AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Deep sea aquarium MagMell tome 8 sur 8
EAN : 9782379501814
192 pages
Vega Dupuis (04/11/2022)
4.5/5   11 notes
Résumé :
Progressant dans son apprentissage du métier de soigneur, Kôtarô témoigne de son talent pour comprendre le comportement des gens ainsi que celui des créatures marines. Que ce soit avec les visiteurs ou avec ses collègues de travail, et notamment l'irritante Ryo, il fait preuve d'observation et d'ouverture, abordant ainsi les relations humaines avec la distance bienveillante d'un scientifique. Ses talents vont de fait être une nouvelle fois sollicités, pour percer le... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique

Le rythme de publication de cette saga est lent, et l'attente entre chaque tome est toujours aussi longue, mais ça vaut vraiment le coup d'attendre aussi longtemps pour un récit qui est toujours aussi bienveillant, intéressant, prenant, mais surtout qui possède des couvertures très jolies, dont les couleurs sont un des plus grand atout de la saga !

Mais si j'adore cette saga, j'y vois de plus en plus un défaut, petit mais bien présent, et j'espère à chaque tome que cela change, et s'améliore mais ça ne semble pas être le cas…

Ce que j'adore avec cette saga aussi, c'est qu'on peut avoir autant d'attente entre chaque tome, l'histoire reste toujours claire, limpide, on n'a vraiment pas de mal à se replonger dans les événements et à retrouver les personnages.

De plus, et c'est le cas avec ce tome, on a une petite histoire annexe à la trame principale mais qui nous permet de nous replonger tranquillement dans l'ambiance.

En effet, on reprend notre histoire avec toujours la présence de Kotaro ce personnage qui est toujours aussi bienveillant et adorable à suivre. Ce dernier va être confronté à un problème auquel on ne pense pas forcément, notamment dans ce genre d'endroits, les personnages qui sont malvoyantes voire aveugles. En effet, nous faisons la rencontre d'un homme atteint de cécité et qui est accompagné de sa fille, pour visiter cet aquarium, mais c'est un endroit qui est surtout visuel… J'ai adoré la façon dont ça a été traité, pas de jugement sur cette situation, ou sur le manque d'installation pour remédier à ce problème. Bien au contraire, Kotaro va tout mettre en oeuvre pour palier à cette problématique en utilisant les autres sens de cet homme pour profiter de cette visite, et de ce moment de complicité avec sa fille.

Si j'ai aimé le traitement de cet homme et de son handicap, j'ai tout aussi apprécié le développement sur son histoire et sur ce qui a pu lui arriver. Mais ce sont aussi de jolis messages qui sont divulgués au travers de cette situation sur notamment les liens entre parent et enfant, ou alors profiter de chaque instant parce qu'ils sont précieux et que l'on ne sait pas de quoi sera fait demain. C'est ce que j'apprécie beaucoup avec ce titre, les messages qui sont passés sont vraiment intéressants et percutants ! Mais ce n'est pas que ça que l'on va découvrir dans ce huitième tome !

Le trois quart restant de ce tome est consacré au personnage de Ryô qui est une jeune femme, mais qui ne se sent pas bien dans sa peau, elle ne se sent pas femme, et ne veut pas se confirmer à l'idée de la femme.

Vous l'avez sûrement compris, mais Ryô est dans un corps de femme alors qu'il se sent homme, et veut s'habiller comme tel, Ryô est un homme transgenre. J'ai été agréablement surprise par cette diversité parce que je ne m'y attendais pas du tout. Je trouve que ça ajoute une vraie dimension réelle au récit, et une vraie profondeur (sans jeu de mots avec les créatures de l'aquarium), surtout que la façon dont s'est traité c'est toujours avec douceur, bienveillance, et aussi réalité.

En effet, je pense que j'ai dévoilé quelque chose d'important mais qui se devine aisément au cours de la lecture, et même au cours du tome précédent, mais la mangaka a encore une fois, très bien travaillée sur ce personnage et sur son entourage.

Il a sa seule parente très attachée à certaines traditions, et qui la voit comme une belle jeune femme, donc il ne peut pas clairement s'exprimer, mais cela crée aussi un blocage pour lui pour pouvoir se révéler aux autres. Alors que toute autre personne sera sûrement plus encline à le comprendre, et à le traiter comme il se sent.

Sans forcément aller trop loin dans la démarche, et sans pousser la transformation, la mangaka s'attaque tout de même à une bonne partie psychologique de Ryô, à ses réflexions, ses doutes, et elle nous développe toute son histoire pour s'attacher à lui, et à bien le comprendre. Si au début, je n'accrochais pas avec lui, je dois avouer avoir été sous le charme de tant de fragilité et de force en même temps ! Toute cette histoire qui peut être taboue pour certains, est accueillie avec beaucoup de facilité au sein de l'aquarium, et c'est ça que l'on veut, pas de jugement, mais que de l'acceptation et de bonnes ondes.

Une bonne énergie positive qui se diffuse et se transmet à travers tous les personnages et dans leur métier, j'adore les suivre et les retrouver. Toujours à la découverte des créatures sous-marines pour plus d'immersion et d'informations ! Mais aujourd'hui, j'ai beaucoup de questions qui restent en suspens comme le père de Kotaro. Ce personnage est une vraie énigme dont je ne vois jamais de résolution, ou même d'avancée, et je dois avouer que ça commence tout doucement à me lasser, j'aimerai avoir une vraie avancée dans ce travail, j'espère toujours pour le prochain tome !

Commenter  J’apprécie          10

Même si c'est une lecture qui devient un peu anecdotique et qui mériterait d'avoir un fil rouge plus conséquent pour arrêter d'être délayée par son autrice, Deep Sea est toujours aussi agréable à lire et propose un joli moment hors du temps à chaque fois.

Dans ce tome, j'ai beaucoup aimé le focus sur Ryo, le jeune lycéen qui a rejoint l'équipe il y a peu et qui se révèle être un adolescent né fille mais se sentant garçon. Même si cela est raconté un peu rapidement et avec pas mal de facilités et grosses ficelles, j'ai aimé qu'on aborde la question des transgenres par son biais. C'était touchant, Kiyomi Sugishita nous faisant bien sentir son malaise et analysant les sources de celui-ci dans la pression sociale et familiale qu'on met aux gens. C'était bien décrit et narré.

Les autres petites histoires, bien que mignonnes, ont fait un peu pâle figure à côté même si c'était émouvant de voir un père ayant perdu la vue se promener dans l'aquarium avec sa fille dont il est devenu très proche depuis ou notre jeune soignante Shizuka fait d'une faiblesse une force après avoir été blessée par une méduse. Les bons sentiments sont toujours de mises ici et l'autrice les exploite bien lors d'histoires brèves mais touchantes. Il est juste dommage que cela reste au stade de l'anecdotique, celle-ci se contentant d'accumuler les situations ce qui tend à nous les faire oublier au fil des mois.

Pourtant, il y a toujours cette chouette ambiance des abysses qu'on prend plaisir à retrouver. Il faut dire que l'autrice dessine à merveille la noirceur et la poésie de ce lieu, avec des créatures toujours aussi oniriques sous son pinceau et à travers le regard de ses personnages passionnés par ces dernières. L'émotion et la fascination passent donc à merveille. On prend plaisir à replonger à chaque fois à leur côté.

Série anecdotique certes, mais jolie série pleine d'émotion avec des choix de sujets actuels joliment traité avec brièveté mais tact. Je prends toujours autant de plaisir à retrouver cet univers même si je ne serais pas contre une intrigue un poil plus conséquente.


Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          60

Quel plaisir de se retrouver au milieu des abysses et dans l'aquarium MagMell qui est un lieu que nous commençons à bien connaître.

Au fil des tomes, le nombre de personnages secondaires s'est étoffé et si Kotaro est le fil d'Ariane de cette série, c'est aujourd'hui Ryo qui est mis à l'honneur.

Ce huitième tome pourrait presque se lire indépendamment des autres, tant la personnalité de Ryo - ou plutôt de "Suzuka" - est décortiquée. En effet, nous découvrons que Ryo a dissimulé son nom et son sexe à son employeur. Les raisons de ce mensonge sont très intéressantes à découvrir car cela est révélé subtilement et avec beaucoup de douceur. Pour Susuka, l'acceptation de son identité va de pair avec la découverte de l'amour. Et finalement, ce seinen présente d'étonnantes nuances de shojo et cela n'est pas pour me déplaire.

Outre le développement des histoires de chacun, c'est principalement l'ambiance de ce manga qui m'envoute à chaque page. Un rythme qui s'accorde avec la faune et la flore aquatique, qui sont apaisantes et flottantes. Kotaro et son altruisme transportent le lecteur sur des thématiques toujours belles et humaines.

Nullement déçue par ce huitième tome, je lui décerne même un coup de coeur d'or !

Commenter  J’apprécie          00

Trouver une lueur d'espoir dans l'obscurité.

Être soi-même.

Et l'assumer aux yeux de tous, en passant de l'obscurité à la lumière…

Être plus fort ensemble chacun a sa place…

Encore de belles thématiques abordées avec douceur dans ce beau manga…

Toujours content de retrouver une nouvelle tranche de vie au sein de cet aquarium…

Commenter  J’apprécie          00

J'ai aimé retrouver dans ce volume, avec les traditionnelles planches magnifiques sur la faune marine et l'aspect documentaire sur les espèces abyssales, la question de la transidentité !

J'aime beaucoup voir que chaque personnage prend de l'ampleur au fur et à mesure des tomes.

Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
MangaNews
06 février 2023
Que ce soit pour aider un père aveugle, en compagnie de sa fille, à ressentir la beauté des abysses au-delà de la vue, ou pour épauler Shizuka qui se questionne sur sa place après avoir été blessée au visage par la toxicité d'une méduse, il se passe toujours quelque chose dans le fascinant univers de l'aquarium abyssal Magmell, autant côté visiteurs que côté employés. Et cela permet à la mangaka Kiyomi Sugishita d'évoquer bien des choses à ses humaines, en tête desquelles ici le besoin de savoir se reposer quand nécessaire, de tirer parti de ses erreurs, de savoir reconnaître ses limites pour mieux plancher sur ses qualités propres.
Lire la critique sur le site : MangaNews

autres livres classés : TranssexualismeVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus




Quiz Voir plus

les fiancés de l'hiver

Quel est le nom de l'héroïne ?

Ophélie
Aurélie
Roseline
Bénédicte

9 questions
189 lecteurs ont répondu
Thème : La passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver de Christelle DabosCréer un quiz sur ce livre