AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Pois0n


Pois0n
  30 mai 2019
Si l'on connaît surtout Subaru-D pour sa série Kakurenbô, au protagoniste plutôt brut de décoffrage, on lui doit aussi Butterflies, une courte romance M/M steampunk pleine de charme, à l'ambiance douce-amère.

Douce, grâce à Sully, le personnage principal. Né dans la misère, travaillant à l'usine, il n'a ni le physique, ni le mental de l'emploi. Là où ses pairs, désabusés jusqu'à la moelle, n'attendent pas grand-chose de la vie, ce garçon un peu simplet passe son temps à rêver. Simplet, naïf, mais pas idiot : passionné par la lecture, au point d'y faire passer presque tout ce qu'il gagne, il possède une culture générale impressionnante même si elle ne lui sert à rien là où il est. Car lorsque l'on vit dans la Basse-Ville, on a bien peu de chances de la quitter un jour. Peu importe : tout ce qui intéresse Sully, c'est chanter. Et tant pis s'il doit le faire travesti en fille pour ne pas faire fuir les clients du bar : il ne voit tout simplement pas ce que ça change. Il est comme ça, Sully : d'une innocence désarmante qui fait tout son charme.

Amère, grâce au caractère De Nerval tout d'abord, un homme faisant trembler tout le monde, de sa secrétaire à son meilleur ami et surtout ses multiples conquêtes. Nerval n'est pas à proprement parler une brute avec les femmes, mais son tempérament volcanique a de quoi en faire douter.
L'ambiance doit également beaucoup au décor. La touche steampunk a beau être discrète et l'histoire ne pas trop s'attarder dessus, le posant plutôt par petites touches, le résultat est efficace : ici le fonctionnement des usines, là quelques mots sur la disparition du soleil derrière ce perpétuel ciel de nuages chargé de poussière métallique... On ressent bien la crasse et la misère de la Basse-Ville, tout comme le clinquant de la Haute-Ville.

Et puis, il y a l'histoire elle-même... Cette relation compliquée et très mal partie dès le départ, entre le naïf Sully qui fonce tête baissée en suivant ses envies (« réfléchir » ou « se poser des questions », il ne sait pas vraiment faire), et un Nerval aux antipodes qui ne sait pas trop comment gérer tout ce que Sully lui inspire.

C'est lourd et pesant donc, pas vraiment optimiste, et pourtant... Pourtant, Sully reste Sully jusqu'au bout malgré « la vie » et l'espoir parvient à percer au milieu de toute cette noirceur. Butterflies est une nouvelle très belle, qui ne laisse définitivement pas indemne et continue à transporter bien après que le livre soit refermé.

Alors oui, on pourrait reprocher la transparence des personnages secondaires ou le côté rapide du dénouement. Mais dans une nouvelle d'une soixantaine de pages, difficile de demander plus. le texte va à l'essentiel et ce n'est pas plus mal.
Et tant pis si l'ouvrage témoigne de son âge et du manque relatif d'expérience de son auteur à sa sortie, avec une conjugaison parfois étrange (surtout au début), ou quelques fautes en goguette. On voit parfois pire dans des bouquins publiés par des maisons d'édition et ça devient de plus en plus discret au fil des chapitres. Pas de quoi gâcher l'éclat de cette petite pépite.
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (1)voir plus