AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Paris (30/11/-1)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
dans Atar-Gull, en 1831 (c’étaient ses débuts littéraires bien avant Les Mystères de Paris), avait raconté la formidable vengeance d’un noir esclave de la Jamaïque dont le père a été pendu par son maître, « bon nègre » récompensé pour son dévouement envers lui par un « prix de vertu » (le Prix Monthion décerné par l’Académie française) et qui meurt « nostalgique et chrétien », après avoir confondu et rejeté la société tout entière : « Oh ! que c’est pitié... pitié d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
Joualvert
  12 janvier 2017
À ses débuts, Eugène Sue a donné dans le roman d'aventure maritime, appelation bizarre mais qui veut tout dire. ''Atar-Gull'' est l'un d'eux. Assez blasé au tout début, j'ai rapidement été happé par l'attrait du contenu varié de la majorité des chapitres, qui sont courts. Un exemple parmi d'autres, celui où nous est présenté l'équipage de la frégate anglaise est divinement savoureux. le focus saute d'un personnage principal à l'autre, au gré des péripéties. Et laissez-moi vous dire qu'ils sont hauts en couleur ces personnages. Il y a un manifeste recours au sensationnalisme. Une certaine démesure donc, mais que j'ai trouvée appropriée. C'est vivant et énergique.
On dit que Eugène Sue est devenu l'activiste social qu'il fut un peu par accident, pendant la rédaction de son fameux feuilleton ''Les mystères de Paris''. Mais déjà dans ce roman, il semble porté à pointer du doigt certaines inégalités. Il est question ici d'esclavage, de traite des noirs, et il aborde le sujet avec une espèce d'ironie narquoise qui m'a plu.
Quant à cet Atar-Gull qui donne son nom au roman et qui prend l'avant-scène au bout d'un moment... que dire de lui et de son inconcevable acharnement ? Ses actions inaugureront à coup sûr des débats d'éthique dans la tête du lecteur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   05 janvier 2015
Alors, elle, promenant son joli doigt blanc sur cette humide rosée... y traçait, rêveuse et souriante, le nom de son Théodrick...
Un léger frôlement qu'elle entendit du côté de la fenêtre la fit tressaillir... elle tourna vivement la tête... les joues colorées, toute honteuse de se voir peut-être surprise dans ses secrets les plus chers...
Mais tout à coup ses lèvres pâlirent... elle jeta violemment ses mains en avant... essaya de se lever... mais ne le put...
Elle retomba sur sa chaise, agitée d'un affreux tremblement...
La malheureuse enfant venait de voir la tête hideuse d'un monstrueux serpent qui se glissait à travers la jalousie et les persiennes, soulevait le store et s'avançait en rampant...
Il se cacha un moment dans la caisse de fleurs qui encadrait la fenêtre.
La disparition momentanée de cet affreux reptile semblait donner des forces à Jenny, elle se précipita vers la porte de la galerie, s' y cramponna, tâcha de l'ouvrir en criant : " Au secours ! ma mère... au secours ! ... un serpent... "
Impossible...
Son père, sa mère, son amant tenaient cette porte en dehors, et Jenny entendit la joyeuse voix du bonhomme Wil qui disait :
" Oui, oui, crie bien, crie bien, ça t'apprendra à avoir peur... petite folle... il ne te mangera pas... sois donc raisonnable... mon dieu ! Que tu es enfant ! - Prends cela sur toi, ma Jenny, dit sa bonne mère... une fois guérie de la peur, c'est pour toujours... allons, sois gentille... "
Jusqu'à son Théodrick qui ajouta : " C'est moi, ma Jenny, c'est moi qui ai tout fait, et tu me donneras pourtant un beau baiser pour ma peine, car c'est pour ton bien, ange de toute ma vie... "
Ils croyaient, eux autres, qu' il s'agissait du serpent mort qu'ils avaient mis là pour habituer la pauvre enfant, comme ils disaient...
Jenny poussa un horrible cri et tomba au pied de la porte...
Le serpent venait de déborder la caisse, et sa queue était encore au milieu des fleurs, que sa gueule entr'ouverte, qui bavait l'écume, béait sur Jenny.
Il s'approcha... vit sa femelle morte... écrasée sous la petite table, et poussa un long sifflement sourd et caverneux.
Il entoura, avec une inconcevable rapidité, les jambes, le corps, les épaules de Jenny, qui s'était évanouie…
Le col visqueux et froid du reptile se collait sur le sein de la jeune fille.
Et là, se repliant sur lui-même, il la mordit à la gorge...
La malheureuse, rappelée à elle par cette atroce blessure, ouvrit les yeux et ne vit que la tête grise, sanglante du serpent et ses yeux, gonflés de rage... qui flamboyaient.
" Ma mère, ô ma mère ! ... " cria-t-elle d' une voix éteinte et mourante...
À ce cri de mort, convulsif, râlant, saccadé, un éclat de rire, faible et strident répondit...
Et l'on put voir l'affreuse figure d'Atar-Gull qui soulevait un coin du store comme avait fait le serpent.
Il riait, le noir ! ! !
Jenny ne criait plus... elle était morte...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
JoualvertJoualvert   20 décembre 2016
On ne sait ce que devinrent Benoît et ses compagnons, seulement le Cafre qui avait conduit cette négociation apprit à l'équipage de la goélette que tout le kraal des petits Namaquas, femmes, enfants, hommes, vieillards semblaient transportés d'une joie délirante, et que désignant l'équipage de Benoît et ce malheureux capitaine, garrottés et couchés par terre, ils chantaient en se caressant l'estomac : « Nous les ensevelirons là, noble tombeau, noble tombeau pour les hommes pâles, nous les ensevelirons là, et nous donnerons leurs yeux et leurs dents au grand Tommaw-Owouh. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sa_avengersa_avenger   27 août 2016
...ce vieux Grec...prophétisant l'avenir de cette nation, qui fut toujours un moyen ou un prétexte dans les mains des puissances européennes.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Eugène Sue (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eugène Sue
A l'occasion du neuvième salon du livre Saint-Maur en Poche, le libraire Gérard Collard recevait le samedi 24 juin 2017 sur la scène de la Griffe Noire, deux auteurs français Alexandra de Broca et Paul Vacca. L'occasion de revenir sur leurs derniers ouvrages...
Au jour le jour de Paul Vacca aux éditions Belfond
Espérant trouver un nouveau souffle, Eugène Sue, feuilletoniste à succès, décide de s'aventurer dans les bas-fonds de la capitale, travesti en ouvrier. À quelques encablures seulement des beaux quartiers, il découvre, ébahi, la réalité poisseuse des faubourgs. Un monde nouveau s'ouvre à lui, baroque et hanté : celui de la pauvreté et du crime. de cette immersion naissent Les Mystères de Paris. Un succès miraculeux qui hypnotise la France entière, de l'ouvrier au ministre, et dont la rédaction quotidienne devient une aventure virevoltante mêlant dans un délicieux vertige la réalité à la fiction... Au Jour le Jour rend un hommage complice à ce genre populaire et addictif qui s'inventait alors, plus d'un siècle avant les séries télévisées ! Il révèle aussi l'étonnante puissance de la littérature à changer nos vies et à réinventer le monde... même quand elle s'écrit au jour le jour.
9782714458919
La soeur du roi de Alexandra de Broca aux éditions Albin Michel
Elle est princesse de sang. Recluse à la Cour de Versailles, vouée à rester seule et à se consacrer aux oeuvres charitables. Lui est roturier. Brillant botaniste du jardin du Roy, il est adepte des Lumières. Tout oppose Madame Elisabeth, la jeune soeur de Louis XVI, et François Dassy. Pourtant, lorsqu'ils se rencontrent par hasard dans la forêt de Fontainebleau, une irrésistible attirance les pousse l'un vers l'autre. Mais la révolution gronde et menace cet amour clandestin... Elisabeth saura-t-elle suivre les idées nouvelles qui bouleversent la France ? Et mettre en danger la royauté ? Dassy est-il un honnête homme ou un imposteur ? Alexandra de Broca, l'auteur de la Princesse effacée et Monsieur mon amour, fait revivre une passion méconnue qui bouscule l'image de la confidente du roi et nous plonge au coeur des derniers jours du règne de Louis XVI.
9782226393272
Vous pouvez commander Au jour le jour et La soeur du roi sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : Révoltes d'esclavesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1511 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre