à ces minauderies par des menaces et lui octroie un surcroît de travail.
Ce maître, si exigeant, si tyrannique, travaille pour le roi Salomon et fait partie de la caste des magiciens du royaume.
Las, Bartiméus voit son essence vitale diminuer et malgré cet état, il doit obéir à Ezékiel pour une mission périlleuse.
Commandité par son roi, il doit trouver un trésor dans les sépultures d'Eridu. Cette ville, proche de Ur, est une des plus vieilles cités. Abandonnée aux vents, au sable, désertée par la population à cause de la sécheresse, Eridu est devenue l'antre des esprits les plus maléfiques qui gardent jalousement les ruines et les quelques richesses délaissées.
Dans les vestiges du passé, Bartiméus affronte des squelettes et une entité cauchemardesque, un homme avec des pattes de lion et une queue de scorpion qui se nomme Naabash. Après un combat fort honorable, Bartiméus parvient à dérober une statuette et la ramène à Ezékiel.
Alors, qu'il remet l'objet convoité à son maître, Bartiméus observe le regard cupide du vieux magicien. Ses yeux fous avides, rapaces, exultent devant l'objet sacré recouvert d'or. Est-ce à cet instant que Bartiméus comprend sa fanatique ambition ? Que la requête était personnelle et non royale ? Qu'une possibilité de fuir son esclavage se présentait ? Il est dans la vie des opportunités à saisir, à arracher, et l'une de ces aubaines s'offrait à lui... Un incident dans le maniement de la statuette fait que le magicien tombe à la renverse hors de son pentacle, hors de sa protection, donnant l'occasion au démon de se jeter sur lui et de le manger tout cru !
Bartiméus d'Uruk, djinn de quatrième degré, a osé tuer son maître ! Pas en le foudroyant de ses pouvoirs surnaturels, non, il l'a croqué goulûment ! La sanction tombe. le roi Salomon, furieux de cette indélicatesse, confie le scélérat à Khaba, un Égyptien prêtre-magicien, avec l'ordre d'asservir et briser le renégat. A la cour, en sa défaveur, Bartiméus est connu pour sa fantaisie... irrespectueux, farceur, insoumis, fanfaron... il est une plaie.
Sa liberté est de courte durée. A peine a-t-il le temps d'éructer, de faire trois petits tours dans les cieux, qu'un nouveau maître l'appelle le fouet à la main.
Cette nouvelle association présage bien des aventures...
Dans la cité de Marib, au delà du désert d'Arabie, loin de Jérusalem, la reine de Saba du nom de Balkis, voit un avenir funeste pour son royaume. le roi Salomon la harcèle pour l'épouser et ainsi étendre sa domination, profiter des richesses et recevoir des taxes.
Un djinn, sous la forme d'un aigle, apporte les propositions qui ressemblent plus à des injonctions qu'à des compliments galants. L'intimidation se fait pressante et le messager rappelle à la souveraine le pouvoir de Salomon... l'Anneau magique.
Cet anneau a une puissance fabuleuse. D'une simple rotation sur le doigt, un génie apparaît et exécute le moindre souhait. Si Salomon demande qu'une armée d'esprits ravage Saba, dans la seconde, un nuage s'abattra sur le pays.
"- Ces prétentions sont d'une invraisemblable impudence ! Salomon n'a aucun droit sur les richesses de Saba, pas plus que sur ma personne !
- Il ne vous aura sans doute pas échappé que Salomon est maître d'un anneau magique grâce auquel il peut en un clin d'oeil lever une armée d'esprits. C'est pour cette raison que les rois de Phénicie, du Liban, d'Aram, de Tyr et d'Edom, entre beaucoup d'autres, lui ont fait serment d'allégeance et l'ont assuré de leur amitié éternelle. Ils lui remettent également de considérables tributs annuels - or, bois précieux, cuir, sel - et s'estiment heureux que son courroux leur soit épargné."
Acculée dans ses retranchements, Balkis ne trouve qu'une solution. Elle, femme intelligente, fière, reine depuis sept années, louée aussi bien pour sa beauté que pour sa sagesse, se voit contrainte de riposter. Elle confie une mission à la plus valeureuse de ses gardiennes, Asmira. Qu'elle parte à Jérusalem, qu'elle rencontre Salomon, le tue et lui ramène l'anneau.
De son côté Bartiméus a retrouvé son "ami" Farqual. Les deux démons oeuvrent pour le même maître... sans le sourire et avec des chaînes. Khaba est un esclavagiste cruel et vicieux qui n'a aucune pitié. Toutefois, rien ne peut empêcher Bartiméus de s'exprimer... et il le fait avec grandiloquence ! Farqual, parfois, aimerait bien qu'il s'étouffe avec ses doléances, ses commentaires, mais dans l'adversité, les frères-ennemis s'unissent et sont solidaires. Les chamailleries rythment la cadence du labeur qui a l'envergure d'un temple, le temple de Salomon.
Cet édifice devra être construit sans aucun artifice magique. "Ce temple sera le plus saint de tous les lieux saints, le coeur de la religion" Salomon le précise avec force, ponctuant presque chaque mot d'un coup d'anneau ! Tout le monde a saisi le commandement et tout le monde s'y plie. Tous. Sauf un...
Vêtu d'une petite jupette, Bartiméus a pris la physionomie d'un hippopotame. L'image est belle, il ne lui manque qu'un noeud sur la tête. Un jour, Salomon visite le chantier et tombe nez à nez avec cette créature. Il faut avouer que Bartiméus sait susciter des colères épiques... il a le chic ! Furibond, le roi l'invective et retourne sa colère contre son magicien...
"- Vil entre les vils, déclare-t-il tout bas, lequel de mes serviteurs es-tu ?
- Bartiméus, ô maître-puissiez-vous-vivre-toujours.
Un silence plein d'espoir ; la royale attitude ne s'altère en rien. Je poursuis :
- Nous n'avons pas encore eu le plaisir de faire connaissance mais je suis sûr qu'une conversation amicale nous serait bénéfique, à l'un comme à l'autre. Permettez-moi de me présenter. Je suis un esprit réputé pour sa sagesse et sa sobriété ; je me suis jadis entretenu avec Gilgamesh, et...
Salomon lève un doigt distingué, et comme c'est celui qui porte l'Anneau, je tente de rattraper au vol ce que je viens de dire, dans la mesure du possible, de tout ravaler vite fait, en quelque sorte. Vaut peut-être mieux la boucler, en fait. Et attendre que ça me tombe dessus.
- Tu es un des perturbateurs de Khaba, j'imagine, avance le roi. D'ailleurs, où est Khaba ?"
Le jugement pour la désobéissance de l'un et la mauvaise surveillance de l'autre claque sur les fondations du temple. Khaba et ses djinns devront surveiller le désert et mettre fin aux pilleurs qui volent et tuent les voyageurs. Des caravanes de marchandises sont la proie de criminels que les gardes du roi n'arrivent pas à capturer. Il semblerait que la magie insuffle cette incapacité.
Bartiméus est soulagé, le danger de finir en grains de poussière s'est éloigné. Quant à Khaba, sa haine envers Bartiméus a trouvé son apothéose.
Dans le désert, une jeune femme s'est infiltrée dans un convoi. Sous ses habits, une série de poignards ceint sa ceinture, des lames en argent. Elle avance sur un chameau, son regard perdu vers l'horizon, elle médite sur sa mission...
L'histoire peut commencer. Magiciens et démons vont se combattre, et même si l'Anneau s'adapte à tous les doigts, un seul peut le supporter.
.
.
Dans la trilogie de Bartiméus, lue précédemment, nous avions fait la connaissance de ce djinn impertinent et irrévérencieux. Dans ce tome, l'auteur nous renvoie à l'époque des cités précieuses, du temps de Salomon et de la reine de Saba, des constructions oniriques et des légendes de Mille et une nuits. Dès les premières pages, le nom des lieux sonne comme du merveilleux... Eridu, Uruk, Babylone, Saba, Himyar, Jérusalem... On sent le souffle chaud du vent, et on imagine les ondoiements du désert. Bartiméus est plus à son aise dans cette vie que dans le XXIème siècle, sa dernière résidence. C'est que ce démon est sans âge ! Ce tome, cette histoire qui relate une parenthèse de ses aventures, nous le présente toujours aussi immature, joueur, espiègle mais aussi invincible, fidèle et avisé. Dans certaines circonstances, il peut se montrer raisonnable et réfléchi. Comme dans les autres livres, les paragraphes sont distribués à tour de rôle... Dans celui-ci, Bartiméus et Asmira racontent et nous passons d'une narration fantaisiste à un récit plus sobre. Asmira est une jeune fille qui se dévouerait jusqu'au sacrifice de sa vie, loyale envers sa reine et ses valeurs. Elle est belle aussi... et bien entendu, Bartiméus succombe à son charme.
Ce pan de l'histoire est juste avant la mythique rencontre de la reine de Saba avec le roi Salomon. Il est écrit qu'elle était arrivée en terre d'Israël avec une intention guerrière. Lorsqu'elle fait la connaissance de cet imposant monarque, elle est vite subjuguée par son charisme, sa sagesse et sa justice.
J'ai lu avec beaucoup de plaisir cet épisode et je peux dire qu'il est mon préféré. Bartiméus est moins grinçant, sarcastique que dans les autres volumes, cela étant dû peut-être à sa verdeur. Sans être un jeunot, il a une fraîcheur toute adolescente.
Je suis bien contente d'avoir repris cette série avec ma copine Nahe. Un jour, je reçois un petit mot qui disait... il est de retour !!! Je pensais en avoir terminé avec Barti, une trilogie reste une trilogie... et bien non ! et pour notre plus grande joie de gamines amoureuses d'un djinn ailé, puéril, carnassier, insupportable, bagarreur, prétentieux... mais follement et irrésistiblement adorable !!!
Un livre, une saga à conseiller +++
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Kenehan
  21 septembre 2014
Challenge Pavés 2014/2015
Juste après avoir saigné des yeux suite à ma lecture (partielle) du premier tome de la saga "L'épreuve" de James Dashner j'ai osé me lancé dans un nouveau livre jeunesse !
Que ça fait du bien de découvrir un texte bien écrit ! Quel bonheur !!
Alors je ne sais pas qui, de James Dashner ou de son traducteur, prend les jeunes lecteurs pour des abrutis mais avec Jonathan Stroud c'est tout le contraire ! Son style est drôle, intelligent, accessible par tous mais avec des pointes de langage soutenu par-ci par-là sans pour autant dépareiller. Une façon sympathique d'enrichir son vocabulaire avec des termes comme : "sujétion, phalène, vanneaux, polypode, parangon, agape, délétère ou encore emphatique".
On pourrait penser que je ne suis pas très objectif. Après tout, mon histoire avec Bartiméus remonte au lycée alors que j'avais dévoré la trilogie de Bartiméus. Ce djinn est irrésistible avec son humour mordant, ses facéties et son cynisme. Et pourtant, j'appréhendai beaucoup ce nouveau tome. Paru des années plus tard, je n'étais plus très sûr d'être toujours de son public. Et si ça ne fonctionnait plus avec moi ? Et si ça entachait mon souvenir de la trilogie ?
Comme je l'ai dit au tout début, c'est une déception qui m'a poussé à me lancer dans cette lecture. D'une certaine manière, tant mieux ! J'ai retrouvé mon djinn préféré dans toute sa splendeur ! Et ça m'a rassuré quand à la littérature jeunesse.
Pas besoin d'avoir lu la trilogie pour se lancer dans ce tome-ci. Il est indépendant et s'intéresse à une période bien antérieure à celle de la trilogie initiale. Ici, c'est dans un Jérusalem précédant la naissance de Jésus d'un millénaire, que nous retrouvons Bartiméus au service d'un magicien (qui ne fera pas long feu). L'occasion de découvrir cette époque lointaine avec son univers exotique et ses complots.
On retrouve bien évidemment les règles, quelques personnages, les castes, etc de la trilogie mais c'est dans un soucis de cohésion. Cet "Anneau de Salomon" serait une sorte de préquelle explorant le passé de Bartiméus. Structurellement parlant, Jonathan Stroud conserve la recette qui a fait son succès : des chapitres focalisés sur le point de vue d'un personnage, des notes de bas de pages pleines d'humours, etc.
L'histoire est plutôt bien rythmée avec pas mal de rebondissements. J'avoue que sur la fin une petite lassitude est apparue dans les chapitres avec Asmira. Globalement, j'ai aimé et même dévoré l'histoire.
Et comme je sens faiblir ma capacité à rédiger une critique qui me satisfasse et que j'ai une grosse envie de me plonger dans un autre ouvrage, je vais conclure en conseillant cette lecture. Pour ceux qui n'ont pas encore mis leur nez dans la Trilogie de Bartiméus, n'hésitez pas une seconde ! Elle est même mieux. C'est d'ailleurs pour ça que je n'ai pu attribuer 5 étoiles à cet opus, il n'égale pas tout à fait la trilogie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Cath36
  19 août 2012
Revoilà mon Djinn préféré, toujours aussi déjanté et imprévisible.... Bartimeus ou l'art de s'attirer les ennuis par une langue trop bien pendue !
Encore un bon livre de Jonathan Stroud qui nous emmène cette fois au royaume du roi Salomon et de la reine de Saba. Même si je préfère sa trilogie, par laquelle à mon avis il vaut mieux commencer, cette nouvelle aventure de Bartimeus, qui nous met aux prises avec les génies en tout genre -du gnome aux afrits en passant par les foliots et les djinns- est foisonnante d'imagination et de délires en tous genres et demeure facile à lire pour des ados ayant un peu de mal avec la lecture. Les mille et une nuits revues et agrémentées du fameux mythe de l'anneau de pouvoir valent le détour. Quelques facilités de scénario si je puis dire, mais l'ensemble est bien ficelé. Au jeu des faux-semblants et des apparences trompeuses les génies sont rois. Ni ami ni ennemi, mi-esclave mi-allié, l' imprévisible Bartimeus est-il vraiment celui qu'il semble être ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
glow
  22 mars 2012
La saga de Bartiméus de Jonathan Stroud est à la base une trilogie qui se déroule au XIXème siècle, dans une Angleterre victorienne différente de celle que nous avons connue, car la magie y est prépondérante et non dissimulée au commun des mortels. Mais par la suite, l'auteur écrivit L'anneau de Salomon : une préquelle se déroulant 3000 ans avant la trilogie éponyme. On y retrouve le malicieux et agaçant djinn pour des aventures du temps de « sa jeunesse » quand il était au service d'un des mages du roi Salomon, à Jérusalem, une des villes les plus importantes du monde à cette époque.
La lecture de ce « quatrième volet » qui s'ajoute n'empêche en rien la découverte de la série, ce dernier étant complètement indépendant des autres, libre au lecteur potentiel de choisir son époque.
De la fantasy aux temps anciens
Arabie, Jérusalem, dans le grandiose palais de Salomon se trouve Bartiméus, invoqué par un des magiciens du roi afin de rendre de multiples services à ce dernier. Mais comme tout démon digne de ce nom, Bartiméus fait tout pour déformer les instructions de son maître à son avantage, jusqu'à ce qu'il… le dévore. Mais le roi ne goûte pas du tout la plaisanterie du démon et le soumet pour correction à son plus puissant et dangereux mage : Khaba.
Ce qui n'empêchera pas Bartiméus d'en faire des siennes jusqu'à risquer son essence (équivalent de la vie pour un humain) pour préserver son « honneur ».
Outre ceci, dans le royaume de Khaba se trouve la jeune Asmira, servante dévouée prête à risquer sa vie pour sauver son royaume et sa reine. Et c'est bien ce qu'elle va devoir faire sous peu, car le roi Salomon demande au royaume une rançon d'encens tous les ans (l'encens est le bien le plus précieux du pays) contre sa protection, sinon…Khaba sera rasé.
C'est ainsi qu'Asmira va faire le long voyage de Khaba à Jérusalem avec pour mission de dérober l'anneau tant convoité de Salomon. Mais c'était sans compter sur sa rencontre avec Bartiméus…
Conflis d'intérêts et révélations en cascade, vous voilà prévenus. Et bienvenue dans le monde de Bartiméus…
Un retour aux sources des plus plaisants…
Encore une fois dans ces nouvelles aventures, l'humour mordant et cynique de Bartiméus fait mouche. On se retrouve à esquisser de nombreux sourires face aux annotations (nombreuses) du djinn quand il s'agit de son chapitre dédié. Une présence forte, des phrases incisives et un soupçon d'humanité font ce démon un être hors-norme, même pour ses semblables (folios, djinns ou encore afrits).
Chaque chapitre est dédié à un personnage en particulier : écrit à la première personne pour Bartiméus ; et raconté d'un point de vue extérieur non omniscient pour Asmira. On retrouve ainsi la même sorte de chapitrage que pour Nathaniel et Bartiméus dans la trilogie.
Un des points les plus positifs de cette série réside dans la capacité de l'auteur à trouver de l'humanité au fond de personnages parfois improbables. Plus fort que l'intrigue qui passe au rang secondaire, c'est le travail autour des personnages qui est le plus appréciable.
Seul bémol, il faut avouer qu'il n'y a pas de renouvellement de l'intrigue face aux précédents opus de la série, mais ont se laisse toutefois facilement embringué par le scénario simple et efficace du roman. On peu presque parler d'une transposition de la trilogie en un seul tome et dans une autre époque.
Petite note : Au début du livre, vous trouverez une explication de la hiérarchisation des démons et de leurs attributions. Une présentation utile pour les nouveaux lecteurs et les anciens également. La carte de la région est aussi un petite plus nécessaire et appréciable.
Pour conclure sur cet opus en un seul tome. le mélange d'Histoire revisitée avec un pan de fantasy en plus est tout à fait génial. On en redemande, avec pourquoi pas encore une autre époque et une intrigue un peu plus neuve ?
Les nouveaux lecteurs auront de quoi être conquis, les fans seront quand à eux ravis de retrouver le démon à la langue bien pendue. Un roman qui fait passer du bon temps en somme.
Lien : http://glowmoonlight.unblog.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Cath36Cath36   18 août 2012
On a beau avoir vu cent fois les morts bouger, on oublie toujours à quel point ils sont ridicules quand ils bougent vite. D'accord, quand ils sortent juste des murs, ça va ; ils marquent des points à proportion du choc qu'ils causent avec leurs orbites béantes, leurs mâchoires qui claquent et-du moins si le sort de Réanimation est vraiment très au point -leurs hurlements désincarnés. Mais là, ils se mettent à vous courir après, avec leur pelvis qui tressaute, leurs fémurs qui tricotent et leurs bras osseux tendus d'une manière qui se veut macabre mais qui laisserait plutôt à penser qu'ils vont s'asseoir au piano et massacrer à plein tube un ragtime désaccordé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
LuniverLuniver   24 juillet 2013
Les Niveaux : sept plans – ou « niveaux » – de réalité coexistent, superposés en permanence telles des feuilles de papier calque, mais invisibles. Le premier inclut tout ce que le monde ordinaire contient de matériel, de tangible ; les six autres révèlent successivement les phénomènes magiques omniprésents : les sortilèges secrets, les esprits qui guettent çà et là, les maléfices lancés il y a une éternité et que tout le monde a oubliés... Il est de notoriété publique qu’on peut se fier, pour estimer l’intelligence et la qualité de telle ou telle espèce, au nombre de Niveaux qu’elle est capable de percevoir. Par exemple, les djinns de rang élevé (comme moi) : sept ; les foliots et les gnomes supérieurs : quatre ; les chats : deux ; les puces, les vers solitaires, les humains et les mites (entre autres) : un seul.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
KenehanKenehan   22 septembre 2014
Comment vous les vivez, vous, vos courses-poursuites quand c'est une question de vie ou de mort ? Dans un état de stupeur inerte ? De panique totale, avec les orteils qui se recroquevillent, ou par bouffées intermittentes de balbutiements terrorisés ? Personnellement, j'en profite pour cogiter. Ce sont des situations propices à la réflexion, je trouve. On n'est pas dérangé, on est tout seul, et si on a d'autres problèmes de moindre importance, ils ont la bonne grâce de s'effacer devant les questions essentielles, à savoir - priorité numéro un - rester en vie, évidemment, mais pas seulement. Parfois, on prend aussi un peu de recul par rapport à d'autres choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
KenehanKenehan   22 septembre 2014
Quant à me faufiler jusqu'aux présentoirs à côté de la fenêtre... de la rigolade, tellement ces deux-là étaient absorbés par leur discussion quelque peu "tendue" ; aucune chance qu'ils remarquent une mouche qui passait subrepticement par là. [En fait, cet aspect est juste un petit extra que je me suis accordé. Franchement, ils étaient tellement préoccupés qu'à mon avis, même si je m'étais métamorphosé en licorne flatulente et que j'avais traversé la pièce en faisant des pirouettes, ils ne m'auraient pas davantage remarqué.]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
KenehanKenehan   22 septembre 2014
- Cette nuit tu vas contribuer à sauver mon pays, ou bien nous périrons tous les deux en faisant notre possible pour y parvenir.
Moi qui escomptais qu'elle allait me demander de refaire la décoration de sa chambre à coucher, voilà mon dernier espoir qui s'envole. D'ailleurs, c'est dommage, parce qu'avec toutes ces soieries, j'aurais pu assortir les couleurs assez joliment, je pense.
- Cette nuit, tu vas me prêter main-forte de deux manières.
- Bien, bien. Et de quoi s'agit-il ?
Elle est folle, certes, mais jusqu'à quel point ? Comment savoir quel degré a atteint sa démence sur l'échelle de l'hallucination totale ?
- Tuer le roi Salomon, réplique la jeune fille, et lui prendre son Anneau.
Elle me sourit. Ses yeux brillent.
Tout en haut de l'échelle, donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Jonathan Stroud (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jonathan Stroud
Le radin au grand coeur n'est pas près de raccrocher sa pelle !
Plus d'info : https://www.dofus.com/fr/mmorpg/actualites/news/1184373-route-vers-wakfu-saison-4-ruel?refreshcache
Déterreur de trésors, chasseur de primes, capitaine de l'équipe de Boufbowl du Real Boitar, chanteur de métal précieux et même serveur au prestigieux Wakfuquet's : Ruel Stroud a autant de casquettes que de kamas dans sa poche ! Pendant de longues années, il a fait profiter la Confrérie du Tofu de son coeur en or. de son odeur tenace de pied aussi...
Vous souhaitez participer au Kickstarter et suivre la campagne ? Rendez-vous ici : https://www.dofus.com/fr/mmorpg/actualites/news/1184373-route-vers-wakfu-saison-4-ruel?refreshcache
+ Lire la suite
autres livres classés : salomonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

bartiméus

quelles sont les créatures au dessus des djins ?

les horla
les afrits
les gnomes
les folios

5 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Bartiméus : L'anneau de Salomon de Jonathan StroudCréer un quiz sur ce livre