AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Olivier Mannoni (Traducteur)
ISBN : 2757804537
Éditeur : Points (15/11/2007)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 87 notes)
Résumé :
Depuis un " bad trip " au LSD, Sonia est victime d'hallucinations.
Elle quitte son mari et part travailler dans un grand hôtel des Alpes suisses. Sur place, un portier de nuit disparaît, un ficus est liquidé à l'acide, les douze coups de minuit sonnent à cinq heures. et le décor feutré de cet hôtel déserté n'est soudain plus si rassurant. A moins que Sonia ne devienne folle ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  29 septembre 2017
Pour échapper à sa belle-famille Sonia trouve un boulot comme physiothérapeute à l'hôtel Garmander. C'est avec quelques bagages et Pavarotti, une perruche, qu'elle se rend dans cet hôtel de luxe à Val Grisch en Suisse Romande, une station un peu à l'écart des endroits touristiques. Peu de clients sont présents, la saison n'a pas encore vraiment démarré, une bonne occasion de découvrir le village, ses collègues et les installations ultramoderne de l'endroit.
Mais sur place rien ne va se passer comme prévu. Dans la confortable salle de lecture elle trouvera sur une desserte un vieil ouvrage usé "le Diable de Milan". A Première vue un livre de contes mais quelques lignes attirent son attention, des lignes qui se trouvent être en rapport avec des incidents survenus lors de son début de séjour.
Un bouquin qui se trouve très vite entouré de mystère avec une ambiance un brin angoissante. Un très bon suspense ou l'on soupçonne à tour de rôle tous les intervenants qui se présentent dans la vie de Sonia. Ne restera pas comme un immense chef d'oeuvre mais comme un très bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
mollymon
  03 septembre 2019
Sonia Frey est une femme qui a besoin de fuir son passé.
Pour prendre un nouveau départ, elle s'exile dans un village alpin suisse où elle occupe un emploi saisonnier de physiothérapeute pour un hôtel réservé à une clientèle fortunée.
Déjà fortement perturbée par ses soucis conjugaux, elle est en plus en pleine confusion sensorielle car son cerveau a été légèrement détraqué par la prise récente d'un hallucinogène qui décuple sa capacité synesthésique. Ses sens tourneboulés la rendent hypersensible à toutes sortes de perceptions.
Quand des événements étranges viennent perturber la vie tranquille de l'hôtel, la paranoïa que ressent Sonia dans son nouvel environnement s'accentue. D'autant plus que pour elle, ces faits semblent s'inspirer directement d'un conte intitulé "Le diable de Milan". Au début personne ne la croit mais lorsque les événements deviennent plus violents, la théorie de Sonia ne semble plus aussi farfelue qu'il n'y parait…
Je me suis laissée entrainer sans peine dans ce thriller bien ficelé et bien écrit, parfait pour un bon moment de détente. S'accordant parfaitement à l'esprit des lieux, le suspens porté par un constant climat d'inquiétude, est diablement bien distillé. Sur le thème de la nature de la réalité et de la perception, de la façon dont les gens voient les choses différemment sans qu'aucune version en soit moins réelle, ce roman réussit à captiver tout au long de la lecture. J'ai juste été irritée par l'irruption régulière de sms, envoyés et/ou reçus par on ne sait qui, et dont le sens m'a paru impénétrable. Et s'il y a bien une chose que je déteste, c'est de ne pas comprendre ce que je lis ! Il m'aura quand même fallu arriver à la moitié du roman pour percuter... Mais bon, comme ce procédé semble inhérent au genre, il faut bien accepter de ne pas pouvoir tout décrypter immédiatement pour que la curiosité reste en éveil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
alpaugre
  02 août 2011
On a là du Suter "pur jus". A déguster avec un bon cognac et bien installé dans son fauteuil favori. On laisse alors l'ambiance doucement se mettre en place et on est alors piégé, victime consentante du Suisse.
L'ambiance ici est plutôt sombre avec une pointe d'humour, à rechercher du côté de certains films de Pascal Thomas (et pas d'Hitchcock comme le laisse penser un 4è de couverture racoleur). La montagne Engadine de Suter n'est pas très colorée et son climat est froid et gris.
Sonia, la physiothérapeute qui fuit un mari violent trouve refuge dans ce palace isolé. Des événements étranges, voire loufoques surviennent qui semblent en lien avec une légende locale : le Diable de Milan.
Si l'intrigue n'est pas sans intérêt, le charme opère surtout par l'atmosphère créée par l'auteur : un mélange de mystère et de personnages attachants.
A lire d'une traite
Commenter  J’apprécie          90
Bellonzo
  17 janvier 2014
C'est la première fois que je lis le Suisse alémanique Martin Suter.Cet auteur a souvent bonne presse et j'ai pris un titre à la B.M.,un peu au hasard. Hasard marrant car c'est la première fois que le héros d'un roman,en l'occurrence une héroïne,est une collègue.J'ai donc suivi avec intérêt la saison de Sonia, kinésithérapeute,dans un hôtel alpin de remise en forme,en Engadine, Suisse, l'Hôtel Ganander.Ma jolie consoeur,en pleine dépression suite aux violences de son mari maintenant en taule,va vite prendre conscience qu'un village de cure helvétique peut receler bien des surprises.Les curistes sont assez rares en ce début de saison et l'accueil du personnel pas plus que celui des villageois ne sont des plus chaleureux.
Peut-être hypersensibilisée par ses récents traumatismes moraux,Sonia se découvre de drôle de sensations.On dirait qu'elle sent les couleurs,qu'elle voit les sons.Un peu tourneboulée aussi par cette inscription sur une voiture "Le diable de Milan", elle apprend que ce n'est qu'une comptine,un peu étrange et qui semble avoir des échos sur les jours plutôt mornes de la station thermale.Une horloge qui sonne douze coups à cinq heures du matin,une fleur dans le hall qui se dessèche en quelques heures,des bizarreries dans l'univers ouaté et high-tech de l'espace-forme de l'Hôtel Ganander.
Martin Suter s'y entend pour installer son climat d'inquiétude et de mystère. de plus aucune surenchère d'hémoglobine,ce qui est devenu assez rare.Mais là où l'écrivain suisse le plus vendu actuellement excelle,c'est dans la peinture de la vallée,et dans l'observation de la nature et du climat,parfois idylliques mais qui s'encolèrent très vite,comme si sous l'apparente nonchalance helvétique il n'y avait pas que les coffres des banques à contenir de l'explosif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kathel
  30 mars 2011
Sonia est une physiothérapeute qui vient s'installer dans un hôtel de montagne rénové qui accueille ses premiers clients. Imaginez une bâtisse un peu gothique, des piscines et des bains, un paysage embrumé et Sonia qui y arrive alors qu'elle est mal remise d'un divorce difficile. Ce roman est très efficace dans le genre thriller psychologique : l'auteur prend bien le temps d'installer le personnage principal, ses émotions, ses sensations bizarres, les lieux, tout en distillant des petits moments angoissants… Il fait apparaître tour à tour à Val Grisch et aux alentours des habitants vaquant à leurs occupations, mais on ne sait pas s'ils représentent une menace ou non… Sonia est certes fragile et perturbée par une récente séparation dont on apprend petit à petit les tenants et les aboutissants, mais il se passe tout de même des choses qui ne semblent pas être nées de son imagination.
Très prenant, bien écrit, il se lit d'une traite. La fin est peut-être un peu moins réussie, mais on le lui pardonne volontiers !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
tamara29tamara29   22 mars 2015
A force de futur, dans la vie qu’ils avaient mené jusque-là, le présent avait sombré dans l’oubli.
Commenter  J’apprécie          110
kathelkathel   30 mars 2011
Elle commençait une nouvelle vie avec des bagages légers. Malou mise à part, personne ne savait où elle était partie. Et personne d'autre ne connaissait non plus son nouveau numéro de portable.
Malou avait pris l'appartement avec tous ses meubles ; elle ne voulait pas s'installer, elle en avait juste besoin pour «apporter un peu d'espace dans sa relation intime avec Alfred», lui avait-elle dit. Elle comptait le rendre à Sonia à la fin de la saison d'été.
Mais Sonia savait qu'elle ne reviendrait jamais plus dans cette rue sinistre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Martin Suter (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martin Suter
Martin Suter parle de Montecristo .Martin Suter parle de son roman Montecristo, thriller remarquablement documenté sur le monde banacaire suisse. Entretien réalisé par Dominique Conil et Sophie Dufau.
autres livres classés : littérature suisseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1769 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre