AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782280342865
384 pages
Éditeur : Mosaic (04/05/2016)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Une nuit, Kitty rêve qu’elle se réveille dans une chambre inconnue. Auprès d’elle, un homme qu’elle ne connaît absolument pas mais qui l’appelle Katharyn, et deux petits enfants qui l’appellent maman mais dont elle ne peut être la mère. Puis la scène s’estompe, Kitty ouvre les yeux et reprend sa vie de célibataire amoureuse des livres et libraire à Denver. Mais le rêve revient. De plus en plus souvent. De plus en plus puissant…

Face au miroir de cett... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
ClaireG
  15 mai 2016
Merci à Babelio et aux éditions Mosaïc pour ce premier roman de Cynthia Swanson.
C'est aussi le premier livre que je reçois. J'aurais aimé être enthousiaste et pleine de reconnaissance dans ma critique mais ce ne sera pas pour cette fois.
Les rêves sont-ils séquentiels ? Ont-ils nécessairement une logique dans leur enchaînement ? Peuvent-ils entraîner un dédoublement de la personnalité, des troubles de la mémoire, un déni de la réalité ?
Kitty/Katharyn vit dans les golden sixties aux USA. Au début, d'accord, mais quand même, ça ne transparaît pas vraiment même si elle fait référence à sa Cadillac, à la voix merveilleuse de Patty Cline et à l'adorable Jacqueline Kennedy à laquelle elle aimerait ressembler. Elle est fille unique de parents merveilleux. Elle a entamé une carrière d'enseignante mais a dû arrêter parce qu'elle ne se souvenait pas du nom de ses élèves. Puis, elle a ouvert une adorable petite librairie avec son amie de toujours. Elles menaient toutes deux une petite vie pépère de célibataires quarantenaires jusqu'à ce que la ligne de transport en commun soit détournée de leur quartier. Moins de passage, moins de clients, moins de raisons de trouver la vie adorable et merveilleuse.
Alors Kitty/Katharyn se met à rêver. Elle rencontre par petite annonce l'homme le plus beau, le plus aimant, le plus intelligent, le plus merveilleux qui soit. Ils se plaisent, ils se marient, ils ont des jumeaux adorables. Des jumeaux ? En fait, non, des triplés. le troisième se cachait derrière les autres, rien n'était prévu pour lui. de plus, il se révèle autiste. Quel rêve merveilleux !
Vite, retournons dans notre adorable petite librairie où il ne se passe pas grand' chose et surtout, pas un mot à notre meilleure amie de ce rêve « étrange et pénétrant » qui poursuit sa vie nuit après nuit malgré notre volonté d'y échapper. Voilà notre Kitty/Katharyn dans tous ses états. Bon, si je vous dis qu'elle habite Denver (Colorado) dans ses deux vies, vous me répondrez qu'il est normal d'être un peu à l'ouest, mais quand même.
Dostoïevski a dit dans « Nuits blanches » que « même les rêves doivent lutter pour survivre ». Nous assistons ici à une parfaite interprétation de cette sentence. Et même à une projection dans le temps, mais pas plus de six mois, n'exagérons pas quand même ! Dommage ! Elle aurait pu prédire l'assassinat de John Kennedy et peut-être l'éviter mais non, elle a laissé le 22/11/63 à Stephen King !
Où est le rêve ? Où est la réalité ? 372 pages de cet acabit alors que l'on fait assez rapidement la part des choses sans vraiment savoir pourquoi ce rêve et jusqu'où ? Où l'auteure veut-elle en venir ? Peut-être n'y ai-je rien compris.
Pas de coeur qui bat la chamade, pas de tremblement en tournant la page.
C'est un premier roman, c'est bien construit et c'est sans doute là que réside le hic : la construction prend le pas sur l'émotion, sur le ressenti. Laissons une chance au suivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
marina53
  27 mai 2016
Un grand merci à Babelio et aux éditions Mosaïc...
1962. À Denver, Katharyn, qui se fait appeler le plus souvent Kitty, jeune célibataire d'une trentaine d'années, tient une librairie, la Sisters' Bookshop, sur Pearl Street, avec son amie, sa soeur de coeur, Frieda, elle aussi célibataire. Malheureusement, le commerce n'est guère florissant, les clients se font rares depuis l'explosion des centres commerciaux en périphérie de la ville et elles ont du mal à payer le loyer. Elles ne perdent toutefois pas espoir et de s'en sortir et de trouver l'âme soeur. Et, ce, malgré quelques échecs essuyés suite à des petites annonces passées dans le journal. Un matin, Kitty se réveille avec le souvenir d'un bien étrange rêve. Elle était mariée à un certain Lars, avait des enfants et vivait confortablement. Un rêve d'autant plus étrange qu'il lui semblait réel. Un rêve qui inlassablement revient toutes les nuits...
Ce roman semble alterner entre deux mondes: celui dans lequel Kitty vit sa vraie vie de libraire célibataire et celui dans lequel elle rêve qu'elle est mariée à Lars. Ce rêve lui semble si réel qu'elle doute elle-même parfois de son caractère imaginaire et imaginé. Cette autre vie, elle s'y plongera de plus en plus et apprendra à s'y fondre, allant jusqu'à ne plus démêler le vrai du faux. Cynthia Swanson nous plonge en plein coeur de l'Amérique des années 50/60 avec ce récit intrigant et habilement construit. Elle sème ici et là quelques éléments ombrageux et intrigants. Un brin nostalgique, dans une ambiance rétro, porté par une écriture douce et sensible, ce roman dresse le portrait d'une femme émouvante qui cherche à trouver sa place. Un roman attachant et troublant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
Kittiwake
  09 mai 2016
Aller au bout de ses rêves…
Kitty est libraire, associée à sa meilleure amie, et tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes si le centre de la ville n'était pas en train de mourir, depuis que les complexes commerciaux périphériques détournent la clientèle, et que le tram qui s'arrêtait près du magasin a été supprimé. Autrement dit les temps sont durs pour les deux jeunes femmes.
Elles sont célibataires, « vieilles filles » (on est dans les années cinquante), et les quelques tentatives de trouver l'âme soeur en utilisant les petites annonces ont échoué, la dernière sur un rendez-vous raté.
Et curieusement cette histoire refait surface via un rêve, de ceux qui laissent des traces au-delà du petit matin, un rêve où le rendez-vous a eu lieu : Kitty est mariée à cet homme qui l'appelle Katharyn et est mère de petit enfants tout blonds. Une sorte de vie fantasmée, avec cette conscience que l'on peut avoir d'être en train de rêver.
Il n'empêche que ce rêve la perturbe, d'autant qu'il devient récurrent et inéluctable : pas moyen de s'assoupir sans se retrouver dans ce monde décalé de quelques mois.
Ce pourrait être un refuge confortable, si peu à peu cette vie idéale ne laissait apparaître ses failles et que le bonheur tranquille apparent ne cachait pas de sombres malheurs.

L'intrigue est bien construite, même si le fin mot de l'affaire se laisse deviner assez rapidement, mais peu importe, l'auteur sait alimenter le suspense en créant des zones d'ombres dans le récit, et en dévoilant peu à peu le mystère, comme un puzzle dont les pièces maitresses se mettent progressivement en place.
Un autre atout du roman est bien sûr le cadre de la librairie, prétexte pour parler de littérature, et particulièrement des auteurs américains des année cinquante, Katherine Ann Porter et La nef des fous, alors que Henry James a publié Portrait de femme et que Steinbeck vient de publier L'hiver de notre mécontentement. Autant de titres qui donnent envie de lire ou de relire.
Il est peu probable que ce roman fasse date dans ma mémoire, mais dans les mains d'un bon réalisateur, on imagine sans peine une adaptation ciné (pourquoi pas Renée Zellweger dans le rôle de Kitty et Colin Firth en Lars?)
Merci à Babelio et aux éditions Mosaïc pour leur confiance .
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
iris29
  31 mai 2017
Que feriez-vous si vous vous réveilliez dans une maison inconnue, si dans cette maison, vous aviez deux enfants et un mari qui vous appelait Katharyn ?
C'est ce qui arrive à Kitty , de plus en plus souvent .
Dans la vraie vie, c'est une célibataire de trente -huit ans , qui vit avec son chat dans un petit appartement ; elle est associée dans une librairie à sa meilleure amis Frieda .
Dans la vie rêvée, elle s'occupe de ses enfants , son mari est architecte , elle vit dans une maison et ne voit plus Frieda .
Dans les années 6o, à Denver aux USA , on ne peut faire plus différent et pourtant , on dirait bien que Kitty et Katharyn ne sont qu'une et même personne . Alors quelle est la vraie vie ? ...
Le lecteur doute , les frontières sont poreuses, le miroir troublant ...
Et on y croit .
Aux deux vies , complétement !
C'est un premier roman plein de charme et de nostalgie pour une Amérique qui n'est plus .
Alternant les jeux de miroir , aucune des deux vies n'est mieux qu'une autre, Cynthia Swanson fait preuve de respect pour chaque choix . La raison des deux vies est révélée vers la fin et m'a beaucoup touchée pour des raisons personnelles , j'ajoute qu'elle est parfaitement crédible...
Un premier roman élégant , tendre et légèrement mystérieux .
Cela ferait un très joli film avec un très beau rôle d'actrice ... ( Un rôle à récompense ).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4411
Ziliz
  09 mai 2016
Début des années 60, USA.
D'un côté, Kitty, libraire associée à une amie, et 'vieille fille' (sic) - autres temps, autres moeurs, à trente-huit ans, c'était fichu pour vous.
D'un autre côté, Katharyn. En fait c'est Kitty, la même, même âge, mais elle mène une toute autre vie avec mari attentionné et jeunes enfants superbes. Futile (au début), fashion victim, elle rêve d'être aussi élégante que Jackie Kennedy. Je me vois bien avoir pour principale préoccupation de m'habiller comme C. Bruni ou J. Gayet, mais passons...
C'est quoi ce bazar ? Comment la même personne peut-elle avoir deux vies si différentes, en même temps ? Au début, l'auteur donne l'explication d'un rêve. La « vraie vie » serait celle de Kitty, qui rêverait la nuit de celle qu'elle aurait pu avoir si elle avait épousé l'homme terriblement séduisant qu'elle aurait pu rencontrer si, etc.
Il faut de la patience pour venir à bout de ce livre - je n'en ai guère. Le récit est long, lent, dense, plein de répétitions (volontaires). On tourne en rond, on n'avance pas, Katharyn/Kitty ressasse indéfiniment les mêmes questions. J'ai eu le temps de décrocher x fois, de me demander x fois laquelle de ces deux vies je préférerais - je suppose que c'est l'un des buts de l'auteur - et surtout pourquoi je lisais des bouquins si c'était pour m'y ennuyer autant.
Le début m'a rappelé 'La vie d'une autre' de Frédérique Deghelt et 'Avant d'aller dormir' de SJ Watson, dont les intrigues ont le mérite de décoller. Ici, on n'entrevoit l'explication que trente pages avant la fin, à moins d'être ultra-perspicace et habitué à ce genre de thriller ?
Pour finir sur des notes positives : j'ai aimé le côté vintage et le fait que deux protagonistes soient libraires. A part ça, je me suis copieusement barbée.
Les autres lecteurs sont enthousiastes, sauf Promenonsnousdansleslivres qui a abandonné à mi-parcours (je t'ai enviée d'avoir eu ce courage, tu sais ! ;-)).
• Merci à Babelio et aux éditions Mosaïc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          379

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
ClaireGClaireG   15 mai 2016
Malgré tout, dans cette vie-là, il est indéniable que je me suis comme précipitée au fond d'un trou. Et dans ce trou, il y a ma culpabilité envers l'état de Michael [son fils autiste], le choc d'avoir vraisemblablement perdu Frieda [sa meilleure amie] pour toujours et, bien sûr, le désespoir de ne plus avoir mes parents.

p. 314
Commenter  J’apprécie          240
celdadouceldadou   10 mai 2016
Au fil des ans,j'ai découvert peu à peu que le fait de ne pas être mariée me donne ,tout comme à Frieda,une liberté et une singularité que les femmes de notre âge ne possèdent pas. Un peu comme un collier original qui attirerait l'œil dans la vitrine d'un bijoutier,avec ses perles multicolores
Commenter  J’apprécie          230
marina53marina53   27 mai 2016
Je pense brusquement à ce que signifie le fait de vieillir. Cela signifie que les êtres aimés de votre jeunesse se transforment en photos sur un mur, en mots dans une histoire, en souvenirs dans un cœur.
Commenter  J’apprécie          270
KittiwakeKittiwake   06 mai 2016
Mes périples nocturnes tendent plutôt vers le fantastique, avec des rêves qui bouleversent toute notion conventionnelle d'espace et de temps. Je pense que c'est à cause de tous ces livres que je lis.
Commenter  J’apprécie          230
iris29iris29   02 juin 2017
A plusieurs reprises, j'ai assisté à des enterrements, présenté mes condoléances, envoyé des cartes de soutien. Mais je n'avais pas vraiment pensé au chagrin des autres. Je pouvais rentrer chez moi et m'effondrer ; je pouvais pleurer toutes les larmes de mon corps, aussi longtemps que je le voulais. Je n'avais pas à me retenir pour autrui.
Commenter  J’apprécie          131

Video de Cynthia Swanson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cynthia Swanson
Cynthia Swanson, Local Author
autres livres classés : rêvesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Cynthia Swanson (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
325 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre