AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782072926204
160 pages
Gallimard (14/01/2021)
3.71/5   19 notes
Résumé :
« On raconte que les mourants revoient dans les derniers instants leur vie entière, en commençant par la fin. C'est ainsi que je vais vous raconter celle de Guillaume Apollinaire, des hasards de la maladie aux hasards de l'origine : une fin, comme un commencement, pris dans le mystère. »

Prenant le contrepied des biographies, François Sureau a choisi de remonter le cours de la vie d'Apollinaire, pour mieux s'approcher de ce qui a hanté de manière per... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
fanfanouche24
  13 août 2021
« Je voulais être un écrivain, et c'était tout. Je voulais la même tête et le même costume qu'Apollinaire. Je sais maintenant ce qu'il entrait dans ces songes de protestation contre l'absurdité du monde des grands, et ce que ces songes comportaient d'appel muet- mais à qui ? un ange, une femme, un autre écrivain, Dieu lui-même ? à être conduit au-delà des apparences » (...) p. 29)
Un ouvrage emprunté à la Bibliothèque Buffon , près du Jardin des Plantes. Je suis ravie d'avoir déniché cette publication, en déambulant entre les rayonnages et les livres récents , mis en avant sur des lutrins, dont faisait partie ce texte de François Sureau. Un magnifique hommage au poète, Guillaume Apollinaire, que l'écrivain admire depuis très jeune, ayant choisi ce poète comme une de ses figures tutélaires ; de ces admirations littéraires qui nous accompagnent comme des amis au fil de nos vies, quoi qu'il arrive !
Une parenthèse pour ajouter que ce texte a été rédigé pendant le confinement… Ce COVID impactant et obsédant rappelle à l'auteur dans ce livre, une autre pandémie terrible, survenue au moment de la première Guerre mondiales : la grippe espagnole qui fit une centaine de millions de morts, dont Apollinaire, Kafka, Egon Schiele, Rostand, etc.
François Sureau « dépoussière » Apollinaire en le faisant revivre différemment, parallèlement au récit de son propre parcours…Cet hommage est extraordinaire car il a le mérite de combattre les images toutes faites, réductrices colportées sur le poète…sans omettre un style des plus élégants et fluides, en rendant la lecture très agréable et vivante !
« Guillaume est singulier, parmi ceux que j'aime de ce temps-là, parce qu'il n'est pas parti. Il attendait de grandes choses du monde nouveau, il les a attendues jusque dans la guerre. Lorsque ce monde se faisait trop dur, il espérait le transformer par l'art, et l'oublier dans l'amour. Il s'y est projeté de grand coeur et cela me touche, surtout aujourd'hui où tant de contemporains n'ont pas de mots assez durs pour leur temps, pleurant un passé imaginaire. J'y vois chez lui une conscience aigüe du bien, toujours à l'oeuvre derrière le mal. C'est bien la part du diable de nous faire croire que le mal est le plus fort. La fantaisie, le goût du loufoque, la naïveté même d'Apollinaire me frappent comme une grâce. « (p. 93)
Un très beau moment de lecture … en compagnie de deux poètes…chacun dans un siècle, tous les deux passionnés par la féérie de Paris. Il me souvient que m'attend la lecture de « L'Or du temps », ouvrage de François Sureau, choisi en ce début d'année !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
sabine59
  09 novembre 2021

J'ai fini ce livre hier mais j'ai volontairement attendu aujourd'hui pour publier mon ressenti, car il y a 103 ans exactement, le 9 novembre 1918, Apollinaire mourait de la grippe espagnole et des suites de sa blessure de guerre à la tête...
Comme le titre l'indique, ce n'est pas une biographie au sens où on l'entend. L'auteur, avocat au barreau de Paris, explique bien en prologue qu'il ne va pas évoquer la vie et l'oeuvre du poète, en tout cas pas linéairement. Adolescent, il s'est découvert une passion pour Apollinaire, le considérant un peu comme un ami lointain, présent dans sa vie.
Il rappelle des souvenirs qui lui sont propres, liés directement ou indirectement au poète. Il y a des phrases très justes sur la poésie, le fait d'aimer un poète en particulier, sur la personnalité d'Apollinaire aussi. Tout le monde peut s'y reconnaître.
Cependant, cela reste une expérience personnelle. Aussi intéressante soit-elle, le lecteur ne se sent pas vraiment concerné, ni touché. C'est ce qui m'a un peu gênée.
Mais je suis toujours heureuse de constater que le poète ne meurt jamais et suscite à jamais des émotions... Une pensée pour toi, Guillaume, tu me fais toujours vibrer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
frmwa
  18 avril 2021
"Vivre avec Apollinaire" n'est pas un simple projet de biographie, mais vraiment d'un désir puissant de vivre avec ce poète que l'auteur ressent très tôt dans sa vie. Comme dans l'Or du Temps, son ouvrage précédent, il mêle ainsi les éléments de sa propre vie et ceux de la vie d'Apollinaire. À propos de l'Or du Temps, François Sureau avait déclaré à peu près vouloir aimer son pays comme un étranger et c'est bien le cas d'Apollinaire, enfant naturel de nationalité polonaise mais qui s'engagea dans l'armée française pendant la guerre de 14-18, avant de mourir de la grippe espagnole - alors que dans la rue, tout le monde criait "à mort Guillaume" - l'autre, le Kaiser. Pour vivre pleinement ce passé qui n'est pas le sien, François Sureau rêve qu'il est accueilli dans la grande maison d'une famille amie, qu'il se retire, et accède à une maison parallèle, plus richement aménagée, qu'il semble être le seul à fréquenter. Dans l'Or du Temps, il faisait intervenir un personnage fictif proche des surréalistes pour mieux vivre ce passé. Très belles promenades donc avec Picasso, Braque, Max Jacob, Juan Gris, Fernand Léger, Léautaud, Marie Laurencin ("C'est moi en femme" - avant l'été indien et avant qu'elle devienne "acariâtre et poursuivant, comme en témoigne Maurice Garçon dans son journal de la guerre, les juifs d'une haine vigilante dans le Paris de l'Occupation")... et Lou. Séjour à la Santé pour Apollinaire que l'on accuse du vol de la Joconde ! Très envoûtante en tout cas cette interpénétration de deux vies avec le foisonnement de leurs ramifications qui rendent la vie riche et joyeuse, même lorsque les temps sont durs.
NB. Assez inexplicablement, François Sureau cite à tort Kafka parmi les victimes de la grippe espagnole alors que c'est bien la tuberculose qui l'a emporté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Mouche307
  11 janvier 2022
A rebours, François Sureau retrace la vie de Guillaume Apollinaire et les liens qui l'unissent à ce poète. En quatre chapitres, il remonte le temps, depuis la mort du poète en 1918, puis l'engagement dans la Grande Guerre, les premières années d'écriture et de rencontres parisiennes pour terminer par l'enfance. A chaque fois, l'auteur mêle ses propres souvenirs, ses pensées, les lieux qu'ils a fréquentés et qui lui rappellent celui qu'il nomme tout simplement "Guillaume", comme un proche, à tel point que parfois, la confusion guette, d'autant plus que l'auteur a écrit en mai 2020 et compare parfois la grippe espagnole à un autre virus plus récent.
Commenter  J’apprécie          60
marchenry
  18 mai 2021
C'est l'histoire d'une amitié, qui dure depuis longtemps, entre deux artistes, deux poètes, deux oeuvres, dont l'une a façonné l'autre et y a importé ses thèmes et ses rythmes, au fil des pages fiévreuses d'Alcools ou de Calligrammes, l'amour, la guerre, la France, le temps
- la Seine, son Pont Mirabeau et l'odeur de bruyère.
Le titre, qui doit être celui de la collection, ma vie avec, est on ne peut plus juste, comme l'est ce texte, d'une infinie délicatesse et d'une immense sensibilité, dont on ressort émerveillé, ému et reconnaissant, reconnaissant envers Sureau de nous avoir invités à ce dialogue intime avec son ami des jours d'Annie, Clotilde, Marie et Salomé.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
LesEchos   19 avril 2021
Dans un livre qui n'est pas une biographie, l'avocat raconte une longue et enveloppante amitié - forcément à sens unique - avec le poète emporté par la grippe espagnole. Mathieu Laine l'a lu pour nous.
Lire la critique sur le site : LesEchos
LaCroix   18 janvier 2021
L'historien Jean-Pierre Rioux a lu le texte consacré par François Sureau à Apollinaire, ou plutôt à son compagnonnage avec le poète et son ouverture au monde.

Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   05 août 2021
Je ne suis pas un spécialiste d'Apollinaire. Lorsqu'on a un ami, on n'est pas le spécialiste de sa vie. L'amitié d'ailleurs s'y briserait sûrement. Certaines phrases, certaines attitudes, un charme, un mouvement suffisent à l'amitié. Comme toute vie, celle d'Apollinaire demeure hors d'atteinte et c'est heureux; Nous ne sommes pas de bons juges les uns pour les autres (...)
Commenter  J’apprécie          180
fanfanouche24fanfanouche24   05 août 2021
je voulais être un écrivain, et c'était tout. Je voulais la même tête et le même costume qu'Apollinaire. Je sais maintenant ce qu'il entrait dans ces songes de protestation contre l'absurdité du monde des grands, et ce que ces songes comportaient d'appel muet- mais à qui ? un ange, une femme, un autre écrivain, Dieu lui-même ? à être conduit au-delà des apparences (...) p. 29)
Commenter  J’apprécie          140
fanfanouche24fanfanouche24   13 août 2021
Il décrivait les clochers de Paris comme personne, reconnaissant les cloches à leur son, jusqu'à celles de Saint-Julien-le-Pauvre, qui est mon église et dont les amateurs de littérature se souviennent à cause d'une photographie de groupe des premiers dadaïstes, costumés en révolutionnaires de genre Vaché, vestes étroitement boutonnés, monocle à l'oeil. L'érudition d'Apollinaire était légère, imprévue et variée. Il savait aussi bien les légendes allemandes que la patois lyonnais. (p. 115)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fanfanouche24fanfanouche24   13 août 2021
La tombe d'Apollinaire au Père-Lachaise est une sorte de menhir où l'on peut lire des vers tirés des -Calligrammes-. Elle est régulièrement fleurie. Chaque année pour le jour des morts, ma fille Victoire et moi allons y déposer une rose, et nous ne sommes pas les seuls. "Nos pieds, avait-il écrit, ne se détachent qu'en vain du sol qui contient les morts". (p. 52)
Commenter  J’apprécie          80
fanfanouche24fanfanouche24   12 août 2021
Il aimait l'érudition dans ce qu'elle a de joyeux, de surprenant et de profondément libre, écrit Laurence Campa. Je ne sais rien de plus juste. L'érudition, mêle la plus étroite, ouvre sur l'infinie variété du monde (...)
(p. 100 )
Commenter  J’apprécie          90

Videos de François Sureau (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Sureau
François Sureau - entretien Wolfgang Asholt - Festival littéraire Survivre - 4/03/2021
autres livres classés : guillaume apollinaireVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2642 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre