AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Édith Ochs (Traducteur)
EAN : 9782757805862
318 pages
Éditeur : Points (12/03/2009)

Note moyenne : 2.85/5 (sur 17 notes)
Résumé :

Autour du cadavre d'un banquier aigri et indiscret gravitent des locataires hauts en couleur : une épouse effacée, une mystérieuse nièce qui fuit son mari. Sous le vernis des traditions indiennes, tout le monde dans cet immeuble de Bombay a un secret à dissimuler, et au moins une bonne raison d'en vouloir à Mr Rao. Miss Lalli va devoir redoubler d'adresse pour résoudre cette enquête savoureuse.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
bdelhausse
  12 janvier 2020
Kalpana Swaminathan arrive à placer Lewis Carroll, Shakespeare et Agatha Christie dan son roman. Si je n'ai pas saisi les liens avec Lewis Carroll ou Shakespeare, les références et emprunts à Agatha Christie sont évidents. le personnage principal est Lalli, inspectrice à la retraite accompagnée de sa nièce. Elles vivent dans un immeuble dans lequel gravite tout un microcosme haut en couleur.
Lalli évoque clairement Miss Marple mâtinée d'Hercule Poirot. le style de Swaminathan et la manière dont elle conduit le roman est très semblable à ce qu'Agatha Christie fait. On a une sorte de puzzle impressionniste pendant la plus grande part du roman. Lalli mène son enquête depuis chez elle principalement. Elle livre peu de déductions, se réservant pour le happening final en présence de tout le monde. le lecteur manque d'éléments pour découvrir le pot-aux-roses, tout juste peut-il se livrer à des conjectures.
Tout démarre à la mort d'un banquier, vivant dans le même immeuble que Lalli. Il est retrouvé dans l'ascenseur après sa balade matinale. Il porte ses lunettes de soleil. La veuve va avoir du mal à admettre le meurtre. La tension monte dans l'immeuble. Ce banquier se mêlait de tout et livrait des secrets et des rumeurs sur tout le monde dans l'immeuble. Chacun avait une "bonne" raison de le tuer.
Au final, on a un roman assez complexe, confus mais pas dépourvu d'intérêt. La diversité des cultures, des religions, des modes de vie et les aspects sociologiques liés à l'Inde apportent une touche intéressante à l'ensemble. Swaminathan aborde la question des blood diamonds et de la coexistence des groupes ethniques. Mais il m'a manqué un souffle, un petit quelques chose qui tire le lecteur vers le haut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
miriam
  21 août 2015
Polar indien, qui se déroule à Bombay.
Unité de lieu : le Building, Utkrusa, est habité par des professeurs, un banquier, un officier de police à la Retraite, Lalli, qui sera bien sûr la détective, un banquier, Mr Rao, la victime, découvert mort dans l'ascenseur… leurs familles, proche et parfois éloignée, comme cette cousine qui fuit une belle famille qui l'enferme et la martyrise. Ce roman mettant en scène les habitants d'un immeuble, me fait penser à Bonbon Palace .
Une touche d'exotisme : la traductrice a gardé de nombreux mots hindi ou gujarati désignant des coutumes, des plats, des habits.
Sous le patronage de Lewis Carroll, la fantaisie, le non-sens, l'humour sont au rendez-vous. En prologue du Prologue : un poème, la chanson du Jardinier est tirée de Sylvie et Bruno de Lewis Carroll(1889). Ce poème sert de fil conducteur à l'intrigue dans ses images les plus farfelues
Il croyait voir un buffle
Sur le manteau de la cheminée.
Il regarda de nouveau et s'aperçut que c'était
La nièce du mari de sa soeur.
« si vous ne quittez pas cette maison, dit-il.
J'appelle la police »
……
Qui peut imaginer qu'on retrouvera les thèmes les plus fous dans la vie prosaïques de ces Indiens de Bombay ! Et c'est la gageure de l'auteur que de les utiliser (dans le désordre, certes) pour construire une histoire.
L'intrigue n'est pas nécessairement essentielle dans ce livre. Elle serait plutôt alambiquée. Qui a tué Mr. Rao ? Chacun avait une bonne raison de souhaiter sa mort. A chacun des locataires il avait, semble-t-il, pour le plaisir, distillé son venin. Colporter des ragots, mettre au jour les secrets que chacun voulait garder pour soi, inventer des histoires malfaisantes était la raison de vivre de ce banquier pieux.
La chaleur que toute cette humanité dégage, solidarité de voisins qui ne sont jamais indifférents à leur prochain, qui débarquent dans le salon sous tout prétexte, fait de ce roman sans prétention, un ouvrage attachant. Intéressant aussi le plaidoyer pour la condition féminine encore bien difficile en Inde où il est courant qu'une jeune femme soit enfermée à clé par sa belle-mère, ou brûlée par son mari.

Lien : http://miriampaigel.blog.lem..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Soundandfury
  30 septembre 2012
Un titre énigmatique - il s'en est fallu de peu qu'il le reste pour moi jusqu'au bout - pour un polar indien à la façon d'Agatha Christie: l'action n'est pas trépidante, l'enquêtrice oeuvre tranquillement dans sa tête pendant tout le roman pour nous sortir à la fin l'imprévisible solution de son chapeau. Cependant le roman ne manque pas de charme ni de saveur.
Le dépaysement était au rendez-vous et mon tour du monde littéraire gagne une étape.
On ne parle pas de l'Inde, ce n'est pas un guide touristique bien pédagogique, on y est plongé d'un coup sans préparation et j'ai dû reprendre haleine plusieurs fois, au début, pour m'y retrouver dans les diverses langues, cultures et religions car les personnages, qui vivent tous dans le même immeuble, sont nombreux.
L'un des voisins, le moins sympathique de tous, celui qui a une langue de serpent et qui, en répandant des rumeurs, a déjà causé du tort à chaque palier est retrouvé mort dans l'ascenseur. Les suspects ne manquent pas. Mais heureusement, la police est à domicile, l'enquêtrice vedette habite justement l'immeuble.
J'ai beaucoup songé à la littérature anglaise en lisant La chanson du jardinier. Peut-être à cause de cette fameuse chanson qui doit tout à Lewis Carroll - c'est là ce que j'ai compris. Il y a un lien entre les paroles de la chanson et le crime mais alors, quel lien, je serais bien en peine de l'expliquer. Cela m'est passé au dessus de la tête pendant un long moment, jusqu'à ce qu'à force d'insistance la chose se fraie un chemin dans ma p'tite cervelle. Mais il était déjà bien trop tard, j'ai eu la flemme aiguë de remonter les pages pour bien comprendre.
Toujours est-il que j'ai cru reconnaître un peu de Conan Doyle, avec la nièce de Miss Lalli, qui nous relate les principaux évènements et observe les avancées de l'enquête de sa tante, sans jamais parvenir à apprendre l'essentiel, un peu comme Watson, ou comme ce gars, (Hastings?) qui accompagne parfois Hercule Poirot. le type même du témoin qui ne pigera rien avant que le Maître, a la fin, ne dévoile tout triomphalement.
Vous commencez à savoir que l'old school que je suis aime ces romans policiers là, sans débordement sanguinolent, sans scène de sexe racoleuse... j'ai donc passé un très agréable moment, je me suis crue en voyage, ce qui sied très bien à des vacances. J'ai trouvé la victime odieuse à souhait et toute la partie qui revient sur ses actions des derniers jours très amusante.
J'aurais aimé un peu mieux suivre le fil de l'enquête mais dans l'hypothèse où l'on ne peut pas tout avoir, ce livre-ci s'en sort très bien.
Lien : http://talememore.hautetfort..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Vepug
  25 juin 2011
Bombay, de nos jours. M. Rao est retrouvé mort dans l'ascenseur de bon matin. Il a certainement été empoisonné. Miss Lalli, inspectrice de police à la retraite, mène l'enquête aidée par sa nièce et la voisine de M. Rao. Elles reprennent tous les évènements remarquables et sans lien apparent entre eux qui se sont produits dans les deux mois précédents le meurtre. Ceux-ci pris un par un semblent anodin. Mais n'ont-ils pas tous menés à la mort de cet irascible M. Rao qui avait pour principale activité de se mêler des affaires de ses voisins ? D'où un nombre de suspect fort important.
Roman policier agréable qui nous fait découvrir l'Inde sous un angle originale en suivant la vie des habitants d'un immeuble et les relations entre ceux-ci.
Commenter  J’apprécie          10
Kaeru26
  23 septembre 2015
Ce roman est un peu long mais a le mérite de mettre la société indienne en lumière, avec ses bons et mauvais côtés. En ce sens il est dépaysant.
Il y a peu d'action et le style d'enquête est un peu vieillot mais les amateurs d'Agatha Christie et autres polars psychologiques apprécieront.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Lea25Lea25   02 février 2013
La vitesse peut être apaisante. Paradoxalement, elle peut vous donner une sensation de repos. Une lanterne magique fait tourner des images à toute vitesse des deux côtés et, devant, escamote la route grise qui se déroule comme un esprit vide. Ça vous calme, ça vous régénère.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Kalpana Swaminathan (1) Voir plusAjouter une vidéo

Kalpana Swaminathan : Saveurs assassines
Dans le cadre du "Salon du livre" dont le pays invité est l'Inde, Olivier Barrot présente cette semaine des livres d'auteurs de ce pays depuis le collège franco-britannique de la Cité Internationale Universitaire de Paris. Olivier Barrot parle du livre de Kalpana Swaminathan, " Saveurs assassines" aux éditions le cherche midi. En illustration : femmes indiennes sur le bord de mer.
autres livres classés : littérature indienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Kalpana Swaminathan (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1958 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre