AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266248707
Éditeur : Pocket (10/11/2015)

Note moyenne : 2.53/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Takanori Andô est un graphiste spécialiste de l’analyse d’image. Il reçoit par son travail une vidéo amateur montrant un suicide à l’intérieur d’un appartement banal. Son client souhaite déterminer s’il s’agit d’un véritable suicide ou d’une simple mise en scène. Il fait une copie du fichier dans son ordinateur et à chaque visionnage de la vidéo, Takanori se rend compte que le cadre de l’image se décale très légèrement, permettant de voir jusqu’au visage du suicidé ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
KobeChan
  19 septembre 2015
C'est un peu une première du genre pour moi. Lire un livre d'épouvante n'est pas dans mes habitudes même si, curieusement, je suis une habituée et incommensurable fan des films d'épouvantes en règles générales. Pour tout vous dire, tout a commencé avec « The grudge », sur quoi j'ai enchainé avec « Dark Water » pour finalement tomber complètement sous le charme avec « The ring ». Bref, j'aime ça. le truc, c'est que moi, en littérature, je suis plutôt bon vieux polars. Et après plusieurs essais infructueux d'autres genres, disons que je n'ai jamais lu de quoi me faire sortir de ma zone de confort. Et malheureusement, ce n'est pas « Sadako » qui m'aura prouvé le contraire.
Ça commençait bien pourtant. Fluide, léger, agréable à la lecture, je me suis plongé tête la première dans le bouquin avec une facilité déconcertante. Cette histoire de vidéo maudite aura attisé ma curiosité et tiré quelques haussements de sourcils prometteurs. Mais ça, c'était avant. Avant que la deuxième partie du livre ne parte dans tous les sens, avec son flot continu de personnages dont je n'ai pas réussis une seule fois à retenir les noms, un couple auquel je ne me suis pas une seule fois attachée, des explications abracadabrantesques et une fin à la « J'ai pas vraiment d'explications à te donner, disons que ça s'est passé comme ça, t'aime ou t'aimes pas ; je m'en fiche ! » Bref, pas fan du tout. Un peu beaucoup déçue. J'espère juste que « The ring » tiendra, lui, ses promesses.
Je l'ai lu en 4 jours.
Ses ++ :
 Ecriture fluide qui entraîne derechef le lecteur à sa suite.
 Un début prometteur qui démarre sur les chapeaux de roue avec une histoire de vidéo qui donne immanquablement envie au lecteur de connaître le pourquoi du comment.

Ses -- :
 Beaucoup, beaucoup de longueurs.
 Une deuxième partie de roman tirée par les cheveux, des explications floues, et une fin grotesque.
 Un livre qui ne tient pas ses promesses. Très peu de frissons, juste bon à lire un après-midi pluvieux pour passer le temps.
Pas pour moi donc, et je le regrette.
Merci de m'avoir lue jusque-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
lokipg
  14 octobre 2018
« Takanori Andô, graphiste spécialiste de l'analyse d'image, reçoit une vidéo amateur montrant un suicide à l'intérieur d'un appartement banal. Son client souhaite déterminer s'il s'agit d'un véritable suicide ou d'une mise en scène de génie.
À chaque visionnage de la vidéo, Takanori se rend compte que le cadre de l'image se décale très légèrement, permettant de voir jusqu'au visage du suicidé... »
[Extrait de la quatrième de couverture]
J'ai lu il y a une vingtaine d'année les quatre tome de la série Ring, ainsi que Dark Water, et j'en ai gardé de très bons souvenirs. Ce nouveau roman de Koji Suzuki est bien loin de m'avoir autant convaincu. Est-ce parce que j'ai vieilli et que mes goûts et mes attentes ont changés ? Peut-être qu'il y a un peu de cela, mais je pense surtout que Sadako est simplement moins bon.
Pourtant, le roman part bien, avec de bons ingrédients. le pitch de départ est intrigant, les personnages suffisamment attachants pour qu'on s'inquiète de leur sort... Mais la sauce ne prend pas. Malgré tous ses efforts, l'auteur ne parvient pas à instaurer l'ambiance malsaine et malaisante qui m'avait tant plu dans ses romans précédent. Ici, tout est plat jusqu'à une fin anticlimatique au possible.
Carton rouge envers les éditions Fleuve Noir : Il n'est fait mention nulle part sur la couverture que Sadako est une suite de la série Ring. Je préfère vous le dire, quitte à vous gâcher la surprise, car le roman contient un résumé complet de Ring, ainsi que quelques éléments des tomes suivants. Lire Sadako en premier vous gâcherait tout plaisir de lire ces romans, bien supérieurs en qualité.
Il serait peut-être temps pour Koji Suzuki de laisser derrière lui l'univers de Ring et de suivre de nouvelles pistes. Il a prouvé qu'il en était capable avec le très bon recueil de nouvelles Dark Water.
En ce qui me concerne, Sadako est une grosse déception.
Lien : http://lenainloki2.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Pat0212
  09 mai 2018
Ce livre pourrait être le quatrième volume de la trilogie Ring (si on peut dire !), il faut vraiment lire les deux premiers volumes de la trilogie (Ring et Double hélice ) avant celui-ci, sous peine de ne jamais la lire, car selon son habitude, Suzuki revient très largement sur Ring dans ce livre, à croire qu'il en est obsédé et ne peut passer à autre chose et vous n'aurez plus de plaisir à lire le début de l'histoire pour cause de spoiler.
Le roman commence avec l'exécution de Seiji Kashiwada, un tueur en série qui a assassiné quatre fillettes dix plutôt avant d'être arrêté avec la cinquième petite qu'il était en train d'enlever. Les autorités ne comprennent pas son crime, il n'a pas violé les enfants il leur avait juste enlevé leur culotte. La justice et les experts l'ont classé dans la catégorie des pervers sexuels, surtout pour pouvoir l'exécuter après cette série de crimes qui a fait grand bruit à l'époque.
Un mois après, Takanori Ando, fils de Mitsuo Ando, un riche médecin, est expert en images de synthèse dans un petit studio. Si ses parents ont toujours été sévères avec sa soeur, ils lui ont laissé la bride sur le cou et ne l'ont pas poussé à étudier la médecine pour reprendre la clinique familiale. Il a choisi les Beaux Arts et travaille dans un petit studio de production. Il est fiancé à Akané, une jeune enseignante orpheline qui a été élevée dans le centre d'aide à l'enfance subventionné par la famille Ando. Ils se sont rencontrés lors de la fête donnée pour la majorité des jeunes filles, dont Akané et se sont immédiatement sentis proches, sans doute parce qu'ils ont été élevés selon les même valeurs. La jeune fille est sensible et facilement angoissée.
Le patron de Takanori lui remet une clé USB confiée par une cliente qui aimerait savoir si les images stockées sont vraies ou si c'est un film amateur génial. Il s'agit d'un suicide, mais la police n'a pas retrouvé le corps, ni l'adresse de la victime, de plus personne n'est porté disparu à ce moment. Takanori pense d'abord qu'il s'agit d'un film amateur, mais en le visionnant une deuxième fois les images se décalent légèrement et cela s'accentue à chaque visionnement.
Akané est enceinte depuis peu et elle se rend à l'hôpital pour une première visite et un certificat pour son employeur. Peu à peu des phénomènes étranges se produisent dans la vie du jeune couple. du coup le roman Ring refait surface et nous repartons vers de nouvelles explications du phénomène.
Le départ de l'histoire est très lent, et même plutôt ennuyeux du moins durant le premier tiers, mais peu à peu le surnaturel apparaît et l'angoisse avec. Comme dans les romans de Stephen King, le surnaturel se mêle peu à peu à l'intrigue, jusqu'à devenir prépondérant. La fin est ouverte et tout laisse penser qu'il y aura une cinquième volume à la trilogie. Les personnages n'ont pas de profondeur et les principaux thèmes sont la transmission des pouvoirs psychiques à travers les générations et l'amour. Je suis sans doute imperméable à la littérature japonaise, mais j'ai eu l'impression d'un traitement très superficiel tant des personnages que de la thématique. Et comme de nombreuses questions restent en suspens je pense que l'auteur a prévu une suite. le très long passage sur Ring, où tout y est réexpliqué pour la xième fois m'a fortement ennuyée. Par contre j'ai aimé l'ambiance d'angoisse diffuse très contagieuse.
Ceux qui ont déja lu Ring ou qui veulent le lire apprécieront sans doute cette suite dont l'ambiance est celle qui ressemble le plus à Ring par rapport aux autres tomes de l'histoire, plus science fiction que fantastique. On peut aussi le lire tout seul, mais dans ce cas mieux vaut oublier la trilogie résumée en détail dans cet opus.

Lien : https://patpolar48361071.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bibliozonard
  23 juillet 2014
L'auteur a revu sa copie quant à l'économie de mots, il a fait fi des lourdeurs scientifiques apparues dans la trilogie. Les thèmes touchant à la génétique et à l'informatique sont plus accessibles. Il reste donc dans le registre de la science-fiction médicale et fantastique. le travail est plus axé sur le suspens. Ce qui rend logiquement l'enquête prenante.
Ce coup-ci, Kôji Suzuki semblerait avoir bouclé une vieille boucle – que sont devenus tels ou tels personnages ? — et le voici prêt à nous proposer quelque chose de nouveau pour l'avenir. « Sadako » serait – et devrait être — un adieu à la trilogie « Ring ». Ce livre devient un élément d'une tétralogie qui restera graver dans les mémoires en tant que quatuor malsain et regorgeant d'imagination pour les férus de science-fiction glauque.
Même s'il y a un sentiment de déjà vu ou de répétition, ou encore de frustration pour qui voulait découvrir les trois premiers tomes du cycle après avoir lu Sadako — en même temps, c'est la marque de fabrique de l'auteur et cela permet au lecteur de prendre la balle au bon sans être perdu ; cette fois, le dossier est resté agréable à lire jusqu'au bout.
Franchement, « Sadako » est mon préféré grâce à sa construction beaucoup plus aérée et grâce à l'intelligence de son intrigue d'une belle complexité, même si l'on n'y retrouve pas des scènes aussi effrayantes que jadis... et annoncées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
liliaza
  20 février 2017
J'aime beaucoup l'histoire de Ring et c'est avec joie que j'ai commencé ce livre. L'histoire est longue à venir. On passe au moins 150 pages avant de voir où l'auteur veut en venir et presque les 3/4 du livre pour voir apparaitre le nom de Sadako. Je m'attendais à autre chose au vu du résumé. Heureusement que ce livre est rapide à lire car je me suis facilement ennuyé. La partie quatre est assez intéressante mais cela ne suffit pas à rattraper le livre. le gros problème c'est l'écriture. Autant j'avais apprécié cette écriture dans Ring mais là on s'y perd facilement. Il n'y a pas de séparation nette entre le passé et le présent. Il faut quelques lignes avant qu'on comprenne qu'on est dans le passé et autant pour se rendre compte qu'on est repassé dans le présent. Il n'y a pas de réél attachement pour les personnages. Bref une déception mais ça parle malgré tout de Sadako donc je l'ai "apprécié" malgré tout mais uniquement parce que je retrouvé Sadako.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
liliazaliliaza   13 mars 2017
Les personnes qui ont vu ce film sont condamnées à mourir dans une semaine exactement
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Koji Suzuki (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Koji Suzuki
"Le Cercle : Rings" (2017), film d'horreur américain réalisé par F. Javier Gutiérrez, d'après l’œuvre de Kôji Suzuki. Bande-annonce VF.
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1803 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre