AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Patrick Marcel (Traducteur)
ISBN : 2757802356
Éditeur : Points (06/09/2007)

Note moyenne : 3.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Connaissez-vous vraiment l'histoire de Rome? Remus le sage, Romulus le conquérant: enfants, ils ont failli mourir, condamnés par le vieux roi d'Albe La Longue. Le temps a passé, et les deux jeunes gens entendent mettre à bas la tyrannie régnante. Alliés aux dryades et aux faunes, ils marchent donc sur la cité... Batailles sanglantes et passions sensuelles, rien ne manquera à la tragique épopée de ce troisi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Alfaric
  25 décembre 2013
Les 3 romans du "Cycle du Latium" sortent du même moule que la "Trilogie du Minotaure" : dans un Âge d'Or champêtre dont s'inspire les pastorales galantes du XVIIIe siècle, allégorie bien évidente de l'enfance, on suit un personnage clé qui va faire la découverte de l'amour et de la sexualité en même que heurs et malheurs de la vraie vue avant qu'un agent du destin se charge d'être l'instigateur du drame qui va mettre fin cet l'Âge d'or donc à l'innocence du personnage principal.
Dans "La Dame des abeilles", 3e dans l'ordre chronologique, mais 2e dans l'ordre de rédaction, l'Âge d'Or, déjà bien entamé, c'est les collines du Latium et ses cabanes de bergers révoltés à moins que cela ne soit dans la pacifique civilisation étrusque joliment mis en valeur par des descriptions courtes certes mais très évocatrices. Nous suivons la quête de vengeance du dur Romulus et du doux Remus contre Amulius le tyran d'Albe la Longue Amulius qui écrase son peuple d'impôts iniques à l'aide de mercenaires brutasses. Ce Robin des Bois antique sert de toile de fond à la description des premiers émois de Pivert, alias Remus, qui ne rêve que de cohabitation entre hommes, plantes et animaux avant de découvrir l'Amour. C'est à travers les POV à la 1ère personne du jeune faune Sylvan, suspect de crypto homosexualité dans son amour pour Remus, et de la veille dryade Mellone désormais âgé de 417 ans, accusée de crypto lesbianisme pour être restée sans homme depuis la mort d'Ascagne. Autant le POV de Sylvan est frais et humoristique, autant celui de Mellone est assez brumeux… Beaucoup d'allégories sexuelles là encore ne serait-ce que dans le parallèle entre les 2 vieilles louves Luperca et Mellone, ou les sombres pensées du concupiscent Celer ou les discours de Romulus qui se résument souvent à « où sont les femmes ? ».
Mellone va aider le doux rêveur Remus à devenir homme et ses abeilles et ses loups vont aider Romulus à renverser le tyran, mais le fourbe Celer en recherchant à satisfaire ses sombres désirs va se faire l'instigation de la confrontation entres les 2 frères jumeaux…
Sympathique mais pas indispensable. Amateur d'action ou d'intrigues, passez votre chemin, nous ici dans de la fantasy poétique tissée par un amateur de culture classique. Dans cette optique c'est assez réussi mais peu abouti car malheureusement l'histoire, pour ne pas dire l'Histoire, finit avoir d'avoir vraiment commencé…
Les livres sont très courts : on est plus proche de la novela que du roman. du coup je m'étonne que Les Moutons électriques et Points aient décidé de les sortir séparément au lieu de réalisé un tir groupé avec un intégrale comme le firent le Belial et Folio SF pour la "Trilogie du Minotaure", surtout vu l'étroitesse du lectorat potentiel en France…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
blogbleu
  04 octobre 2010
On retrouve le charme un peu désuet du Phénix Vert dans ce roman, le plaisir de retrouver nos cours de latin de collège dans un monde où les êtres fantastiques marchent encore et influent sur la vie des hommes. C'est un roman très tendre, qui ne parvient même pas à faire de Romulus le vrai méchant cruel et sans coeur qu'il nous promet : qu'il cherche à griller Sylvain ou qu'il assassine Rémus, il ressemble plus à un gamin capricieux qu'à un tyran de chair et de sang.
Il y a aussi des passages amusants dans ce roman : Sylvain est souvent cause de gags qui m'ont fait sourire. Il apporte un souffle d'air frais dans une suite qui serait autrement trop semblable au Phénix Vert.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   22 décembre 2013
Ses cheveux, longs et libres, tombaient sur ses épaules, noir d’obsidienne dans l’ombre, jade au soleil avec forces veines d’or. Sa bouche était rose, petite et coralline ; sa peau, du blanc d’un coquillage exposé au soleil d’une plage, mais pas encore craquelé ou abîmé. Une robe de lin vert, brodée de boucliers bruns, tombait en plis vers des pieds chaussés de sandales. Une taille plaine, des melons, des jardins… Des choses tendres. L’obsidienne, le jade, le corail, le coquillage, le bouclier… des choses dures. La beauté était une armure qui gardait sa douceur. Ou la douceur n’était-elle qu’une feinte ; et l’armure, omniprésente ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AlfaricAlfaric   23 décembre 2013
La femme me surprit. Tentatrice, tueuse, amante, petite fille lasse, amoureuse rêveuse – les humeurs succédaient aux humeurs. Son visage, cascade de cheveux, la posture de son corps changeaient comme un arbre, tantôt vu de nuit, embrumé, irréel ; tantôt avant l’aube, spectral dans la lumière qui s’annonce ; radieux sous les alouettes matinales, pâles elles-mêmes, mais qui capturent les rayons du soleil comme d’autres oiseaux attrapent les papillons pour les muer ne chant ; silencieux à midi sous la gerbe solaire ; prenant ses aises au crépuscule, ramures déployées comme pour rappeler les oiseaux – pour la chaleur et le sommeil. Au travers de toutes ses mutations, un arbre reste un arbre. Sa variété n’est pas incohérence. Il reste ancré dans la roche mère et l’émerveillement. Ainsi en allait-il de Mellone.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AlfaricAlfaric   23 décembre 2013
Elle ouvrit les yeux et des royaumes nous contemplèrent – Troie, campée sur le travers de sa colline venteuse… Carthage, ses bâtiments noirs entre une jungle et une mer sans retour… Une ville qui se un nom pour parcourir le monde ; résolue comme Hercule à des travaux, des guerres et des gloires ; une géante, mais une géante aveugle, sauf quand elle choisissait de voir…
Commenter  J’apprécie          20
AlfaricAlfaric   23 décembre 2013
Moi seule, j’ai rompu l’antique cycle de l’hiver qui bourgeonne au premier et de l’été qui se dissout dans le néant de l’automne. Qui a tant d’amour pour le matin qu’il supportera l’éclat du soleil tandis que les civilisations tendent leurs mains de titans pour s’emparer du ciel et vacillent, les mains vides, dans la poussière ?
Commenter  J’apprécie          20
AlfaricAlfaric   23 décembre 2013
- Vert-des-forêts ?
- Oui, Cheveux-blonds ?
- Aimerais-tu devenir reine ?
Je faillis répondre : « Mais j’ai déjà été reine. » Par chance, Ségète me siffla à l’oreille : « Tu n’apprendras donc jamais ?
- Oui, répondis-je. J’aimerais beaucoup devenir ta reine.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : Mythologie romaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3495 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre