AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de fanfanouche24


fanfanouche24
  27 juin 2017
Un auteur japonais que je découvre pleinement, même si j'avais noté précieusement dans un coin de ma tête, son premier roman traduit en français, "Les Délices de Tokyo", que je n'ai toujours pas lu...
Le parcours de cet écrivain est des plus incroyables: poète, écrivain, philosophe, il ajoute à son périple deux autres spécificités peu banales: Diplômé de pâtisserie et "clown"...

Le "héros", jeune homme de 28 ans, aux pulsions suicidaires accentuées se bat pour tenter de trouver sa place sur cette terre, et rattraper la vie manquée de son père, qui a mis fin à ses jours...alors qu'il était tout
petit.

De" cuistot", spécialiste de recettes occidentales, il accepte un travail saisonnier de terrassier sur une île où vit un certain M. Ashi, dont sa mère lui a souvent parlé ,qui fut l'associé et l'ami de son père.

Il espère que ce fameux M. Ashi va lui apporter des réponses sur la personnalité et l'histoire de son père, comme il espère (sans trop savoir pourquoi) lui offrir des réponses pour sa vie à lui, éclaircir , semble- t-il, un secret de longue date, et Ryôsuke se demande si ce n'est pas
sur le secret de sa propre naissance...

Il se retrouve sur cette île, aux habitants peu commodes, qui n'aiment guère les gens qui viennent d'ailleurs !!

Deux autres saisonniers, un jeune homme et une jeune fille vont se joindre à lui pour ce boulot provisoire et épuisant; et surprise, Ryôsuke à la fin de son contrat ne veut pas repartir de l'île, il aimerait réussir un
projet à la suite de son père, qui lui a subi déboires et échec...Il s'est pris d'intérêt , d'affection pour des chèvres mi-sauvages qui vivent sur l'île...

Il aimerait faire du fromage. Scandale absolu pour les autochtones: les usages du lieu est qu'on tue les chèvre, pour la viande et pour se nourrir. Hors de question de changer quoi que ce soit !!

Finalement il va rester avec ses deux camarades, sera logé et aidé par M. Ashi, qui 20 ans auparavant, a eu la même idée de faire du fromage de chèvre dans ce lieu insulaire où il a échoué... Alors, il tente d'apporter à notre jeune protagoniste son expérience et son savoir-faire...

[Je n'ai pas pu m'empêcher de sourire... car cette fiction qui m'emportait vers les horizons lointains du Japon... m'a fait me retrouver subitement durant quelques lignes sur ma terre d'adoption, La Corse, avec les indications de M. Ashi pour fabriquer le fromage traditionnel corse, le Brocciu !! - Une parenthèse amusante !]

Un moment inoubliable de lecture, pétri de l'amour des hommes, des animaux,de leur poésie comme de leur sauvagerie. Un roman qui est tel une fable, un conte initiatique !

Je me suis commandé sous le coup de l'enthousiasme débordant, "Les Délices de Tokyo" et finalement j'appréhende comme une déception à venir, car l'univers et l'atmosphère du "Rêve de Ryôsuke" sont tellement
uniques, originaux, qu'il me paraît fort difficile de traduire autant de magie...Mes sentiments finaux sont étranges: entre l'espoir, la lumière d'une humanité meilleure, et parallèlement l'épreuve permanente de combattre la violence, l' inhumanité de nos congénères, qui survient
perpétuellement. Un roman qui remue les tripes, qui bouleverse, qui exprime tant de notre "humanité "tour à tour douloureuse, joyeuse, et révoltante....

"-Parce que, comment dire, les perfectionnistes, les gens qui ne supportent pas les compromis, un beau jour, ils fichent tout en l'air, ils font table rase de tout. Ils
finissent par se dire que s'ils ne peuvent vivre qu'à moitié, autant disparaître. Mais ce résultat est le plus bancal. Ryôsuke, j'essaie de me mettre à ta place.
Quoi qu'on fasse, on finit tous notre vie en ayant fait les choses à moitié. Ce n'est ni mal ni bien. Il faut apprendre à s'y faire. C'est mille fois mieux que de mettre fin à ses jours."

Commenter  J’apprécie          466



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (41)voir plus