AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Karine Chesneau (Traducteur)
ISBN : 2266121251
Éditeur : Pocket (14/11/2002)

Note moyenne : 3.34/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Une nouvelle forme de cancer, provoquée par un mystérieux virus et semble-t-il contagieuse, continence à faire des victimes au japon.
Kaoru, étudiant en médecine, est directement concerné : son père est atteint et condamné à brève échéance. Plusieurs des anciens collègues de celui-ci sont déjà morts. Pourquoi l'épidémie frapperait-elle en priorité des informaticiens de haut niveau ? Y aurait-il un lien avec " La boucle ", gigantesque projet nippo-américain de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Shoichi
  20 mai 2018
Attention spoils !
3 ans après double hélice (et 7 ans après Ring) sort La boucle, la dernière partie de la trilogie autour de Ring.
Cette suite va tout d'abord surprendre le lecteur. Puisque l'histoire commence par se placer au point de vue d'un jeune garçon, âgé de 10 ou 11 ans, qu'on suivra jusqu'à sa vie de jeune adulte. Mais surtout, il ne semble y avoir aucun lien entre ce récit et ce qui a pu se dérouler auparavant dans Ring !
En effet Kaoru, c'est le nom du jeune garçon) vie en toute sérénité avec sa mère, et son père.
Le jeune garçon, très intelligent pour son jeune age découvre un soir une drôle de coïncidence entre deux éléments sans aucun rapport, la pesanteur terrestre accentuée à certains endroits, et les lieux de longévité, il semblerais que sur Terre ces deux phénomènes se situent aux mêmes endroits, notamment quelque part dans le désert en Amérique du Nord. le soir même une promesse est faite de se rendre un jour, en vacance, sur le lieu.
Pourtant, cette promesse ne sera jamais tenue, à cause d'une maladie qui frappera son père, une nouvelle forme de cancer qui va peut à peu frapper toute la population du monde....
Kaoru, le protagoniste de l'histoire est un garçon vraiment très intelligent et curieux. C'est le pilier de l'histoire, celui qui aura un rôle déterminant dans la survie des êtres vivant, rien que ça !
Si on devait le comparer à un autre protagoniste, on citerai tout de suite Ryuji, de par son coté intelligent, curieux, logique et surtout intuitif.
Il vivra des moment très difficiles, après une enfance heureuse, à partir d moment où la maladie, le VCMH, va s'attaquer à son père et ne leur laissera aucun répit. Pourtant, il découvrira brièvement l'amour, avec Reiko, une femme rencontrée à l'hôpital, mais son devoir le séparera définitivement d'elle.
Le père, de Kaoru, Hideyuki inteligent, c'est un grand scientifique, il a participé à un projet top secret dont il n'aime pas parler, quelque chose autour de la réalité virtuelle. C'est par lui que le lecteur a connaissance du virus VCMH, puisqu'il en est la victime. D'ailleurs, le second chapitre qui débute par le début de la maladie est vraiment une lecture difficile et dramatique, très cruelle, on découvre un homme amoindrit par la maladie, qui continue néanmoins à se battre, avec peu d'espoir de rémission.
La mère, Machiko, douce et sage, depuis le drame qui touche son mari, et sa famille, elle se met à croire à tout ce qui pourrait sauver son mari, vaccins, mythes, légendes et sectes, c'est un peu grace à elle que Kaoru sera mis sur la bonne voie, même si tout etait prémédité depuis el depart....
J'en parle plus haut, Kaoru découvre l'amour avec Reiko, une jeune femme, et mère d'un garçonnet, Ryoji, atteint du même mal qui frappe son père. Leur romance subit une tournure dramatique quand le garçon, qui se sait perdu, découvre que le jeune couple s'adonne à des relations sexuelles pendant ses séances de Chimio. Il décide alors de se suicider en sautant du 10e étage de l'hopital après avoir laissé un mot à sa mère. Il ne reste plus comme seul lien à cette relation que le bébé quelle a eu avec Kaoru et qui grandit dans le corps de la jeune femme.
C Eliot, il est l'homme à l'origine de tout, du projet secret dans lequel le père de Kaoru est impliqué, il est la « force mystérieuse à l'oeuvre ».
le monde réel infesté par le cancer
le VCMH (Virus du Cancer Métastatique Humain) est au centre de l'intrigue, c'est le virus qui frappa sans prévenir le père de Kaoru. Il s'agit d'un virus inconnu qui cancérise les cellules de ses hôtes.
Il finit par s'attaquer à toute la population, puis aux animaux et aux végétaux, condamnant bientôt la planète, si aucune solution n'est trouvée. Cet étrange virus a commencé par frapper des scientifiques, tous ayant travaillés autour d'un projet top secret « la boucle » avant de frapper tout le monde sans distinction.
Cette troisième partie à Ring a donc pour thème principal le virus, durant tout le récit, c'est une course poursuite afin d'éradiquer se mal venu d'on ne sais où.
Durant tout le recit de nombreuses questions sont soulevées, d'où vient-il ? Comment a t'il été crée ?
Un parallèle avec le Sida est même fait, aurait il muté pour s'associer à un virus de cancer, se sentant sur le point de disparaître ?
Le monde virtuel, la boucle
Kaoru en même temps que le lecteur découvre bientôt ce qu'est ce fameux projet top secret.
Il s'agit d'un projet de réalité virtuelle conçu 20 ans auparavant et qui devait aider l'Homme à comprendre les origines du monde, ses propres origines et l'aider à améliorer sa qualité de vie et le faire avancer dans de nombreux domaines.
Pourtant, un jour le programme s'est vu arrêté, il s'est bloqué, alors que la vie était née, avait évoluée en d'innombrables êtres, elle avait finalement perdu de sa diversité et s'était cancérisée.
Il s'agit bien évidemment des événements qui se sont déroulés durant « Ring » et « double hélice ».
Au final, tout n'était que virtuel.
Ryuji Takayama s'en étant rendu compte avant sa mort, il est parvenu à entrer en contact avec le monde réel et à demander à être « transféré » dans celui-ci.
Chose faite, il a hélas, malgré lui, et malgré les scientifiques qui ont réalisé ce « miracle » introduit le virus ring dans le monde réel, et ce dernier a ainsi pu muter jusqu'à devenir le VCMH.
Ryuji, lien entre le virtuel et le réel est donc la clé pour éviter l'anéantissement du vivant.
ORIGINE DE LA VIE, DIEU, MYTHES ET LEGENDES
Déjà un peu soulevé dans Double hélice, l'origine de la vie est encore la grande question dans le récit. Si l'homme n'a aucune réponse quand à la création de la vie et son évolution sur Terre, il pensait que le programme de la boucle allait lui en donner une. Hélas, si la vie apparaît sur la boucle, c'est uniquement grâce à une intervention extérieur (celle des scientifiques) en est-il de même pour le monde réel ?
Et dans ce cas, qui est cette intervention extérieur ? le monde réel n'est-il pas un monde virtuel supplémentaire ? Ou alors, Dieu est il vraiment derrière la création de la vie ?
L'auteur introduit aussi quelques légendes et croyances, notamment autour des indiens d'Amérique du nord, enfin, la religion a une certaine place, outre la notion de Dieu, il y a aussi le parallèle avec la vierge mari (Sadako) qui donne naissance à Jésus (Ryuji) le sauveur, qui ressuscitera après sa mort.
La technologie
à peu près aussi importante que le theme du virus, la technologie a une place très importante dans le récit.
En effet, l'histoire tourne autour de la réalité virtuelle. Mais il est possible de se « connecter » à cette réalité virtuelle, afin de surveiller, observer ou même vivre certains événements, comme Kaoru en fait la dure expérience, lorsque ce dernier se connecte à la vie d'un indien d'Amérique du nord, mis à mort après avoir assisté au massacre de sa famille.
L'investigation, présente depuis Ring, est ici vécue à travers la réalité virtuelle de la boucle. le lecteur suit de nouveau toute l'affaire s'étant déroulée dans Ring, puis double hélice.
Mais ce n'est pas tout, on passe dans le domaine de la science fiction quand on apprend que Ryuji, par un moyen complexe, est arrivé dans le monde réel. Néanmoins, l'auteur se fixe des barrières, Ryuji est bien arrivé dans le monde réel, mais sous la forme d'un embryon, il a donc vécu sans savoir qui il était, ni d'où il venait....
Enfin, l'existence d'une machine, le NSCS (Neutrino-scanning-capter-system) permettant à « Ryuji » de retourner dans le monde virtuel, là aussi l'auteur fixe une certaine limite, les règles d'éthique, des règles «logiques » mais surtout un sacrifice terrible pour celui qui retournera dans le monde de la boucle.
Fin ?
On retrouve dans ce récit l'idée du sacrifice. Mais cette fois-ci elle prend une tout autre dimension.
Kaoru n'a aucune alternative, il doit retourner dans la boucle reprendre son rôle de Ryuji Takayama si il veux sauver ceux qu'il aime. Dans cette partie du revit, l'émotion est à son comble, on se met facilement à la place de Kaoru, il n'a de souvenirs que les siens, sa vie passée auprès de sa famille qu'il aime, son amour pour Reiko, et son enfant à naître.
D'un autre coté, s'il ne retourne pas dans la boucle, il les condamne tous à une mort certaine.
Le retour de Ryuji/kaoru dans la boucle doit néanmoins se faire selon un plan précis, il serait inutile de le faire revenir sans modifier certains événements, en effet, dans ce cas ses actes n'auraient aucune incidence, et les deux mondes seraient tout deux voués à l'extinction.
Ainsi, bien que le récit de la boucle finisse au même endroit, et au même moment que celui de double hélice (sur la plage, avec une discussion entre Ando et Ryuji), on note des altérations par rapport au précédent événement, et on comprend alors le discours un peu flou de Ryuji.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bibliozonard
  29 juin 2014
Kaoru était déjà un jeune prodige à l'âge de 10 ans. Fils de Hideyki Futami (un chercheur en informatique) et de Machiko (passionnée par les rites anciens comme ceux des Indiens), ce jeune homme a connu une enfance heureuse pleine de bonnes instructions et d'amour. Adulte, devenu docteur en médecine, il redécouvre un phénomène qu'il avait déjà révélé étant gamin, en rapport avec le sujet qui le passionne « l'origine de la vie » : la relation entre la carte des sites de longévité et celle des anomalies de pesanteurs négatives. Comment en est-il arrivé là ? Un mal tue petit à petit. Un cancer ? Kaoru est amené à tenter de comprendre la mystérieuse mort qui ne touche que les informaticiens, dont son père, qui travaillait sur le projet « La boucle ». Une course au savoir pour déceler peut-être la réponse à ses questions existentielles.
Pendant une grande partie du livre, l'auteur est monté d'un cran dans l'élaboration d'un précis médical. Il intensifie la lourdeur n'apportant qu'une intrigue timide… le lecteur se demande pendant 130 pages au moins (1/3 du livre), quel est le rapport avec tout le reste de la trilogie, si ce n'est la reprise d'événements tant de fois réexpliqués. le hic est la surabondance d'explications pointilleuses qui freine la course au plaisir. Les thèmes abordés restent identiques aux autres volumes : les aléas de la vie, la mort, l'amour, l'amitié, et surtout la perte d'un être cher avec tout ce que cela implique sur le plan personnel…
L'auteur s'éloigne à chaque tome (surtout depuis le tome 2) de son intrigue de base fondée sur la peur et le paranormal. Cherche-t-il son échappatoire en même temps qu'il écrit ? Probablement.
Et PUIS,
environ à mi-chemin, la vraie grosse surprise est au rendez-vous. Un déblocage très frappant surgit de la catatonie calculée pour carrément redéfinir l'approche de la trilogie entière. Au final, c'est un sacré beau coup de récupération. Tout se tient, c'est propre et d'une incroyable inventivité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
salsifi
  24 novembre 2012
Dernier volet de la trilogie entamée avec "Ring" et poursuivie avec "Double Hélice", "La Boucle" tente de nous apporter un nouvel éclairage sur les événements des deux premiers tomes. On suit Kaoru, jeune homme particulièrement brillant qui tente de comprendre l'arrivée et la propagation rapide d'un nouveau virus, le VCMH, virus du cancer métastatique humain, touchant essentiellement des chercheurs de haut niveau ayant participé à un projet sur la vie artificielle.
Si le lien avec les deux premiers livres est évident ("La Boucle" voulant nous apporter la raison derrière tous les évènements précédents), ce tome est toutefois très différent de par son atmosphère. Ici, pas d'angoisse, la terrifiante Sadako Yamamura étant même quasiment absente de ce volet. Suzuki nous entraîne dans un récit de science-fiction qu'on pourra plus facilement rapprocher de Matrix que de l'horreur à la japonaise traditionnelle. Passé ce constat (plutôt décevant pour ma part), l'histoire est assez bien menée, et aurait même pu apporter une vision intéressante sur les avancées technologiques possibles en sciences de la vie, voire sur la question de l'origine de la vie en elle-même, si elle n'avait pas été présentée sur un ton aussi univoque et moralisateur. Dommage également que le récit soit plombé par de nombreux passages scientifiques rébarbatifs, ainsi que par un bien trop long résumé des épisodes précédants. Et disons que la traduction parfois hasardeuse et les nombreuses coquilles n'arrangent rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
kreen78
  18 mai 2012
On dirait que Suzuki a essayé de moduler tant bien que mal une suite avec ce qu'il avait raconté dans Double Hélice. Ca se recoupe bien, mais c'est beaucoup moins palpitant, et je pense que la saga aurait gardé toute son angoisse sans La Boucle. Car ce dernier, il faut l'avouer, fait quand même baisser la tension.
Mais il reste toutefois intéressant.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
salsifisalsifi   24 novembre 2012
Et qu'en est-il de l'Univers? Étant donné que nous existons, l'Univers a donc la capacité de permettre le développement de vies. Et alors, peut-on parler de déterminisme? Mais non, même si l'utérus à aussi cette capacité, il est plus fréquent qu'il n'y ait pas de fœtus à l'intérieur que le contraire. Alors, ce serait le hasard? Peut-être, oui. L'Univers n'étant pas rempli de vies en permanence, il est peut-être plus naturel de penser qu'il ne les conçoit pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TorellionTorellion   03 avril 2016
Dans ce cas précis, c’était un tableau de répartition indiquant les variations des anomalies gravi-métriques en fonction du lieu géographique : une valeur positive indiquait une forte pesanteur, et une valeur négative une faible pesanteur. L’unité du champ de pesanteur terrestre est le milligal (mgal). L’importance des anomalies gravimétriques se Usait aisément grâce au dégradé de couleur : le blanc marquait une anomalie de pesanteur de valeur positive, et ceux légèrement colorés une anomalie de pesanteur de valeur négative.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TorellionTorellion   03 avril 2016
Tant que les acides aminés ne sont pas disposés d’une façon déterminée, ils ne peuvent devenu-une protéine significative (sur le plan de la vie). On peut comparer la mer originelle à une soupe très épaisse remplie d’occasions de naissance de la vie. Si cette soupe a été brassée par une force quelconque, quel est donc le taux de probabilité pour que son mouvement ait créé, par hasard, une opportunité significative
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TorellionTorellion   03 avril 2016
En dépit de ses capacités informatiques et de sa rapidité de calcul, la machine n’est pas équipée de la fonction « inspiration ». Elle n’est d’aucun secours pour penser à unir eux phénomènes n’ayant apparemment aucun rapport entre eux. Cette fonction n’existera que du jour où on aura introduit des cellules de cerveau humain dans le matériel informatique
Commenter  J’apprécie          10
TorellionTorellion   03 avril 2016
Sur le coup, Kaoru resta bouche bée, tout à ses pensées. — C’est vrai, dans ce cas, ils sont truqués. Il y a un mystère là-dessous. Sinon, ce serait impossible. — N’est-ce pas !… — Mais les hommes non plus n’ont pas encore éclairci le mystère qui les concerne, murmura Kaoru. Et si le même dé sortait cent fois de suite dans un jeu non truqué.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Koji Suzuki (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Koji Suzuki
"Le Cercle : Rings" (2017), film d'horreur américain réalisé par F. Javier Gutiérrez, d'après l’œuvre de Kôji Suzuki. Bande-annonce VF.
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
607 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre