AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2710370794
Éditeur : La Table ronde (06/03/2014)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
«Je capte les pensées fugitives, la prose bop spontanée, le cut-up des langues, sans hiérarchie, ni sélection. Rien que la vie brute.»

Dans ce recueil mêlant poèmes publiés et inédits, Lucien Suel se joue de toutes les formes possibles – vers justifiés, sonnets, calligrammes, alexandrins, haïkus, prose poétique.
Comme le monde, son monde, se fond dans ses poèmes, il est question ici des paysages du Nord hérissés de terrils, de la femme aimée,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Lmargantin
  26 décembre 2017
Ces derniers jours, je regardais et écoutais Lucien Suel lire ses poèmes sur le web, notamment AHA (Cheval23) et plusieurs autres. Sans doute découvrira-t-on de plus en plus la poésie contemporaine de cette façon, en assistant à une lecture de l'auteur en ligne, - je pense ici à un précurseur de ces performances lors de lectures publiques, Ernst Jandl dont on peut découvrir plusieurs vidéos sur le web. La voix étant au coeur de l'expérience poétique, au-delà de l'espace silencieux, parfois mortuaire, de la page imprimée.
Le web rend facilement accessible la poésie sonore, expérimentale, et nous n'en sommes qu'aux prémices (le roman et de nouvelles formes narratives suivront). C'est ainsi que je comprends le titre donné par Lucien Suel à son anthologie de poèmes récemment parue : le poète debout parce que lisant son texte face à un auditoire, la poésie conçue comme un exercice physique, comme une expérience de la langue dans son oralité.
J'ai perçu cette dimension orale de la poésie de Lucien Suel en lisant d'abord seul plusieurs poèmes de Je suis debout, puis en tendant des pages d'un texte intitulé Devenir le poème à une personne chère qui s'est alors mise à lire à voix haute, et tout à coup le texte a pris une nouvelle vie, le mouvement du poème m'est apparu avec plus de force et de netteté, comme si la voix transmettait l'existence magnétique des mots écrits, leur nature essentiellement sonore avant d'être visuelle sur la page. le poème est composé d'une suite d'actions qui mettent le lecteur en mouvement aux côtés de l'auteur, on est dehors, emporté par sa voix.
"Je vis la quotidienneté en continu. Je suis debout, tenant dans mes mains levées l'écheveau du rêve et les fils du réel.
...
Je soulève un coin de la tapisserie pour révéler l'évidence : le monde est poème est monde, le poème est monde est poème.
...
C'est moi qui agis, qui fais, qui fabrique, qui pratique en fin de compte, en fin de cycle, dans le franchissement furtif."
Les poèmes de Lucien Suel nous présentent le devenir-poème de leur auteur, ils sont inséparables de cette "quotidienneté en continu". La voix qui lit le poème nous raconte une osmose entre celui qui écrit/dit et les mots écrits/dits, c'est de ce travail dont il est question dans Devenir le poème. Est-on dans le langage, on est aussi dehors, chaque mot nous raccordant à un élément du réel, chaque phrase nous ouvrant une dimension de la réalité. Il n'y a pas de séparation entre l'intérieur et l'extérieur ("le monde est vraiment un atelier"). Il faut lire ce texte qui sonne comme un manifeste de toute la poésie de Lucien Suel (j'y inclus la prose, de Mort d'un jardinier à Blanche étincelle) :
"Il devint le poème, ayant parlé aux nuages et aux oiseaux, serré des arbres dans ses bras, réchauffé des pierres dans ses mains."
J'ai eu la chance d'entendre cette voix me lire Devenir le poème par une belle soirée d'été, fenêtre ouverte sur la ville. Chaque poème de Je suis debout évoque un mouvement et une métamorphose. Dans Les terrils, Suel s'ouvre à l'histoire de cette terre minière, il s'enfonce en elle, et les mots dans leur matérialité sonore nous mettent en relation avec ce qui est advenu réellement :
"Dans le coeur du terril, tous les déchets se sont mélangés. Aux schistes écartés se sont mêlés les crachats, la sueur, l'urine et le sang des mineurs. On pourrait y faire comme dans un cimetière, des recherches pour identifier l'ADN. Dans le terril, le métissage est réel."
Même les poèmes plus oulipiens, plus formels du recueil ne rompent pas avec des sensations brutes, avec une expérience quotidienne de la matière, qu'elle soit organique ou inorganique. Pas de grands paysages chez Suel, mais des objets qui peuvent être des outils humains, des choses, des êtres. le poète se sert des mots comme d'un matériau, il les triture, les découpe, les assemble, il est lui aussi à sa façon un ouvrier. Mais ici rien de gratuit, il ne s'agit pas de jouer avec les mots pareils à des symboles mathématiques (comme c'est trop souvent le cas avec l'Oulipo), mais au contraire de les rendre dans toute leur matérialité, c'est-à-dire dans le lien profond qu'ils entretiennent avec la matière.
La lecture debout que pratique régulièrement Lucien Suel prend alors un sens que je n'avais pas perçu avant de lire ce recueil et de le voir lire devant un public : rendre cette matérialité du langage poétique, faire percevoir au lecteur/auditeur que le langage est bel et bien un matériau dont chacun peut et doit s'emparer s'il veut lui aussi mieux connaître le monde et s'ouvrir à l'étrangeté des autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aunryz
  03 mars 2015
Tout est debout chez Lucien Suel
la forme de sa poésie, son verbe, son propos.
Mais pas
un debout statique d'empire stade building
qui se contente d'être là à défier l'absence de ciel
un debout qui se dresse
immobile dans l'instant présent
qu'il occupe tout entier
et
ne lui laissant aucun répit
aucune porte de sortie.
Commenter  J’apprécie          30
melina1965
  10 juin 2015
Viv(r)e la poésie !

Cette anthologie se compose de poèmes écrits entre 1990 et 2014, déjà publiés –en recueil et en revue- ou inédits.
Les procédés caractéristiques de la Beat generation –le cut-up et les coulées verbales– si chers à l'auteur côtoient vers justifiés, haïkus, de prose, tweets et sonnets, toutes formes à contraintes.
Au-delà de ces contraintes, fluidité et spontanéité sont au rendez-vous pour évoquer les choses ordinaires : le potager et les paysages urbains ; et les événements : la musique, le cinéma,... C'est tout un pan du 20ème siècle qui se dessine sous nos yeux, dans la vision tantôt engagée tantôt légère du poète.
Ecouter Lucien Suel dans "Ça rime à quoi" sur France Culture...
Lien : http://www.franceculture.fr/..
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
AunryzAunryz   15 juin 2015
Je lève l’œil au plafond au ciel de lit au ciel de l'art. Je m'allonge dans l'herbe des allées.

Je me couche dans la luzerne entre les draps blancs et bleus du ciel au milieu des âges. Des visages souriants me regardent.

Larme à l’œil, je récite les noms de ceux qui me précédèrent, me parlèrent au berceau ou dans les livres d'images.

http://wp.me/p5DYAB-Y4
Commenter  J’apprécie          150
AunryzAunryz   27 avril 2015
La vie à l'envers au service de la machine
Travail pour la machine.
Sueur pour la machine.
Force pour la machine.
Amour pour la machine.
Commenter  J’apprécie          132
AunryzAunryz   08 mai 2015
Je progresse, je m'assoie entre deux chaises, entre deux âges, teenager ou senior, l'entre-deux pour modifier l'emploi du temps.

Je conjugue le passé perdu et le présent souffrant, entre la cellule monacale et le désert rouge ou blanc, entre chien et loup.
Commenter  J’apprécie          31
AunryzAunryz   11 mars 2015
Lucien Suel
debout
aide le réel à se lever lui aussi
du moindre bouquet de fleur sur le bord de la route
aux gestes ou conversation
avortées ou ayant imprimé une trace fugitive que l'oeil du poète a gardée pour nous.
Commenter  J’apprécie          20
NievaNieva   05 mars 2017
À l'extérieur, la pluie ruisselle, hachurant la vitre. À l'intérieur, l'enfant écrit du doigt dans la vapeur d'eau une poésie éphémère.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Lucien Suel (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucien Suel
Meeting green-fingered French poet Lucien Suel
autres livres classés : irréelVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Il est debout

On peut qualifier la phrase de

froide
sensuelle
gothique
religieuse

5 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Je suis debout de Lucien SuelCréer un quiz sur ce livre