AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Artalys (14/02/2015)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Après le décès de leur père, Isobel et Helen Westlake sont forcées d’abandonner la demeure dans laquelle elles ont grandi et déménagent à Chester dans le nord de l’Angleterre. Tandis qu’Isobel entretient une relation amicale avec Adam, tout en tentant de mener sa carrière et de veiller sur sa cadette, Helen fait la connaissance du flamboyant Oliver Vane… Amour, frustration et surtout vérités cachées sont au rendez-vous de cette réécriture moderne de « Raisons et sen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
April-the-seven
11 septembre 2015
Merci aux éditions Artalys pour ce partenariat. J'ai découvert la plume de Jess Swann au détour d'un autre livre publié chez eux, La Dame aux papillons. Un roman que j'avais fort apprécié, car le style d'écriture était très élégant, tout en restant incisif. Ici, nous avons droit à une réadaptation du célèbre roman Raison et Sentiments de Jane Austen. Comme beaucoup, je l'ai lu il y a des années (quand j'étais encore adolescente, pour être honnête). J'en avais gardé un souvenir assez flou, du coup je ne craignais pas d'être déconcertée par les éventuelles similitudes.
Isobel et sa petite soeur Helen viennent de perdre leur père. Ni une ni deux, leur demi-frère et leur belle-soeur s'empressent de les mettre à la porte (cordialement, s'entend) afin d'avoir la paix. Isobel trouve alors un travail, tout en veillant sur Helen qui poursuit des études d'arts. Les soeurs Westlake vont aller d'aventure en aventure, où les problèmes de coeur vont bouleverser leurs vies.
M'ouais, j'ai conscience que mon résumé est nul de chez nul et ne met pas en valeur le roman. Et pourtant, quel roman ! Comme dans La Dame aux papillons, je suis passée par un tsunami d'émotions, et pas toujours très positif. Et sincèrement, je ne sais pas par quoi commencer tellement ça m'a chamboulé.
L'histoire commence relativement lentement et nous permet de cibler un peu les soeurs Westlake. D'un côté, nous avons Isobel, la posée, celle qui règle toutes les anicroches sans sourciller. de l'autre Helen, tout feu tout flamme, aussi passionnée que sensible. Les jeunes filles vivent un deuil et doivent refaire leur vie loin de leur maison d'enfance. Déjà là, j'ai senti la moutarde me monter au nez. Pourquoi ? L'auteur a un don tout particulier pour nous faire détester certains personnages. Lowell (le demi-frère) et sa femme sont des parasites, des petites raclures arrivistes qui ne mérite qu'une chose : le bucher ! Et encore, je pèse mes mots. J'étais tellement prise dans l'histoire que j'ai eu un mal fou à dissocier la réalité de la fiction. Certains protagonistes sont tellement horripilants qu'on reste parfois bouche bée face à leurs propos. Alors quelques lecteurs pourraient penser que cette attitude est parfois trop caricaturale. C'est possible, seulement moi, j'ai trouvé ça bien amené et hautement réaliste. Car je suis persuadée que dans la vraie vie, il y a des gens qui tiennent des discours similaires.
Au-delà de ces individus peu recommandables, nous avons les héroïnes. Autant j'ai beaucoup apprécié Helen et son caractère pétillant. Je me suis sentie très proche d'elle, de ses joies et de ses tourments. Et je me suis vraiment reconnue dans ce personnage. On s'attache derechef, tant elle est adorable et entière. Je reste par contre un peu plus sur la réserve avec Isobel. Je l'ai appréciée, là n'est pas le problème, mais si Helen est le jour, Isobel est la nuit. Elle est peu dans la démonstration et se montre très secrète. Elle a tendance à garder toutes ses frustrations en elle, sans rien laisser paraître. C'est à se demander comment elle fait pour ne pas avoir un ulcère. Car Isobel amortit et absorbe les coups comme personne. C'est justement cette “constance” qui m'a rapidement agacée. Et le fait qu'elle laisse chaque fois sa chance à Lowell, alors qu'elle sait pertinemment qu'il est à jeter. Je suis d'accord qu'il s'agit là de son frère, mais il y a des limites à ne pas franchir, et Isobel ne met aucune limite à personne. On peut apparenter ce tempérament à un manque de caractère, mais je ne pense pas qu'il s'agisse de cela. Isobel pense beaucoup de choses, mais ne montre jamais rien à personne. Alors que parfois, pousser une gueulante, ça fait un bien fou !
Vous l'aurez compris, je me suis beaucoup arraché les cheveux avec ce livre (dans le bon sens du terme). J'ai aussi fondu comme du chocolat en plein soleil. Les romances sont mignonnes bien que très différentes. On a l'impression d'être une petite souris dans les vies des soeurs Westlake. On suit leurs déboires, on partage leurs espérances. Et plus on avance, plus les romances s'entremêlent, se font compliquées. Des liens inattendus apparaissent, l'histoire prend chaque fois une tournure que l'on n'aurait pas cru possible. Pour tout cela, bravo à l'auteur qui a su mener sa barque avec brio.
Je n'ai pas toujours eu l'impression d'avoir affaire à du contemporain. Les dialogues et les pensées retranscrites font très “anciens”, dans le sens où on a l'impression qu'il s'agit d'une autre époque, beaucoup moins moderne que la nôtre. Alors avis aux lecteurs : sachez que la romance s'inscrit dans une ambiance entre deux époques. On a ce sentiment d'être dans l'entre-deux. Ce qui n'est pas particulièrement désagréable, mais ça peut surprendre aux premiers abords.
En résumé, une romance agréable et parfois compliquée, qui met nos nerfs à rude épreuve. J'ai été soufflée par l'habileté de l'auteur quand il s'agit de nous faire haïr des personnages, et j'ai trouvé la fin parfaite en tout point. Pour moi, c'est une belle adaptation contemporaine, qui ravira les amateurs du genre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Demoiselle-Coquelicote
05 mars 2015
On a la chance, dans le beau monde de la francophonie, d'avoir des auteurs adorables qui acceptent de nous confier leurs nouveaux romans en échange d'une honnête critique. Jess Swann est de ceux-là, et je suis absolument ravie de pouvoir découvrir ses livres peu après leur sortie.

Constance & Séduction est une réécriture moderne de Raisons et sentiments de Jane Austen, l'un de mes livres préférés de cette auteure. Dans cette version so 21th century, Isobel et Helen Westlake viennent de perdre leur père. Celui-ci tenait l'essentiel de sa richesse, y compris sa maison, de sa première épouse. Lorsqu'il meurt, ses biens passent donc à l'unique enfant de son premier mariage, Lowell, qui avec son épouse Lauren, n'a aucun scrupule à mettre ses demi-soeurs à la porte. « Vous comprenez, c'est la crise, les affaires vont mal... » Isobel et Helen déménagent donc à Chester où Isobel a heureusement trouvé un travail grâce à un ami de son père en tant que juriste dans son entreprise et où Helen pourra poursuivre ses études en art. Cet éloignement signifie pour Isobel dire au revoir à Adam, frère de sa belle-soeur, avec qui elle vivait une idylle naissante, et pour Helen rencontrer Oliver, un jeune homme d'affaires séduisant...

J'ai lu ce livre en trois fois en fait. Je l'ai commencé un soir. Juste un chapitre me suis-je dit, et j'en ai lu trois. Puis je me suis replongée dedans le dimanche, quand la folie de la semaine s'est calmée. Et là j'ai lu sans m'arrêter, jusqu'à ce que je sois obligée de faire autre chose et de remettre à plus tard la lecture des trente pages restantes (à un moment super intense en plus !), ce qui n'a pas traîné puisqu'après notre film, j'ai terminé ce roman. C'est dire si j'ai été embarquée dans cette histoire !

Jess Swann a pris le parti de suivre au plus près la trame du roman d'origine. Ainsi, c'est Isobel/Elinor que nous suivons en tant que narratrice. Malgré toutes les qualités que je reconnais au personnage de Jane Austen, j'avoue que je ne l'ai jamais adoré. Et pourtant, je me suis énormément attachée à Isobel ! Elle est plus naturelle et plus vraie que son modèle, plus faillible aussi, donc je me suis davantage retrouvée en elle. Et puis elle est juriste, ce qui me parle ! (Je ne suis pas juriste mais je travaille dans un domaine où on utilise sans arrêt le droit, ce qui revient grosso modo au même au final.) Comme dans Amour, Orgueil et Préjugés que j'avais adoré aussi, Jess réussit parfaitement à retranscrire, au détail près, à notre époque une histoire inventée à la toute fin du XVIIIème siècle, et de manière réaliste en plus. le seul regret que j'ai est qu'il n'y a pas tant de mordant que dans AOP. Les sujets de fond traités dans Raison et sentiments sont moins faciles à mettre en valeur de nos jours, car la place des femmes dans la société n'est vraiment plus la même, non plus que les conditions de succession, la qualité de vie, etc. À mon sens, c'est déjà un exploit d'avoir réussi à respecter le pitch de départ du roman. J'ai lu plusieurs fois que ça n'a pas été réussi dans the Austen Project avec la réécriture de Joanna Trollope...

Je suis plus mitigée sur le personnage de Helen/Marianne. Alors que j'ai de la tendresse pour Marianne tout au long de Raison et sentiments, j'ai eu ici un gros « passage à vide » avec elle. Je l'ai beaucoup aimée au début, lorsqu'elle ne cache pas le mépris que lui inspirent son demi-frère et sa belle-soeur, mais à partir du moment où elle rencontre Oliver, j'ai eu du mal avec elle. Heureusement, cela s'arrange avant la fin. Sur les personnages masculins, j'ai trouvé Adam/Edward fidèlement retranscrit (d'ailleurs, comme sa version originale, je l'ai trouvé assez fade, comme quoi je suis vraiment une Marianne au fond de moi !), pareil pour Oliver, qui est un excellent Willoughby. Par contre, j'ai ressenti une pointe de déception en suivant James. Il aurait mérité, à mon sens, d'être davantage mis en valeur, mais là je ne suis pas impartiale vu que le Colonel Brandon dont il est inspiré est peut-être bien mon héros austenien préféré... Il aura eu le mérite de beaucoup me faire rire à la fin !

Concernant les personnages secondaires, ils sont très bien réussis. le couple Lowell/Lauren est presque pire que John/Fanny, et c'est dire ! Mrs Norwood est aussi une vraie vipère. Les Burgess/Middleton m'ont tout à fait convaincue aussi. Jess Swann a eu de très bonnes idées

concernant les liens de Darla/Lady Middleton, Shannon/Mrs Jennings et Georgia/Mrs Palmer. Mike/Mr Palmer m'a beaucoup fait rire. Ayant relu Sense and Sensibility il y a peu, j'en attendais plus des soeurs Anne et Lucy Steele, ici Vera et Prue. J'aurais voulu Vera plus fourbe que ça, on a un peu de mal à voir pourquoi il ne faut pas l'aimer, en dehors de la raison liée à la situation d'Isobel.

L'écriture de Jess Swann est toujours aussi agréable et entraînante, je dévorais les pages. Il y a des coquilles, mais très peu de fautes, je suis donc passée rapidement dessus. Surtout que lorsqu'on dévore un livre, on s'attarde moins sur ce genre de choses ! L'auteure a en tout cas su ménager des temps forts et du suspense, et faire des clins d'oeil aux lecteurs qui connaissent ses précédents textes...

Tout ça pour dire que j'ai passé un excellent moment de lecture et que j'ai extrêmement hâte de voir ce que Jess fera de Northanger Abbey !
Lien : http://sans-grand-interet.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pinklychee
24 avril 2016
J'adore Jane Austen, j'avais d'ailleurs été ravie d'étudier ses écrits en fac (même si à l'époque, lire du Austen était vu d'un oeil assez méprisant...) mais face à toutes les "suites" et adaptations qui fleurissent un peu partout, j'avoue qu'il est difficile de s'y repérer, surtout quand les écrits en question ne semblent pas tous être de la même qualité...
Jess Swann étant un auteur que j'apprécie beaucoup, j'ai donc eu envie de me lancer...
Nous suivons donc Isobel et Helen, qui au décès de leur père se voient signifier par leur frère que leur présence n'est plus vraiment la bienvenue dans la maison dans laquelle elles ont grandi et dont il vient d'hériter. Les voici donc contraintes de se chercher un nouveau foyer, et lorsqu'une opportunité de travail se présente à Isobel, celle-ci n'hésite pas une seconde: les voilà parties à Chester, à l'autre bout du pays. Elles y découvriront l'amitié et l'amour, mais aussi les désillusions et les peines que celui-ci peut engendrer...
J'ai trouvé cette réécriture de Raison et sentiments vraiment brillante, j'y ai retrouvé tout ce qui me charme dans la version originale de Jane Austen et j'ai pris grand plaisir à me plonger dans cette version moderne. Je me suis amusée à deviner quel personnage de Jess Swann représente qui, entre la Marianne de l'époque et la Helen d'aujourd'hui, et je suis ravie de voir que les caractères ont bien été préservés tout en s'adaptant à notre ère plus moderne.
Une fois encore, j'ai eu un vrai coup de coeur pour le couple Isobel/Adam, j'ai adoré l'humour pince-sans-rire de Mike et trouvé le couple Lowell/Lauren parfaitement imbuvable.
Helen, notre nouvelle Marianne, est beaucoup plus extravertie dans cette version, et si le couple qu'elle forme avec Oliver est au départ plutôt attachant, très vite leur sexualité débridée m'a gênée. La Marianne de l'oeuvre originale est certes assez peu respectueuse des convenances, mettant bien souvent sa soeur dans l'embarras, mais ici j'ai trouvé que c'était un peu trop forcé, c'est le seul point négatif que je relèverai de cette lecture.
Adam est toujours aussi gentleman, sa droiture force le respect, même s'il est assez peu probable que de nos jours un homme se montre aussi fidèle face à une promesse de jeunesse!
Quant à James, qui représente notre colonel Brandon, quel homme! Il reste aux côtés d'Helen malgré les moqueries et les rebuffades, ses attentions sont touchantes, et j'avoue m'être demandée au fur et à mesure de ma lecture comment l'auteur allait amener le lien qui le relie à Oliver. Une fois encore, c'est très bien trouvé, chapeau miss Swann pour votre imagination!
Avec Constance & séduction, Jess Swann nous prouve que les récits de cette grande dame qu'est Jane Austen peuvent parfaitement s'inclure dans un cadre plus contemporain, et que les moeurs et comportements humains restent les mêmes, quelle que soit l'époque...
Bref vous l'aurez compris, j'ai adoré cette relecture de l'oeuvre de Jane Austen, et je vous la recommande chaudement!
Lien : http://pinklychee-millepages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lessorcieres
23 avril 2015
L'auteure nous propose ici une vision résolument moderne de Raison et sentiment de Jane Austen. Loin de faire une pâle copie elle s'approprie l'histoire et réinvente la vie des soeurs Dash… Westlake pardon ^^ Ben oui malgré l'éloignement on retrouve quand même les traits des personnages de Jane Austen et j'avoue avoir eu l'image de Dan Stevens ( Edward Ferrars dans la mini-série BBC) lorsque je pensais à Adam Norwood ( ce qui ne m'a pas gênée du tout , du tout). Mais elle réussit très bien ce tour de force car beaucoup d'auteurs se sont cassés les dents en tentant de reprendre les oeuvres de Jane Austen.
Jess Swann donne un ton juste aux sentiments de ses personnages et j'ai détesté certains tout comme j'en ai aimé d'autres. Ma préférence va pour Isobel même si parfois j'ai eu envie de la secouer , de lui dire de réagir plus violemment, d'avoir moins de retenue. Elle reste constante dans ses amitiés, ses amours et a un grand sens de la famille. C'est une belle personne à mes yeux ( je suis une Ellinor/Isobel au fond de moi). Helen est plus volcanique, plus dans la passion. Chacune appréhende le deuil, les épreuves, l'amour à leur façon.
Le fait que l'histoire soit contemporaine m'a vraiment plu. J'ai trouvé cette modernité cohérente et bien menée. Les ficelles ne sont pas lourdes. Ça passe très bien. La trame de Jane Austen est respectée ( à la suite du décès de leur père les soeurs Westlake se retrouvent jetées dehors par leur demi-frère qui hérite de tout) et en même temps on est dans la technologie moderne, les conventions modernes, la crise.
J'ai pesté contre les personnages ( des claques se perdent) , j'ai été touché par leur détresse. J'ai ri ( une scène à la fin en particulier m'a amusée). Jess les a rendus vivant. Les personnages secondaires sont bien représentés. Mike et son humour pince-sans-rire apporte une touche d'humour.
L'écriture de Jess est plaisante , sans lourdeur. J'avais eu un coup de coeur pour sa dame aux papillons. Je suis tombée sous le charme de Constance et séduction. Son roman Amour, orgueil et préjugé m'attend d'ailleurs Damon et Cassandra font un petit passage clin d'oeil ici :)
Quelques coquilles et répétitions m'ont fait tiquer mais rien de grave et puis en ce moment j'en trouve partout même chez les éditions points. Je suis donc passée au dessus pour me concentrer sur l'histoire . Un très bon moment.
Lien : https://memelessorciereslise..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mrsturner
23 août 2015
Voici la deuxième réécriture moderne de mon amie Jess et même son troisième livre que je lis. Eh bien je peux vous dire que j'ai passé un bon moment à découvrir cette réécriture, où plusieurs émotions m'ont accompagnées au fil de ma lecture: joie, peur, étonnement, rage… Tous les éléments clés du livre de Jane Austen ont été repris et adaptés dans le monde moderne. C'est à ce moment que je me rends compte que ce ne doit pas être facile à écrire. Il y a vraiment un fil à suivre, qui est dicté et il faut savoir bien l'amener. Etant une réécriture on sait forcément comment l'histoire va se passer et quel événement il va avoir, mais on se demande tout de même comment ils vont arriver et se dérouler. Elle a su garder le suspense et s'approprier l'histoire.
Ici nous faisons connaissance de Isobel, qui est la plus posée des soeurs Dashwood, oups Westlake, qui est à la recherche un travail, et Helen, la plus passionnée, qui fait des études d'art. J'aime bien justement ce domaine d'étude qui correspond bien au personnage, ainsi que le secteur de travail d'Isobel, qui est plus carré. On rencontre aussi Adam Norwood, le fils aîné de cette riche et hautaine famille (j'ai imaginé Hugh Grant pendant toute ma lecture !), le fameux Oliver Vane, que l'on veut étriper, James Etton l'homme de confiance, mais aussi Shannon la pipelette, Mike et son humour… On finit au fil de notre lecture par s'attacher aux personnages et même s'identifier à eux.
Bref j'ai vraiment passé un bon moment avec ce livre et je vous le conseille. Hâte de découvrir la prochaine réécriture, qui j'ai vu, est en cours.
Lien : https://mrsturner6259.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
JessSwannJessSwann09 février 2015
Nous passions désormais la majorité de nos soirées chez Ross et Darla. Pour ma part, j’étais fatiguée de devoir sans cesse me rendre chez eux plutôt que de profiter des expositions ou des autres manifestations qu’offrait la ville de Chester, mais le petit groupe que nous constituions était tributaire des exigences de Ross Junior que Darla se refusait obstinément à confier à une tierce personne. Je plaquais donc un sourire de façade sur mes lèvres soir après soir tout en rêvant de nouvelles rencontres et d’activités plus stimulantes pour l’intellect. Helen ne semblait pas être gênée par la routine dans laquelle nous nous étions laissé piéger et elle était tout sourire à chacune des blagues éculées de Ross.
« Ta sœur est resplendissante ce soir, soupira James. Quel dommage qu’elle n’ait pas l’occasion de découvrir d’autres personnes, de sortir, de voir des expos… À son âge, elle devrait en profiter pour découvrir le monde au lieu de s’encroûter dans son histoire avec Vane. »
Surprise par l’amertume de son ton, je lui jetai un regard de biais tandis qu’il reposait son verre, les yeux sur Helen. Loin de sembler s’en apercevoir, ma sœur se pencha sur Oliver pour un baiser qui n’avait rien de chaste.
« Elle est amoureuse », soupirai-je, consciente que mes propos ne feraient qu’ajouter à sa tristesse.
James ferma brièvement les yeux puis posa son regard délavé sur moi.
« C’est sérieux à ce point ? »
J’en étais venue à considérer James comme un ami et je renâclais à le peiner, mais je ne pouvais pas l’encourager à espérer qu’ils rompent.
« Elle dit qu’il est son âme sœur…
— Alors elle n’aimera jamais un autre que lui, sourit tristement James. C’est ce qu’elle m’a dit une fois : “ Lorsqu’on trouve son grand amour et qu’on le perd, on ne peut plus jamais aimer ” », cita-t-il.
Je grimaçai en reconnaissant les paroles de ma cadette.
« Helen est encore très jeune. Elle a la tête pleine d’idées romantiques… » l’excusai-je instinctivement.
James se força à sourire pour saluer mon effort puis secoua la tête.
« Je pense pourtant qu’elle devrait rencontrer d’autres personnes, sortir d’ici. J’ai une idée. Un de mes partenaires commerciaux est un amoureux des arts et possède une collection de tableaux absolument magnifique : Turner, Gainsborough, Degas et d’autres impressionnistes… Il vit à Liverpool. Nous pourrions louer quelque chose et y passer le week-end. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lessorciereslessorcieres23 avril 2015
Des hommes qui sont incapables de faire du mal sciemment aux autres et qui mettent un point d’honneur à remplir tous leurs engagements quels qu’ils soient moi qui pensais que ce genre d’homme ne pouvait se trouver que dans les livres de Jane Austen, je suis heureuse de voir qu’il en existe encore. Adam est de ceux-là!
Commenter  J’apprécie          10
LECONTEDECHULECONTEDECHU20 mars 2016
Amour, frustration et surtout vérités cachées sont au rendez-vous de cette réécriture moderne de « Raisons et sentiments ».
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : réécritureVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2558 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .