AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Corinne Atlan (Traducteur)
ISBN : 2265077216
Éditeur : Fleuve Editions (25/09/2003)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 60 notes)
Résumé :
Lorsqu'il pratique l'autopsie de son ami Ryuji, le médecin légiste Mitsuo Ando est loin de se douter qu'il va plonger dans l'irrationnel et le cauchemar. Comment est-il possible qu'un petit bout de papier se trouve au milieu des organes de son camarade de faculté avec juste ce message énigmatique : " Ring " ? Comment peut-il apparemment être décédé d'un effet secondaire de la variole, pourtant éradiquée depuis plus de vingt-cinq ans ? Et pourquoi l'amie de Ryuji a-t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
kuroineko
  12 mars 2019
Alors que Ring s'apparentait à une enquête journalistique, Double hélice ressemble à une quête biologique. En passant, on en profite pour réviser ses bases de la génétique (et oui, Double hélice, quel indice!). Et on dit merci Professeur Suzuki!
Ce second tome s'ouvre dans la foulée du précédent avec l'autopsie de Ryuichi par son ancien camarade d'université de médecine Ando Mitsuo. La cause de la mort étant singulièrement bizarre, ce dernier, déjà profondément marqué par la noyade accidentelle de son fils unique dix mois auparavant, entreprend de creuser le sujet. Les éléments se rapportent à plusieurs morts étranges (les quatre jeunes du premier). Avec un de ses collègues, il enquête sur les aberrations médicales qu'il a sous les yeux. Comme le journaliste Asakawa précédemment, il n'est pas au bout de ses surprises.
Double hélice, contrairement à certains passages de Ring, ne fait pas peur. Pas d'épouvante ici mais la résolution de mystères génétiques liés au paranormal. de quoi donner des ulcères à des scientifiques pur jus comme Ando. Mais comme le disait si bien Sherlock Holmes, quand on a éliminé toutes les causes naturelles, il faut bien accepter le surnaturel.
Très intéressant d'un point de vue biologique car les explications sont claires et donnent très envie de se pencher sur l'histoire des virus et des maladies infectieuses. Certains éléments de l'intrigue m'ont néanmoins paru un peu trop téléphonés et prévisibles. En revanche, je n'avais pas du tout vu venir une surprise sur la fin. Elle arrive comme une bourrasque de vent dans le dos pour me conduire à La Boucle, troisième opus de la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Shoichi
  20 mai 2018
Attention spoilers !
4 ans après Ring, Double hélice, sa suite sort.
Cette suite se passe immédiatement après Ring, mais avec de nouveaux personnages en protagonistes, même si de nombreux anciens personnages reviennent dans le récit.
On découvre Ando Mitsuo, un médecin légiste dont la vie a été brisée après un malheur qui a frappé sa famille. Ce dernier va avoir à autopsier Ryuji Takayama, qui a succombé à la malédiction de Sadako.
Ce dernier étant un ami de Ando, il va prendre toutes les précautions pour autopsier sa dépouille, en se remémorant leur passé commun à l'université. C'est en terminant l'autopsie de son ancien ami que Ando va découvrir quelque chose qui va l'entraîner dans un engrenage infernal...
Ce second tome reprend donc peu de temps après le premier, le sort de Asakawa demeure pour le moment inconnu, idem pour sa famille.
On se concentre sur le personnage de Ando.
Ando Mitsuo est un personnage loin de celui Asakawa, il vit seul depuis la mort tragique de son enfant qui a laissé sa femme dépressive.
Il vit des journées pénibles durant lesquelles il essaie d'oublier son passé. Il est pourtant un brillant médecin légiste qui était promit à un brillant avenir. Son cauchemar commence lorsqu'il autopsie le corps de son vieil ami Ryuji.
L'homme ressent à divers moments dans le récit des sentiments divers face à Ryuji, tristesse, due à sa mort, jalousie, face à son intelligence, et sa liaison avec Mai Takano, dont il tombe amoureux. Mais aussi colère et dégoût, quand il comprend, à la fin, qu'il a été manipulé.
Miyashita le « copilote », il reprend un peu le rôle que tenait Ryuji pour Asakawa. Un ami positif et loyal pour Ando, néamoins, malgré son aide et son intelligence, il n'arrive pas à le cheville de Ryuji, et il ne se detache pas du rôle de « bon copain ».
Mai Takano, déjà rencontré brièvement dans Ring, elle vit un destin tragique dans double hélice.
Pour Ando, elle n'est qu'une vision érotique, un désir qu'il ne pourra jamais assouvir.
Pour Ryuji, et Sadako, elle n'est qu'un « objet » nécessaire au bon plan mit en place afin de ressusciter Sadako.
Après avoir vue la vidéo, la jeune fille sera fécondée par la vidéo, possédée par l'esprit de Sadako et finira ses jours dans une bouche béante, sur le toit d'un immeuble, telle une chrysalide vide.
Le sort d'Asakawa n'est pas beaucoup plus enviable. Il provoque un accident sur l'autoroute au retour quand il découvre que sa fille et sa femme sont mortes, après avoir réalisé ce que demandait la video.
En fait contrôlé par Sadako et le virus (qui ont pris possession de son cerveau) il tombe dans un profond coma dont il ne se réveillera pas.
Il mourra quand l n'aura plus aucune utilité.
Sadako, toujours énigmatique et terrifiante, on la découvre ici sous un jour nouveau, d'une grande intelligence, mais aussi d'une certaine innocence tout en possédant un coté cruel. On ne sais plus trop quoi penser d'elle au final, mauvaise ? Ou juste quelqu'un dont la survit lui importe plus que tout autre chose ?
Enfin, Ryuji, qui semble être la clé de voûte, il est vu par ando comme quelqu'un d'intelligent, un peu effrayant, bizarre, quelqu'un qu'il jalousait à l'université, et qu'il jalouse encore maintenant. Il semble manipuler Ando depuis « l'au delà »
Finalement, on apprend que comme pour Sadako, son dessein est de ressusciter, quitte à sacrifier des pions autour de lui, il est à la fin dépeint comme un grand traître.
La science et la biologie au service du récit.
Si Ring consacrait une bonne part de son récit à l'investigation, ici c'est la partie biologie, science naturelle qui est mise en avant.
Le récit démarre sur l'autopsie du corps de Ryuji et très vite Ando découvre les raison de sa mort, une altère de son coeur est bouchée, mais ce n'est pas tout, une petite tumeur est présente au niveau de sa trachée, et cette dernière va s'avérer être pleine de surprise !
Le lecteur découvre aussi de nombreuses choses, sur la médecine, la biologie, les virus, à travers la lecture de double hélice. On apprend par exemple que le délais de 7 jours de la malédiction est fixé par le délais d'incubation de la variole.
Mais il est aussi question de génétique, évolution et de mutation, il est alors fait un parallèle entre l'etre vivant et la malédiction de la K7.
La K7 comparable à un virus va se développer, puis muter, évoluer, à partir du moment où une « erreur » dans ses gènes va se produire, pour ensuite s'adapter, à partir du moment ou son existence (la destruction des K7) est en danger.
La question de la génétique prend ici une tournure assez effrayante et surréaliste.
La K7, mélange des volontés de Sadako et du virus de la variole « donne naissance » après un processus complexe, aidé par « quelqu'un »
Le virus s'attaquant au coeur prend alors une toute autre direction, cerveau ou utérus...
On apprends aussi que Sadako est parvenu à enregistrer la totalité de ses gênes, ce qui faisait d'elle ce qu'elle etait, dans la video, et le virus contient les fragment de son ADN.
Logique inéluctable
La logique prend aussi une certaine place dans le récit, dans Ring, on voyais à quelle point Ryuji était intelligent et malin.
Ici, Ando se retrouve impliqué dans l'histoire après avoir découvert un message codé inscrit sur du papier journal, dépassant de la dépouille du corps de son ami. Par la suite, Ryuji lui envoi d'autres signes, à lui ou a d'autres, depuis l'au delà, ou ailleurs. Il parvient par exemple à lui faire comprendre que le virus subit une mutation grâce à l'ADN du virus présent dans son sang, dans lequel il a inscrit un code.
Mais ce n'est pas tout, dès le départ, tout semble guider nos protagonistes vers un chemin tout tracé, Ando connaît les idéogrammes des noms de Asakwa Kazayuki sans même le connaître, Mai Takano est obligée de chercher une page manquante d'un document pour un travail pour Ryuji, mais surtout, cette impression d'être sans arrêt observé...
L'investigation toujours présente
Bien que relayée au second plan, l'investigation est toujours une partie du récit.
Une fois que Ando découvre que quelque chose cloche avec le décès de son ami Ryuji, il se lance rapidement dans l'enquête. À cette occasion, le lecteur retrouve d'anciens personnages et sait enfin ce qui est advenu de Asakawa. Mauvaise nouvelle, sa femme et sa fille n'ont pas échappées à la malédiction, et si il est toujours vivant, il semblerait qu'il ait bien fait ce qu'il fallait, il est dorénavant dans un profond coma, avec peu de chances de rémissions.
À partir d'un certains moment, Ando met la main sur une disquette, ayant appartenu à Asakawa, sur cette dernière, le journaliste tenait un journal précis de son investigation sur Ring.
Cet élément plonge alors Ando dans ce que Ryuji et Asakawa ont pu vivre et découvrir, c'est aussi une bonne occasion pour rafraîchir les souvenirs du lecteur.
Mais c'est surtout un tour de force de l'auteur, Suzuki Koji !
La K7 dénaturée (par la main des 4 adolescents qui ont supprimé une part du message qu'elle renfermait) puis détruite, la volonté du virus, présent dans cette dernière n'a plus d'autre choix que d'évoluer, et c'est là qu'on comprend pourquoi Asakawa est resté en vie, le temps qu'il termine de taper son récit, nouveau vecteur de la malédiction.
De ce fait, Ando et le lecteur sont maintenant eux aussi piégé par la malédiction, et la tension monte de nouveau, comment s'en sortir, là ou Ryuji et Asakawa ont échoué ?
La résurrection de Sadako !
Si le virus est parvenu à muter afin de continuer à exister, d'une manière étonnante, Sadako n'est pas en reste !
Mai Takano ayant regardé la vidéo maudite pendant sa période d'ovulation, le virus ne s'est pas dirigé au même endroit, le coeur, que pour les autres victimes, mais vers son utérus. Renfermant le matériel génétique de Sadako, il n'a alors aucun mal à féconder l'ovule de Mai Takano, et Sadako a la possibilité de revenir parmi les vivants !
Un choix egoiste ?
Une fois faite la rencontre entre Sadako et Ando, la vérité éclate alors pour ce dernier, et tout comme Asakawa à la fin de Ring, il se retrouve face à un choix à faire, son bonheur au détriment de la sécurité de l'espèce humaine ?
Si Asakawa avait le choix de garder sa fille et sa femme en vie, pour Ando, ce choix tient au miracle, la possibilité de récupérer son fils, mort deux ans auparavant, emporté par les flots, durant une journée à la mer.
Cependant, pour ça il doit répondre aux exigences de Sadako, ne rien faire pour endiguer l' »invasion » de Sadako, et l'aider à faire revenir une dernière personne en vie...
Un recit qui donne donc une autre dimension à Ring, mais surtout qui emploie des thèmes vraiment très variés, je n'ai pas tout cité, par exemple, les personnages mentionnent à la fin les mass-media, comme moyen de propagation de la video, annonçant un avenir noir pour les hommes, confrontés à une invasion massive de Sadako qui en viendrais à réduire la diversité génétique sur la Terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bibliozonard
  29 juin 2014
Ando, médecin légiste à Tokyo, est confronté à un cas particulier. le corps qu'il doit autopsier est un ancien ami de la FAC de médecine qui évoluait dans le milieu universitaire. Ce cadavre n'est autre que Ryuji. C'était un élève brillant et expansif à l'époque. le plus inconcevable dans ce fait triste et nostalgique, c'est le bout de papier que le docteur découvre dans le corps du défunt avec le mot « RING » noté dessus. Il se souvient des défis de décryptage de petites énigmes qu'ils avaient l'habitude de se lancer à l'université. le plus effrayant, c'est que ce mot n'était pas là la première fois qu'il avait examiné le corps. Avec beaucoup de réticences, de doutes, Ando rassemble les pièces d'un puzzle déstabilisant. Il va découvrir l'histoire d'une cassette dont le contenu tue ceux qui la regardent ; la cause des décès cumulés qui révèlent des similitudes à celle de son confrère ; les personnes concernées telles que Asakawa (le journaliste qui démarra l'enquête il y a quelques mois) devenu peu loquace — et pour cause, le pauvre est dans le coma —, Maï l'amie étudiante fidèle de Ryuji qui disparaît soudainement. Pour ne pas sombrer dans le désespoir suite au récent décès de son jeune fils de près de 5 ans et de la fin de son mariage ; il se donne entièrement à cette étude de cas d'une complexité peu commune. Probablement le plus grand défi de décodage qu'il n'a jamais rencontré.
Une histoire de transition. Après la parapsychologie, thème majeur du tome 1, ici, la particularité est la recherche d'une réponse médicale objective quant à la cause des décès survenus brusquement sans aucune explication. Une tentative de répondre avec un esprit cartésien pointu à une répétition anormale de décès brutaux chez des individus dont la santé ne présageait aucun symptôme annonciateur. Automatiquement, la science se retourne sur la question d'une infection virale de masse qui croît rapidement. Une pandémie mettant en danger la race humaine…
De nouveau, la mort d'un être proche, la panique, le choix de croire ou non sont récurrents. Jusqu'au personnage : comparez Ando et Asakawa (le journaliste du tome 1), ils sont tous les deux fébriles, quasi dépressifs, ils manquent de force de caractère et la déduction est leur bouée de sauvetage. Il y a aussi les opposés qui complètent les faiblesses des deux premiers, les savants un peu fous, dynamiques, francs et amusés : Ryuji (intervenant dans le tome 1) et Myashita.
L'impression que l'auteur s'était relâché par rapport au premier tome, de par le démarrage en trombe, moins nuancé et visant le divertissement plus que tout ; c'est très vite estompé.
Le bon côté est ce parti pris du raisonnement rigoureux choisi pour comprendre l'inexplicable. On plonge dans le décryptage, dans le système de démonstration logique qui aboutit à des conclusions perturbantes. L'auteur a peut-être coupé les cheveux « en huit » pour nous sortir la « double hélice »…
A contrario, cet aspect intelligent proche du hard science – même s'il est allégé par du fantastique pour tenter d'ajouter du « peps » à la lecture, est lourd et doublement répétitif —, car en plus, l'auteur n'a de cesse de rappelé les événements du tome 1.
L'un dans l'autre, le lecteur armé de patience aura quand même envie de connaître la finalité de ce mélange d'hypothèses, de thèses et de conclusions. La fin qui reste ouverte sous-entend une orientation d'anticipation, et qui sait, un futur apocalyptique…
Avis mitigé donc, pour cet entre-deux qui — bien qu'il soit très intelligent — manque de dynamisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
salsifi
  07 janvier 2013
Ando, récemment séparé de sa femme après la noyade accidentelle de son fils de 5 ans, est médecin légiste. Chargé d'autopsier le professeur Ryuji Takayama, ancien camarade de classe, mais aussi l'une des victimes de la fameuse cassette maudite, Ando se rend rapidement compte qu'il est face à un peu plus qu'un simple infarctus. Intrigué par ce cas, Ando se met à mener son enquête, recherchant des décès similaires et interrogeant l'une des étudiantes, et amante, du professeur Takayama, Maï Takano. Celle-ci va mettre Ando sur la piste de la cassette maudite et du virus qu'elle semble répandre, le faisant indirectement découvrir les travaux du journaliste Asakawa, qui semble avoir trouvé la clé pour lever la malédiction. Mais le virus a muté, et tout n'est pas si simple...
L'histoire de Double Hélice s'inscrit dans la continuité directe de celle de Ring, et nous reprenons donc le cours des évènements là où le 1er tome nous avait laissé. Mais les similitudes entre les deux opus de la saga s'arrêtent là.
Là où Ring créait une ambiance oppressante, laissant planer à tout moment le doute et une certaine ambiguïté sur la tragique histoire qui était relatée, Double Hélice semble avoir l'ambition de tout nous expliquer de la malédiction de Sadako. Alors après nous avoir résumé en détails et en couleurs l'intégralité du 1er tome, Suzuki nous noie dans des théories scientifiques nébuleuses supposées expliciter le pourquoi du comment de la cassette vidéo et des morts qu'elle entraîne. S'en suit donc toute une série de descriptifs imbuvables sur la génétique et les cryptogrammes, sensés justifier les révélations abracadabrantes disséminées tout au long du récit.
De l'angoisse du 1er tome, il ne faut pas chercher une trace. Dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Aethel_Lataniereauxlivres
  02 avril 2012
J'étais très confiante en ouvrant ce second tome, "Ring" m'avait fait passé un excellent moment et je m'attendais à revivre cela avec "Double hélice", finalement c'est tout l'inverse !
Je m'attendais à des frayeurs, de l'angoisse, un sentiment d'oppression, ou ne serait-ce qu'un début de stress, mais je l'attends toujours ! Là où je m'étais retenu de lire "Ring" avant d'aller me coucher, j'aurais très bien pu lire "Double hélice" au même moment, ce que je n'ai pas fait pour autant, à cause de l'ennui je risquais de m'écrouler sur le bouquin et de dormir comme une souche jusqu'au lendemain !
Trop mou, trop "scientifique", trop brouillon dans son dénouement, trop fade dans l'écriture, avec des personnages aussi charismatiques qu'un trognon de pomme... Il n'y rien pour sauver l'ensemble, c'est pénible à lire, c'est même pénible à chroniquer, c'est vous dire à quel point il est chiant ce bouquin !
Certaines choses n'étaient pourtant pas mal trouvées en ce qui concerne Sadako; un peu tirées par les cheveux mais inattendues; mais le reste est vide d'intérêt, j'ai trouvé le temps trèèèès long pendant cette lecture et après cela, je n'ai plus du tout l'intention de lire le troisième tome de la saga ("La boucle").
Pour le coup je n'ai même pas envie de faire une chronique plus longue, pourtant j'adore descendre les bouquins que je n'ai pas du tout aimé, mais là j'ai juste envie d'oublier cette bouse -j'évite d'utiliser ce mot dans mes billets en général, mais ce livre là le mérite, na !- et de passer à autre chose.
Je suis vraiment très déçue !
Lien : http://xx-au-fil-des-pages-x..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
kuroinekokuroineko   10 mars 2019
Pour Ando qui cumulait les responsabilités de médecin légiste à l'institut médico-légal de Tokyo avec celles de professeur de médecine légale à la faculté de médecine de l'université de K., seuls les moments durant lesquels il autopsiait des cadavres lui permettaient d'oublier la mort de son fils adoré. Ironiquement, s'occuper de cadavres inconnus le délivrait de la pensée obsédante de la mort de l'être qui lui était le plus cher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
kuroinekokuroineko   11 mars 2019
Un écrivain observe les gens et les paysages à travers son propre filtre et les exprime sous cet angle particulier. Il est donc bien naturel que les images qui s'élèvent dans l'esprit du lecteur diffèrent complètement du paysage réel. Il est impossible de transmettre à autrui une scène exactement telle qu'on la voit, sauf peut-être par le biais de la photo ou de la vidéo. L'écriture est un moyen d'expression qui a ses propres limites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
kuroinekokuroineko   11 mars 2019
L'ADN ressemblait à deux serpents enlacés se dressant vers le ciel. Des informations vitales qui ne s'interrompaient jamais, transmises de génération en génération... L'homme était pour toujours lié à deux serpents...
Commenter  J’apprécie          70
salsifisalsifi   04 janvier 2013
J'ai soulevé le combiné et, le temps de dire "allô" et de prendre une inspiration, j'ai entendu un hurlement dans le téléphone. Surprise, j'ai éloigné le combiné de mon oreille. Ma première réaction a été de penser à une mauvaise plaisanterie, mais le hurlement a été suivi de gémissements, puis ça s'est arrêté... Il y a eu un silence qui ne paraissait pas de ce monde, je ne saurais comment dire autrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
salsifisalsifi   06 janvier 2013
On peut faire face avec une certaine force à une catastrophe que l'on sait imminente et qu'on a directement sous les yeux, mais attendre sans savoir ce qui va nous tomber dessus est insupportable, ainsi le veut la nature humaine.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Koji Suzuki (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Koji Suzuki
"Le Cercle : Rings" (2017), film d'horreur américain réalisé par F. Javier Gutiérrez, d'après l’œuvre de Kôji Suzuki. Bande-annonce VF.
autres livres classés : ringVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
607 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre