AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757832103
347 pages
Éditeur : Points (10/04/2014)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 19 notes)
Résumé :
L’hiver, la neige, le froid. Lance Hansen est dans un motel non loin de la frontière canadienne. Sa famille et ses amis le croient en voyage en Norvège, le pays de ses ancêtres qui l’obsède tant, mais il cherche à se faire oublier et craint son frère depuis leur partie de chasse qui a mal tourné.
Lorsqu’enfin il sort de sa torpeur et de sa tanière, le vieil Ojibwa Willy Dupree lui donne la clef du chemin des rêves. Swamper Caribou hante dès lors son sommeil... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
bilodoh
  02 novembre 2014
Un polar de dépression et de tragédies familiales, la conclusion de la « trilogie du Minnesota »

Au bord du lac Supérieur, dans l'étendue glacée de cette gigantesque mer intérieure, les liens familiaux se heurtent et au mensonge et à la violence.

Seul l'amour pour son fils et peut-être une ancienne flamme pourront sauver Lance du désespoir où l'enferme son tiraillement entre son devoir de policier et ses graves soupçons envers son propre frère. Et il s'agit d'un meurtre sordide, où l'assassin s'est acharné sur sa victime à coups de batte de baseball, jusqu'à lui réduire le crâne en bouillie.

Tourmenté, Lance en a même perdu la capacité de rêver. Saura-t-il retrouver le chemin des songes, saura-t-il continuer à vivre et à aimer malgré le sang qui éclabousse sa famille?

J'ai aimé la description des lieux, les paysages particuliers de ce coin de pays, mais peut-être pour des raisons plus personnelles que littéraires. Ma propre grand-mère est née dans cette région, car, comme beaucoup de Canadiens-français de l'époque, mon aïeul avait émigré aux États-Unis pour travailler dans les mines de fer du « Iron Range ».

J'ai apprécié aussi les légendes des Ojibwés,cette culture enracinée dans le continent, ces rêves qui font partie de la vie quotidienne et qui contribuent à guérir les âmes.

L'intrigue m'a toutefois donné un peu de mal. Les agissements d'un homme dépressif ne suivent pas toujours une logique raisonnable et ce n'est pas toujours agréable d'en observer les dérives.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Pat0212
  16 mai 2018
Ce volume termine la magnifique, fantastique…. trilogie du Minnesota.
Nous retrouvons Lance, en pleine déprime deux mois après la tragique partie de chasse au cours de laquelle il a failli tuer son frère accidentellement (racontée dans le tome 2), mais Andy ne croit pas que le coup est parti tout seul, il est persuadé que son frère a voulu le tuer après qu'il l'ait lui-même menacé de mort. Lance se terre dans un motel canadien tout proche de la frontière, mais il fait croire à ses proches qu'il est en Norvège en faisant envoyer des cartes par un ami. Puis un déclic se passe, il ne veut plus rester prostré sur son lit à regarder la télévision, il décide de rentrer chez lui une nuit.
Il va dans une cafétéria végétarienne, sûr de ne rencontrer personne de ses connaissances dans un tel endroit. Pas de chance, la biologiste de la station où il travaille fait ses courses dans la boutique mais ne le voit pas. Lance se rend ensuite dans un bar mal famé, car il ne veut pas que ses proches sachent qu'il est revenu. Une jeune fille gothique l'aborde, il s'agit de sa nièce Chrissy, qui a bien changé depuis la dernière fois qu'il l'a vue. C'est maintenant une adolescente tourmentée de dix-sept ans qui semble avoir de mauvaises fréquentations, son oncle lui raconte qu'il est en mission secrète pour enquêter sur la mort du touriste norvégien (Tome 1 ) et lui demande de ne révéler à personne, et surtout pas à ses parents, qu'il est de retour. C'est le début d'une partie de poker menteur avec sa famille.
Lance est convaincu que son frère Andy est le meurtrier, surtout que de nombreux indices le désignent, pourtant c'est Lenny, un jeune Indien toxicomane qui est en prison. Lance est écrasé par la culpabilité, faut-il parler et envoyer son frère derrière les barreaux ? Mais comment vivre en étant la seule personne capable d'éviter une erreur judiciaire, s'il ne le fait pas ? Il mène l'enquête discrètement avec l'aide de Chrissy. Il a aussi découvert le secret de ses ancêtres et se sent accablé par le poids des non-dits et des mensonges qui sont le lot de sa famille depuis de nombreuses générations. Seul contre tous il se confronte à tous ces secrets malsains qui lui permettront peut être de faire un choix éthique entre son frère et l'innocent emprisonné. Mais l'enquête est parsemée de nombreux rebondissements pour aboutir à un dénouement tout à fait inattendu et un final grandiose où Lance peut réconcilier passé et avenir pour lui-même. La malédiction familiale sera brisée car il a accepté d'en payer le prix.
Ce livre – et toute la trilogie – est un chef d'oeuvre absolu, les mots me manquent pour le qualifier, coup de coeur est bien trop faible et trop banal. Il s'agit à la fois d'un polar, d'un roman noir, d'un roman intimiste et d'un superbe poème sur la nature et le sens de la vie. Lance est plus qu'un personnage attachant, il semble vivant, comme un ami lointain qu'on aurait rencontré au cours d'un voyage et qu'on n'oubliera pas, même si la distance ne nous permettra pas de le revoir. Il prend sa place parmi les grands héros que l'on a croisé un jour et qui ont colonisé un coin de notre vie comme le docteur Rieux, Jean Baptiste Clamence, Hamlet et quelques autres.
Le Minnesota, en particulier la région du Lac Supérieur, est un personnage du livre à part entière. Désormais une partie de l'âme du lecteur y réside pour toujours, comme dans le Maine de Connolly et de Stephen King ou le New York de Paul Auster, l'Algérie de Camus. Il est des lieux imaginaires plus réels que ceux que nous traversons tous les jours.
Il s'agit d'une trilogie et pas d'une série, il est impératif de lire les trois volume dans le bon ordre pour la compréhension de l'intrigue. C'est un tout et il serait vraiment très dommage de n'en lire qu'un.

Lien : https://patpolar48361071.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
inclassable1
  21 septembre 2014
A l'aube de ce dernier tome, Lance Hansen a fui, en Norvège pour les autres, au Canada pour lui-même ; si ses motivations ne sont pas exprimées, sans doute ne supporte-t-il plus la réalité qui s'impose à lui : son frère serait un homosexuel refoulé devenu assassin.
C'est à la fois une enquête, sans aucune méthode, mais avec beaucoup d'intuition, mais aussi les rêves qui vont aider Lance Hansen à résoudre l'assassinat de Georg Lofthus pour lequel Lenny Diver est emprisonné à tort.
Ce troisième tome est construit à l'image du premier, nous suivons Lance, prisonnier de sa terrible solitude qui le fait tenter de renouer avec un amour de jeunesse, qui interroge sa famille : son frère, espèce de double, possible meurtrier, sa nièce, adolescente qui traverse une période très difficile et qui jouera un grand rôle, ses ancêtres, dont il a découvert qu'une partie étaient indiens.
Cette trilogie, atypique, tant les interrogations annexes à l'enquête (la nature comme élément constituant de sa propre personne, la transmission entre parents, la solitude extrême dont souffre Lance Hansen, sans doute en grande partie responsable de ses tourments intérieurs, son divorce dont la cause n'est pas connue, l'importance de l'inconscient) sont prégnantes,est servie par une écriture très fluide.
Une quête intérieure plus qu'un roman policier, une quête vers l'humanité de chacun.
Lien : http://occasionlivres.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
vieuchamp
  02 août 2016
Et voilà, c'est fait.
Je suis arrivé au terme de cette trilogie avec un sentiment très partagé.
Trilogie du Minnesota, oui, de temps en temps, on fait quelques retours en arrière avec l'arrivée des scandinaves dans cette région un peu perdue du nouveau monde.
Cette dernière partie retrace dès le départ ce qui s'est passé dans les deux premiers tomes, beaucoup de redites, agréable quand on a lu ceux -ci il y a un certain temps, sinon....non!
Lance Hansen continue son enquête en solitaire pour déméler le vrai du faux, surtout que dans le cas présent, tout se passe au sein de la famille, mais un meurtre reste reste un meurtre et il n'est pas possible de laisser un innocent croupir au fond d'une géole.
J'ai été agéablement surpris par le premier tome.
Je me suis profondément ennuyé dans le deuxième volet, pour moi absolument inutile.
J'ai repris le goût de la lecture dans le troisième, en étant toutefois content d'en finir.
Vidar Sundstol ne m'a pas convaincu.
Commenter  J’apprécie          40
Sharon
  01 août 2016
Toi et moi, on est comme des corbeaux qui traversent les épreuves de l'hiver. On résiste à tout. Rien ne peut nous abattre, p. 245.
J'ai laissé passé trois ans et trois mois entre ma lecture du tome 2 et celle du tome 3 – en partie par peur d'être déçue par cette lecture. Et bien, ça y est, c'est fait, j'ai lu et je suis déçue.
Deux mois se sont écoulés entre la fin du tome 2 et le début du tome 3, deux mois pendant lequel Lance Hansen a fait croire qu'il était parti en Norvège alors qu'il n'était pas loin, au Canada. Il se décide à revenir, passe négligemment voir sa vieille mère, Inga, à qui il s'est débrouillé pour envoyer des cartes postales depuis la Norvège, puis enquête à nouveau. Son but ? A la fois innocenter celui qui croupit en prison, prouver la culpabilité de son frère Andy et rendre justice au jeune norvégien assassiné.
Ce troisième tome comporte nettement moins de substance que les autres. Certes, nous en apprenons un peu sur la culture ojibwa, nous découvrons Lance en train de tenter de rêver à nouveau, mais je n'ai pas ressenti à cette lecture la force et l'émotion qui se dégagent des pages écrites par Craig Johnson. Peut-être parce qu'il y a une différence essentiel : Walt Longmire agit pour les autres, avant tout, Lance Hansen agit pour lui, en oubliant un peu (beaucoup) ceux qui l'entourent. Parfois même, cela vire à la bluette sentimentale (si, si, je vous assure) et j'ai eu du mal à cacher mon ennui, pour un livre qui pourtant se lit très facilement. J'ai dû d'ailleurs faire des retours en arrière parce que, par moment, j'avais l'impression d'avoir déjà lu tel ou tel passage.
Lance Hansen a des excuses… Il découvre que des membres de sa famille lui ont menti depuis… fort longtemps. Peut-être aussi parce que lui non plus n'a pas pris la peine de poser des questions, d'aller au-delà des apparences. Un comble pour un policier qui n'a pas vu ce qui se passait pas très loin de chez lui. S'intéresser au passé, c'est bien. Regarder le présent aurait été mieux. A Lance de regarder vers un avenir qui n'offre pas des perspectives très réjouissantes, comme le montre l'épilogue.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
bilodohbilodoh   30 octobre 2014
Sous la neige et le clair de lune, avec le ciel étoilé dans toute sa splendeur au-dessus du lac Supérieur, tout blanc et sans fin, cette vue était encore plus magnifique que d’habitude, à la limite du cosmique, comme si cela se passait sur une planète qui n’avait qu’une vague ressemblance avec la nôtre.
(Grasset, p. 104)
Commenter  J’apprécie          130
bilodohbilodoh   01 novembre 2014
— Toi et moi, on est comme des corbeaux qui traversent les épreuves de l’hiver. On résiste à tout. Rien ne peut nous abattre. […]

— Non, nous ne sommes pas les corbeaux, dit-elle. On est des cadavres en putréfaction sur lesquels ils s’acharnent avec leurs becs.
(Grasset, p. 245)
Commenter  J’apprécie          120
bilodohbilodoh   02 novembre 2014
Il lui paraissait impensable que l’été pût un jour revenir. C’était comme si l’hiver n’était plus une saison, mais un lieu hors du temps duquel aucune route ne permettait de s’échapper.(Grasset, p. 164)
Commenter  J’apprécie          130
SharonSharon   31 juillet 2016
Ne rien dire avait toujours été la solution pour régler les problèmes. Sur ce plan, rien de nouveau. Mais découvrir cette attitude déjà plus de cent ans auparavant, l'avait rendu infiniment triste.
Commenter  J’apprécie          30
christinebeaussonchristinebeausson   20 janvier 2015
Lance devait à présent retourner dans ce monde là : celui où les gens se levaient tôt pour aller au boulot, tous les jours, que ça leur plaise ou non. Un monde qui, vu de l'extérieur, n'avait pas l'air d'avoir un sens, mais qui, pour la plupart des hommes, en avait pourtant un.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Vidar Sundstøl (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vidar Sundstøl
Oslo Bokfestival 2011: Krimforfattere i diskusjon
autres livres classés : minnesotaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1910 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre