AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2814505297
Éditeur : publie.net (01/01/1900)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 5 notes)
Résumé :
(édition numérique)


D'abord, le ciel du Nord. Ce Pas-de-Calais où, entre mines et usines, la dureté de vivre est plus à nue. Lucien Suel est des voi e là-bas, de ceux qui arpentent la poésie à voix haute, mêlant l'expérience Internet aux performances et musiques.

Mais toujours, sous les mots qui s'assemblent ici en semblance de la bascule du temps, accumulations noires, et ce sentiment de suspension propice au retour sur soi-mêm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Lmargantin
  12 janvier 2018
Cette Théorie des orages est un texte (poème ?) en prose composé d'une multitude de visions associant la réalité la plus brute à des forces inconnues, à des énergies invisibles.
Théorie : observation, contemplation selon l'étymologie grecque ; « construction intellectuelle méthodique et organisée (dixit mon Petit Robert) ; et aussi (et peut-être surtout pour ce qui nous intéresse ?) : cortège, défilé, procession. le texte de Suel serait une procession d'orages, phénomènes physiques et météorologiques se produisant dans une masse d'air instable, au coeur de laquelle se produisent des décharges électriques. Mais il n'est pas dit que la théorie ne soit pas également organisation et observation.
A chaque ligne, à chaque page de ce texte surgissent des images inattendues, des associations étranges qui rappellent évidemment la poésie surréaliste. Une forme d'écriture automatique semble pratiquée. Mais loin de n'être que de pures productions psychiques, il semble qu'une espèce de « physique du langage » s'exprime ici, conciliant actes de l'esprit et réalité terrestre : « À travers les larmes de vent, l'âme respire l'odeur passagère de la vie potagère ». Images même grotesques parfois, comme si l'électricité de l'air orageux générait des éclairs verbaux, déchirant notre espace de représentation dite « logique ».
D'où les variations dans les styles d'écriture, parfois lyrique, puis plus narratif – mais c'est toujours l'électricité qui emporte tout, poussant la langue à des bonds, à des métamorphoses soudaines, et c'est bien elle le personnage principal de ce récit qui n'en est pas un : « L'électricité se gave de viande et de cellulose ».
Jusqu'à ce point du texte où se produit une série de représentations de l'orage sous forme de poème visuels qu'affectionne Lucien Suel. Il en est question dans l'entretien que j'ai réalisé avec lui : « Je peux utiliser un logiciel de traitement de texte et dans la minute qui suit, prendre mes ciseaux et de la colle pour fabriquer un poème visuel ou concret avec des mots et des images découpées dans du papier (que je pourrai éventuellement scanner et mettre en ligne). »
Un des orages qu'évoque ce texte dans sa dernière partie est celui de la technique. Comme dans l'air, l'électricité y règne en maître : "Les antennes du monstre multinational fouillent le cosmos. Autocollants des appellations blasphématoires : TF1 F2 F3 CBS CNN CANAL+MTV M6 RTL..."
Force de cette électricité imposant heure après heure son langage, auquel s'oppose un « orage secret » sur lequel se conclut ce texte étonnant, orage de la poésie générée par une entente éternelle entre l'homme et la nature : « L'homme se tourne vers les soupirs croissants, soulève le col de sa veste en toile et regarde l'air en mouvement. La haie change de
couleur. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
brigetoun
  13 septembre 2011
Poésie de mots simples, poésie de gens, de terroir et d'éléments, profonde – vision du monde, des machines – ce qu'en fait le langage, ce que les objets, animaux, énergies, esprit humain créent comme langage - en groupes de strophes, plus ou moins longs
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AunryzAunryz   30 septembre 2015
Aujourd’hui les vrais héros désertent les usines. Ils s’enfoncent du papier dans les oreilles et savent brouillonner dans les marges.

http://wp.me/p5DYAB-1qO
Commenter  J’apprécie          140
AunryzAunryz   08 août 2015
Les phrases défilent dans la flamme jaune et fuligineuse d’un briquet à essence qui lit à la vitesse de la lumière en brûlant l’être de papier.

http://wp.me/p5DYAB-19P
Commenter  J’apprécie          120
brigetounbrigetoun   13 septembre 2011
 Nous vaquons sous les nuages ventrus. Nous mourons les mains vides et l’âme lisse. Nos yeux plongent dans le sang des restants, dans la tête des perdus en terre, dans le cœur usé des pieux versets. Notre empreinte s’évapore au centre de la croisée impavide et nue.
Commenter  J’apprécie          30
brigetounbrigetoun   13 septembre 2011
… les idées du chevreuil et du babouin, l’instinct du lombric, les sentiments du chardonneret et ceux de la moule à l’étal, tout ce travail en silence se fond dans l’amalgame animé qui fume à l’aplomb de la terre. L’être vivant y aspire et refoule son image, son âme, son imagination. C’est une ellipse de l’infini. Nous sommes sortis de cette imagination.
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   07 décembre 2011
L’octobre luit entre les cumulus. Sur la baie de Wissant, les cerfs-volants prennent l’air. L’ouest calcaire fixe les falaises anglaises, mur blanc sur les vagues entravées de la Manche. La jeune fille décortique le crabe, suce la praire et le bigorneau. Les moules d’Équihen, adolescentes collées, puis détachées du Fort, livrées au litre à la table d’éventaire, se parfument au vinaigre de branchies. C’est la pluie qui leur donne la douce illusion d’un sursis. Petite moule, serre très fort ton muscle adducteur ! Ne laisse donc plus les enfants cruels tirer sur ton byssus. Écoute la sirène du car-ferry qui enfantera les trailers et la tôle rutilante des cruisers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Lucien Suel (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucien Suel
Meeting green-fingered French poet Lucien Suel
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Il est debout

On peut qualifier la phrase de

froide
sensuelle
gothique
religieuse

5 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Je suis debout de Lucien SuelCréer un quiz sur ce livre