AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de le_Bison


le_Bison
  02 mai 2017
Après la vieille qui murmurait à l'oreille des haricots azukis dans « les Délices de Tokyo », je te propose de poursuivre le parcours culinaire de l'auteur japonais, avec le vieux qui murmurait à l'oreille de ses fromages de chèvres.

Un roman basé sur l'art de fabriquer du fromage de chèvres. le lait, qu'il faut traire, les chèvres sauvages sur une île ô combien mystérieuse, puis l'affinage sur le bord de la fenêtre au vent, à la chaleur, à l'humidité. Mais ils font comment les français ? pour obtenir du fromage si bon, si fondant, si piquant. de la moisissure en plus ? Et pourquoi pas de la paille ou de la cendre… Ce roman est un hommage au fromage de chèvre tel que l'on en fait encore – un peu – artisanalement. le Japon nous envie notre fromage, ou du moins les règles de l'art ! L'art de l'affinage. Alors de là à se faire seppuku…

Ryôsuke, la vingtaine, débarque sur cette île reculée de toutes, presque abandonnée. Une île étrange et mystérieuse, qui à elle seule pourrait être exploitée plus pour entretenir le mystère de ses habitants et de ses chèvres noires. Avec deux autres adolescents, il est venu faire de l'intérim, creuser une tranchée pendant quelques mois. Pelleter le rassure, pelleter jusqu'à épuisement et s'oublier dans la terre la mélancolie et la tristesse de sa putain de vie. Une grosse cicatrice lui barre le torse, je comprends aisément le pourquoi, je m'identifie à lui, et aux échecs de sa vie. Lui est jeune, il pourra s'en remettre. Il suffit de le guider, d'aiguiller des chemins qui mènent aux plaisirs et à la réussite. le roman devient initiatique. A Ryôsuke de créer sa légende personnelle, ou celle du fromage de chèvres. A Ryôsuke d'oublier le col de sa chemise tachée par le sang giclant de la chèvre, la carotide tranchée.

Durian Sukegawa mène un nouveau roman gastronomique mais je lui trouve un petit goût d'inachevé. Il lui manque un peu d'affinage. J'aurais aimé en savoir plus sur l'île et ses habitants qui semblent porter tous le même nom. Il me manque aussi les histoires des deux compagnons de route de Ryôsuke que j'aurais souhaité également plus développé (pourquoi cette fille au tatouage et piercings est de cette destinée ?). Il faut du temps pour fabriquer du fromage de chèvre affiné, comme pour connaître les hommes, leur coeur, leur âme. Je m'attache aux personnages, et il est malheureusement déjà temps qu'ils prennent le ferry pour de nouveaux horizons. A mon sens c'est le point négatif du roman, qui n'engage que moi. C'est que j'en veux toujours plus, toujours insatisfait de ma vie.

L'île, ses escarpements et sa forêt isolée m'attendent. Elle garde son côté sauvage – le réseau a même du mal à franchir les vagues. Probablement de ce fait que les jeunes la délaissent. Ryôsuke y est trop jeune pour s'enfermer à son âge, d'autant plus qu'il a encore des rêves, lui. de rêve, il est surtout question d'une promesse faite implicitement à son père – pourquoi est-ce qu'un père se suicide, l'amour de l'enfant n'est-il pas assez fort pour le retenir ? Mais moi, je m'y verrais bien, entouré de chèvres, à méditer sur les échecs de ma vie, nombreux même, tout en regardant le soleil se coucher dans l'océan, tout en pêchant des coureurs arc-en-ciel, tout en trayant les mamelles gonflées d'une chèvre mi-sauvage mi-caline.
Lien : http://memoiresdebison.blogs..
Commenter  J’apprécie          5712



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (53)voir plus