AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bjarni Adalbjarnarson (Éditeur scientifique)Régis Boyer (Traducteur)
EAN : 9782228884723
315 pages
Éditeur : Payot et Rivages (14/01/1992)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Cette saga est le joyau de la collection des sagas des rois de Norvège que l'Islandais Snorri Sturluson rassembla, au début du XIIIe siècle, sous le titre de Heimskringla. Nous y suivons les destinées du premier grand roi unificateur et législateur de son pays, Olaf Haraldsson, qui périt à la bataille de Stiklarstadir en 1030 et fut immédiatement proclamé saint, tant pour avoir christianisé la Norvège que par les nombreux miracles qui suivirent sa mort : il reste le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
miriam
  26 novembre 2019
A Thingvellir, à Reykolt où un musée est consacré à Snorri Sturluson, à Borganes  au Musée de la Colonisation où une exposition entière raconte la Saga d'Egill, j'ai eu très envie de lire une saga médiévale. J'ai commandé le livre de Régis Boyer édité dan la Petite Bibliothèque Payot. Couverture sobre noire, sans illustration titre en jaune, 313 pages, des notes, le tout imprimé en très petits caractères. 
Franchement, pas très attirant. Il m'a d'abord un peu effrayée. J'ai préféré les polars d'Arnaldur Indridason, les romans islandais contemporains, repoussant cette lecture érudite quand la PAL islandaise serait liquidée. Il fallait bien se jeter à l'eau et emprunter le drakkar des vikings (le terme drakkar n'est pas correct, il y a un glossaire des bateaux à la fin de l'ouvrage).
J'ai donc suivi le jeune Olafr, fils d'Asta (je viens de quitter une Asta tout à fait moderne), élevé à la cour de Sigurdr-la-truie dans ses expéditions dès l'âge de 12 ans, au Danemark, puis en Suède,  en
"tu rompis encore, chef du serpent de la tourmente,
le martial pont de Londres ;
La chance t'a souri pour conquérir des pays.
Les écus, rudement heurtés dans le Thing de Gunnr
Jouaient et les vieilles mailles
Sautaient
Bataille s'en accrut"
Tantôt en prose, tantôt en vers quand il cite les Scaldes qui chantent les héros (aèdes ou griots?) le texte n'est pas difficile à suivre, il faut aller chercher dans les notes la traduction de nombreux titres et surtout les noms de lieux, la géographie viking est bien différente de la géographie moderne comment deviner que Kinnlimasida désigne la Hollande, que Valland est la France, Varrandi, Guérande , Holl Dol de Bretagne ? D'autant plus que les Vikings naviguent très loin, dépassent l'Espagne, vont en Russie.
Les razzias, batailles navales sont un peu lassantes à force...ainsi que les alliances pour atteindre le pouvoir. 
En revanche je me délecte de détail de la vie quotidienne, comme d'apprendre que le roi lui-même faisait les foins, comment on versait la boisson dans des cornes à boire qui comportaient des mesures, on pouvait boire des rations mesurées ou au contraire à volonté...
Au chapitre XXXII, Asta se prépare à recevoir Olafr, son fils
Asta se lève sur le champ, ordonnant à tout le monde, hommes et femmes de tout préparer pour le mieux. Elle fit prendre par quatre femmes les décorations pour la salle qu'elle fit rapidement orner de tapisseries, aux murs et sur les bancs. Deux hommes couvrirent de paille le plancher, deux autres dressèrent la desserte, deux les victuailles ; elle en dépêcha deux depuis la ferme, deux apportèrent la bière, tous les autres hommes et femmes sortirent de l'enclos....
Malgré le pittoresque des noms comme Einarr Secoue-Panse, j'ai fini par me lasser des batailles et des intrigues où je me suis perdue dans les alliances. Je ne suis pas venue à bout de la saga mais ne regrette pas la lecture du début. 
Lien : https://netsdevoyages.car.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
unpeudeau
  05 mai 2012
je ne sais pas si ce livre est bien moral -d'un point de vue catholique du moins - car il démontre que là où le commun des mortels peut vivre une vie entière de prières et d'abnégation dans la plus grande des souffrance et l'amour de son prochain sans jamais glaner la moindre béatification et qu'il faut se faire martyriser au moins 2 fois pour avoir une auréole (sacré Sébastien qui s'est requinqué après sa transformation en pelote d'épingles juste pour la joie d'y retourner !) et voilà t-y pas que ce type là, juste parce qu'il avait les bons appuis se retrouve saint alors qu'il n'a été qu'un roitelet plutôt brutal juste parce qu'il a fait quelques miracles - pas des énormes en plus- après sa mort... j'vous jure ... après on s'étonne des pertes de vocation.
sinon les sagas sont un type spécial de littérature, difficile de le conseiller à l'aveuglette, ça ne peut pas plaire à tout le monde (amateur de romance s'abstenir) - mais surtout accompagné des bons commentaires c'est vraiment très dense, riche et intéressant
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


Dans la catégorie : Littérature islandaiseVoir plus
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature islandaise (26)
autres livres classés : norvègeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
117 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre