AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782849504840
Éditeur : (01/09/2015)
Résumé :
Il y a vingt ans, les Marches contre le chômage, la précarité et les exclusions sillonnaient toute la France. Chô-meur·ses, précaires, sans domicile, salarié·es, Immigré·es et Français·es, se retrouvaient ensemble dans une action unitaire qui rassemblait la plupart des associations de lutte contre le chômage et de nombreux syndicalistes : les Marches d’Agir ensemble contre le chômage ! (AC !).
Exigence d’un droit à l’emploi pour toutes et to... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
de
  24 septembre 2015
Nous avons la rage au coeur, parce que nous avons le goût du bonheur
« Il y a vingt ans, les Marches contre le chômage, la précarité et les exclusions sillonnaient toute la France. Chô-meur·ses, précaires, sans domicile, salarié·es, Immigré·es et Français·es, se retrouvaient ensemble dans une action unitaire qui rassemblait la plupart des associations de lutte contre le chômage et de nombreux syndicalistes : les Marches d'Agir ensemble contre le chômage ! (AC !).
Exigence d'un droit à l'emploi pour toutes et tous au travers d'une réduction du temps de travail massive (à 32 heures dans un premier temps) avec maintien du pouvoir d'achat, exigence d'un droit au revenu et de transports gratuits, telles étaient les principales revendications des marcheurs. L'unité entre les salariés et les chômeurs était une préoccupation centrale. Les occupations d'ANPE, d'Assedic, les réquisitions de richesses dans des supermarchés, les réquisitions d'emplois dans des entreprises et des services publics, les occupations de logements ou de locaux vacants, ont été les modalités d'action les plus médiatisées et spectaculaires. Dans le prolongement des Marches de 1994, des Marches européennes ont été lancées, à partir de 1996, dans différents pays de l'Union européenne… Des formes de lutte, des perspectives nouvelles ont alors émergé, qui restent toujours d'une grande actualité ».
Les différent-e-s auteur-e-s reviennent sur la création d'AC (Agir contre le chômage), à laquelle participaient toutes les associations de chômeurs et de lutte contre les exclusions, des syndicalistes de la gauche syndicale, issus principalement des oppositionnels au sein de la CFDT, de la FSU, de Sud-PTT, du SNUI (devenu par la suite Solidaires Finances publiques), de la CNT. Elles et ils parlent des Marches, tirent des bilans, soulignent des acquis de ces expériences et en analysent les insuffisances.
Fédération des initiatives, recherche d'unification des chômeurs/chômeuses et des salarié-e-s, assumer une dimension d'utopie avec « un projet « politique » au sens fort »…
Les auteur-e-s insistent, entre autres, sur le rapport au temps, « le rapport au temps dans le quotidien, cela paraît comme non politique, alors qu'en fait c'est très politique », la réduction du temps de travail, « C'est d'abord une logique : mettre tout le travail en commun et le partager » ou « Nous revendiquions les 32 heures, et c'était il y a près de vingt ans », la mobilisation des chômeurs et des chômeuses, le smic au minimum pour toutes et tous, l'indemnisation « correcte » de tou-te-s les chômeurs/chômeuses, le droit à l'emploi et à un revenu décent, « Un emploi c'est un droit, un revenu c'est un dû », les subventions à l'innovation sociales la richesse de l'en dehors du travail, le potentiel d'unité des couches sociales, l'endiguement de « la montée du Front national et de ses idées xénophobes »…
Rôle de la revue Collectif, des coordinations, « mouvement pluraliste, coordinateur, ouvert », des Marches… « réunifier toutes les catégories de salariés, chômeurs, employés, retraités, jeunes, et de nous retrouver tous ensemble dans un même espace de réflexion et d'action »
Des débats, des bilans, et l'actualité de la garantie de revenu et de la continuité des droits sociaux pour toutes et tous.
Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
dede   24 septembre 2015
Exigence d’un droit à l’emploi pour toutes et tous au travers d’une réduction du temps de travail massive (à 32 heures dans un premier temps) avec maintien du pouvoir d’achat, exigence d’un droit au revenu et de transports gratuits, telles étaient les principales revendications des marcheurs. L’unité entre les salariés et les chômeurs était une préoccupation centrale. Les occupations d’ANPE, d’Assedic, les réquisitions de richesses dans des supermarchés, les réquisitions d’emplois dans des entreprises et des services publics, les occupations de logements ou de locaux vacants, ont été les modalités d’action les plus médiatisées et spectaculaires. Dans le prolongement des Marches de 1994, des Marches européennes ont été lancées, à partir de 1996, dans différents pays de l’Union européenne… Des formes de lutte, des perspectives nouvelles ont alors émergé, qui restent toujours d’une grande actualité
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dede   24 septembre 2015
réunifier toutes les catégories de salariés, chômeurs, employés, retraités, jeunes, et de nous retrouver tous ensemble dans un même espace de réflexion et d’action
Commenter  J’apprécie          00
dede   24 septembre 2015
Nous revendiquions les 32 heures, et c’était il y a près de vingt ans
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Syllepse (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Syllepse
"C’est dingue. On était bien tranquilles à vaquer à nos occupations, à concocter des libelles, petits et gros, pour explorer les mémoires, redéfinir les contours d’une utopie concrète, interroger le quotidien, moissonner la « gerbe des possibles » et aller au-delà du possible, transgresser la frontière de la « fin de l’histoire » que certains ont cru pouvoir tracer sur les ruines des révolutions trahies et des utopies défaites… Bref la routine… Et paf, le spectre remet le couvert. Peut pas se contenter de hanter les esprits, il faut en plus qu’il nous fasse encore un coup un p’tit coucou pour se rappeler à not’ bon souvenir. Mais qui c’est donksé ? « M’enfin, ne m’dîtes pas que vous savez pas de koikoncause ! », Vous savez bien, dit Zazie métro-boulot-dodo, cé des « zévénements », d’la grève générale, du rouge qui fait peur aux bêtes à cornes, du noir de la chienlit. MAI-SOI-SSANTE-HUIT !, que j’vous dit. Vous z’imaginez ? Le réalisme, c’était de demander l’impossible… À défaut de grand soir, il est temps de penser les petits matins. C’est parti, les pavés de papier vont découvrir les plages où la dialectique pourrait bien un jour, malgré tout, casser les briques. Alors voilà le programme des éditions Syllepse pour le cinquantenaire de Mai 68. Faites en bon usage ! Des livres pour explorer ce mystérieux slogan que l’on pouvait lire sur les murs de la sorbonne : « Assez d’actes, des mots ! »"
+ Lire la suite
autres livres classés : chômageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Récits de voyage

Lancée en 1931 par André Citroën, cette expédition qui se déroule du 4 avril 1931 au 12 février 1932 fut l'un des raids automobiles parmi les plus audacieux du siècle dernier : relier Beyrouth à Pékin en suivant l'ancienne route de la soie par l'Himalaya avec des autochenilles. Divisée en deux groupes, l'un partant de Beyrouth, l'autre de Pékin :

La Voie cruelle
La Croisière Jaune
Voyage autour du monde

10 questions
105 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre