AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Aunties tome 1 sur 3
EAN : 9782017101673
344 pages
Hachette Lab (29/09/2021)
3.79/5   19 notes
Résumé :
1 meurtre (accidentel)
2 mille invités au mariage
3 générations maudites
4 tantes asiatiques qui se mêlent de tout !

Lorsque Meddelin Chan tue accidentellement l’homme avec qui elle était en rendez-vous amoureux, sa mère appelle ses tantes à la rescousse pour l’aider à se débarrasser du corps. Malheureusement, un cadavre s’avère beaucoup plus difficile à éliminer qu’on ne le pense, surtout lorsqu’il est expédié par erreur dans ... >Voir plus
Que lire après Aunties, tome 1 : Un mariage (un peu trop) mortelVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 19 notes
5
5 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
1 avis
Meddy travaille avec sa mère et ses tantes dans l'entreprise familiale d'organisation de mariage. Un soir, elle tue accidentellement l'homme avec lequel elle avait rendez-vous. Appeler la police, hors de question. Sa mère et ses tantes ont décidé de tout arranger. Sauf qu'avec le cadavre qui se retrouve sur le lieu du mariage qu'elles organisent et le fait qu'elle croise son ex dont elle est toujours amoureuse, Meddy n'est pas sortie de l'auberge.
J'ai passé un excellent moment en compagnie de cette famille bien barrée, mais tellement attachante. Parce qu'on sent bien que la mère et les tantes de Meddy font de leur mieux pour l'aider, même si chaque décision les emmène un peu plus prêt de la catastrophe. Évidemment, l'amour sera au rendez-vous.
L'intrigue, rythmée, enchaine les péripéties fumeuses, à chaque tentative pour se débarrasser du mort. C'est drôle, enlevé et addictif.
Un roman parfait pour se détendre sans prise de tête
Commenter  J’apprécie          150
Meddy tue accidentellement son rencard alors qu'il est en train de l'agresser. Paniquée elle ramène le corps chez sa mère, qui appelle à l'aide ses trois tantes. Leur objectif: s'en débarrasser tout en menant à bien le mariage de luxe que leur entreprise familiale a organisé pour le lendemain.

(...) non seulement je n'ai pas ri, mais qu'en plus j'ai été vraiment mal à l'aise. La famille pénible et envahissante, je m'y attendais, c'était l'élément obligatoire vu ce dont il était question. Mais on est censé-e-s être touché-e-s par la relation entre les protagoniste, parce que même si ces femmes sont intrusives et agaçantes, il y a de l'amour maternel. D'ailleurs l'autrice, lorsqu'elle pose le contexte dans la préface, explique que c'est ce qu'elle voulait montrer avec son roman.

Pour moi ça n'a pas fonctionné. A part Meddy (et encore, brièvement), personne ne s'émeut de la mort d'un jeune homme. D'accord c'était un salaud, mais il aurait été mieux dans une cellule que dans une glacière. A aucun moment les tantes et la mère de l'héroïne ne sont mal à l'aise ou inquiètes de la situation. Certains passages sont surréalistes. Tous les personnages au courant de cette mort – j'ai des difficultés à appeler ça un meurtre puisqu'on était vraiment dans la légitime défense, mais ça n'excuse rien – se fichent totalement de cet homme, jamais il n'est question de sa famille qui pourrait souffrir de sa disparition, le seul point qui dérange serait que l'entreprise familiale n'aura plus personne pour livrer les fleurs… L'héroïne est plus inquiète à l'idée de se faire prendre que traumatisée par l'évènement, ce qui ne la rend pas forcément très attachante.

Ensuite, il faut savoir que, même si cet aspect arrive assez tardivement dans l'intrigue (on est trop occupé-e-s avec les loufoqueries des tantes), on est dans une comédie romantique. Et là je réitère: je n'ai pas trouvé quoi que ce soit de drôle. C'était même plutôt triste: les flashbacks sur la relation passée entre l'héroïne et son ex ne font que souligner à quel point sa famille et l'éducation qu'elle a reçue ont fait d'elle une personne pathétiquement et profondément incapable de vivre pour elle même, au point d'en être cruelle sans même s'en rendre compte. D'autre part, je n'ai vu aucune alchimie entre les deux personnages. Pourquoi ce pauvre garçon voudrait-il avoir une relation avec cette fille? Sans parler de sa famille, qui devrait lui donner envie de fuir le plus loin possible.

Je ne développerai pas davantage, j'en ai déjà beaucoup dit pour un livre qui ne m'a pas plus 😆 le plus gros hic reste que le mort est juste une péripétie qui est censée justifier tout le reste et faire rire les lecteur-ice-s et le reste jusqu'à la fin. L'humour là-dedans m'échappe, j'ai dû passer à côté de quelque chose, sûrement. Non?


Lien : https://bienvenueducotedeche..
Commenter  J’apprécie          80
J'ai été très mal à l'aise avec ce roman, qui est censé être un mélange de roman policier, de romance, le tout saupoudré de beaucoup d'humour. Je n'ai pas ri du tout, j'ai même été très mal à l'aise je le redis, face à des situations qui se voulaient drôles, et qui pour moi, ne l'étaient pas tant que cela.
Si je retiens un point positif, et il est tout de même de taille, c'est le fait de découvrir la culture sino-indonésienne. Meddelin a quatre tantes, Meddelin travaille pour l'entreprise familiale, entreprise uniquement composée de femmes parce que les hommes de la famille, à une exception près, ont tous mis les voiles le plus rapidement possible. Quatre tantes, donc cinq soeurs en tout, qui s'entendent plus ou moins bien entre elle, qui ont tenté, à nouveau, de caser Meddelin et qui ont échoué au-delà de toute espérance. Cependant, elles sont... bonnes joueuses. Aider leur nièce à se débarrasser du cadavre de l'homme dont elle a causé la mort accidentellement ne leur pose pas de soucis particuliers. Cependant, c'est à partir de ce moment que j'ai eu beaucoup de mal avec certains propos, certains faits, qui auront des conséquences pas drôles du tout à mes yeux. Ce n'est pas que j'ai du mal avec l'humour noir, c'est que, dans ce contexte de romance, cela avait du mal à passer pour moi.
Il ne faut pas oublier que ce livre est aussi une romance, il nous raconte comment Meddy a rompu avec le grand amour de sa vie, Nathan, et comment, au cours de ce week-end mouvementé, qui doit être le couronnement de l'entreprise familiale, elle retrouve Nathan, qui ne la laisse pas indifférent. Osera-t-elle dire enfin, et... renouer ?
Je le dis souvent : ce n'est pas parce que je n'ai pas apprécié un roman que ce roman n'est pas bon. C'est simplement que nous n'étions pas fait pour nous rencontrer.
Commenter  J’apprécie          60
Meddelin vit avec sa mère et ses nombreuses tantes. Sans homme, à cause d'une malédiction familiale.
Ensemble, elles ont monté leur boîte d'organisation de mariage. Meddy en est la photographe. Un mariage très important se prépare, c'est LE mariage, mais toute une série d'évènements va venir bouleverser les préparatifs. Au programme : meurtre accidentel, cadavre à gérer et retour du grand amour de sa vie.
J'ai beaucoup aimé suivre Meddy et découvrir avec elle sa culture et de nouvelles traditions.
J'ai souri à de nombreuses reprises. Car il faut dire que la pauvre n'est pas épargnée avec les facéties de ses tantes et la culpabilité, mêlé au bouleversement des sentiments de revoir Nathan, devenu propriétaire de l'hôtel où se déroule le mariage et à qui elle ne peut se confier.
J'ai apprécié les passages qui nous plongent dans leur rencontre et le début de leur histoire, plusieurs années plus tôt. Ils avaient tout pour être heureux, mais Meddy avait un poids sur les épaules. Dont elle ne lui a jamais parlé.
Au milieu des nombreux rebondissements, leur romance est toute mignonne. J'ai aimé leurs retrouvailles, au milieu de ce mariage qui part vraiment dans tous les sens et où tous les deux jouent leur avenir professionnel.
L'auteure joue également beaucoup sur le comique de répétition (dis donc, elle voyage beaucoup la glacière ! ). Et certains méchants ne sont pas aussi méchants qu'on pourrait le croire. le rythme est très bon et les pages défilent toutes seules, entre humour et tendresse.

Quelques éléments m'ont toutefois un petit peu dérangée, notamment la facilité avec laquelle la famille de Meddy accepte le meurtre, leurs réactions étranges à cette découverte (dont découlera ensuite toute une série d'évènements), et la façon dont Nathan accueille la révélation de Meddy, comme si ce n'était pas grave. On parle d'un homme mort, quand même...
Bien sûr, tout cela sert au comique du roman, mais certaines situations sont vraiment invraisemblables.

Cette histoire va être adaptée prochainement sur Netflix.
Commenter  J’apprécie          00
Meddy est photographe pour l'entreprise familiale, fondée par sa mère et ses tantes. Pour cela, elle a du laisser derrière elle, Nathan, son amour de jeunesse. Désormais seule, elle se consacre à son travail, en ayant toutefois d'autres aspirations… jusqu'à ce que sa mère lui organise, à la veille d'un mariage important, une « blind date », qui vire rapidement au cauchemar : Meddy utilise son taser sur un Jake un peu trop entreprenant, et se retrouve avec un cadavre sur les bras !!! Toute la famille se mobilise pour aider Meddy, mais quand le hasard promène le corps jusqu'au mariage, elles sont dans les ennuis jusqu'au coup. D'autant que Nathan est directeur de l'hôtel réservé pour la cérémonie…
Je m'attendais à une comédie policière : c'est la comédie qui prime surtout. Et j'ai ri. J'ai ri quasiment tout le long de l‘histoire, tant les quiproquos, les rebondissements sont présents et drôles, certaines situations complètement absurdes. La famille de Meddy est attachante, mais je me suis parfois demandé tout de même si elle ne frôlait pas la caricature, tant la mère et les tantes sont maladroites, gaffeuses, intrusives. Je ne connaissais pas les traditions sino-indonésiennes : j'ai donc, également, appris plein de choses grâce à ce roman. En bref, un vrai bon moment de lecture ! Merci à netgalleyfrance et hlab pour cette découverte. #netgalleyfrance #unmariageunpeutropmortel
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
- Meddy ? Comment tu peux dire ça ? Mana boleh begitu ? Tes tantes viennent, très tard dans la nuit, pour nous aider à nous débarrasser du corps et on ne leur offre même pas de nourriture ? Comment peux-tu ? Oh, on a du fruit du dragon, bien, bien. C’est le préféré de Tata Big. Wah, on a du xiang li aussi. Très bien. Aide-moi à peler, sois pas impolite avec tes Tatas, tu fais la honte.
- T’as raison, la honte c’est de manquer de fruits, pas d’avoir un cadavre dans sa voiture.
Commenter  J’apprécie          10
Je suis celle à qui il incombe d’immortaliser tout le dur travail de ma famille, les pièces montées de Tata Big, les coiffures élaborées et les maquillages artistiques de Tata Deux, les sublimes compositions florales de Ma et les performances dynamiques de Tata Quatre. Tout repose sur moi et je déteste ça. À chaque mariage, j’essaie de tout capturer et à chaque mariage, j’oublie quelque chose. Pour le dernier, j’ai oublié de prendre des photos du meilleur profil de Tata.
Commenter  J’apprécie          00
Depuis que nous nous sommes rencontrés pendant la semaine d’intégration, en première année, Nathan et moi sommes amis. Ça a toujours été une évidence. Nous partageons en plus le même nom de famille : Chan. Quelle est la probabilité ? D’accord, c’est le nom le plus courant à Taïwan d’où vient son père et un des noms les plus répandus en Chine d’où est originaire mon grand-père mais ça me paraît quand même un signe du destin.
Commenter  J’apprécie          00
Les souvenirs de nous, roulant sous les draps et ne quittant pas mon lit pendant des jours. Les souvenirs de nos conversations captivantes, ma tête sur sa poitrine, à écouter son cœur. Nous parlions de tout, de la physique aux jeux en passant par nos amis, et nous regardions depuis le lit le ciel passer d’un noir d’encre à un violet vaporeux, émerveillés d’avoir passé toute la nuit éveillés sans être fatigués.
Commenter  J’apprécie          00
Ma mère et mes tantes étaient persuadées qu’une malédiction chinoise ne les suivrait pas jusqu’en Occident, alors une fois toutes mariées elles sont venues s’installer à San Gabriel, en Californie.
Le mauvais sort les a non seulement retrouvées mais il en a profité pour muter. Au lieu de tuer les hommes de ma famille, il les poussait désormais à partir, ce qui était encore plus difficile.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : littérature indonésienneVoir plus
Les plus populaires : Roman d'amour Voir plus


Lecteurs (49) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
5254 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..