AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Elsa Maggion (Traducteur)
ISBN : 2264051272
Éditeur : 10-18 (05/05/2011)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 36 notes)
Résumé :

Sans crier gare, Gilian, Carol et Helen débarquent chez leurs fils respectifs, trentenaires célibataires, bien trop distants à leur goût. Elles les ont supportés dix-huit ans, ils peuvent bien les héberger une semaine... Leur but : renouer les liens, à tout prix ! Mais qui des mamans-poules ou des fils ingrats fera le plus de découvertes ?

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Mylou
  30 novembre 2013
Les mères poules sont toutes absolument extra ordinaires, les fils trentenaires célibataires sont totalement fabuleux !
Bien sur, c'est quand même très caricatural, mais tout de même !
Si l'écriture n'est pas franchement un plaisir absolu, l'histoire, elle, est terriblement géniale.
J'avoue, si j'ai aimé ce roman, c'est parce que je me suis un peu identifiée à ces mères.
Facile. Je suis une mère, j'ai un fils. Un jour il partira de la maison, un jour il me quittera et vivra sa vie sans moi (espèce de sale ingrat), un jour il aura 30 ans (et moi 63 HO MANDIEU !).
Du coup, j'ai très facilement réussi à me mettre dans la peau de Gilian, Carol ou Helen
(Bah ouais, j'imagine aussi que peut-être mon fils est homo et qu'il osera pas me le dire, sait-on jamais ! Parfois j'imagine même qu'il finit meurtrier et en prison alors tu vois...)
Ces trois hommes vivent seuls (ou du moins ils ne vivent plus avec leurs parents), et sont très heureux sans leur mère, libres, tranquilles, sans comptes à rendre.
Teu teu teu !
Ce qui désespère ces femmes, c'est justement le célibat et la non-vie de famille de leurs fils (enfin, ce qui gêne Carol c'est aussi que son bambin vive dans un ancien entrepôt transformé en super loft. D'ailleurs ça donne une petite scène très rigolote). Elles veulent remettre de l'ordre dans tout ce vide sentimental.
Et puis, de scène cocasse en situation gênante, une mère apprend à connaitre son fils, et un homme apprend à connaitre sa mère. Et ça ♥
Si vous êtes mère de famille, et à fortiori d'un garçon, si vous êtes un homme et que votre mère vous étouffe, ce livre pourrait vous plaire.
Si vous êtes totalement extérieur à ce genre de situation, c'est sur que c'est difficile à imaginer et donc de rentrer dans l'histoire.
Le style n'est pas folichon, ça peut même être barbant par moment. Il y a certains passages assez inutiles ou exagérés, mais l'histoire est vraiment pas mal.
Tous ces personnages sont extra ordinaires, plein de vie, de piquant, de charme.
Vraiment un très très bon moment ♥
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Litterature_et_Chocolat
  09 octobre 2011
Le cauchemar des trentenaires…
Messieurs, imaginez que votre mère débarque à l'improviste, valise à la main, et s'installe chez vous pendant quelques jours pour tenter de mieux connaître son fiston de 35 ans. Et si finalement, ça ne se passait pas si mal que ça? William Sutcliffe raconte avec humour cette semaine que les trois héros passent avec leur maman.
Bien sûr, c'est un roman léger et humoristique, les situations sont cocasses, caricaturales et assez prévisibles. William Sutcliffe ne s'embarrasse pas de fanfreluches et va droit au but, tant dans le portrait de ses personnages que dans son écriture.
L'auteur semble d'ailleurs prendre un malin plaisir à rédiger certains dialogues : « Je peux vous poser une question? demanda Helen. Vous étiez très proche de votre mère. Je me demandais à quel moment vous avez fait votre coming-out. — Oh, jamais. Ça l'aurait tuée. — Mais ça l'a tuée, dit Luke. Il l'a liquidée en lui montrant une photo de lui en train de se faire fist… — Luke! Ferme là! lança Miles ». Bref, ce n'est pas toujours très subtil mais ce n'est pas ce qu'on attend de ce genre de littérature.
[...]
Ce roman sans grande surprise ne restera pas dans les annales, l'écriture est banale et le récit est classique même si c'est un des rares livres à mettre en scène des hommes et leurs mères dans l'univers de la « chick lit » noyauté par les femmes. C'est toutefois un bon moment de lecture à la plage, en vacances ou pour se détendre en soirée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
claraetlesmots
  05 juillet 2011
Carol, Helen et Gillian les mères repscetives de Matt, Paul et Daniel débarquent chez leurs fils sans crier gare. Inquiètes que les relations avec leurs rejetons trentenaires soient quasi-inexistantes, elles décident de passer une semaine chez eux.
Imaginez-vous que votre maman débarque chez vous sans prévenir alors que vous avez 34 ans. Il y a de quoi céder à la panique (ceci dit, même en étant plus âgé(e) et avec une vie de famille, ce genre de situation peut frôler la catastrophe..) !
La suite sur : http://fibromaman.blogspot.com/2011/07/william-sutcliffe-une-semaine-avec-ma.html
Lien : http://fibromaman.blogspot.c..
Commenter  J’apprécie          50
VivianeB
  02 juin 2010
Au départ, on se dit que c'est un livre banal, sans structure puis, on se laisse prendre au jeu au fur et à mesure que l'on découvre les personnages. Ces mères veulent renouer des liens distendus avec leurs fils. Maladroitement, chacune va approcher son fils pour le pousser dans ses retranchements, ce qui va permettre la libération de la parole et changer la vie de chacun.
Commenter  J’apprécie          10
Hiromichi
  11 novembre 2013
Une lecture qui est plutôt bien passée, sympathique bien que très caricatural, j'ai aimé suivre ces 3 mamans face à leur fils. Je regretterai peut-être juste la position par rapport à Helen, mais bon... cela ne reste que de mon simple point de vu.
Des moments étaient un peu trop irréalistes cependant, mais j'ai bien apprécié certains dialogues et scènes, donc agréable sans être transcendant.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   30 août 2019
‘What’s happened?’
‘Just thought I’d pop in.’
Matt stared at his mother, aghast. He couldn’t think of a single thing that might have prompted her to turn up, here, at his flat, on a weekday evening, uninvited, without even giving him a warning. There was no precedent for this behaviour, and he immediately assumed that something terrible must have happened, something too awful to discuss over the phone – an event to be spoken of in hushed voices, with a chair at the ready and hot, sweet tea to hand.
At the very least, someone must have died.
‘What’s wrong.’
‘Nothing’s wrong.’
‘Is everyone OK?’
‘Everyone’s fine,’ she said.
They stared at one another across the threshold, both at a loss as to what to do next, like hikers suddenly realising they are lost.
‘Aren’t you going to invite me in?’ said Carol eventually.
‘Yes, yes,’ said Matt. ‘Come in. I’ll make some tea. Sorry, I’m just a bit surprised to see you. Are you sure you’re OK?’
‘Yes, I’m fine.’
Hearing his mother say those words, with that particular high, clipped intonation, took him back twenty years, to his adolescence, when the word ‘fine’ had been a key weapon, in his mother’s emotional arsenal. This one word had a huge variety of meanings, depending on various faint nuances of tone, as if the word was not English but Chinese. ‘I’m fine’ could mean ‘I’m tense’, or ‘I’m upset’, or ‘I’m angry’, or ‘Why does no one ever listen to me?’, or even’ Look, I’m clearing away the breakfast things that you said you’d clear away but never did.’ The statement, in fact, had a near infinite range of meanings, all of which had only one thing in common. They all meant, in essence, ‘I’m not fine.’
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Litterature_et_ChocolatLitterature_et_Chocolat   09 octobre 2011
« Je peux vous poser une question? demanda Helen. Vous étiez très proche de votre mère. Je me demandais à quel moment vous avez fait votre coming-out.
— Oh, jamais. Ça l’aurait tuée.
— Mais ça l’a tuée, dit Luke. Il l’a liquidée en lui montrant une photo de lui en train de se faire fist…
— Luke! Ferme là! lança Miles »
Commenter  J’apprécie          30
Litterature_et_ChocolatLitterature_et_Chocolat   09 octobre 2011
Allez tenter d’expliquer à votre mère ce qu’est une soirée de lancement d’un nouveau produit:

- C’est une fête. Un truc de com. Quand un nouveau produit sort, on fait une soirée de promo où on invite la presse.
- Pourquoi?
- Pour faire de la publicité. Maman, je suis occupé. Je n’ai pas le temps de t’expliquer le XXIè siècle tout de suite.
Commenter  J’apprécie          20
radebibradebib   10 avril 2017
Que Matt change ou pas, cela ne la regardait pas finalement. Il était adulte, il avait le droit de vivre comme il l'entendait, et elle devait accepter son choix quel qu'il soit. Elle devait l'aimer, qu'elle l'apprécie ou pas. C'était cela la tâche d'une mère.
Commenter  J’apprécie          10
radebibradebib   10 avril 2017
Qu'est-ce qui cloche chez toi ? Tu as abandonné ? Trente-quatre ans, ce n'est pas la fleur de l'âge, mais ce n'est pas la sénilité non plus. Il est trop tôt pour renoncer. Tu ne crois pas ? Dis-moi que tu n'a pas renoncé. (...)Je veux savoir pourquoi tu reste enfermé comme un retraité alors que tu devrais être dehors à te chercher une gentille fille pour me donner des petits-enfants
Tu pourra dire tout ce que tu veux, ça ne changera rien, maman. Le harcèlement ne pousse pas à se reproduire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de William Sutcliffe (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Sutcliffe
Bande annonce du film Nos vies après eux, adaptation du roman de William Sutcliffe, paru en français sous le titre Une semaine avec ma mère.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15244 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre