AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Françoise Huart (Collaborateur)
EAN : 9782253145677
152 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/01/1999)
4.75/5   10 notes
Résumé :

" C'est à toi que je m'adresse, jeune de France et d'Europe. Ecoute la vieille femme que je suis : née en 1908, j'ai connu le siècle le plus hallucinant qui soit ; j'ai été appelée dans les cinq continents pour répondre aux drames de la misère, de la violence et de la guerre, là où l'homme est un loup pour l'homme. Tu m'apostrophes : " Que me dis-tu, je te suis inconnu ! " Justement non. Tu es le fils de t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
araucaria
  10 février 2014
Merveilleuse Soeur Emmanuelle remplie d'une grande énergie même dans son grand âge! Sa foi et sa volonté, son espérance en la nature humaine aussi, l'aidaient à abattre des montagnes. Ce livre est encore une fois un beau témoignage et donne de l'espoir. Beaucoup de simplicité dans son écriture, mais une grande intelligence et de l'humanité. A lire et à relire, lorsqu'on manque de courage et qu'on a tendance à baisser les bras.
Lien : http://araucaria20six.fr/
Commenter  J’apprécie          331
laurent35
  05 août 2017
tant de générosité et d'humanité
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
araucariaaraucaria   06 février 2014
C'est à vous que je m'adresse, jeunes de France et d'Europe, vous l'espoir de ce nouveau siècle prêt à éclore. Vieille femme de quatre-vingt-huit ans, j'ai vu le siècle dernier se terminer, j'ai été appelée dans les cinq continents pour répondre aux drames de la misère, de la violence et de la guerre, là où l'homme est un loup pour l'homme. Mais, partout, j'ai rencontré des jeunes, fonceurs, éclatants de dynamisme; ils ne s'avouaient jamais battus, quelle que soit l'horreur des tragédies. Bien au contraire, elles paraissaient faire naître en eux un esprit de bataille et d'inventivité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630
araucariaaraucaria   08 février 2014
J'avais quitté l'Europe en 1931 et j'ignorais que l'on y avait oublié la gaieté et la légèreté. J'avais connu en Turquie au Liban ou dans cette Egypte si misérable de tels moments de bonheur! Je ne savais pas encore que l'Europe était morose et grise. Ces jeunes arrivés mornes et désemparés avaient appris à donner et à sourire. Même dans un pays où la misère et la précarité régnaient, avec une nourriture faite de haricots et les demeures en vieux bidons, les gens savaient danser et chanter. Ces jeunes Européens partaient en riant, car ils avaient rencontré la solidarité, et compris la relativité des situations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
araucariaaraucaria   10 février 2014
Dans ma chambrette, j'ai, accroché au mur, un tableau d'un de ces "internés", que les hôpitaux psychiatriques étiquettent : "malade mental" : l'un d'eux m'en avait fait cadeau. Je regarde ces traits d'araignée, ces couleurs sombres, ces formes étranges et il m'aident à accepter l'autre dans sa différence, à l'aimer. En voici l'histoire.
Un jour de visite, j'entre dans un de ces hôpitaux. Un "fou", bien jeune encore, vient vers moi, me prend par la main, me montre sa peinture, me parle d'elle. Pas un mot sur lui. Je l'écoute avec intérêt : "Qu'ils sont beaux, tes tableaux!"
Il rayonne et m'embrasse avec effusion : "Tu m'aimes et je t'aime, prends mon plus beau tableau!"
Dans son apparent isolement, cet homme n'était-il pas d'une certaine manière plus riche, plus productif que beaucoup d'autres et que moi-même? Quand je regarde son tableau, je pense à la richesse du pauvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
araucariaaraucaria   08 février 2014
(...) Je passe devant l'auto de deux bonnes demoiselles et je les vois, assises sur les pliants qu'elles avaient apportés, faisant le catéchisme à une bande de petits chiffonniers sales et en haillons. Elles leur apprennent leurs prières et les laissent partir pieds nus dans les ordures. Elles me racontent alors qu'elles viennent deux fois par semaine leur explique "la religion", puis elles remontent "pieusement" dans leur auto.
Je sens la révolte gronder en moi. C'est ça la "religion"? Parler de prière à des enfants en les laissant croupir dans l'ordure? C'est ce qu'il a fait lui, le Christ? Il parlait certes, du Royaume de Dieu, mais il partait à l'appel des souffrants et s'intéressait spécialement aux malades, aveugles, paralytiques auxquels il rendait la vie et l'espoir en les guérissant.
Je suis tellement révoltée que je décide sur-le-champ de m'installer ici pour veiller à la santé et à l'éducation des enfants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
laurent35laurent35   05 août 2017
crois en toi, comme moi en toi, crois en l'autre comme en toi
yalla, jeunesse, en avant, tu vaincras!
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Sœur Emmanuelle (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Sœur Emmanuelle
Vahina Giocante dans les pas de Soeur Emmanuelle au Burkina .L'actrice soutient une grande campagne de l'association Asmae dont elle est la marraine et nous raconte son immersion dans une mission au Burkina Faso. | Retrouvez sur notre site toutes les vidéos du Nouvel Observateur
autres livres classés : bénévolatVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2329 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre