AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253241539
736 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (26/02/2020)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.29/5 (sur 341 notes)
Résumé :
Début octobre. La police fait une découverte macabre dans une banlieue de Copenhague. Une jeune femme a été tuée et abandonnée sur un terrain de jeu. On l’a amputée d’une main et au-dessus de sa tête pend un petit bonhomme en marrons.
On confie l’affaire à la jeune inspectrice Naia Thulin, à qui on donne comme coéquipier un inspecteur en burn out, Mark Hess. Ils ne tardent pas à découvrir que le bonhomme en marrons est porteur de mystérieuses empreintes, cell... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (116) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  04 février 2019
Si Octobre est son premier roman (sortie en librairie le 1er mars), Soren Sveistrup n'est pas un inconnu pour bon nombre d'entre nous puisqu'il est le créateur de The Killing, la série mythique qui a immortalisé les pulls Drops de Sarah Lund. Au terme de cette lecture, je suis en mesure d'affirmer que le romancier est à la hauteur du scénariste. Ce qui frappe en premier, c'est la maîtrise du suspense, la précision chirurgicale dans la construction d'une histoire crédible mais surtout intéressante, bien plantée dans l'actualité politique et sociale du Danemark, qui tient ses promesses jusqu'à la dernière ligne sans aucune incohérence ou zone d'ombre.

Un corps amputé d'une main auprès duquel a été laissé en évidence un bonhomme en marrons, tradition automnale scandinave, est découvert. Lorsque sur ces marrons, dont il existe de nombreuses espèces, la police détecte les empreintes digitales de Kristin Hartung, fillette disparue plus d'un an auparavant, tout se complique brusquement, car l'enquête a été close après l'arrestation de Linus Bekker qui a avoué son meurtre. Depuis il est détenu dans un hôpital psychiatrique de haute sécurité ; le corps de l'enfant n'a jamais été retrouvé. Ce drame avait été monté en épingle par les média, vécu comme une atteinte à la démocratie car Kristin était la fille du ministre des Affaires sociales, pour qui l'enfance maltraitée est le marqueur politique, et sa recherche avait mobilisé de nombreux inspecteurs, techniciens de la police scientifique, médecins légistes, le groupe d'intervention et plusieurs membres des services secrets. Alors ? Comment les empreintes de Kristin sont-elles arrivées, sans lien apparent, sur cette scène de crime, un an après son enlèvement ?

Mark Hess et Naia Thulin entrent en scène. Le premier est sous le coup d'une suspension d'Europol à la Haye après quelques problèmes, et d'une mutation punitive dans un commissariat de la banlieue de Copenhague. La seconde, ambitieuse, rêve d'intégrer le NC3, service d'élite spécialisé dans la cybercriminalité, la traque des hackers ou des terroristes internationaux. Ils sont chapeautés par Nylander, qui a « résolu » l'affaire Kristin Hartung et ne voit pas d'un bon oeil que l'on y revienne ; il ne souhaite que voir sa carrière progresser en pratiquant l'art du funambule, autant à l'aise sur les plateaux télés qu'auprès du procureur ou du ministre de la justice. La langue de bois est sa langue maternelle.

Soren Sveistrup invite le lecteur à pénétrer dans le coeur du réacteur d'une enquête policière complexe dont chaque piste aboutit à un fiasco ou une débâcle, où les pressions du pouvoir et les rivalités entre policiers sont omniprésentes. Il propose aussi un instructif survol de la politique sociale mise en oeuvre au Danemark pour lutter contre la maltraitance infligée aux enfants. Un auteur qui s'inscrit dans la grande tradition du roman policier scandinave, et réhabilite brillamment un genre quelque peu dévoyé au cours des dernières années par des parutions insignifiantes. Bref, j'ai adoré ce roman.

Merci à Babelio et aux Editions Albin Michel pour leur confiance !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          897
Jeanfrancoislemoine
  04 mars 2020
J'avoue que , dès sa sortie en poche , je me suis précipité sur cet ouvrage qui , fort d'une note moyenne de 4,29 pour plus de 230 critiques avait un argument de poids à faire valoir , l'adhésion massive d'un panel important de connaisseurs . Ensuite , j'ai bénéficié de " quelques pistes " de la part de mon libraire qui m'a dit le " juste ce qu'il faut "pour empêcher le plus réticent des lecteurs à renoncer , allant même jusqu'à fabriquer avec sa fille , mais oui , des " bonhommes en marrons " pour agrémenter un étal toujours très bien tenu . Alors , non , pas moyen de résister et pourtant , il fait ses 700 pages le bougre ...( pas le libraire , le bouquin....)
Curieusement , pas de temps mort dès le début de la lecture , on se " coule " dans l'intrigue aussi facilement qu'on enfile " une paire de Charentaises " le soir , en rentrant du travail . Vous les connaissez ces extraordinaires pantoufles dans lesquelles tout le monde se sent bien mais avec lesquelles personne ne veut sortir .....Et bien , tout de suite , l'écriture bien maîtrisée de l'auteur vous happe et les pages vont défiler à toute allure , au point qu'à chaque fois que vous désirerez vous montrer raisonnable et éteindre la lumière, une petite voix insidieuse vous susurre un " encore " qui aura raison de vos dernières réticences. Des dialogues efficaces dans un récit vif , jamais ennuyeux , subtil , sans faille que demander de plus ?...Ah , oui , quand même , une intrigue .Et bien très franchement , elle est " au diapason ". Tout se tient , construit comme un superbe " jeu de Lego " avec des pistes , des vraies, des fausses , de l'action et des moments de lourdes réflexions . Un sujet dramatique , des morts atroces et , pourtant , jamais le moindre moment de renoncement face à des situations particulièrement difficiles à traduire sans heurter la sensibilité du lecteur ....L'auteur est scénariste, ça se voit , ça se sent et on se plaît à imaginer une adaptation cinématographique ou télévisuelle...Les ingrédients sont là.
Et puis il y a ces deux personnages de policiers pas forcément à leur place , pas spécialement aptes à se supporter mutuellement , deux personnages qui vont " occuper l'espace " sans pour autant nous faire oublier le critique de la situation .....Hess et Thulyn , Marc et Naia ....Et si , petit à petit .....?
Je ne vous ai rien dit de l'histoire ? Ben non , tiens , vous savez bien que je n'aime pas raconter , mais avec plus de 230 critiques , vous allez en rassembler des éléments...trop peut - être..Non , moi , je vous conseille de lire le roman et de revenir découvrir les commentaires après...Fichtre , c'est pas bien compliqué ...235 babeliotes ont aimé, quelle meilleure " pub" voulez -vous trouver ?
Octobre ..." les feuilles mortes se ramassent à la pelle ..." , les marrons aussi , sans doute mais d'aussi bons romans , c'est moins sûr . Un roman à classer parmi les " tout meilleurs " , mais ce n'est ...que mon humble avis et , accessoirement , celui de 235 babeliotes ........
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          722
Marple
  02 mars 2019
Vous aimez les marrons chauds ou la dinde aux marrons ? Alors il faut peut-être que vous évitiez ce polar angoissant, sous peine de perdre vos petits plaisirs gourmands...
Car ici les marrons, ou plus précisément les petits bonhommes en marrons, signalent juste la présence de cadavres... des cadavres pas très ragoûtants à qui il manque parfois des morceaux ou des futurs cadavres encore vivants mais plus pour très longtemps...
Vous l'avez compris, en @Octobre, les marrons sont glauques. Pas seulement les marrons d'ailleurs. Les meurtres aussi, et l'ambiance, et les personnages, et l'histoire. Tout est glauque dans ce roman, en fait. Pourtant il est passionnant et même paradoxalement assez réjouissant !
Je l'ai lu en un week-end seulement, presque sans reprendre mon souffle, tant j'avais envie de comprendre ce qui liait toutes ces intrigues sordides d'hier et d'aujourd'hui : un bain de sang il y a 20 ans, une fille de ministre assassinée qui laisse mystérieusement ses empreintes au mauvais endroit au mauvais moment et une enquêtes policière menée par deux éclopés au milieu de nombreux psychopathes...
Bien entendu, j'ai déjà oublié tous les détails, mais je garde en tête le plaisir de la lecture, l'ingéniosité de l'intrigue et l'originalite de certains personnages. @octobre m'a séduite, je reviendrai donc en novembre ;-)
Merci à Masse critique et à Albin Michel, désolée pour le retard de publication de la critique.
Challenge Multi-Defis 3,5/XX
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          603
umezzu
  05 mai 2019
Voilà un livre que j'ai été amené à lire (et à apprécier), grâce à mes amis Babelio. Je n'avais jamais entendu parler de ce livre, ni vu sa couverture en librairie, avant de voir apparaître sur ma page d'accueil Babelio une, puis deux, puis trois, puis x critiques très favorables sur ce polar danois, écrit par un scénariste de série télé. La réitération sur un temps très court de ces billets positifs était un signe. Tant d'éloges méritait toute mon attention.
A l'arrivée, au terme d'heures de lectures (le pavé fait 600 pages), et de moult rebondissements (le suspense est vraiment très bien construit), l'enquête sur le tueur aux bonhommes de marron, menée, et démêlée, par l'inspectrice Naia Thulin et son comparse aux fines analyses Mark Hess, est une complète réussite. Une fois accroché, on n'en sort plus.
Alors un grand merci à ceux qui ont attiré mon attention sur ce livre (ils se reconnaîtront) !
Commenter  J’apprécie          532
RChris
  05 février 2019
Octobre c'est l'époque où tombent les marrons avec lesquels on peut faire des bonhommes et les déposer en guise de signature sur des cadavres.
La première victime est tuée par un morgenstern (fléau d'armes à pointe datant du moyen-âge), les crimes suivant sont aussi obscurs, rien ne les relie à priori et la police piétine pendant une moitié du roman. Nous accompagnerons Naia Thulin, la jeune et jolie inspectrice, et l'inspecteur Mark Hess dans leur enquête pour trouver des fils pour relier ces meurtres incompréhensibles du Tueur aux marrons.
Ce thriller danois en développe les codes avec ses enquêteurs attachants, ses rebondissements, ses chausse-trappes, ses cliffhangers, ses assassins dont on doute qu'ils le soient. Il faudra attendre 500 pages pour que le prologue prenne son sens dans l'histoire. Et c'est sans compter sur cette fille de ministre dont on retrouve les empreintes sur des bonhommes en marron alors que l'enquête sur son assassinat est close (en cela je ne divulgache rien car c'est dit en quatrième de couverture ! ).
Un bon thriller dont les chapitres se terminent avec un suspense qui nous pousse à la lecture rapide, perturbant le sommeil, haletant avec des marrons comme un fil conducteur incongru à la Vargas, mais il y a marron d'Inde et castanea sativa x crenata (châtaigne) !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
LilizLiliz   14 mai 2020
- Je sais ce qu'il est. Il est le maître. Et il s'est servi de moi pour accomplir son oeuvre. Sinon, je n'aurais jamais avoué.
Commenter  J’apprécie          50
christinebeaussonchristinebeausson   02 février 2019
Depuis quelque temps déjà, Hess pensait à la mort avec indifférence. Pas parce qu'il n'aimait plus vivre, mais parce que être encore en vie était devenu trop douloureux. Il n'avait pas consulté, il n'avait pas demandé d'aide à ses quelques rares amis et il n'avait écouté les conseils de personne. Il s'était contenté de fuir. Il avait couru aussi vite que des jambes pouvaient le porter, l'obscurité sur ses talons, et parfois il avait réussi à la distancer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
namelessnameless   28 janvier 2019
Le chagrin est un amour qui n'a plus de maison. Il faut vivre avec et tâcher de continuer d'avancer.
p. 170
Commenter  J’apprécie          302
umezzuumezzu   29 avril 2019
Avec le temps, il avait accepté que l'appareil policier européen soit un colosse aux pieds d'argile, encombré d'une infinité de barrières politiques et juridiques, qui, au lieu de s'effacer, lui semblaient plus insurmontables d'année en année.
Commenter  J’apprécie          120
bilodohbilodoh   03 avril 2020
De la fenêtre de son bureau des officiers de la police judiciaire, au deuxième étage, Nylander aperçoit les vautours de la liberté d’expression, avec leurs téléphones portables, leurs caméras et leurs micros, devant l’entrée de la cour aux colonnades.

(Albin Michel, p.109)
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Søren Sveistrup (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Søren Sveistrup
Extrait de "Octobre" de Soren Sveistrup lu par Ingrid Donnadieu. Editions Audiolib. Parution le 9 octobre 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/octobre-9791035400996
autres livres classés : littérature danoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1862 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..