AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Maurice Rambaud (Traducteur)
EAN : 9782070393459
636 pages
Gallimard (14/02/1995)
4.31/5   873 notes
Résumé :
A Brooklyn, en 1947, Stingo, jeune écrivain venu du Sud, rencontre Sophie, jeune catholique polonaise rescapée des camps de la mort. A la relation de la rencontre du jeune homme avec l'amour, se superposent la narration du martyre de Sophie, l'évocation de l'univers concentrationnaire et de l'holocauste nazi. Les deux veines, autobiographique et historique, irriguent en profondeur ce roman et fusionnent en une émouvante parabole sur l'omniprésence du Mal, symbolisé ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (86) Voir plus Ajouter une critique
4,31

sur 873 notes

Meps
  15 décembre 2021
Un livre dont le titre a donné naissance à une expression qui traverse le temps est-il forcément un grand livre ? J'aime poser ce genre de grande question qui est pourtant le plus souvent inutile car même si la règle s'imposait, elle comporterait forcément... des exceptions qui la confirmeraient.
Si règle il y a, le roman de Styron ne fait pas exception. C'est un grand roman que ce choix de Sophie... et c'est le choix le plus impossible qui soit que celui qui est proposé à Sophie vers la fin de ce livre, et c'est bien la puissance de cette impossibilité qui a pu donner naissance à l'expression.
On attend tout au long du récit l'arrivée de ce choix, on se dit qu'a de nombreux moments de sa vie Sophie est confrontée à des choix: entre soutenir un père ou le rejeter, entre soutenir la Résistance ou choisir la "lâcheté" pour protéger sa famille, entre rester avec un compagnon violent ou s'enfuir pour se préserver. Ce sont tous des choix difficiles, où la notion même de choix semble injuste parce que les termes ne sont pas égaux, ou parce que le courant de la vie semble diriger dans un chemin sans qu'aucune décision ne soit réellement prononcée. Mais quand arrive LE choix, on ne peut pas le confondre avec les autres: pour le coup jamais termes n'auront été plus égaux que ces deux-là, jamais décision n'aura été aussi nécessaire, vitale. Et c'est pour le coup à cause de cela que le choix devient impossible... tout en étant impossible à refuser.
Je choisis de ne pas révéler sur quoi porte le choix, même si de nombreux résumés ou critiques doivent forcément en parler, parce que j'ai réussi de mon côté à me préserver de le savoir et que la lecture et le moment décisif n'en ont été que plus forts.
Au delà de cette "révélation", la force du récit est dans sa construction diablement intelligente. L'opposition entre un narrateur maîtrisant parfaitement la langue puisqu' écrivain et l'héroïne polonaise forcément maladroite en anglais est brillante, puisque le récit des aventures du narrateur et les témoignages recueillis auprès de Sophie se répondent et se renforcent du fait de leurs différences de style. La brillante intelligence des propos du narrateur luit encore plus en opposition à la force de la simplicité du récit de Sophie... qui n'en devient lui du coup que plus puissant dans sa nudité stylistique. le choix de l'auteur d'un témoignage morcelé, d'abord cousu de mensonges avoués par Sophie par la suite, puis qui se révèle petit à petit, au fur et à mesure des confessions aidées par l'alcool, tout cela est également superbement intelligent, construit à la manière d'un orfèvre.
La force du roman réside également dans les thématiques abordées. Si on devait donner le thème principal du livre, on ne pourrait que dire Auschwitz et la solution finale... et on se dirait que ce thème est donc forcément l'unique. Mais l'auteur parvient également à y aborder remarquablement des thématiques intemporelles et modernes comme les affres de l'écriture, la question de l'esclavage et de la prise en compte de la minorité noire aux Etats-Unis, la question de la violence conjugale, de la dépendance à l'alcool et à la drogue, des troubles psychiatriques... le tout avec des passages sexuels à la fois crus et sensuels ainsi que des propos sur la religion très provocateurs, cela lui ayant d'ailleurs valu d'être interdit régulièrement dans certaines bibliothèques à l'époque.
Il faut avoir une ambition démesurée pour son livre pour imaginer pouvoir aborder tous ces thèmes à la fois. le choix de Sophie est le dernier roman de Styron et on y sent toute la force et la maîtrise de l'écrivain chevronné. Dans une mise en abyme de sa propre personne et de celle du narrateur, Styron évoque dans le livre ses précédents romans comme les possibles futurs romans du jeune narrateur, romancier en herbe... Cela ne peut que donner envie de s'y plonger pour découvrir comment s'est construite une plume aussi habile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6821
michemuche
  31 juillet 2018
1947. Stingo arrive à New-York avec des rêves d'écrivains plein la tête. La vie à Brooklyn n'est pas simple quand on a quelques dollars en poche et que l'on vient du sud profond.
Stingo fraîchement installé au  » palais rose », une sorte de pension de famille va faire la rencontre de Nathan, juif new-yorkais et de Sophie une belle polonaise rescapée d'auschwist.
Entre eux trois une amitié plutôt destructrice va naître. Nathan est atteint de schizophrénie paranoïaque, tantôt aimable et adorable tantôt violent verbalement avec stingo et physiquement avec Sophie.
Au fil des pages Sophie raconte son triste destin face à un stingo de plus en plus amoureux d'elle.
La vie qu'avait Sophie dans une Pologne prise en étau par les psychopathes staliniens à l'est Et les sociopathes nazis à l'ouest. Sophie est née au mauvais endroit au mauvais moment.
Ce n'était Pas vraiment son choix. Des hommes elle en a connu quelques uns, son père, professeur de fac, un anti-semite reconnu, en avance sur son époque,bien avant les lois anti sémites de Nuremberg. Son mari aussi raciste que son beau-père. Une fois encore Sophie n'a pas le choix, elle subit.
Le choix qu'aura Sophie sera un choix funeste et destructeur qu'elle devra faire à auschwist.
Le roman de William Styron « le choix de Sophie «  est un récit lu il y a plus de trente ans.
Je ne me souviens plus des émotions que j'ai eu à l'époque, mais une chose est sûre ma deuxième lecture a été différente et mes émotions également.
« Le choix de Sophie « est un roman âpre, difficile, voir insoutenable parfois mais quel livre.
Comment définit-on ce genre de récit, oeuvre ou chef-d'oeuvre ?
Mon choix est fait, chef-d'oeuvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          740
darkmoon
  17 février 2014
Un très grand (et gros) roman, dans lequel j'avoue avoir eu quelques difficultés à entrer, mais dépassant les premiers chapitres l'histoire devient très prenante.
Stingo, débarquant à Brooklyn de son Sud natal, est un être en quête d'identité. Engoncé dans sa jeunesse, il se cherche, tant professionnellement que socialement et sexuellement. Et c'est durant cet été 1947 qu'il rencontre Sophie et Nathan.
Le couple Sophie/Nathan est excentrique, débridé, insoumis. Sophie est une jeune femme entièrement soumise à son ami violent. Au fil des pages, Sophie se dévoile, ment, rétablit les vérités, encore et encore, jusqu'à raconter l'indicible. Parallèlement, Nathan devient de plus en plus incontrôlable, tantôt sombre, jaloux et violent, tantôt extrêmement amoureux. Stingo va donc peu à peu découvrir les secrets les plus profonds de ce couple, mais également ceux, intimes et personnels, qui se cachent derrière l'homme et la femme de ce duo à la symbiose un peu désespérée, bancale et irrationnelle.
Sophie/Stingo est le binôme socle du roman, par le biais duquel le récit du passé de Sophie se fait, Stingo ayant le rôle de confident. Elle lui raconte son passé en Pologne.
Stingo et Nathan ont une relation ambiguë, mêlée d'amour et de haine, d'admiration et de rejet. Nathan est un être exquis, dont l'humour et l'intelligence sont hors du commun, mais parfois il adopte une attitude étrange, ce qui ne laisse pas d'inquiéter Stingo. Il s'en prend régulièrement à ses origines Sudistes, le traitant avec mépris et l'accablant pour des faits historiques dont il n'est pas responsable. Sophie n'est souvent que la spectatrice de leurs parfois très longues joutes verbales.
Et enfin Stingo/Sophie/Nathan : relation triangulaire où chacun des protagonistes court lentement à sa perte.
Il est finalement très rare que le repos et la sérénité animent les trois personnages en même temps, puisqu'ils sont tous tenaillés par le doute, le tourment, le remords et la culpabilité, et ce pour des raisons bien différentes. Leurs malaises s'interfèrent en permanence, de façon très juste, dans une atmosphère délétère et souvent malsaine.
Ce « choix », que Sophie s'est résolue à faire un jour, est le fil conducteur du roman. Mais autour de ce drame gravitent d'autres drames, qui donnent de l'ampleur à ce grand roman de la perdition et du malheur. En effet, "Le choix de Sophie" est construit sur la superposition de trois thèmes. le premier est le récit fortement autobiographique de Stingo, de ses tribulations professionnelles, amoureuses, sexuelles. le deuxième est la relation amoureuse passionnelle, merveilleuse, violente et destructrice de Nathan et Sophie dont Stingo est l'observateur. C'est une nouvelle approche bien conduite du thème tant de fois exploré de "l'amour à la mort". le troisième thème est bien sur le passé concentrationnaire de Sophie, de sa lutte pour survivre et toute son horreur, avec le choix entre la vie et la mort d'un de ses deux enfants et le remord destructeur qu'implique un tel acte.
Styron nous livre une synthèse brillante. L'enchainement des trois thèmes fait que ce roman est exceptionnel. Oser mélanger des frustrations sexuelles de jeunesse et Auschwitz ! Et le réussir... le culot de Styron n'a d'égal que son talent pour construire ce roman essentiel et l'écrire d'une plume fluide et agréable. Un livre inoubliable!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630
mfrance
  20 décembre 2015
J'ai lu toutes les critiques "babeliotes" concernant ce chef d'oeuvre et je souhaite simplement ajouter mon grain de sel aux excellents avis que j'ai pu glaner, sans pour autant raconter le roman, ce qui a déjà été fait ici.
Oui, le choix de Sophie exige du lecteur son attention totale. Par son écriture si dense, par sa construction si élaborée, par la noirceur de son propos, par l'intensité de certaines scènes quasiment insoutenables...
Oui, le choix de Sophie exige du lecteur que l'on accepte les digressions de Stingo. Mais ces digressions sont partie intégrante de cet ouvrage et il est vrai que les réjouissantes aventures du jeune homme avec les fausses délurées et vierges folles qu'il rencontre (pauvre Stingo! malheureux puceau !) offrent une bouffée d'air frais à l'atmosphère insupportable de noirceur dans laquelle se débattent les trois protagonistes du "Palais rose" de Yetta.
Car oui, les diverses confrontations entre les trois personnages : Nathan/Sophie, Nathan/Stingo et Sophie/Stingo emmènent le lecteur dans un univers étouffant et de plus en plus noir au fur et à mesure de la conscience prise, en avançant dans le roman, de l'horreur du vécu de Sophie, de l'état mental de Nathan, cet homme si brillant, si intelligent, si chaleureux, mais aussi cet humain totalement désaxé et profondément malade, qui, in fine, ne peut qu'anéantir Sophie, ce dont elle est parfaitement consciente, qu'elle accepte et qu'elle désire même, peut-être !
Le choix de Sophie est un ouvrage absolument magistral qui, à travers le personnage de Sophie, nous plonge dans tout ce que l'esprit humain peut véhiculer d'espoir, de foi, de naïve croyance (due à la jeunesse de Sophie, lorsqu'elle conte ses souvenirs d'adolescente), puis de désespérance lors de sa descente en enfer, lorsqu'elle arrive dans l'abomination sur terre, Auschwitz, dirigée par cet homme, Rudolf Höss, enfin de dégoût de soi et d'un sentiment morbide d'insurmontable culpabilité pour avoir dû faire le choix horrible auquel on l'a forcée, lors de son arrivée au camp. Ce choix que l'on n'apprend qu'à la fin, tant Sophie rechigne à faire remonter au grand jour cet épouvantable épisode de sa vie !
Mais, penchons-nous un peu sur les rapports que Sophie est très brièvement amenée à entretenir avec Rudolf Höss.
Le commandant du camp s'avère être le parfait représentant de ces nazis, absolument obéissants aux ordres, totalement dénués du moindre esprit de contestation, un homme, même pas monstrueux, au sens où on peut l'entendre d'un esprit malade. Non, Rudolf Höss n'est pas malade, il est simplement complètement et indéfectiblement dévoué à une idéologie dévoyée. Il ne se pose pas de questions. Il accomplit son travail. Il obéit. Est-il taré ou simplement obéissant aux ordres d'une hiérarchie dépravée ? (A lire à ce sujet, ses mémoires ou les souvenirs romancés écrits par Robert Merle, dans "la mort est mon métier".) Ce qui rend cet homme, au demeurant correct et courtois, absolument épouvantable, c'est qu'il agit tout simplement comme un ordinateur qui applique un programme.
Et que peut bien faire Sophie, face à Rudolf Höss ? elle veut, elle essaie de sauver son fils. Son fils, ce garçon blond, aussi aryen que n'importe quel nazi de bonne souche pourrait le souhaiter, elle souhaite, pour le sauver, le faire intégrer au programme du "Lebensborn" (programme inventé par les nazis pour intégrer à la "race des élus" des enfants blonds aux yeux bleus, dignes de représenter la race des seigneurs, c'est à dire eux-mêmes et de répandre à travers le monde les vertus de la race aryenne !).
Alors Sophie tente de sauver son enfant et pour ce faire n'hésite pas à tenter de séduire Rudolf Höss.
Enfin, évoquons brièvement le rapport que Sophie entretient avec la musique qui la préserve de la folie durant la guerre à Varsovie et pendant son incarcération. Cette musique, qui occupe une si grande place lors de sa confrontation avec Rudolf Höss, lorsqu'elle perçoit brièvement quelques notes de la Création de Haydn. Ces notes, pour elles sublimes, lui donnent le courage d'entreprendre sa démarche désespérée auprès du Commandant.
La musique, oui, la musique, seule alternative à la folie. La musique ? elle est née dedans. Elle joue d'un instrument.
Et c'est encore la musique qui la soutient ensuite, après Auschwitz, dans le long parcours de sa réadaptation à la vie. Et ce que Nathan lui offre, entre autres choses importantes, c'est l'accès à la musique, Bach, Mozart et Vivaldi, qu'elle écoute avidement, du matin au soir dans la chambre du Palais Rose....
Bon, je vais m'arrêter là ! Je n'avais pas l'intention d'écrire un aussi long billet et il y a encore tant et tant de choses à dire... une seule encore, une seule, lisez ce livre exceptionnel !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          571
viou1108_aka_voyagesaufildespages
  17 août 2012
J'ai commencé ce pavé à partir d'un malentendu. J'avais lu quelque part qu'il y était question, comme l'indique le titre, du choix horrible imposé à Sophie à son arrivée à Auschwitz : l'officier allemand responsable du triage des prisonniers l'oblige à désigner celui de ses deux enfants qui va survivre, l'autre étant envoyé à la chambre à gaz.
Vu le thème annoncé et la taille du roman, j'ai longtemps hésité à m'y lancer, me demandant comment l'auteur pourrait bien « meubler » 900 pages avec ce sujet.
En réalité, la relation de ce choix intervient assez tard dans le roman, et occupe (en tout cas explicitement) relativement peu de place. Mais il éclaire (enfin, le terme est mal choisi pour des choses aussi sinistres) a posteriori le comportement et la culpabilité sans nom qui ronge Sophie.
Et donc, pour prendre les choses au commencement, se présente à nous Stingo, jeune narrateur fraîchement débarqué de sa Virginie natale à New York. Nous sommes en 1947, Stingo vient de terminer des études littéraires et se rêve en grand écrivain, marchant dans les traces de Faulkner et consorts. Après avoir quitté un premier job alimentaire dans une maison d'édition minable, il s'installe à Brooklyn, dans une pension et un quartier presqu'exclusivement juifs. Il y fera la connaissance du couple formé par Sophie, Polonaise catholique rescapée d'Auschwitz, et Nathan, issu d'une famille juive américaine aisée.
Le roman raconte l'amitié naissante entre Stingo et le couple, et au gré des confidences de Sophie à Stingo, les horreurs que celle-ci a vécues en Europe, son arrivée aux Etats-Unis à l'état d'épave humaine, sa rencontre avec Nathan, et la relation destructrice qu'elle entretient avec celui-ci. Car si Sophie est d'un tempérament doux et désespéré mais stable, Nathan, lui, peut tour à tour se montrer parfait gentleman mais aussi parfait salaud, violent, odieux, paranoïaque, allant jusqu'à reprocher à Sophie d'avoir survécu (Nathan ou le monde à l'envers : quand un Juif devient celui qui persécute).
La description du système des camps de concentration et l'Holocauste offrent l'occasion de nombreuses réflexions philosophiques, sociologiques, psychologiques, sur le Bien et le Mal (ce Mal absolu que seuls les humains peuvent générer), sur la culpabilité et l'innocence, sur le « qu'aurais-je fait à sa place ? », sur le « pourquoi moi ? », et sur l'absurdité des choses qui fait se demander à Stingo si, et pourquoi, au moment même où Sophie arrivait à Auschwitz, lui n'était pas tranquillement assis sur un banc à lire de la poésie.
Qu'on se rassure, le roman n'est pas toujours plombé par ces événements tragiques. Comme pour nous permettre de respirer dans cette atmosphère oppressante, l'auteur nous fait suivre aussi les mésaventures et fantasmes amoureux (attention crudités ) du puceau Stingo (qui fait preuve de beaucoup d'auto-dérision), complètement bleu de l'inaccessible Sophie, et qui ne fera que des rencontres au final décevantes (mais hilarantes pour le lecteur. Je soupçonne l'auteur d'avoir pris un malin plaisir à ne mettre sur la route de notre frustré de service que des filles « compliquées »). A tel point qu'à plusieurs reprises Stingo sera tenté de rentrer auprès de son père dans son Sud tranquille et monotone.
Les allusions à ce fameux Sud permettent aussi d'évoquer l'esclavage, réminiscence de la guerre de Sécession, et les oppositions Nord/Sud, Noirs/Blancs. le roman a été écrit en 1979, à une époque où ces sujets étaient peut-être encore plus sensibles qu'aujourd'hui ? En tout cas le thème est cher à Styron puisque l'auteur/narrateur fait presqu'explicitement référence à un autre de ses livres, « les confessions de Nat Turner ».
Le Choix de Sophie est une oeuvre monumentale, de longue haleine, qui ne se lit ni facilement ni rapidement. Mieux vaut être au calme avec du temps devant soi pour digérer tout ce mal et cette violence.
Mais j'ai trouvé cela remarquablement bien écrit (amateurs de phrases courtes s'abstenir), ce qui n'est pas si courant, intéressant pour qui s'intéresse à l'Histoire. Mention spéciale aux analyses psychologiques très fines des personnages et de leurs interactions (Sophie et Nathan, Sophie et Höss), qui les rendent inoubliables.
Pour moi, ce fut un grand moment de littérature. J'ignore ce que vaut le film qui en a été tiré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          448

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
MepsMeps   11 décembre 2021
Au camp, les gens se comportaient de manières très différentes, certains de façon lâche ou égoïste, d'autres avec beaucoup de bravoure et de noblesse. Il n'y avait pas de règle. Non. Mais c'était un endroit tellement abominable, Auschwitz, Stingo, tellement abominable qu'on a peine à y croire, qu'à dire vrai on n'avait pas le droit de dire que telle ou telle personne aurait dû faire preuve de plus de générosité ou de noblesse, comme dans l'autre monde. Si un homme ou une femme venait à faire quelque chose de noble, alors on pouvait les admirer comme on les aurait admirés n'importe où, mais les Nazis étaient des assassins et quand ils cessaient d'assassiner les gens c'était pour les transformer en animaux malades, si bien que si les gens faisaient des choses qui n'étaient pas très nobles et même s'ils se transformaient en animaux, eh bien, il fallait le comprendre, avec horreur peut-être mais aussi avec pitié, parce que chacun savait qu'il suffisait d'un rien pour qu'il se comporte lui aussi comme un animal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
kuhner_cecilekuhner_cecile   07 mai 2017
Un livre que je me suis forcée à lire jusqu au boit, ms quelle corvée! Le personnage central ininteressant et libidineux, tres creux, Stingo, âgé, revient sur ce qu il a vecu plus jeune, à travers ses notes ecrites a l epoque. C est vraiment tres indigeste, bp de references a une litterature americaine que je ne maitrise pas, un style pompeux , des phrases a rallonge (parfois seulement 2 phrases pr tte une page). En + mon edition france loisirs avec des lettres ttes petites et mal imprimées n a pas facilité le dechiffrage. On se demande assez svt où Stingo veut en venir, on a envie de lui dire de la fermer. On se demande d ailleurs prquoi nathan est son ami, prquoi sophie en fait son confident, tellement ce personnage est sans attrait. On ne saura jms s il a fini et édité son livre...
Il n est là que pr raconter Sophie, qui elle même se raconte à lui de façon décousue, ment, cache des choses. Et franchement ça n aide pas a s attacher a ce personnage. On sent des le debut la fin tragique annoncée, et on peine vraiment à attendre la revelation finale , tant les peripeties intermediaires st ennuyeuses et trainent en longueur ds leur narration. Et qd enfin on arrive au fameux choix, on reste sur sa fin. Pourquoi Eva? Et pas Jan? La scene de sexe qui suit est bien plus détaillée et longue, et c est tres decevant pr moi car je m'en contrefous, et de + je ne trouve pas credible cette sophie folle d amour pr son nathan qui saute sur ce puceau sans intérêt, avec son passé, les agressions subies, ce n est pr moi qu un fantasme d un auteur masculin qui ne comprend pas tout aux femmes. Sophie que j ai eu du mal a plaindre, tant elle est finalement stupide, et fade, et faible. Le personnage de nathan , dont la veritable nature est revelee ds le dernier quart du texte, est finalement celui qui s en tire le mieux. On l admire, on le deteste, on l excuse, et finalement on comprend assez peu prquoi il s est entiché de sa pollack, et surtout de son boulet stingo.

Si vs cherchiez un temoignage de l holocauste, passez votre chemin. On sent que l auteur a fait de bonnes recherches sur le sujet, et le dramatique choix de sophie avait un bon potentiel pr un roman. Ms tt ce travail est noyé ds une ecriture ampoulee et alambiquée, et des péripéties / personnages qui a mon sens casse trop le rythme du recit (et son interet). Il aurait pu ecrire la meme histoire en 300pages, ms là c est 600 pages de + à digerer. Vraiment l impression d un auteur se gargarise de ses references et de sa culture au detriment de ce qu il raconte, alors que ça pourrait etre vraiment passionnant
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
karamzinkaramzin   27 avril 2021
...
Longtemps elle l'avait tenu banni de sa mémoire, me dit Sophie, et il n'avait resurgi dans sa conscience que tout récemment et par pur hasard (...) L'horrible incident s'était produit à bord d'un métro, sous les rues de Brooklin. Elle feuilletait machinalement un numéro de la revue Look, vieux de plusieurs semaines, lorsque soudain la photo de Höss lui avait sauté aux yeux, déclenchant en elle une telle frayeur que le râle étranglé qui jaillit de sa gorge provoqua chez sa voisine un frisson involontaire. Höss n'avait plus que quelques secondes à vivre avant de payer sa dette. Le visage figé en un masque impassible, entravé par des menottes, hâve et mal rasé, vêtu d'un treillis de prisonnier froissé, l'ex-Commandant était de toute évidence sur le point d'entreprendre un voyage d'une importance capitale. Une corde était enroulée autour de son cou, accrochée à une sinistre potence de métal au pied de laquelle un petit groupe de soldats polonais accomplissaient les ultimes préparatifs destinés à le dépêcher dans l'au-delà. Scrutant l'arrière-plan du cliché, derrière la minable silhouette au visage déjà mort et vide (...), les yeux de Sophie cherchèrent, trouvèrent, et enfin identifièrent le décor flou mais indiciblement familier ; la masse trapue et noirâtre du premier crématoire édifié à Auschwitz. Elle jeta la revue à terre et descendit au prochain arrêt, tellement troublée par cette intrusion obscène dans sa mémoire que, plusieurs heures durant, elle arpenta au hasard les allées inondées de soleil qui entouraient le musée et le jardin botanique avant de se sentir capable de gagner le bureau où le Dr. Blackstock commenta en ces termes son air hagard :
― Vous avez vu un fantôme ?
Au bout d'un ou deux jours, pourtant, elle parvint à bannir l'image de sa mémoire.
A l'insu de Sophie comme du reste du monde, Rudolf Höss, au cours des mois qui précédèrent son procès et son exécution, avait rédigé un document qui, bien que d'un intérêt relativement limité, révèle infiniment plus de choses que ne pourrait le faire tout autre étude, sur un esprit emporté par la fascination du totalitarisme. Des années devaient s'écouler avant qu'il ne soit traduit en anglais (une excellente traduction due à Constantine FitzGibbon). Insérée maintenant dans un ouvrage intitulé KL Auschwitz Seen by the SS ― publié par les soins du musée d’État polonais installé désormais sur l'emplacement du camp ―, cette anatomie du psychisme de Höss est à la disposition de tous ceux qui pourraient éprouver la curiosité d’approfondir la véritable nature du mal. Il devrait en tout cas être lu dans le monde entier par une foule de gens, professeurs de philosophie, ministres de l’Évangile, rabbins, chamans, tous les historiens, écrivains, politiciens et diplomates, révolutionnaires des deux sexes et de toute obédience, juristes, juges, pénologues, chansonniers, metteurs en scène, journalistes, bref, tous ceux qui se piquent d'influencer fût-ce de loin la conscience des hommes ― ce qui inclurait nos enfants bien-aimés, ces leaders en herbe de l'Amérique encore en classes terminales, qui devraient être contraints de l'étudier au même titre que L'Attrape-cœur, The Hobbit et le texte de la Constitution. Car l'on constatera au fil de ces confessions qu'en réalité nous n'avons nulle idée de ce qu'est le mal authentique ; tel qu'il est représenté dans la plupart des romans, pièces de théâtre et films le mal est médiocre, voire faux, une minable concoction dont les ingrédients sont en général la violence, les fantasmes, la terreur névrotique et le mélodrame.
Ce « mal imaginaire » ― pour citer Simone Weil ― est romantique et varié, alors que le mal réel est sombre, monotone, dépouillé, ennuyeux. Nul doute que ces mots caractérisent Rudolf Höss et les rouages de son cerveau, un organe d'une banalité si effrayante qu'il est un paradigme de la thèse soutenue avec éloquence par Hannah Arendt quelques années après sa pendaison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
michemuchemichemuche   19 juin 2018
Je n'étais pas un lecteur de manuscrits, mais un écrivain - un écrivain doté de la même ardeur et des mêmes ailes frémissantes que les Melville, les Flaubert, les Tolstoï, ou les Fitzgerald, qui avaient le pouvoir de m'arracher le cœur et de m'en ravir un morceau, et qui, chaque nuit, tour à tour et tous ensemble, me commandaient de consacrer ma vie à leur incomparable sacerdoce.
Commenter  J’apprécie          382
AethysAethys   02 août 2012
[...]Quand au reste, il n'y a aucune raison de le mettre en doute ; sa mère, la maladie et la mort de sa mère, l'épisode de la viande passée en fraude, son arrestation par les Allemands suivie peu après par sa déportation à Auschwitz. Pourquoi , dans ce cas, passa-t-elle sous silence certains éléments et détails qu'en logique, n'importe qui se serait attendu à la voir inclure dans son récit ? Fatigue et dépression cette nuit-là, sans doute. Puis, par la suite, peut-être, une multiplicité d'autres raisons, mais le mot "remords", je m'en rendis compte cet été-là, revenait de façon obsédante dans son vocabulaire, et il est maintenant clair à mes yeux que c'était un effroyable sentiment de culpabilité qui, le plus souvent, la poussait à entreprendre les impitoyables bilans auxquels elle soumettait son passé. J'en vins aussi à comprendre qu'elle avait tendance à voir l'histoire de son passé récent à travers un filtre de mépris masochiste - phénomène nullement rare, semble-t-il parmi ceux qui comme elle avaient subi cette épreuve particulière. Simone Weil écrit au sujet de ce type de souffrance : "Le malheur marque l'âme jusque dans ses tréfonds avec le mépris, le dégoût et même la haine de soi qu'en toute logique devrait susciter le crime, mais qu'il ne suscite pas vraiment."[...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de William Styron (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Styron

Seul le silence de RJ Ellory - Bande-annonce
Joseph a douze ans lorsquil découvre dans son village de Géorgie le corps dune fillette assassinée. Une des premières victimes dune longue série de crimes. Des années plus tard, alors que laffaire semble enfin élucidée, Joseph sinstalle à New York. Mais, de nouveau, les meurtres denfants se multiplient Pour exorciser ses démons, Joseph part à la recherche de ce tueur qui le hante. Avec ce récit crépusculaire à la noirceur absolue, RJ Ellory évoque autant William Styron que Truman Capote, par la puissance de son écriture et la complexité des émotions quil met en jeu.
+ Lire la suite
autres livres classés : holocausteVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus






Quiz Voir plus

le choix de sophie

Quelle actrice connue d'hollywood a reprit dans un film le rôle de sophie ?

marylin Monroe
cameron diaz
jodie Foster
meryl Streep

6 questions
113 lecteurs ont répondu
Thème : Le choix de Sophie de William StyronCréer un quiz sur ce livre