AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782366299564
98 pages
Editions ActuSF (03/01/2019)
3.25/5   2 notes
Résumé :
Découvrez l'univers d'une figure de l'âge d'or de la science-fiction.

Des interviews (Noël Sturgeon, Bertrand Tavernier, Christian de Chalonge, Laurent Heynemann...), des essais (Marianne Leconte, Jeanne-A Debats, Tristan Garcia, Jo Walton, Thomas F. Monteleone, Fabrice Defferrard...) ainsi que des archives inédites pour tout apprendre de l'auteur de Cristal qui songe et Les plus qu'humains.
Que lire après Theodore Sturgeon : Le plus qu'auteurVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique

Théodore Sturgeon est un des Grands de l'Age d'Or de la SF, le papa (entre autres) de "Cristal qui songe" (première parution française en 1952 au Rayon Fantastique) et des "Plus qu'humains" (1957 dans la même collection).

2018. Centenaire de sa naissance. C'était l'occasion ou jamais de reparler d'un des papes du genre; son empreinte sur la SF a été si forte que l'oubli aurait été erreur fatale.

Entre autres parutions hommages de circonstance: Bifrost n°92 (automne 2018) et le présent ouvrage. on note d'emblée que les deux usent de la même référence à son chef d'oeuvre pour sous titrer habilement: "Le trop humain" pour le premier, "Le plus qu'auteur" pour le second.

Le principe de Bifrost: une revue trimestrielle d'actualités SF, centrée à chaque parution sur l'évocation biographique et bibliographique (et plus si affinités) d'un auteur du genre ou d'un autre thème, la récurrence d'articles fétiches.

Le principe de "Sturgeon, le plus qu'auteur": un mook de 98 pages sous format 27x19 (c'est grand), hybride entre livre, magazine et revue, qui ici agglutine interviews, témoignages, archives, essais et analyses agrémentés de photos privées ou autres,de correspondances, d'affiches et articles de journaux (Metz 1976), unes de couverture d'éditions anglo-saxonnes le plus souvent.

Chaque intervenant nous parle tour à tour du contact privilégié qu'il a eu à un moment donné avec l'auteur, évoque parfois des instants fortuits, ou délibérés durant lesquels une collaboration envisagée s'est concrétisée, s'est réalisée ou a été abandonnée.

Noël Sturgeon, 4ème fille de l'auteur, administratrice des oeuvres et droits artistiques de son père, ouvre les débats pour un entretien où il est, entre autres, question:
_de l'écrivain vu de l'intérieur, au plus près de sa famille; de l'influence des fluctuations de sa vie sentimentale sur son oeuvre, il s'est marié 5 fois et a eu un nombre conséquent d'enfants;
_de l'importance de son beau-père haï sur son imaginaire, sur ses visions de l'enfance, des délaissés et laissés pour compte de la société;
_de sa place jugée à part dans l'Age d'Or de la SF;
_du pourquoi d'un petit nombre de romans en regard de celui, conséquent, de ses nouvelles;
_du traitement de ses thèmes de prédilection: humanisme, amour, enfance, différence... loin des moyens SF traditionnels: Space-Opera et de la hard-science;
_des rapports de l'oeuvre et de l'auteur avec la rock-culture psychédélique US et la contre-culture des 60's finissantes:
_des difficultés de l'adapter au cinéma;
_de Théodore Sturgeon, l'homme et l'auteur, de ses réactions s'il était, par magie, réinjecté dans le XXème siècle finissant et le XXIème commençant: Internet, Trump, populismes xénophobes, "Les plus qu'humains" et le Projet Pionner 10...etc

Marianne Leconte, anthologiste et préfacière du Livre d'Or de la SF qui avait été consacré à Sturgeon en 1978 (Presses-Pocket SF n°5013).
Une longue préface (ici écourtée mais illustrée) qui fait remonter, plus que tout autre article de ce mook, ce que j' "entends et ressens" en lisant Sturgeon. J'en laisse ci-après émerger certaines expressions et termes, récurrents et forts, qui tracent bien l'homme (mariages, naissances, divorces, dépressions, hyperactivité, sentiments, ressentiments, souffrances, thérapies, amour, haine..etc) et son oeuvre (empathie, humanisme, émotion, défense des laissés pour compte, fragilité, souvenirs, fantasmes, destruction de l'image du beau-père...etc) le tout emmêlé à tel point qu'on ne sait plus qui de l'homme ou de l'oeuvre en est bénéficiaire.

"Rarement, en science-fiction, un auteur aura été aussi inséparable de son oeuvre"

Cette préface est "l'Article" du mook, son axe, celui qui fouille, dissèque, laisse remonter l'essentiel, explique et argumente. Sturgeon, écrivant, s'exorcisant, plonge en lui-même, offre en rebond à son lecteur quelques solutions à des problèmes chez lui presque identiques. L'interface auteur/lecteur est réduit à sa plus simple expression, le contact est direct, d'homme à homme, osmose parfaite de l'un à l'autre. Marianne Leconte remonte toute la filière des raisonnements successifs de l'auteur: de l'immaturité au gestalt de "Les plus qu'humains" en passant par le rejet, la solitude, le besoin d'amour, la nécessité de l'association. le Tout plus grand que la somme de toutes ses parties. En corollaire apparaît l'échec d'un monde confié à l'intelligence d'une majorité, la possibilité de trouver des solutions via des raisonnements autres, ceux des rejetés, des déclassés. Sturgeon porte en lui le poids écrasant et salvateur d'une minorité d'hommes à qui la majorité ne pense jamais sinon en tant que gènes. Quelle belle idée..!

Plus loin, Philippe Hupp nous parle de la venue de Théodore Sturgeon au Premier Festival SF de Metz en 1976: des difficultés de l'organisation à le faire venir, des problèmes de l'auteur en tant qu'invité de dernière heure, de son succès auprès des fans; et surtout de la visite que lui fit Hupp l'année suivante aux USA et de sa déconvenue de trouver l'auteur emprunter un chiche train de vie inattendu au regard de son succès en France.

Suit une curiosité: Sturgeon, apparemment adepte nudiste, reçoit Tom Monteleone (?) dans le plus simple appareil. Ce qui entraîne une inadéquation, un décalage assez amusant entre un fan transi et un auteur sur un piédestal doré.

L'article suivant nous parle des rapports scénaristiques qu'entretint Sturgeon avec Star Trek.
Les trois suivants font référence à des réalisateurs cinématographiques ou télévisuels qui s'essayèrent, réussissant ou échouant, à adapter Sturgeon: Bertrand Tavernier, Christian de Challonge et Laurent Heynemann. Trois cinémas d'auteurs portés sur le réel, attirés par Sturgeon plongé sur les espaces intérieurs de l'homme ...
Sturgeon et l'image: j'ai du mal à concevoir l'association, tant l'auteur semble recroquevillé sur lui-même quand il écrit. Mais les points de vue développés dans les trois articles sont intéressants. Et puis de toute façon, cinéma et SF, me concernant, çà ne colle pas, mon avis ne compte pas, je n'ai pas le recul de la passion. La science fiction m'est mots et idées, dès qu'elle est images elle m'est déjà trop ancrée dans le réel.

Bertrand Tavernier cherchant à adapter en vain "Les plus qu'humains" et échouant pendant les négociations: "Je pense que la science-fiction a été littéralement détruite par Starwars. La Guerre des Etoiles a fait tout régresser de cinquante ans en arrière... [ ] ... Et la dictature des effets spéciaux a beaucoup contribué à effacer ce genre de littérature. Parce que pour Bradbury, Simak, Asimov ou Sturgeon on n'a pas beaucoup besoin d'effets spéciaux." On peut être d'accord ou pas, la question a le mérite d'être posée.

Le mook se termine par un port-folio de couvertures anglo-saxonnes et un bref guide de lecture.

Merci à Actusf Ed., Forum les débats, Babelio et Masse Critique.


Lien : https://laconvergenceparalle..
Commenter  J’apprécie          101
Theodore Sturgeon : le plus qu'auteur est un mook (magazine-livre vendu en librairie) consacré à un auteur de science-fiction ayant eu une grande influence dans la littérature de genre, mais pas seulement, et pourtant assez méconnu du grand public. C'est en tout cas ainsi que Sturgeon est présenté dans cet ouvrage, et cela correspond assez avec mon expérience. de lui, je n'ai lu que son roman le plus célèbre : Les Plus qu'humains, tandis que Cristal qui songe attend bien sagement sur une de mes étagères que je me décide à le lire un jour.
Les interviews et articles sont richement illustrés de photos, couvertures et affiches originales... La maquette est claire et flatte la rétine. Bref, c'est un bel objet.

Le livre s'ouvre sur l'interview de la fille de l'auteur, Noël Sturgeon. Sans conteste l'entretien qui m'a le plus plu. On y découvre l'auteur dans le privé, sa relation avec sa famille, avec le milieu littéraire, sa façon de travailler... On se rend compte également de la grande influence de sa vie personnelle sur son écriture. Tout cela est très intéressant.

Vient ensuite un article signé de l'éditrice et autrice Marianne Leconte. Ce texte a été écrit à l'origine pour le Livre d'or consacré à Theodore Sturgeon (Pocket, 1978). Il s'agit d'une courte biographie de l'auteur, suivie d'une analyse de son oeuvre. Marianne Leconte décrit les grandes thématiques abordées par Théodore Sturgeon, dans ses principaux romans comme dans ses nouvelles les plus obscures. le moins que je puisse dire est que son enthousiasme pour le romancier est communicatif. Son article remplit brillamment le double objectif de me faire découvrir l'auteur tout en me donnant envie de lire ses écrits.

Cet article et l'interview de Noël Sturgeon sont très complémentaires et sont clairement ce que j'ai préféré dans ce livre. La suite est plus inégale. On a de l'anecdotique, mais drôle, avec un court article de Tom Monteleone. Quant à l'interview de Philippe Hupp, elle permet de se rendre compte de la popularité de Sturgeon en France dans les années 70.

L'article sur Star Trek m'a laissé froid, par contre. Est-ce parce que je n'ai jamais été un fan de cette série, mais le fait que Sturgeon ait écrit le scénario de deux épisodes ne me parait pas spécialement digne d'intérêt. Ah, si, il y a une chose que j'ai retenue : D'après Leonard Nimoy, l'interprète de Spock, Theodore Sturgeon serait l'auteur de la célèbre formule qui accompagne le salut vulcain : « Live long and prosper. » (Longue vie et prospérité). Comme cette anecdote avait déjà été donnée par Noël Sturgeon dans son interview... et qu'elle sera de nouveau rappelée dans une citation en fin d'ouvrage, j'en déduit que cela doit être important.

Suivent trois interviews de réalisateurs français : Bertrand Tavernier, qui a souhaité un temps tourner un film sur Les Plus qu'humains, mais le projet n'aboutit pas, et de Christian de Chalonge et Laurent Heynemann, qui ont chacun adapté une nouvelle de Sturgeon pour la télévision. Ces interviews ne sont pas inintéressantes mais le fait qu'on leur pose globalement les mêmes questions auxquelles ils donnent globalement les mêmes réponses provoque un désagréable sentiment de répétition. En effet, ces trois réalisateurs sont issus du même milieu et portent le même regard sur l'auteur et sur la science-fiction. Il aurait été bien plus judicieux de les interviewer ensemble.

Tant que je suis dans les doléances, le livre contient plusieurs lettres de Sturgeon, ou qui lui sont adressé, faisant partie de la correspondance entre l'auteur et d'autres grands noms de la sf : Bradbury, Silverberg, Vonnegut, Zelazny, Asimov... ainsi qu'avec Bertrand Tavernier. Ce sont des documents précieux et sans nul doute dignes d'intérêt. Malheureusement, comme ces lettres ne sont pas traduites et que je ne suis pas anglophone, c'est une quinzaine de pages du livre qui m'est resté incompréhensible.

Le livre se conclut avec un sympathique guide de lecture. Plusieurs personnalités nous parlent d'un texte de Sturgeon et nous expliquent en quelques mots pourquoi ils l'ont adoré. Les textes donnent envie de lire bien comme il faut, mais je regrette leur trop petit nombre. J'en aurais bien repris pour quelques pages de plus.

Bref, j'ai trouvé cet ouvrage assez inégal. Il est desservi par la partie consacrée au cinéma, soit un bon tiers du bouquin, dispensable à mon avis. L'interview de la fille de l'auteur, l'article de Marianne Leconte et le guide de lecture valent, par contre, franchement le coup. Inégal, donc, mais intéressant tout de même.

Je sens que Cristal qui songe ne va plus m'attendre très longtemps sur son étagère...
Lien : http://lenainloki2.canalblog..
Commenter  J’apprécie          1415

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Je regrette beaucoup qu'il n'ait pas pu assister à l'avènement d'Internet. Il exploite souvent dans son œuvre l'idée d'une humanité capable de partager instantanément des capacités, des talents et des informations, comme dans Le contact de la main, Le choix de la méduse, Les talents de Xanadu et bien sûr, Les plus qu'humains. Internet l'aurait sidéré. Il pensait que ce genre de choses nous conduirait forcément à la paix et au respect des droits humains universels. Il aurait donc été déçu du résultat...
[extrait de l'interview de Noël Sturgeon, fille de Theodore Sturgeon.]
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (14) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4961 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *}