AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Forbidden (54)

raggiodisole
raggiodisole   09 octobre 2017
Il me confie que son père est plus intéressé par ses affaires que par son fils unique et qu'il lui offre des cadeaux extravagants, comme une voiture, pour apaiser sa mauvaise conscience, car il passe la moitié de l' année à l'étranger. Oui, il est riche et gâté, et pourtant il est aussi négligé que nous. Le cadre est complètement différent, mais la même tristesse en résulte.
Commenter  J’apprécie          110
Ambere
Ambere   04 octobre 2018
S’il te plaît, Maya, écoute-moi. Tu ne comprends donc pas ! Si j’ai prononcé
ces paroles, c’est parce que j’ai l’impression de devenir fou : te voir chaque
jour sans pouvoir te tenir dans mes bras ni te toucher parce que nous ne
sommes jamais seuls est une véritable torture pour moi ! Je voudrais te
prendre par la main, t’embrasser, te serrer contre moi sans qu’on soit
condamnés à se cacher tout le temps. Toutes ces petites choses qui sont une
évidence pour les autres couples, je veux être libre de les vivre sans être
terrifié à l’idée que quelqu’un nous surprenne et nous sépare, appelle la
police, emporte les petits et détruise tout. Cela m’est insupportable, tu ne
comprends pas ? Je veux que tu sois ma petite amie, qu’on soit libres…
Commenter  J’apprécie          80
Arcaalea
Arcaalea   15 juillet 2017
Et je t'aime, je t'aime tant que cela me tue. Pourtant, tout ce que je fais, c'est te repousser et te blesser, pour que ton amour se transforme en haine.
Commenter  J’apprécie          70
Wolkaiw
Wolkaiw   13 novembre 2017
Le dur et long chemin que fut ma vie jusqu'ici menait donc à ce moment. Je l'ai suivi aveuglément, en trébuchant, en m'éraflant, lasse, sans savoir où mes pas me conduisaient, sans même me rendre compte que chacun d'eux me rapprochait de la lumière, celle que l'on trouve au bout d'un long tunnel. Et maintenant que je l'ai atteinte, qu'elle m'enveloppe, je veux la graver dans mon souvenir pour y repenser comme le moment où ma nouvelle vie commença vraiment. Tout ce que j'ai désiré, ici, maintenant, est contenu dans cet instant. le rire, la joie, cet amour immense que nous partageons. C'est l'aube du bonheur. C'est maintenant que tout commence, me redis-je.
Commenter  J’apprécie          60
rubirouge
rubirouge   19 novembre 2017
Je m'essuie les joues et me tourne vers lui.
— Nous n’avons rien fait de mal ! Comment un amour comme celui-ci peut-il être qualifié d’affreux s’il ne fait souffrir personne ?
Il baisse les yeux vers moi ; ils brillent dans la faible lumière.
— Je ne sais pas, murmure-t-il. Comment une chose si condamnable peut-elle être aussi formidable?
Commenter  J’apprécie          50
Elo-Dit
Elo-Dit   11 septembre 2017
"Quelque chose s'est brisé en moi. Je n'ai plus l'énergie nécessaire pour respirer correctement. Continuer de respirer, c'est continuer de vivre et donc de souffrir. Je n'en peux plus !"
Commenter  J’apprécie          50
Dorcas_Tabitha
Dorcas_Tabitha   15 novembre 2014
Family : the most important thing of all. My siblings may drive me crazy at times but they're my blood. They're my life. Without them I walk the planet alone.

Traduction
Famille : la chose la plus importante. Mes frères peuvent me rendre fou parfois, mais ils sont mon sang. Ils sont ma vie. Sans eux je parcours la planète seul.
Commenter  J’apprécie          50
armand7000
armand7000   11 septembre 2019
Alors que nous marchons le long de Chelsea Embankment, je fourre ma veste et ma cravate dans mon sac tandis que la douce brise du soir caresse mes cuisses nues, sous ma jupe. Le soleil commence à virer à l’orange, saupoudrant de gouttes d’or la surface écailleuse de l’eau, qui évoque le dos musclé d’un serpent. C’est mon moment préféré de la journée, quand l’après-midi se termine mais que la nuit n’est pas encore tombée, ces heures languides où les rayons du soleil s’étirent devant nous avant de disparaître dans le crépuscule mauve. Les ponts qui se dressent bien au-dessus de nos têtes sont lourdement encombrés : des bus surchargés, des voitures impatientes, des cyclistes téméraires, des hommes et des femmes transpirant dans leurs costumes de ville, pressés de rentrer chez eux. Au-dessous, glissent des ferrys et des remorqueurs. Les graviers crissent sous nos pas lorsque nous traversons les grandes étendues vides entre les immeubles de bureaux tout en verre, passons devant les luxueux appartements qui s’élèvent haut dans le ciel. Le soleil est si éclatant que le monde ressemble à un océan de lumière, une blancheur immobile. Tout à coup, je donne mon sac à Lochan et me mets à courir, sauter et bondir avant de faire la roue sur le chemin ; les petits cailloux me piquent les paumes. Le soleil s’éclipse, et nous plongeons dans l’ombre fraîche et bleutée au moment où nous passons sous le pont ; le son de nos pas est soudain amplifié, se réverbérant contre la voûte toute lisse, ce qui effraie un pigeon qui prend alors son envol vers le ciel. À ma gauche, se tenant prudemment à l’écart de mes acrobaties, Lochan avance les mains dans les poches, les manches de sa chemise relevées jusqu’au coude. Une fine veine est visible sur ses tempes, et les cernes sous ses yeux lui donnent une expression tourmentée. Il tourne soudain vers moi son regard vert et brillant, et m’adresse un de ces sourires dont il a le secret. À mon tour, je lui souris, puis exécute une nouvelle roue ; il allonge le pas pour l’aligner sur le mien, l’air légèrement amusé. Mais quand il laisse son regard dériver, son sourire disparaît, et il se remet à se mordre la lèvre. En dépit de sa présence à mes côtés, je sens un intervalle entre nous, une distance indéfinissable. Même lorsqu’il pose les yeux sur moi, j’ai l’impression qu’il ne me voit pas vraiment, que ses pensées sont ailleurs, hors de portée. Poursuivant mes exercices de gymnastique, je trébuche soudain contre lui, et éprouve presque un soulagement à le trouver si solide et vivant. Il émet un petit rire, me scrute un instant, puis recommence à aspirer sa lèvre et frotter sa plaie avec ses dents. Quand nous étions plus jeunes, je pouvais, à l’aide d’une pitrerie, rompre le sortilège, mais aujourd’hui, c’est plus difficile. Je sais qu’il ne me dit pas tout. Pas tout ce qu’il a en tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nelly76
nelly76   04 septembre 2018
Lochan
JE REGARDE LES PETITES BOULES NOIRES ĖPARPILLĖES sur le rebord de la fenêtre à la peinture blanche ėcaillėe, et qui crisseraient sous les pas si l'on marchait dessus.Difficile d'imaginer qu'elles ont un jour été en vie!
Commenter  J’apprécie          40
Audreyautrement
Audreyautrement   07 août 2017
Le dur et long chemin que fut ma vie jusqu'ici menait donc à ce moment. Je l'ai suivi aveuglément, en trébuchant, en m'éraflant, lasse, sans savoir où mes pas me conduisaient, sans même me rendre compte que chacun d'eux me rapprochait de la lumière, celle que l'on trouve au bout d'un long tunnel. Et maintenant que je l'ai atteinte, qu'elle m'enveloppe, je veux la graver dans mon souvenir pour y repenser comme le moment où ma nouvelle vie commença vraiment. Tout ce que j'ai désiré, ici, maintenant, est contenu dans cet instant. Le rire, le joie, cet amour immense que nous partageon. C'est l'aube du bonheur. c'est maintenant que tout commence.
Commenter  J’apprécie          40




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox

    Autres livres de Tabitha Suzuma (2) Voir plus




    Quiz Voir plus

    Les Amants de la Littérature

    Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

    Hercule Poirot & Miss Marple
    Pyrame & Thisbé
    Roméo & Juliette
    Sherlock Holmes & John Watson

    10 questions
    3504 lecteurs ont répondu
    Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre