AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2373493500
Éditeur : Nobi Nobi ! (05/06/2019)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Moi, c’est Fubuki Kitazato et j’suis un collégien en 5e. Je me bagarre pour attirer l’attention d’mes camarades... J’en suis à cent victoires d’affilée, pas mal hein ? Mais bon, ça n’a pas l’air super efficace car personne me regarde... Sauf qu’un jour, j’ai découvert le patinage a... acoustique ? Ah non, le patinage artistique ! C’est ça ! Et quand j’ai sauté, les patins aux pieds, tout le monde avait les yeux rivés sur moi pour la première fois d’ma vie !! C’était... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Alfaric
  10 juin 2019
Dans "Blizzard Axel" le mangaka Nakaba Suzuki dédouble le personnage de son épisode pilote présent dans recueil "Seven Short Stories" :
- Fubuki Kitazato fait le clown et se lance dans toutes les bastons possibles et imaginables moins pour battre un record que pour attirer l'attention sur lui… Car il appartient à une famille aristocratique où l'excellence est de mise et face à ses 3 frères aînés géniaux personne ne fait attention à lui au point que sa mère fait ignore sa présence et que son père fait comme s'il n'existait pas. Quant il découvre le patinage artistique où tous les regards sont braqués sur celui qui brille sur la glace, il est persuadé qu'il a enfin trouvé sa voie !
- Anami Kanon qui adore les poèmes de William Wordsworth est un danseur ultra-talentueux fan du "Boléro" de Maurice Ravel chorégraphié par Maurice Béjart et interprété par Jorge Donn… Et au pays où le harcèlement de la différence est la norme il est bashé de tous les côtés car trop cultivé et trop efféminé (d'ailleurs il faut attendre pas mal de pages pour comprendre que c'est un garçon et non une fille), sauf par Fubuki Kitazato qui est persuadé que chacun doit trouver la voie qui lui convient ! Même ses professeurs de danse ne croient ni en lui ni en ses rêves : malgré son talent il serait trop féminin pour arriver à la cheville de Jorge Donn, et veulent le cantonner au "Lac des cygnes" de Piotr Ilitch Tchaïkovski… Peu importe Fubuki Kitazato croit en lui, donc c'est sur la glace qu'il interprétera sa version du Boléro !
Les mangas de sport sont très codifiés, et nous sommes effectivement dans le pur shonen nekkestsu : avec des efforts et de la volonté de tous les obstacles on peut de tour triompher, même dans le sport élitiste par excellence qu'est le patinage artistique (et quelque part le mangaka récidive parce qu'il avait déjà réalisé un manga sur le golf avec des joueurs censés être les nouveaux chevaliers de la Table Ronde luttant pour la liberté, l'égalité et la fraternité)… Mais le patinage artistique est un sport et un art, d'ailleurs c'est un sport qui se juge grandement sinon essentiellement sur la performance artistique des compétiteurs donc comme dans les mangas artistiques tout se joue dans la tête des spectateurs et comme ses collègues le mangaka donne libre court à son talent et à son imagination pour matérialiser les émotions suscitées par les chorégraphies des compétiteurs ! Et vous connaissez les Japonais : ils sont à fond dans tout ce qu'ils entreprennent et dès ce gros tome 1 de presque 400 pages "La Marche de Radetzky" de Johann Strauss père est transformée par Fubuki en mort du Roi Arthur tandis qu'Anami nous refait la vie de Gandhi !
Fubuki et Anami sont confrontés à un plafond de verre : on n'enseigne qu'aux patineurs confirmés et non aux néophytes quels que soient leur talent, leur courage et leur volonté… Mais à coeur vaillant rien n'est impossible : c'est ainsi qu'on leur conseil de tenter leur chance à Hakutei pour devenir boursier, et c'est ainsi qu'il vont tenter leur chance à Tokyo accompagné de leur ami Raizô Shishido et de leur riva Tadashi Gotanda … Les deux héros aux mille et un visages ont-ils trouvé leur mentor en la personne de l'ancien champion George Walker à la fois Cyrano de Bergerac et Mime Marceau ? Venant de familles très aisées l'argent n'est pas un problème pour eux, mais ils veulent tous deux construire leur destin de leurs propres mains : dans leur quête du sommet seront-ils alliés ou rivaux ?
Le mangaka Nakaba Suzuki a vraiment un style qui lui est propre (on devine déjà Meliodas, Gowther et le Boar Hat), il mélange à merveille action et émotion avec de beaux graphismes pleins d'humour et de dynamisme, et pour ne rien gâcher les messages qu'ils développent sont toujours plein d'humanisme. La série est terminée, fait 11 tomes au Japon et fera 6 double-tomes en France, les éditions Nobi Nobi ! ayant réalisé un travail irréprochable sur ce titre. Je lance donc un appel solennel à tous les bibliothécaires et à tous professeurs documentalistes de France, de Navarre et d'au-delà : vous devez faire l'acquisition et la promotion de cette série !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
garrytopper9
  05 juin 2019
Voici la nouveauté que j'attendais le plus en ce mois de juin, avec le premier tome de Blizzard Axel édité chez Nobi-Nobi. Blizzard Axel est au départ un manga terminé en 11 tomes et qui revient ici avec une éditions double (ou presque) et qui comptera 6 volumes.
On connait bien le mangaka puisqu'il s'agit de Nakaba Suzuki, bien connu pour l'excellent Seven Deadly Sins édité chez Pika. Blizzard Axel date de quelques années puisqu'il a été publié entre 2005 et 2007 au Japon. Nous avons donc enfin la chance de découvrir ce manga en France ! Il était temps !
Ce titre se présente comme un pur shonen, avec un héros qui va s'intéresser au patinage artistique, un peu par hasard et qui va se révéler être très doué, comme c'est souvent le cas. Mais là où le titre se démarque c'est dans la construction du personnage de Fubuki Kitazato, qui a un grand besoin de reconnaissance. Il est normal, doué pour quasiment rien, alors que ses trois frères réussissent tout ce qu'ils entreprennent. de fait, il se retrouve délaissé par ses parents qui ne lui accorde que peu d'intérêt.
Alors, Fubuki, voulant attirer les regards des autres passe son temps à se battre, pensant naïvement qu'on reconnaitra sa valeur. Sauf qu'en fait, cette petite racaille fait peur à tout le monde, et qu'il n'a que deux amis. Fubuki est un personnage très attachant car on a immédiatement de l'empathie pour lui, puisque, finalement, il ne demande pas grand chose, juste un peu d'attention.
Et un jour, avec ses deux amis, Kanon et Raizô, ils vont se rendre à la patinoire, et tomber sur une équipe de patinage artistique en plein entrainement. Toujours dans la provocation, Fubuki va se moquer des patineurs, avant de se rendre compte qu'il peut lui aussi faire pareil (ou presque car il n'a pas vraiment la technique^^).
À partir de cet instant, il va découvrir un autre univers et se rendre compte que cette discipline est idéale pour lui, puisque, dans le patinage artistique, pendant les quelques minutes que durent le programme, le patineur est au centre de tous les regards. Fubuki a trouvé sa voie, mais la route va être très complexe, car ce sport demande beaucoup d'argent, chose que le jeune homme ne possède pas.
À coté de ça, on va suivre Kanon, son ami qui lui fait de la danse classique, mais qui ne parvient pas à exprimer complètement ce qui voudrait faire. On lui demande de faire le lac des cygnes, alors qu'il ne souhaite qu'une chose, faire le Boléro. deux styles différents. J'ai beaucoup aimé les chapitres sur Kanon car cela montre qu'on ne va pas suivre uniquement Fubuki.
Graphiquement, le titre est vraiment superbe. Si le premier chapitre est un peu brouillon, cela s'améliore très vite, et le talent de Nakaba Suzuki explose dès que Fubuki patine. Les dessins sont dynamiques, vifs, fluides et à l'instar de Haikyuu, cela crève l'écran, ou plutôt les pages. On sent toute la puissance et la vitesse du patineur et on vit vraiment l'instant car nous aussi on est captivé par Fubuki.
Bref, vous l'aurez compris, ce premier tome de Blizzard Axel est un vrai coup de coeur. J'adore Seven Deadly Sins, et je ne me faisais donc pas trop de soucis, mais bon, parfois avec les oeuvres de jeunesse, on peut être déçu. Ici ce n'est pas le cas du tout, et dès le début, Blizzard Axel est excellent !
Petit bonus, pour celles et ceux qui ne connaitraient rien au patinage artistique, il y a régulièrement des pages qui explique ce que sont les figures, comme par exemple les double axel, triple axel etc…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Lesvoyagesdely
  20 juin 2019
Blizzard Axel est un manga en 6 tomes, terminé au Japon. Nous y retrouvons le mangaka de Seven deadly sins et son trait graphique particulier. Nous pouvons d'ailleurs voir que c'est Blizzard Axel qui fut son premier manga. Nous allons être entrainés et tourbillonnés dans le monde du patinage artistique. Une discipline très agréable à voir et envoûtante, tout comme l'est la danse. Un sport qui allie art et technique. Il faut faire passer ses sentiments. Fubuki Kitazato, jeune collégien, présenté comme un roi de la bagarre, fier de ses 100 batailles à succès, comprenant les mots de travers, parlant un peu de travers comme un paysan. Il aime se faire remarquer. Nous ne pouvons pas dire qu'à a base il est attachant ou impressionnant. Et il est clair que tenter quelque chose d'aussi dingue semble pure folie et totalement impossible. Seulement, il souffre, à cause de sa famille, de ne pas avoir de place. La bagarre, ça il sait faire. S'il essaye les études, ce n'est pas trop cela, et il n'a aucun talent, ce que des gens lui ont fait bien trop ressentir. Il a deux supers amis, des potes de confiance. Au-delà de son côté fou et sans gêne, il se révèle être plus, surtout avec ses amis, c'est beau de le voir les encourager sincèrement, vouloir aidé, être là pour eux.
Il n'a aucune technique, tout comme la danse classique, il n'a pas commence assez tôt. Il est trop tard ? Aucune chance alors ? Il ne se laisse pas abattre, et est plein de volonté. Il a quelque chose en lui, qui ne demande qu'à fleurir. C'est dans le patinage artistique, et non acoustique, qu'il semble trouver de quoi faire battre son coeur. Etre sur le devant de la scène, devoir livrer une interprétation à lui seul, assuré, galvanisé la foule, c'est un défi qui lui plait. Il aime être regardé, il ne demande que cela. C'est d'ailleurs devant des gens qu'il peut donner le meilleur de lui-même. Mais la route ne sera pas facile, et il lui faudra bien de la volonté et ne pas se laisser abattre.
D'obstacles en obstacles, il n'avait pas prévu d'entrer dans ce monde. C'est la première chose qui lui a fait un tel effet. Mais il manque de tant de choses, et surtout d'années de pratique, mais aussi d'argent pour pouvoir prendre des cours. Chaque opportunité, il la saisira mais il sait rester fair-play, bon joueur, et encouragé les gens qui comptent pour lui.
Ses amis prendront également de la dimension au cours du tome surtout Kanon, qu'on prendrait pour une fille, et qui va grâce à son ami avoir le courage de tenter autre chose, le tout pour le tout. Il saura nous surprendre et nous épater. de plus, nos yeux ne peuvent pas quitter la patinoire quand les patineurs dansent, et livrent leur prestation. Nous sommes nous aussi galvanisés et envoûtés par la piste. Il faut livrer une partie de soi-même, être agile comme à la danse, et chacun a sa façon d'être et de faire. A la fin, nous faisons également le connaissance de Rika, une jeune femme que nous espérons très vite retrouver et plus découvrir. Un premier où nous ne voyons pas les près de 350 pages passés, et déjà nous voulons retourner sur la glace et patiné à nous enivrer. Vivement la suite.
Lien : https://lesvoyagesdely.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MassLunar
  23 juin 2019
Alors là, je me suis pris un violent coup de patin à glace dans la figure !
Honnêtement, la première fois qu'on m'a vendu Blizzard Axel comme un mix entre le roublard façon GTO et surtout le domaine du patinage artistique , j'ai été assez sceptique. D'abord, parce que l'auteur de Seven deadly sins change radicalement de cadre et, ensuite, parce que j'étais un peu dubitatif quand au patinage artistique. C'est un sport que je connais très peu et, je n'hésite pas à l'avouer, dont j'avais certains préjugés avec son association shonen. de plus, je ne suis pas du tout un féru de mangas axés sur le sport.
Voilà, pour ces bêtes raisons, Blizzard Axel ne m'attirait pas forcément. Pourtant il faut le lire, rien que pour s'aérer et s'évacuer un peu l'esprit.
Car Blizzard Axel n'est ni plus ni moins qu'un excellent manga sur le sport mais pas que. C'est un nekkestu réussie dont la poursuite à la réussite se matérialise parfaitement à travers le noble art qu'est le patinage artistique.
Avec timidité, j'ai ouvert ce titre pour ne plus le lâcher.
L'histoire est super bien rythmée. Tout dans ce manga n'est que mouvement , des pas de combats aux pas de danse en passant aux pas sur la glace... Suzuki est très à l'aise dans l'action, action qu'il combine avec une excellente documentation autour du patinage mais aussi dans le domaine artistique en général. Combinant danse, musique et histoire, le génial mangaka s'amuse à délivrer des séquences mémorables comme le Boléro de Ravel et surtout la Marche de Radetzky. Ce dernier morceau de musique symphonique est jubilatoire mise en scène avec le patinage artistique. On retrouve un peu de cette belle hyperbole du sport.
Avec grâce et intensité, Nakaba Suzuki met agréablement en scène le patinage artistique, son expressivité, sa technique, son mouvement. Les personnages ont des silhouettes élancés et fluides et bien sûr on reconnait la patte graphique du mangaka au niveau des protagonistes.
Blizzard Axel est, davantage, qu'un manga sur le sport comme en témoigne le personnage de Fubuki et sa douloureuse situation familiale ( qui vous fera grincer des dents). La détermination habituelle du héros nekketsu est particulièrement attachante. Les différents personnages sont d'ailleurs très bien écrits et dessinés , notamment Kanon Anami dont la beauté n'a d'égale que la sensibilité.
Blizzard Axel est un shonen nekketsu dont la lecture s'est avérée positivement surprenante ! J'ai désormais à coeur de défendre ce titre qui prouve encore une fois l'éclectisme dont fait preuve le manga. Passionné, dynamique, et férocement gracieux, Blizzard Axel est une excellente surprise !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sachikochi
  19 juin 2019
Je connais déjà l'auteur, puisque c'est celui qui a créé Seven Deadly Sins, un shonen vraiment sympathique, bourré d'actions, et prenant comme univers mis en place.
On retrouve cet auteur dans une de ses toutes premières séries, voire même la première. Elle a été publié en volume simple au Japon, mais chez nous on a droit à des volumes doubles, d'où le nombre de 6 et son prix un peu plus élevé.
Nakaba Suzuki, nous entraine dans un sport qui n'est pas beaucoup mis à l'honneur dans le domaine du manga, puisqu'il s'agit du patinage artistique. Un sport que j'aime beaucoup regarder, même si je n'y connais pas grand chose. Que de bons arguments pour que je m'y lance.
Dans ce manga, on suit le personnage de Fubuki Kitazato qui est le benjamin d'une fratrie de 4 enfants. Mais qui est aussi le vilain petit canard, ses grands frères qui sont très doués, et dont ses parents sont très fiers. A l'inverse de notre protagoniste, qui est un enfant turbulent, qui est en manque de reconnaissance de la part de ses parents notamment, et qui cherche à être vu, il veut se faire remarquer. Comme ce n'est pas un enfant talentueux, il cherche la bagarre et la fait tout le temps, et bien sûr il est fier de ses victoires. Jusqu'au jour où il décide de chausser des patins à glace, et qu'il se fasse remarquer pour son quadruple axel.
Donc on suit un personnage accompagné de deux amis Kanon et Raizo, dont un est un peu plus développé que l'autre. Fubuki est un garçon qui a une évolution intéressante, il se cherche et n'a pas encore trouvé sa voix jusqu'à sa rencontre avec la glace qui est une vraie révélation. Et on est tout aussi surpris que les autres personnages. Nakaba Suzuki nous fournit un dessin dynamique, sur lequel on suit le mouvement. le dessin est très bon, seulement de temps en temps on a des petits défauts qui perturbent l'oeil mais rien de trop grave c'est oublié par la dynamique. Donc Fubuki va tout faire pour prendre des cours, mais c'est hors de prix, mais quelqu'un va lui proposer de rejoindre une grande académie qui accepte les boursiers, mais seulement un par an. On va être confronté à un personnage déterminé, qui est prêt à tout pour réussir.
Comme je le disais un peu plus haut, on va suivre son ami Kanon, un danseur classique très doué mais qui se retrouve limité puisqu'il ne peut pas faire les interprétations de ballet, de personnages comme il l'entend. du coup il va se lancer sur la glace, et va se retrouver dans une sorte de compétition contre Fubuki pour devenir boursier.
Deux personnages avec de grandes ambitions et de grandes idées, qui se passionnent pour le patinage artistique. Qui vont avoir de très bonnes évolutions surtout pour Fubuki puisque la fin m'intrigue vraiment.
Un autre point positif tous les termes utilisés sont expliqués ce qui permet une très bonne compréhension du manga. Je recommande cette lecture surtout si vous êtes intéressés par le patinage artistique.
Lien : https://takeabreakavecsachik..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
ActuaBD   15 juillet 2019
Un premier tome donc amusant, touchant, malin et déjà très technique.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   02 juin 2019
Le patinage est un sport… Mais c’est aussi un art. Le plus important, c’est de parvenir à transmettre le sens de la musique à travers son corps... Et de se dévoiler soi-même d’une certaine manière. Les sauts et les pirouettes ne sont que des outils d’expression pour provoquer de émotions au sein des juges et du public. Et c’est la force de ces émotions qui déterminera la victoire.
Commenter  J’apprécie          110
AlfaricAlfaric   18 juin 2019
- A cœur vaillant, rien d’impossible !! Faut essayer avant de s’avouer vaincu, pas vrai ?!
Commenter  J’apprécie          201
AlfaricAlfaric   07 juin 2019
La plupart des sports consistent à vaincre un adversaire qu’on a devant soi. Mais au patinage artistique, le seul moyen de gagner, c’est de toucher le cœur des juges et des spectateurs.
Commenter  J’apprécie          70
AlfaricAlfaric   03 juin 2019
Le patinage, c’est comme la danse… Il faut pratiquer dès son plus jeune âge si on veut atteindre le top niveau.
Commenter  J’apprécie          80
AlfaricAlfaric   04 juin 2019
Un programme de patinage demande autant d’énergie que pour courir un 1500 mètres.
Commenter  J’apprécie          81
Lire un extrait
Videos de Nakaba Suzuki (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nakaba Suzuki
"Seven Deadly Sins", le trailer du manga
autres livres classés : patinage artistiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15058 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre