AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
La soumise (Tara Sue Me) tome 1 sur 10
EAN : 9782501092579
352 pages
Marabout (22/01/2014)
3.52/5   103 notes
Résumé :
Le premier volume de la trilogie culte qui aurait inspirée L.E. James..Abby King a un fantasme... A New York, Nathaniel est connu comme le jeune et brillant PDG de West Industries, mais Abby connaît son secret : c'est aussi un « dominant » séduisant et expérimenté à la recherche d'une nouvelle « soumise ». Impatiente d'explorer un monde de plaisirs qui la sortira de sa routine, la jeune libraire propose ses services à Nathaniel. Après un seul petit week-end, elle sa... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
3,52

sur 103 notes
5
8 avis
4
9 avis
3
6 avis
2
1 avis
1
6 avis
Il y a quelques semaines, j'ai reçu une bookboX par la poste, une boîte pleine de romans coquins, certains très attirants, d'autres moins intéressants. Et devant la série La soumise, j'ai hésité longuement. D'abord, parce que je ne suis pas très amatrice de séries. J'aime plutôt varier les plaisirs et ne supporte pas l'idée qu'un livre qui se ferme appelle immédiatement l'ouverture du tome suivant. Et puis, me reste à l'esprit l'immense déception de 50 nuances de Grey, livre auquel La soumise me faisait penser.
Finalement, j'ai décidé de lui donner une chance. J'ai craqué et les six tomes ont pris place sur ma pile à lire.

Première qualité de ce roman : les prénoms magnifiques de ses personnages, Abigaïl et Nathaniel. Deux noms destinés à l'amour, aux émotions vives, au désir et aux transgressions. C'est la première fois que je suis si sensible aux prénoms des héros et dans cette sorte de huis clos amoureux et sexuel, cela a son importance.

L'autre point fort de ce texte, c'est l'évolution de la relation des deux partenaires surtout en dehors de leurs jeux sensuels et privés.
Quand les émotions du corps rejoignent celles du coeur et de l'âme, je fonds.
Quand la sensibilité désarmante de l'homme rejoint la détermination forte et presque virile de la femme, je retiens mon souffle.
Et puis les joutes littéraires des personnages sont des parenthèses pétillantes et bienvenues, comme des hymnes à l'amour et à la vie.

Par contre, le style peu soigné de l'écriture et le nombre de fautes m'ont passablement excédée. Je l'ai perçu comme une envie bâclée ou urgente d'écrire, d'imposer un texte, se moquant presque du lecteur. Est-ce dû à l'écriture de l'auteur, à l'édition, à la traduction ? Je n'en sais rien. Mais je suis convaincue que les lecteurs de ce genre de littérature ont droit aux mêmes égards et à la même perfection d'écriture que tous les autres amoureux littéraires.

Et puis, malheureusement, ce roman n'a pas encore assouvi ma quête de coup de coeur de la littérature érotique. Mais au moins, ce premier tome m'a donné l'envie de lire la suite, un jour, quand un besoin de légèreté et de sensations papillonnantes se fera sentir.
Commenter  J’apprécie          130
Le premier tome de l'adaptation de cette fanfiction vient d'être publié en VO. Vous pouvez l'acheter en e-book sur Amazon.
Le tome 2 devrait paraitre prochainement.

Je vais vous faire part de mon avis global sur les trois tomes de cette saga. Je vous parle ici de la fanfiction et non de son adaptation vu que je l'ai découverte bien avant que l'histoire ne soit publiée. Comme vous l'avez compris, l'auteur surfe sur la mode "roman-érotique-BDSM-adapté-d'une-fanfiction-sur-Twilight" en réécrivant son histoire et en créant ses propres personnages.

> Bella Swan est une jeune femme avec un peu (mais pas trop) d'expérience en matière des choses de l'amour. Elle est fascinée depuis longtemps déjà par Edward Cullen, un riche, beau et mystérieux chef d'entreprise. Au hasard d'une discussion avec son amie Angela, Bella apprend qu'Edward fait parti d'un groupe de BDSM et qu'il est possible de déposer sa candidature pour devenir sa soumise. Ni une ni deux, Bella se lance dans l'aventure. Il se trouve que le bel Edward se trouvait justement en pénurie de soumise et décide de lui offrir une chance.
Ainsi début leur relation, qui vire -pas si rapidement que ça- à 'plus'.

Vous avez déjà lu ce pitch des dizaines de fois? C'est normal - et pas grave. Pour avoir lu la trilogie Fifty Shades et le premier tome de Dévoile-moi, je peux vous dire que cette histoire est sans commune mesure bien meilleure que ce qui se fait habituellement dans le genre!

Il faut, en tout premier lieu, saluer les efforts de Tara Sue Me en matière de stylistique. le niveau d'anglais est bon, pas non plus soutenu, mais suffisamment travaillé pour ne pas donner mal aux yeux. Pas de fioritures, mais un vocabulaire assez varié et bien placé. Par exemple, j'ai apprécié qu'elle fasse la différence entre le 'baiser' du début et le 'faire l'amour' de la fin. On sent bien que l'utilisation des mots va de paire avec l'état d'esprit des personnages. Et comme ils ne sont pas utilisés à tout va, ça ne choque pas à la lecture. On voit aussi que l'auteur a relu et retravaillé son texte: pas de fautes de grammaire ou de syntaxe (on peut se poser la question pour E.L. James et Sylvia Day).

Autre différence notable, le côté SM est (presque) assumé. On n'en est pas encore à des scènes d'humiliation, mais on se rapproche plus de pratiques sexuelles 'hors-normes' va-t-on dire. J'ai trouvé les descriptions moins vulgaires et déplacées. Elles font aussi plus 'informées', parce que dans ce que j'avais lu avant, dès qu'on en arrivait à un passage un peu délicat, c'est comme si les auteurs ramées complètement. Dans cette saga-là, les relations entre les personnages sont plus piquantes et émoustillantes même si on est encore loin du roman érotique par excellence.

Dans le premier tome La soumise, Bella nous raconte de son point de vue comment elle rencontre Edward, son désir de se rapprocher de lui, ses premières expériences en matière de soumission et finalement, le tour sentimental que prennent leur relation. le dominant nous retrace exactement la même histoire, mais cette fois-ci (vous l'aurez deviné!) du point de vue d'Edward. Rien de bien nouveau sous les tropiques me direz-vous. Mais l'auteur ne s'est pas simplement contentée de nous pondre un copié-collé de la version Bella. Elle a vraiment travaillé le personnage d'Edward, en créant des émotions, un passé très complexe.
Enfin, le dernier tome -l'entraînement- est une sorte de préquel dans lequel Bella et Edward sont en couple et tentent d'allier vie quotidienne et relation 'normale' à leur lubie soumise/dominant. Je l'ai trouvé un poil moins bien car trop versé de scènes de sexe alternant les traditionnelles et les singulières. Il y avait moins de sentiments et l'histoire était vraiment uniquement centrée sur le couple délaissant presque totalement les familles et amis des protagonistes.

Bella est une héroïne qui ne m'a PAS énervée. Elle a une petite expérience en matière de sexe et se porte volontaire pour servir les quatre volontés de son maître. du coup, on ne peut à aucun moment la considérer comme naïve ou hésitante. Elle est franche, directe, sait ce qu'elle veut et ne veut pas. Elle est curieuse aussi d'en découvrir plus.
C'était un fait connu par avance qu'Edward est beau, riche et intelligent. du coup, pas de quoi être surpris: on sait à quoi s'attendre. L'auteur ne ment pas puisqu'elle annonce directement la couleur en signalant bien que c'est une reprise de Twilight. En revanche, ça m'a fait un choc de découvrir l'Edward version dominant (c'était ma première lecture de ce genre). Dans les romans de Stephenie Meyer, c'est qu'en même un puceau de 300 ans qui refuse de coucher avant le mariage. Autant dire qu'on a ici une version diamétralement opposée. J'imagine que la version avec les personnages créés par l'auteur doit être bien moins choquante que celle-ci.

Vous l'aurez compris: entre E.L. James, Sylvia Day et Tara Sue Me, je vote sans hésiter pour Tara. D'une bien meilleure qualité stylistique, avec une intrigue romantique bien plus convaincante et piquante (aurai-je oublié de parler de leur séparation qui m'a vraiment mis les nerfs en pelote?), cette saga m'a beaucoup plu. de plus, le fait que l'auteur assume la part érotique de son histoire m'a convaincue. Il n'y a bien que le dernier tome que je trouve décevant, mais il est toujours meilleur que les autres romans du genre!
Commenter  J’apprécie          30
A défaut d'avoir eu l'occasion de commencer par lire la célèbre trilogie "50 nuances de Grey", je me suis plongée dans la découverte du genre qu'est la littérature érotique, par le biais du premier tome de la trilogie "La soumise".

Pour l'histoire, Abby fantasme sur le beau Nathaniel West, riche homme d'affaires, depuis des années. Apprenant ses penchants sexuels, la bibliothécaire décide de lui présenter ses services en tant que "soumise". Chaque week-end, la jeune femme va devoir obéir à ses ordres, et à répondre à tous ses fantasmes...

Un fil conducteur relativement simple en somme. Mais le résumé donnait envie d'en savoir un peu plus sur cette histoire assez dingue.

Pour les personnages:

Abby est assez attachante au premier abord. Bibliothécaire solitaire, son quotidien n'a rien de palpitant mis à part les visites de sa meilleure amie Félicia. Quand Abby annonce à celle-ci ses intensions concernant Nathaniel, la nouvelle n'est pas reçue avec enthousiasme. Mais qu'importe, Abby est certaine de ce qu'elle veut, et puis, elle qui n'a jamais réussi à être satisfaite par ses précédents amants, elle est bien décidée à saisir l'occasion avec Nathaniel, ce fantasme qui la hante.
Nathaniel, au premier abord, semble froid, distant, mais semble être un parfait gentleman, dévoué à veiller au bien-être de son entourage. Mais bien vite, sa facette sombre va être bien vite dévoilée...

Dès le premier chapitre, j'ai été happée par l'histoire. Qu'est-ce qui poussait Abby à proposer ses services à Nathaniel ? Quel plaisir trouvait-elle à faire des choses exigées par cet homme ? Mais bien vite, Abby m'a agacée dans sa naïveté et sa soumission, et j'ai vraiment trouvé Nathaniel ingrat, égoïste, irrespectueux envers la gente féminine. Les premières scènes de sexe m'ont donc agacées, et j'avais envie de secouer Abigaïl comme un prunier pour qu'elle réagisse et garde sa dignité. Enfin, un événement assez grave va avoir lieu, et va vraiment changer la donne entre la relation des deux protagonistes de l'histoire. Et là, ma vision des choses sur cette histoire a commencé à changer, et j'ai apprécié ma lecture, dans la mesure où la naissance d'une relation amoureuse rendait l'intrigue plus complexe mais aussi plus réaliste. Un certain suspense régnait et j'avalais, j'avalais toujours plus de pages, à tel point que j'ai terminé ce livre en deux séances de lecture. Les secrets de famille de Nathaniel, la rencontre entre Abby et sa famille, la relation entre Jackson et Félicia, l'exploitation de la psychologie des personnages, entrecoupaient l'histoire de notre couple, et c'était aussi une bonne chose. Les personnages secondaires ont tous leur place ici. La fin de ce premier tome m'a plu, et je me demande donc de quoi peut-être fait les deux tomes suivants par contre. Oh surprise, la note à la fin m'apprend que le deuxième opus sort dans trois jours... Je vais donc rapidement connaître la suite de cette histoire. Attention toutefois, certaines scènes sont très crues, et certaines répliques vulgaires. Mais l'évocation de poèmes, et les petits détails romantiques ont pas mal adouci l'histoire et m'ont fait poursuivre ma lecture à vitesse grand V. Moi qui suit une incorrigible romantique, j'ai apprécié.

En bilan final, je dirais que le début de l'histoire m'agaçait pas mal. Je trouvais les personnages sans profondeur, idiots et vulgaires. Mais bien vite, les explications à propos de leurs psychologie et les intrigues secondaires ont changés ma vision des choses, et j'ai fini par dévorer ce livre ! J'en retiens donc une entrée dans le genre érotique assez surprenante, et j'attaquerai la suite d'ici peu. Et pourquoi pas d'autres trilogies plus connues par la suite !



Commenter  J’apprécie          70
"Mais qu'est-ce que c'est que cette merde ?"
C'est tout ce que mon esprit a été capable d'émettre comme critique dès l'instant où j'eusse posé les yeux sur le résumé de ce 50 shades of Grey version 140305i932.

C'est à la mode de parler de sadomasochisme ou de soumission/domination sans que ça n'en soit ? Êtes-vous seulement au courant que les chefs d'entreprise sont tous des masochistes (s'ils doivent être quelque chose) ? Ces auteurs de secondes zones ont-ils seulement ouvert un livre intelligent qui traiterait du sujet ? Ou visité un club BDSM et interrogé les participants ? Non ?

Ce n'est pas parce qu'il a un gros sgueg que c'est du sadisme/masochisme, pitié.

Et puis c'est toujours pareil, qu'est-ce que c'est que ce délire de pseudo-naïveté avec une grosse nymphomane qui a l'air de pouvoir se faire passer dessus par n'importe qui ?

C'est juste pitoyable. C'est vulgaire, mal écrit, on voit que ça vient de fanfiction.net (c'est quoi cette lubie des éditeurs d'éditer des torchons pareils ?!).

Qui est-ce qui a mis les tags de ce livre ? "Sadomasochisme" et puis quoi encore ? On en est aussi éloigné qu'une vache d'une machine à écrire. Et même pour les vrais amateurs de soumission/domination, c'est purement un scandale.

Bref, à fuir, à moins que vous ne compreniez rien à rien et que votre intellect ne dépasse pas le niveau de la mer.
Ou si vous avez envie de vous faire du mal. Parce que oui, c'est une vraie torture à lire. C'est peut-être ça le concept de ce livre en fait.

Qu'il parait loin le temps de Sir Masoch et de Monsieur le Marquis de Sade...
Commenter  J’apprécie          142
Ça faisait un petit moment que ce livre était dans ma PAL. Et après un million de secrets inavoués j'ai eu envie de rester dans le même genre avec un peu plus de sentiment. Depuis mon gros coup de coeur fifty, je n'ai jamais retrouvé la même chose ou quelque chose qui s'en rapproche. Ici on y est presque… Un dominant, une soumise, un contrat, mais avec des sentiments …. Mais bon c'est loin de mon Christian et Anna ^^

On fait la rencontre d'Abigaïl King lors de son entretien d'embauche. Mais attention pas n'importe quel post. Elle a rendez-vous pour le post de soumise. Abby n'est pas une jeune fille vierge qui se retrouve dans ce monde « dominant/dominé » par hasard. Non, Abby est une soumise et Nathaniel West la fascine. Pour celles qui se poseraient la question, non elle n'a pas eu d'autre Dominant. Nathaniel est son premier et ce monde est inconnu pour elle. Mais un beau jour, elle se décide enfin à se lancer….

En face on a Nathaniel West, patron de West Industries, un dominant pur et dur. Ce monde me fait toujours autant halluciner. Pas le coté dominant/dominé, mais le côté « rabaissement » de la soumise. Oui je sais y'en a qui vont pousser des hauts cris derrière leur écran et dire que j'y connais rien, avec raison d'ailleurs ! Mais franchement un mec qui me fait dormir par terre a côté de son lit ? Ouai bof quoi….

Nathaniel se décide à prendre Abby en essai un week end. Si les choses se passent bien, elle devra suivre tout un tas de règles la semaine et lui consacré tous ses week end. le week end ayant était satisfaisant, les voilà « liés » pour un petit bout de temps.

Ce que j'ai aimé avec lui c'est qu'il n'est pas totalement sans coeur. Il la respecte et ne fera rien qu'elle ne désire vraiment. Mais il ne va pas être tendre avec elle dans leur jeu, surtout la scène pour le manquement à la règle 8h de sommeil.

Abby elle, même si elle est consciente du monde ou elle a mis les pieds, elle ne sait pas vraiment à quoi s'attendre. Elle découvre ce style et s'attache peu à peu à son « maitre ».

Le plus de ce livre c'est qu'il y a autre chose que du sexe. le couple sort, part en weekend, etc… et ça, ça fait du bien ;)

Le tome sur le point de vue de Nathaniel sort en mai, j'ai hâte de voir comment lui a perçu les choses vu qu'on a ici que le point de vue d'Abby.

En résumé un livre vraiment sympa, hot mais avec des sentiments qui devrait plaire au fan de fifty ^^
Lien : http://lilitthbook.canalblog..
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Nathaniel entra sur ces entrefaites et s'adossa au comptoir de la cuisine.
- Je lui dirais qu'elle est aussi riante, aussi sereine que la rose du matin rafraîchie par la rosée, récita-t-il.
Shakespeare ?
Non il n'avait pas osé.
Il souriait de toutes ses dents.
Eh bien si, il l'avait fait.
Je retournais le bacon dans la poêle.
- Vous avez la sorcellerie à vos lèvres, dis-je.
Il éclata de rire. Il avait l'air de beaucoup s'amuser.
- Le monde entier est un théâtre, et les hommes et les femmes ne sont que des acteurs.
Bon, il avait potassé son Shakespeare. Je pouvais quand même le battre sur ce terrain.
Commenter  J’apprécie          80
— Mademoiselle King, monsieur West va vous recevoir, annonça l’hôtesse d’accueil.
Je me levai en me demandant pour la vingt-cinquième fois ce que je fabriquais ici et allai ouvrir la porte du bureau, raison pour laquelle j’avais traversé la moitié de la ville. De l’autre côté, se trouvait mon fantasme le plus sombre qui allait devenir réalité dès que j’aurais franchi le seuil.
Je tournai la poignée sans trembler, ce dont je n’étais pas peu fière, et pénétrai dans la pièce.
Première étape accomplie.
Nathaniel West était assis derrière un grand bureau en acajou et pianotait sur son ordinateur. Il ne leva pas la tête ni ne ralentit la cadence. À croire que j’étais invisible. Je baissai les yeux, au cas où.
J’attendis sans bouger un cil, le visage tourné vers le sol, les bras le long du corps, les pieds écartés de la largeur de mes épaules.
Dehors, le soleil s’était couché, et la lampe posée sur le bureau projetait une lumière tamisée.
Combien de temps s’était écoulé ? Dix minutes ? Vingt ?
Il travaillait toujours sur son ordinateur.
Je me mis à compter ma respiration. Mon cœur qui battait comme un fou à mon arrivée commençait enfin à se calmer.
Dix autres minutes passèrent.
Ou peut-être trente.
Il s’arrêta de taper sur son clavier.
— Abigaïl King, dit-il.
Je sursautai légèrement sans relever la tête.
Deuxième étape accomplie.
Commenter  J’apprécie          10
Il n'y avait plus de dominant ni de soumise, plus de maître ni d'esclave, nous n'étions même plus un homme et une femme, mais deux amants. Enfin, il entra en moi lentement avec une douceur, une tendresse infinie.
Je ne l'aurais pas juré, mais quelques secondes avant qu'il ne s'abandonne, je crus voir une larme perler de ses yeux.
Commenter  J’apprécie          70
- Et que lisez-vous, hormis la poésie ?

Voilà qu'il s'intéressait à mes goûts littéraires à présent.

- Un peu de tout, répondis-je, curieuse de savoir où cette conversation nous mènerait. Avec une préférence pour les classiques.

- Un classique est quelque chose que tout le monde voudrait avoir lu et que personne ne veut lire, dixit Mark Twain.

Sur quel terrain dangereux cherchait-il à m'entraîner ? M'asticoter par des câlins aguicheurs était une chose, mais me provoquer dans des joutes verbales, surtout littéraires, en était une autre. Déjà qu'il contrôlait mon corps, voulait-il en plus dominer mon esprit ?
Commenter  J’apprécie          30
Lorsque Nathaniel me rejoignit un peu plus tard, il me trouva plantée devant le plan de travail, la tête dans les mains, examinant deux boîtes dépourvues d’étiquette.
— Abigaïl ?
— Comment se fait-il que quelqu’un comme vous garde des conserves sans étiquette.
— La petite contient des poivrons italiens. La plus grande renferme les cendres de ma dernière esclave trop curieuse qui m’assommait de questions sur des boîtes de conserve sans étiquette.
Je relevai brusquement la tête.
— C’est une blague ?
— Oui
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : bdsmVoir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4848 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre