AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9782070788903
Éditeur : Joëlle Losfeld (01/02/2011)

Note moyenne : 2.64/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Odile, une jeune femme ni jolie ni vilaine, se réveille un matin, se trouvant plus aimable que d’ordinaire. Elle séduit quelques hommes, se fait des amies et des amis. C’est le point de départ d’une curieuse histoire où se croisent des taulières de bistrots, des tueurs à gages, un jeune homme timide et ses amis d’autrefois, sans compter les chiens, les chats et les poissons rouges.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
trust_me
  14 mars 2011
Ils sont huit, cinq garçons et trois filles. Tous habitent dans le même quartier. Certains vivent en couple, sont voisins, se croisent au café, s'observent dans la rue. Ils se cherchent, se tournent autour. Figure centrale de cette petite bande, Odile est lectrice dans une maison d'édition. Cette célibataire tout ce qu'il y a de plus banal décide un jour de se prendre en main. Elle va faire tomber dans son escarcelle Beaufils, Legendre et Walter et rendre jalouse Anna et Yolande, deux tenancières de troquet, sous le regard tendre de Jaboulier et Chapoutet, les homos qui vivent dans l'appartement au-dessus du sien.

Tout ce beau petit monde va se lier d'amitié, partager des moments festifs et d'autres beaucoup moins. Les couples vont se former et le temps va passer, impitoyable…

Pfff est un premier roman ambitieux. de prime abord, on a l'impression que les paragraphes s'enchaînent sans véritable fil conducteur. On passe d'un personnage à l'autre, on saute du coq à l'âne, un peu comme si on écoutait une énorme impro de jazz sans savoir vraiment où le musicien veut nous emmener. Mais sous ces airs nonchalants se cache un récit à l'évidence très structuré. L'évolution des relations entre les acteurs de cette tragi-comédie est parfaitement construite.

L'écriture est elle aussi faussement relâchée. Les phrases sons souvent longues, pleines de virgules semblant vouloir retenir un flot incontrôlable. Langage soutenu et vulgarité s'entrechoquent sans crier gare. L'humour est aussi très présent et on sourit souvent. Mais un peu plus de simplicité aurait été bienvenue et aurait débarrassé le texte de quelques scories inutiles. Et puis cette coquetterie consistant à changer les noms de certains personnages au cours du roman m'a paru sans intérêt et m'a beaucoup agacé.

Il faut dire que j'ai eu un peu de mal à suivre. L'intérêt justement, c'est ce qui m'a le plus manqué. Déjà, j'ai péniblement terminé le premier chapitre (90 pages) ne m'y retrouvant que difficilement entre tous ces noms et prénoms auxquels rien d'intéressant n'arrive. Par la suite, ayant bien identifié les différents membres du groupe, la lecture est devenue un peu plus agréable. Il faut dire aussi qu'il se passait enfin quelque chose de clairement compréhensible (Walter et Odile au Portugal, la réconciliation de Jaboulier et Chapoutet…). Il n'empêche que je n'ai jamais vraiment trouvé mon compte dans ce texte. Beaucoup d'ennui et trop peu de satisfaction, voila ce que je retiendrais. Je dois quand même reconnaître que pour un premier roman, Hélène Sturm montre de belles dispositions, c'est juste que personnellement, je suis passé complètement à coté. D'ailleurs le titre de cet ouvrage, c'est un peu le soupir de soulagement que j'ai poussé en tournant la dernière page, c'est dire !
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
akasha580
  22 février 2011
L'histoire d'un quartier avec deux bistrots, l'histoires simultanées de plusieurs vies qui se croisent de ci de là régulièrement et dont les destins vont faire que...
On ouvre une porte, on en ferme une autre, on en rouvre une pour en laisser une ouverte. Ah, un livre incroyable dont le seul reproche, que j'ai à faire, est le fait qu'il porte par moments un peu trop de connotations sexuelles que j'ai trouvé inutiles et je ne suis pas prude.

J'avoue également qu'il faut s'adapter à la façon dont écrit Hélène Sturm, les personnages se chevauchant, se percutant tout le temps; il faut donc réussir à jongler, ce qui peut être perturbant.

----------------- la suite sur mon blog ---------------------
Lien : http://leslecturesdesophie.o..
Commenter  J’apprécie          20
Culturopoing
  23 mars 2011
Pfff : «en majuscule, une consonne occlusive labiale sourde, suivie, en minuscules, de trois fois la même consonne fricative labiodentale sourde». Titre surprenant pour un roman, surtout un roman fabuleux - fabuleux entre autres au sens où tout ce qui y est décrit semble réel, réellement transfiguré par le merveilleux dont Hélène Sturm sait parer le quotidien.
Oui, Pfff est un livre qui fait du bien, si vous voulez savoir, comme fait du bien une caresse impromptue ou un toast à la séduction pour promettre de voluptueux lendemains.
Pfff… quelle belle surprise pour nous qui aimons lire, quelle belle traversée vers tout ce qui nous appelle à la vie.
Retrouvez une chronique plus étoffée sur Culturopoing !
Lien : http://www.culturopoing.com/..
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox

Autres livres de Hélène Sturm (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
288 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre