AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782258161368
408 pages
Presses de la Cité (06/06/2019)
3.64/5   33 notes
Résumé :
Wisconsin, 1960. Angie, mariée depuis peu à Paul, un peintre plus âgé qu’elle au passé mystérieux, consacre ses journées à son bébé et à son foyer. Un jour, elle reçoit un coup de téléphone de Ruby, la fille du frère de Paul, Henry. Celle-ci lui annonce que son père s’est suicidé et que sa mère, Silja, a disparu. Angie décide d’accompagner Paul aux obsèques. L’occasion de soutenir son mari et sa nièce et d’en apprendre un peu plus sur cette belle-famille qu’elle con... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  16 novembre 2020
Angie, très jeune femme, semble vivre une vie tranquille près de son mari et de son bébé ,Junior, dans le Wisconsin, au début des années 1960.
Paul, son mari peint des aquarelles, les vend et paraît en vivre confortablement.
Leur quotidien bascule tout d'un coup. Angie apprend par téléphone que le frère de Paul, Henry est mort.
Ils se rendent sur les lieux, près de New York.
La femme de Henry, Silja a disparu en laissant une lettre.
Leur fille, Ruby, reste seule.
le roman laisse la parole à Angie qui va intervenir comme narratrice à la 1ère personne. C'est pour moi le personnage central de l'histoire, celle qui découvrira un à un les mystères de cette sombre histoire.
D'autres chapitres , à la troisième personne, racontent le parcours de Silja, disparue, à l'existence bien pénible et courageuse. Elle avait fait la connaissance de Henry juste avant qu'il parte combattre en Europe lors de la deuxième guerre mondiale.
Les autres chapitres sont intitulés "Ruby " qui raconte les faits avant la mort de son père et après. La troisième personne est aussi utilisée.
Les trois personnes interviennent tour à tour dans des chapitres courts. Cela évite les longueurs.
Nous lisons un réel thriller bien mené avec des découvertes pas à pas sur les véritables identités des deux frères.
Je me suis laissée prendre par l'histoire, peut-être grâce au destin dramatique de Henry, à celui de Silja et à la personnalité d'Angie.
Un thriller familial, domestique, comme disent les chroniqueurs belges quand ils décrivent ce genre de livre et une bonne lecture.
J'ai appris que le premier roman de Cynthia Swanson est en cours d'adaptation au cinéma. Celui-ci est son deuxième roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          514
florigny
  11 novembre 2020
La villa de verre abrite Henry et Silja Glass (amusant !), ainsi que leur fille Ruby. Elle a été construite en lisière d'une forêt, à l'initiative de Silja, qui en la dessinant, a voulu matérialiser le chemin parcouru par une fille d'immigrés finlandais de la classe ouvrière de Brooklyn. La demeure, que l'on imagine volontiers comme une création de Frank Lloyd Wright, paraît artificielle avec ses grandes baies vitrées, ses faux airs de décor de cinéma hollywoodien. Ruby la surnomme la grande volière. Et en effet, dans cette cage dorée vivent de drôles d'oiseaux, qui connaissent un funeste sort au moment où le roman démarre. Henry est retrouvé mort dans son jardin, Silja s'est envolée du nid. Restée seule, Ruby appelle à la rescousse Oncle Paul, le frère d'Henry, qui arrive à toute vapeur, flanqué de sa très jeune épouse, Angie, 21 ans, déjà maman d'un nourrisson.

Pour comprendre quand, comment et pourquoi un tel drame s'est déroulé, Cynthia Swanson donne en alternance la parole à Angie, puis à Ruby, tandis qu'en creux, l'histoire de Silja est révélée par bribes savamment distillées depuis la seconde guerre mondiale, durant laquelle elle rencontre et aime Henry avant sa mobilisation. En ce temps-là, l'abandon sexuel d'une femme peut être sanctionné à vie par une grossesse non désirée ; en ce temps-là, la morale puritaine, l'hypocrisie sociale, les idées rétrogrades mccarthystes qui font rage en empoisonnant la société, proclament que «Quand on se marie, c'est pour toujours, pour le meilleur et pour le pire. On ne revient pas sur ses engagements même quand la vie ne se montre pas à la hauteur de ce que l'on attendait. Un serment, c'est un serment. »  Silja découvre l'ampleur du désastre conjugal, après le retour de son mari gravement blessé au front. Atteint de séquelles, infecté par des idées politiques arriérées, il ne manifeste pas la moindre velléité de travailler. Paul, quant à lui, semble être un bon mari et un bon père ainsi qu'un tonton attentif.

Quel beau roman lent, introspectif, brillant, dans lequel le lecteur se demande à chaque page qui porte un masque et qui porte des oeillères  ! L'auteure reconstitue à merveille la période post-seconde guerre mondiale, favorable à la paranoïa anti-communiste, cisèle une atmosphère familiale délétère propice à la survenue d'une tragédie, libère la parole de femmes dont les trajectoires sont - chacune à sa manière - à la fois ordinaires, héroïques, poignantes ; dont la vie est toute tracée depuis leur naissance : soumises à des compagnons qui n'ont que faire de leur personnalité, cuisinières et ménagères et surtout excellentes reproductrices.

J'ai beaucoup apprécié ce thriller psychologique de haut vol qui offre en bonus une très fine analyse de la vie de couple jusqu'à son impeccable épilogue !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brinvilliers
  12 août 2019
Angie vit heureuse avec son mari et leur fils. Paul son mari est beaucoup plus âgé qu'elle et est peintre, elle ne sait pas grand chose de son passé, mais l'amour étant là tout semble merveilleux. Paul doit retourner chez son frère Henry, car celui-ci est mort et sa belle-soeur Silja a disparu, il ne reste plus que leur fille Ruby. Angie veut l'accompagner, il n'y tient pas de trop mais est obligé de céder. Son comportement change et Angie découvre qu'elle ne connaissait pas sa famille ni son passé. Elle fera tout pour protéger son enfant.
A travers les voix d'Angie, Silja et Ruby ont découvre cette histoire machiavélique.
Même s'il n'y a pas d'actions les trois personnages principaux nous interpellent sur le caractère énigmatique de l'humain.
Commenter  J’apprécie          70
MilleetunepagesLM
  17 septembre 2019
Le commentaire de Lynda : COUP DE COEUR!
Un coup de coeur pour cette lecture. Vingt ans après sa rencontre avec Silja, Henry est retrouvé mort, on présume qu'il s'est suicidé, et Silja,elle, est disparue également.
Angie, avertir du drame, par sa nièce qu'elle ne connaît pas, décide d'accompagner Paul pour les obsèques et rencontrer cette famille qui jusqu'à maintenant lui était inconnue.
La villa de verre détonne dans le décor, une maison qui sort de l'ordinaire. Arrivée sur place, c'est un peu l'incompréhension pour Angie, qui ne comprend pas vraiment l'attitude de Paul et celle de Ruby à son égard.
C'est un drame qui telle, une boule de neige, va grossir et grossir, jusqu'à l'éclatement peut-être?
Et c'est en plein drame qu'Angie, Paul et leur fils vont se présenter, mais c'est à ne rien comprendre, Henry s'est prétendumment suicidé, Silja est disparu et Ruby, leur fille est en état de choc. Comment Paul va-t-il réagir à cette mort et cette disparition? Pourquoi cette agressivité envers Angie de la part de Ruby et de Paul, comme si elle était de trop.
La lecture de ce roman nous amène dans un vraie labyrinthe de sentiments, des sentiments négatifs et positifs, des questionnements également. Qu'est-il arrivé à Henry, où est passé Silja, et pourquoi l'attitude de Ruby est-elle si agressive? Qu'est ce qui se cache derrière tout ça.
Ce roman, en fait, est un drame familial, autour de 3 personnages principaux, et plus nous avançons plus les questions se soulèvent.
Il ne faut surtout pas s'attendre à lire un thriller époustouflant, non c'est plutôt petit à petit que tout se bâtit, tout s'éclaire et tout s'explique, que chacune des pièces du casse-tête se met en place pour nous amener vers une conclusion des plus surprenantes.
L'auteure nous offre un roman, et tel un casse-tête, des pièces sont ajoutées au fur et à mesure que nous avançons dans la lecture, pour expliquer, pour situer et pour nous entraîner davantage dans un cyclone de questions et de réponses, de mises en situation et d'énigmes à résoudre, pour nous amener tout doucement vers la conclusion.
L'auteure nous offre un roman de belle qualité, il ne faut pas s'attendre à un grand thriller ou suspense, c'est plutôt, je dirais un roman analytique, l'autopsie dramatique d'une famille, et l'histoire approfondie de 3 femmes qui sont les personnages principaux de ce roman, des femmes prêtes à tout, chacune à sa façon.
Nous avançons un peu à tatons dans ce roman, découvrant un peu à la fois des indices, des mises en situation, des réponses à nos questions, et tout ça pour nous diriger vers l'aboutissement un peu imprévisible.
Deuxième roman de cette auteur, son premier roman d'ailleurs, est sur le point d'être adapté pour le cinéma. Une belle plume, le sens du suspense a sa place dans cette histoire, et l'auteur a bien su doser le tout, pour nous tenir bien attaché jusqu'à la fin du livre. Certains personnages énigmatiques, mettent une petite touche mystérieuse et nous pousse à avancer dans le livre! Un roman à lire, sans hésitation!
Lien : http://lesmilleetunlivreslm...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Carolivra
  20 juin 2019
La Villa de verre est un thriller domestique, psychologique qui repose sur des secrets de famille. On suit deux points de vue dans ce roman: celui d'Angie, à la première personne. Angie est une jeune femme de 21 ans. Elle vient de se marier avec Paul, de quinze ans son aîné. Ils ont eu un petit garçon. Angie est issue d'une très bonne famille. Elle vit sa nouvelle vie de femme au foyer dans le Wisconsin. le second point de vue est celui de Ruby, la nièce de Paul. Elle vient de perdre son père, Henry, qui s'est suicidé. Quant à sa mère, celle-ci semble s'être volatilisée.
Quand Paul apprend la mort de son frère, il se rend au secours de Ruby, demeurée seule, dans l'immense villa de verre de ses parents. Angie et le bébé font partie du voyage mais une fois sur place, les choses ne semblent pas aussi simples qu'elle y paraissent. Paul change d'attitude. Quant à Ruby, elle n'a pas l'air d'être secouée par le drame qui vient de la frapper. Quels secrets recèle-t-elle?
Comme je le disais un peu plus haut, La Villa de verre est avant tout un thriller domestique. Toute l'intrigue se concentre dans cette étrange villa, très moderne pour l'époque et qui donne directement sur la forêt. Une forêt étrange d'ailleurs où Henry s'est suicidé. Quand Angie débarque dans cette maison, elle ressent instantanément un malaise. Pourquoi les journalistes s'acharnent-ils à enquêter? Angie comprend qu'elle ne connaît guère son mari au fond et que son mariage a été peut-être trop précipité.
L'auteur nous balade donc en 1960, dans cette villa. Angie va tenter d'en savoir plus sur Ruby et sur Paul. Qu'ont-ils à cacher? L'intrigue fait aussi des bonds en arrière. Ce sont les moments que j'ai préférés dans le roman. On y suit Henry et Silja, les parents de Ruby, depuis leur rencontre dans les années 40 jusqu'à la mort d'Henry. J'ai vraiment aimé ces moments dans le passé qui permettent d'éclairer l'intrigue et le suicide d'Henry.
Alors c'est sûr: l'intrigue est lente. L'auteur prend le temps de décortiquer la personnalité de chacun des protagonistes et la révélation finale se devine à l'avance mais j'ai aimé découvrir les psychologies troubles de Paul et de Ruby, leur passé mystérieux. J'ai aussi adoré l'ambiance du livre: cette villa au coeur d'une forêt sombre.
« La Villa de verre » est un thriller à l'intrigue classique mais efficace.
Lien : https://carolivre.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   16 novembre 2020
Selon elle, l'enfant qu'elle était alors avait eu la prescience de ce qui attendait sa grand-mère. Granny se sentirait mieux dès l'instant où son souffle chuintant cesserait d'ébranler sa poitrine.
Parfois, médita Ruby, il fallait rendre son dernier soupir pour que tout rentre enfin dans l'ordre.
Commenter  J’apprécie          161
florignyflorigny   09 novembre 2020
Elle appartenait, comme Mikaela, à cette génération de femmes qui avaient transformé la façon dont vivaient, pensaient et travaillaient leurs congénères. Celles qui avaient ouvert le vingtième siècle en fanfare avec leurs idées neuves, leurs projets audacieux : faire des études supérieures ! Obtenir le droit de vote ! Autant de révolutions qui avaient dû choquer leur propres mères. Or, ces révolutions, qui en était le fer de lance ? Les femmes quelconques. Celles au physique ingrat. C'étaient elles qui, de tout temps, avaient déplacé des montagnes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brinvilliersbrinvilliers   12 août 2019
Silja soupira, éperdue de gratitude et de soulagement, et lui répondit aussitôt par V-Mail "Qu'il me tarde de sentir tes bras autour de moi ! Je ne pense qu'à nos retrouvailles".
Une réponse lui fut livrée deux semaines plus tard. Comme Silja dévorait les quelques mots couchés sur la mince feuille de papier, ses mains se mirent à trembler. La vérité commençait à éclore et, pour la première fois, elle entrevit le vrai visage de son avenir avec Henry.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
florignyflorigny   09 novembre 2020
... Shepherd avait exposé à Ruby les bases du quakerisme. Ruby ne connaissait pas grand-chose à la religion, mais le concept de la "Société des Amis" l'avait séduite. S'il lui avait fallu élire une confession, son choix se serait sans doute porté sur celle-ci. Vivre coupé du monde dans une retraite sacrée, sans programme imposé, sans chansons à chanter. Sans personne pour vous dire "assis", ou "debout", sans personne pour vous dicter votre conduite. Ne parler que si on avait quelque chose de pertinent à communiquer, ne déverrouiller ses oreilles que si d'autres partageaient des informations essentielles. Oui, Ruby était sensible à l'attrait de ce mode de vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
jeunejanejeunejane   16 novembre 2020
Mais le convalescent ne semblait pas pressé de rentrer dans la vie active. Il touchait sa pension de vétéran, vingt dollars hebdomadaires qu'il allait chercher tous les lundis à Manhattan ; au-delà de cette démarche, il ne faisait rien pour se trouver un gagne-pain.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Cynthia Swanson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cynthia Swanson
Cynthia Swanson, Local Author
autres livres classés : maccarthysmeVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2678 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre