AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
3,5

sur 19 notes
5
0 avis
4
7 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

Auteur relativement méconnu en France, Matteo Strukul est un écrivain bien connu dans son pays d'origine. Son oeuvre consacrée aux Médicis (sujet pourtant tout aussi largement exploité que celui de la famille Borgia) a rencontré un franc succès, a été adapté à l'écran et demeure relativement peu connu en France.

Donner un avis sur cette lecture n'est pas chose facile. Les choix opérés pour l'édition française y sont sans doute pour beaucoup. Il faut toutefois saluer l'excellence du travail de traduction réalisé ici qui permet de retranscrire le style de l'auteur, sa manière de voir les choses et de décrire. le travail est impressionnant et fait beaucoup dans le bon moment que l'on passe avec cette lecture.

Si le style est fluide et agréable, en revanche, il peut être difficile d'apprécier cette oeuvre.

Pour des raisons qui sont exposées en fin de volume l'auteur a découpé son oeuvre de manière assez segmentée qui pourra déplaire. de même il peut être difficile de se repérer dans les relations familiales et dans l'époque considérée (sans parler des enjeux géographiques). Il est franchement dommage que personne n'ait songé à rajouter quelques outils pour guider le lectorat français.

De même il s'agit ici d'un premier volume d'une trilogie… l'auteur l'annonce sur la fin et il est assez regrettable que visiblement les deux volumes suivants ne soient pas encore traduits.

Malgré tous ces constats, nous affaire ici à un roman historique plaisant. Certes, il peut paraître segmenté, conséquence des ellipses, voir complexe… mais le résultat est là : les personnages sont captivants et la matière du roman est dense : tractations politiques, conflits armés, trahisons, espionnage, histoire d'amour et bien plus encore : voici de quoi occuper largement les quelques quatre cent pages de ce court roman.

Commenter  J’apprécie          180

Voilà un livre sur la guerre de territoire et de convictions. Les frères Médicis luttent pour conserver leur pouvoir dans leur ville Florence. Un beau livre en effet mais alors je me suis perdue avec cette multitude de personnages, tous des hommes et on finit par se demander qui est un allié, qui est un ennemi. Les personnages de femmes sont très beaux et mis en valeur. J'ai aimé mais je ne pense pas perdurer dans cette trilogie.

Commenter  J’apprécie          90

A la mort suspecte de Jean de Médicis en février 1429, ses 2 fils Cosme l'ainé et Laurent vont tenter d'asseoir la dynastie de leur famille à Florence !

Cosme est un amateur et un protecteur d'arts, et Laurent s'occupe de la banque familiale.

Mais à Florence, ils ont un adversaire puissant et farouche en la personne de Rinaldo degli Albizzi et de nombreux envieux de leur fortune, de leur réussite et de la place grandissante qu'ils occupent dans la cité !

Nous sommes au "quattrocento " ( période de la 1° renaissance ) et si les villes de Rome, de Venise , de Milan et de Florence rivalisent c'est aussi pour avoir le pouvoir, la suprématie et, ils vont avec l'aide de mercenaires se faire une guerre sans merci !

Cosme va être accusé de concussion puis enfermé dans le Palais de la Seigneurie, mais avec des " pots de vin", plus son alliance avec le Pape ( Eugenio IV ), il sera temporairement exilé à Venise pendant 10 ans ... mais les rivalités, les intrigues pourront continuer à distance et, après une sanglante, mémorable bataille contre les troupes de Milan menée par Piccino capitaine du Duc Filippo Maria Visconti aidé de Francesco Sforza, du mercenaire Sharwartz aux portes de Florence ( Anghiari ) pour anéantir les florentins..Cosme arrivera à en sortir vainqueur et renforcé dans sa puissance !

Après la mort de son frère Laurent, il va prendre " le temps de la réflexion et de l'attention, de l'écoute et de la protection ", et va se consacrer à sa famille et plus particulièrement à son petit fils, le futur Laurent le Magnifique qui deviendra le grand mècène des arts, des lettres et fera le renom des Médicis !

Roman intéressant sur une période de luttes, de rivalités, d'intrigues qui a fait éclore la Renaissance dans toute sa flamboyance et sa beauté..Cosme et Laurent ont été des "préparateurs " acharnés qui ont fait sortir Florence du Moyen Âge et c'est pour cela que Matteo Strukul a voulu tout au long du récit nous donner des détails sur les costumes, les visages, les décors, les batailles pour donner un éclairage plus fort sur les Maîtres de Florence et leur magnificence !

Commenter  J’apprécie          90

Un bon roman historique sur une génération de la famille Médicis, ben écrit et prenant.

Cette famille est présentée de façon très positive, sans part d'ombres, une représentation probablement un peu éloignée de la réalité...

Une lecture plaisante malgré tout.

Commenter  J’apprécie          30

Moi, Médicis est un roman historique mettant en scène l'illustre famille florentine, et son ascension dans la première moitié du Quattrocento. À la mort de son père, Cosme, épaulé par son frère Laurent, prend la tête du clan, mais les ennemis sont légion, en particulier Rinaldo degli Albizzi, qui souhaite précipiter leur chute.

Comme à chaque fois que j'ouvre un livre portant sur ma période historique favorite, et mettant de surcroît en scène l'une de mes familles préférées de l'époque, mes attentes étaient extrêmement élevées. Et malheureusement, elles ont été déçues.

Le rythme du récit est discutable. L'intrigue progresse à grands coups d'ellipses, là où l'auteur prend pourtant le temps de s'attarder sur pléthore de détails inutiles, comme la description minutieuse des tenues de Cosme et de son entourage.

Entre les bonds dans le temps et le grand nombre de personnages mis en scène, l'histoire est assez difficile à suivre, même pour moi qui connaîs pourtant un peu le contexte. Car non, ce roman ne se concentre pas sur les Médicis. À la lecture, j'ai surtout eu l'impression que les vrais protagonistes étaient Laura Ricci et Reinhardt Schwartz.

Si le second est plutôt intéressant, je n'en dirais pas autant de la première… On voit venir très vite les révélations concernant ses motivations, qui deviennent totalement incohérentes dès lors que la vérité éclate. Que Laura soit d'abord aveuglée par la haine, d'accord, mais ensuite, on passe de « Je hais les Médicis parce que j'estime avoir une bonne raison de le faire » à « En fait, c'est une autre personne que je devrais haïr, mais tant pis, je vais continuer à m'acharner sur eux, parce qu'ils sont méchants de condamner à mort des gens qui ont tenté de leur faire la peau. »

D'ailleurs, et à l'inverse de Laura, je trouve ce roman un tantinet trop bienveillant à l'égard des Médicis, notamment de Cosme, ce brave homme loyal, fidèle et fou amoureux de sa femme, passant ainsi sous silence l'existence De Carlo, son fils illégitime…

Enfin, dernier point négatif, mais qui est, je présume, plutôt à reprocher à la traduction : les prénoms francisés. Je n'aime déjà pas cela en temps normal, étant habituée aux noms italiens, mais c'est d'autant pire et surtout absurde dans ce livre où seule une poignée d'entre eux (Cosme, Laurent et Jean) sont traduits, quand tous les autres personnages gardent leur dénomination d'origine. Logique, quand tu nous tiens…

Ce n'est pas une mauvaise lecture en soi, j'ai apprécié de retrouver la Florence des Médicis, mais aussi le reste de la Toscane, Venise, Milan…, malgré quoi j'attendais plus de ce roman. Dans le même registre, je vous recommande plutôt la trilogie de Patrick Pesnot, La malédiction des Médicis.


Lien : https://leslecturesdecyrligh..
Commenter  J’apprécie          10

Ce remarquable roman historique nous plonge dans l'Italie de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance. Terre des arts mais aussi de lutte sans merci entre les familles influentes, les cités, les principautés sans oublier le pape. Violences, empoisonnements, trahisons, combats sont les armes des Visconti, des Medicis, personnages centraux du roman.

Commenter  J’apprécie          10

Un roman historique qui selon l'auteur est le 1er tome d'une trilogie..un éclairage sur cette famille qui régna sur Florence..au début du roman nous croisons Brunelleschi en train de s'atteler à la coupole de la fameuse Santa Maria..ensuite le rythme s'accélère et c'est la rencontre avec toutes les turpitudes existants alors ,autour d' une course au pouvoir effrénée et l'usage de coups bas...de nombreuses descriptions de combats assez insoutenables émaillent ce récit et la présence de personnages sulfureux viennent compléter cette saga

Commenter  J’apprécie          10

On assiste à la vie quotidienne d'une famille de pouvoir richissime. A cette époque là les règlements de comptes se faisaient à l'aide de poisons, de ruses et de séductions malsaines. Les Médicis aussi riches soit ils, n'étaient pas épargner bien au contraire mais lorsqu'un membre de leur famille était visé leur couroux étaient à la haute de leur rang.

Commenter  J’apprécie          00

"Moi, Médicis" nous plonge dans l'univers de cette famille exceptionnelle qui dominera la Toscane, donnera deux reines de France et soutiendra avec une vision artistique exceptionnelle les plus grands artistes de la renaissance.

Matteo Strukul nous dépeint dans ce roman les origines de cette saga, Cosme l'ancien et son frère Laurent qui devront affronter les complots et rivalités des autres grandes familles de Florence pour accéder au pouvoir.

Particulièrement Rinaldo degli Albizzi, sa muse vengeresse Laura et son fidèle mercenaire suisse Schwartz.

Une belle écriture, un thriller historique où l'on trouve tous les ingrédients pour être accroché et se plonger dans cette renaissance qui fascine toujours autant.

C'est le premier roman d'une trilogie Médicis, on savoure d'avance la suite.

Commenter  J’apprécie          00

Un récit plaisant à lire, une Renaissance plutôt bien dépeinte. Matteo Strukul a certainement su transmettre cette histoire impressionnante avec passion. On s'étonne cependant d'une trame narrative qui s'égare trop rapidement, entre les intrigues politiques et les guerres. Trop d'éléments ont été mis de côté, rendant parfois la lecture confuse. Seulement pour ce roman, une trilogie aurait été nécessaire.

On peut également se questionner sur les choix de traduction de Sylvie del Cotto. Pourquoi avoir traduit les noms de Giovanni, Cosimo et Lorenzo de Medici, alors qu'elle conserve l'italien pour les autres noms? Bien que ça ne soit pas un problème en soit, il me semble que ça manque de rigueur. Ce roman est assurément divertissant, mais sans doute insuffisant pour m'encourager à lire la suite.

Commenter  J’apprécie          00



Autres livres de Matteo Strukul (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2763 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre