AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791095582335
205 pages
Marchialy (03/05/2018)
4.6/5   5 notes
Résumé :
En 2009, un programme de l'Union européenne demande à Anjan Sundaram, grand reporter, de venir enseigner le journalisme au Rwanda. Alors que ce cours devient un lieu d'échange pour des journalistes indépendants souvent isolés, le gouvernement, à l'approche des élections présidentielles, intensifie le contrôle de l'information. Des journalistes sont menacés, certains obligés de fuir le pays. Anjan prend alors pleinement conscience de la complexité du contexte politiq... >Voir plus
Que lire après Bad newsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
En 2009, Anjan Sundaram est au Rwanda. Il est à la tête d'un programme destiné à former les journalistes locaux dans l'enquête et l'écriture.
Très vite il comprend que sa tâche sera ardue, voir impossible. En effet dans ce pays, il y a peu de place pour la parole libre et la critique.
Peu à peu, le gouvernement assure son emprise sur la population en chassant, ou enfermant les journalistes déclarés "dissidents" ou "ennemis de l'état", tout en s'appuyant sur le traumatisme du génocide pour asseoir son autorité.
Au fil du récit, le pays au mille collines devient silencieux, obéissant et angoissant.
Anjan Sundaram décortique les rouages d'un système autoritaire bien rodé qui se cache derrière une apparente démocratie. A nouveau les instance internationale assiste sans mots dire à l'endoctrinement d'une population, au sacrifice des libertés sur l'autel du progrès.
Cet auteur a une très belle plume. Même si parfois on se perd un peu entre deux ellipses temporelles ou spatiales, le récit vous emporte jusqu'à la fin : on s'attache aux personnages, on s'angoisse pour ceux qui fuient, on est dessus des trahisons ou effarés des situations. On est surtout glacé par la facilité avec laquelle le système bascule, dans une logique implacable.
Commenter  J’apprécie          30
Ahurissant !
Lien : https://horizondesmots.wordp..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Le pays fourmillait de visiteurs : dignitaires étrangers, journalistes, observateurs. Des comptes rendus de la journée seraient diffusés dans le monde entier. Il fallait prendre soin de maintenir les apparences.
Les observateurs officiels se montrèrent unanimes. L'Union africaine et le Commonwealth félicitèrent les autorités pour l'organisation : les bureaux avaient ouvert à l'heure, les électeurs munis de leur pièce d'identité avaient spontanément formé une file d'attente de bon matin, et à 10 heures pratiquement tous les citoyens - le gouvernement parlait d'un taux de participation de 95% - avaient déposé leur bulletin dans l'urne. A midi, les isoloirs étaient vides.
"Le monde a d'importantes leçons à recevoir du Rwanda", s'enthousiasma un émissaire de l'Union européenne. Les observateurs des ambassades affirmèrent n'avoir jamais vu une élection aussi impeccablement organisée de toute leur carrière.
L'ordre dans lequel se déroula le rituel suscita l'admiration de tous.
Commenter  J’apprécie          10
« Parfois, la nuit, je pleure tout seul. Comme ça (il se mordit la lèvre et commença à sangloter), pas à cause des souvenirs du génocide. Mais parce que le gouvernement le ridiculise, il s’en sert pour obtenir la pitié du reste du monde, pour gagner de l’argent et en même temps nous maintenir dans la peur. »
Commenter  J’apprécie          20
L'oppression sautait aux yeux de quiconque en avait déjà fait l'expérience. Un employé russe de l'ONU que je rencontrai trois jours après son arrivée me dit rapidement que le pays lui faisait penser à l'Union soviétique. Je rencontrai une autre femme qui avait grandi dans la Yougoslavie de Tito et qui venait de s'installer au Rwanda. Elle n'était pas au courant de la nature du gouvernement, les articles publiés dans la presse internationale lui ayant semblé particulièrement élogieux. Mais après avoir rencontré quelques fonctionnaires, elle rentra chez elle et avertit son mari, un Britannique : "Il faut faire très attention à ce que tu dis dans ce pays." Lui n'avait rien perçu. Elle attribuait cela à la façon dont les gens parlaient, à leur comportement, il y avait quelque chose dans l'atmosphère : elle sentait la répression.
Commenter  J’apprécie          00
Jeune homme, vous n'avez peut-être pas compris ce que je voulais dire quand je parlais des droits de l'homme. Ce que je veux dire, c'est que dans ce genre de pays, nous ne savons pas où s'arrête l'Etat et où nous commençons. [...]
Et si je ne sais pas où je commence, je ne vaux rien moi non plus, je n'ai pas le moindre droit. Et comment pourrais-je penser qu'une autre personne en a ? Comment respecter cette personne? Dans ce pays nous ne savons même pas si nous existons en tant que personnes. Nous ne sommes pas des individus, nous sommes des agents de l'Etat. pp113
Commenter  J’apprécie          00
Une société incapable de s'exprimer était comme un corps qui ne sentirait pas la douleur : on pouvait l'amputer d'un membre sans qu'elle le sache ou en la persuadant que c'était un signe de progrès. Il fallait passer d'une voix unique à une pluralité de points de vue et contrer le gouvernement en parlant pour que les gens soient conscients de l'existence d'une alternative, conscients de ce qui arrivait autour d'eux. En parlant , la société allait lutter et ressentir sa douleur.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : Génocide rwandais (1994)Voir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (15) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3109 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}