AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782344027288
180 pages
Glénat Manga (17/01/2018)
4.21/5   26 notes
Résumé :
Plus téméraire qu'un cheval, plus fier qu'un homme, le centaure est un être divin, côtoyant les hommes depuis la nuit des temps. Mais en ces périodes de trouble, les humains les ont réduits à l'esclavage, afin de les utiliser comme “armes de guerre”. Pour sauver son fils, le fier et sauvage centaure Matsukaze se laisse capturer par les humains. Il y fait la rencontre de Kohibari, un jeune mâle de son espèce, apprivoisé par les hommes. Ensemble, ils tenteront une fol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
4,21

sur 26 notes
5
7 avis
4
7 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Alfaric
  23 janvier 2018
J'aime la fantasy et j'aime les mangas, donc je prends mon bâton de pèlerin pour vous faire découvrir une nouvelle série qui répond exactement aux questions que je m'étais posées à la lecture du livre "Les Centaures" d'André Lichtenberger !
Il était une fois un pays où humains et centaures vivaient en paix, mais vint un jour de sinistres individus gens autoproclamés « seigneurs » avec des concepts bizarres et malsains : argent, guerre, esclavage... Les centaures des plaines sédentaires furent ainsi asservis, mutilés et massacrés, tandis que les centaures des montagnes furent d'autant plus chassés et capturés que leurs cousins des plaines disparaissaient au fil du temps. Nous suivons Kohibari, le plus rapide des centaures, mais un centaure qui n'a rien connu d'autre que l'esclavage depuis ses 6 ans en servant de monture et de giton au seigneur Miyatsuta. Il participe et contribue grandement à la prise de capture d'Iwatora le Roux, Matsukaze de son vrai nom, le plus fort des centaures, car il est persuadé que lui seul peut l'aider à retrouver la liberté.
La grande évasion survient assez rapidement, et l'essentiel du tome est consacré à la relation entre Mastukaze et Kohibari, qui s'avère totalement inadapté à la liberté : privé de ses deux bras il ne peut subvenir seul à ses propres besoins, immature il est incapable de faire face aux nombreux dangers que présentent tant la nature que l'humanité. L'un s'émerveille de découvrir un monde inconnu, l'autre s'horrifie de découvrir ce que sont devenus ceux de son espère aux mains des « seigneurs ». La fin de tome nous fait découvrir les singularités de la famille de Mastukaze, toujours à la recherche de ce lui qu'il considère comme son fils et dont il a été séparé lorsqu'ils étaient traqués par les humains, et un cliffhanger qui redistribue toutes les cartes :
Le centaure est une créature mythologique qui n'appartient ni au folklore japonais ni au folklore asiatique, je me demande donc ce qui a motivé à la mangaka Ryo Sumiyoshi le choix de son sujet. Transfuge du monde du jeu vidéo (elle a beaucoup travaillé sur la franchise "Monster Hunter" chez Capcom), elle place son récit dans un Japon fantasmé, puisque qu'on retrouve côte à côte des aristocrates du Haut Moyen-Âge, des guerriers du Bas Moyen-Âge, et des armes à feu du XVIe siècle. Il y a certes quelque chose de malsain avec ces individus asservis, humiliés et mutilés pour être rabaissés au rang d'animal et/ou d'objet, mais nous sommes sans bel et bien dans un réquisitoire contre l'esclavage donc contre le suprématisme si chère à la haute société qui se croit au-dessus du reste de l'humanité (puissent-ils tous crever, ça nous fera à tous de longues vacances bien méritées !).
Kohibari est dessiné puéril et efféminé, mais cela fait partie du personnage immature qui a été détruit, reconstruit et formaté pour assouvir les besoins et les désirs de ses maîtres. Pour le reste, le charadesign est classique mais varié, et les graphismes en niveaux de gris s'inspirent beaucoup du monde de la peinture asiatique pour offrir des ambiances parfois réalistes parfois éthérées. Alors oui tout n'est pas abouti, mais nous sommes en présence d'un manga original et singulier qui mérite qu'on s'y attarde et qu'on lui donne sa chance !
Lien : http://www.portesdumultivers..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
OverTheMoonWithBooks
  06 octobre 2018
Centaures imagine une société où ces êtres issus de la mythologie grecque ont été asservis par les hommes pour être utilisés comme des armes de guerre.
Mêler dans un manga antiquité grecque et tradition 'asiatique' (apparence des personnages humains, lieux) peut sembler audacieux ou saugrenu. D'autant que graphiquement, si l'emsemble paraît un peu brouillon parfois, on retrouve aussi bien des mimiques typiques du shônen et des traits rapellant les estampes dans les scènes de faune et de nature.
Dans beaucoup de vignettes, le mangaka met particulièrement en avant la puissance et la musculature de cette créature mythique mi-homme mi-animal, dépersonnifié par cette surexposition de son corps. Ce n'est qu'en s'échappant que deux centaures, Mitsukaze et Kohibari, retrouvent leurs places d'individus avec leur histoire personnelle que l'on découvre peu à peu.
On ne peut pas dire que le rythme soit particulièrement haletant. L'ambiance un peu étrange garde même le lecteur à distance.
L'intérêt de ce tome se trouve dans sa thématique : la réflexion sur la sauvagerie dans la "civilisation" (lorsque la morale s'en mêle..) avec la barbarie des vaincus qui non contents de leur victoire soumettent leurs victimes par tous les abus possibles.
Deux centaures (Mitsukaze, l'insoumis et Kohibari, l'animal dressé) complémentaires décident de fuir le village des hommes qui les retient captifs. Leur évasion leur permet de découvrir que le prix de la liberté est la nécessité de se battre presque constamment pour la garder. Leur quête de liberté et de dignité, ainsi que l'ombre du fils adoptif que Mitsukaze veut retrouver, font qu'à la fin du tome on s'attache à ces personnages et à leur sort en nous demandant ce qu'il adviendra d'eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
cerisebio
  10 mai 2018
Si j'avais repéré les magnifiques couvertures de Centaures, pour une raison qui m'échappe encore je n'étais pas très tentée par ce titre. Les conseils de ma twitter list m'ont poussée à lui donner sa chance et je n'aurais qu'un mot pour ces personnes : MERCI !
En effet, Centaures est un gros coup de coeur pour moi. D'abord pour ses deux personnages principaux, tous les deux forts, magnifiques et parfaitement imparfaits à leur manière propre : Matsukaze est un guerrier puissant et colérique, pour qui la famille passe avant tout le reste ; de son côté, Kohibari a eu l'intelligence de s'adapter à ses oppresseurs pour survivre, il est naïf et maladroit, mais aussi très curieux et joyeux. Leur rencontre provoque une alchimie certaine, leur histoire est à la fois exaltante, drôle ou tendre par moment, glaçante à d'autres, et le développement de leur relation bouleversante.
J'ai également adoré le monde mis en place par Ryo Sumiyoshi : d'un côté la société humaine qui exploite la force des centaures ; de l'autre celle des centaures des montagnes et des plaines. À travers cet univers, la mangaka dénonce clairement l'esclavage et la guerre, nous dépeint des créatures mythologiques bien plus morales que les humains et bien plus respectueuses de leur environnement. Elle ne tombe toutefois pas dans le manichéisme : l'horreur et la beauté se trouve dans les deux camps, et elle démontre que la haine ne conduit qu'à plus de haine.
La quête de Matsukaze et Kohibari est celle de la liberté, et parfois elle ne s'obtient qu'au prix de sacrifices importants. Attention, ce titre ne laisse pas indemne, et les graphismes portent une puissance à la hauteur de ce combat épique. Ainsi, on referme le tome 2 - qui conclut l'arc actuel, mais pas la série - avec la sensation d'avoir chevauché des montagnes russes émotionnelles.
Lien : https://opaledefeu.jimdo.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
gayane
  26 avril 2018
Les Hommes cohabitent depuis longtemps avec les Centaures, créatures au torse humain et au corps équin. de tous temps les deux espèces ont été méfiantes voir amicales l'une envers l'autre jusqu'au jour où les guerres ont débuté. Les centaures étant d'une grandes force, les humain les ont asservis, mutilés, humiliés, jusqu'à leur quasi-extinction.
Matsuzake est un centaure des montagnes, devenu légendaire à cause de sa grande force. Kohibari est un centaure des plaines. Tout deux sont très différents, mais leur destin va se croiser chez les humains. Il vont devoir s'entraider pour pouvoir s'échapper et retrouver leur liberté.
Un premier volume dont j'avais déjà commencé les premières pages et qui m'avait tout de suite intéressé. Il s'agit d'un diptyque. En conséquence, il se passe beaucoup de choses de ce premier volume.
Pas de temps mort, je n'ai pas vraiment noté de lourdeur. Les personnages sont attachants, le style du mangaka est intéressant quoi qu'un peu brouillon pour moi à certains endroit. Il est dommage que certaines vignettes soient dans un tel mouvement, une telle rapidité de mouvement qu'elle m'en est apparût peu lisible. L'atmosphère est sombre, même glauque chez les humains. Cette série touche même à certains tabous (je ne m'y attendais pas et en même temps, je n'ai pas été plus surprise que cela).
J'ai beaucoup aimé cette lecture et j'ai tout de suite eu envie de lire la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          13
mimouski
  10 avril 2022
Très intriguée par ce titre sortant de l'ordinaire, je me laisse tenter par cette nouvelle série en me demandant bien ce que l'auteure va bien pouvoir concocter autour de ces mi-hommes mi-chevaux. Et c'est une petite baffe que je me suis prise. Elle a su y mettre 2 personnages diamétralement opposés en héros : l'un insoumis et dévoué à sa famille, l'autre naïf et résilient à cause de sa longue relation avec les humains. Je ne m'attendais pas à autant de violences, les hommes sont les ennemis prêts à tout pour asservir les centaures. Trahisons, viols, de quoi nous dégoûter du camp dans lequel nous sommes. le scénario est d'autant plus original car après la dure réalité de la survie des centaures, il y a cette espèce de bulle qu'a créée l'auteure pour montrer le côté paternel de Matsukaze envers Kohibari dans la forêt avec des scènes de vie. Centaures est un titre fort et original qui marque.
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (3)
BoDoi   16 avril 2018
Avec ces deux tomes qui marquent la fin de la première partie de la série, on rattrape la publication japonaise. La suite n’est donc malheureusement pas pour demain.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   16 février 2018
Une idée intéressante pour un récit finalement plus mature qu'il n'y paraît.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
ActuaBD   07 février 2018
Une idée intéressante pour un récit finalement plus mature qu'il n'y paraît.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   16 janvier 2018
Nous vivons parce que chaque génération de nos ancêtres a transmis ce qu'elle savait à la suivante... couche après couche, les connaissances s'accumulent... C'est grâce à ça qu'aujourd'hui, nous pouvons vivre.
Commenter  J’apprécie          280
TachanTachan   12 février 2018
J'ai survécu jusqu'ici, j'ai tout supporté, dans la seule attente d'une occasion de m'évader... pour être dans les bonnes grâces du seigneur, pour qu'ils me laissent courir sans entrave, j'ai fait des choses... même toi tu préfèrerais crever en te coupant la langue plutôt que d'accepter ça... parce que tel que tu me vois là, je n'ai encore rien lâché ! Je t'attendais.
Commenter  J’apprécie          20
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   05 octobre 2018
- Il n'ira pas à la guerre ?
- Tu parles ! Un seigneur préfère rester à l'abri pour donner des ordres !
Les batailles c'est bon pour les pouilleux, les sans-le-sou comme moi, et les centaures comme toi !
Commenter  J’apprécie          20
boumabouma   11 septembre 2018
Nous vivons parce que chaque génération de nos ancêtres a transmis ce qu'elle savait à la suivante... couche après couche, les connaissances s'accumulent...
Commenter  J’apprécie          10
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   05 octobre 2018
Je ne sais pas ce qu'on t'a enseigné, mais ça n'existe pas, une jolie guerre.
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
autres livres classés : centaureVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1153 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre