AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782878583403
317 pages
Viviane Hamy (20/01/2011)
3.46/5   136 notes
Résumé :
Florian Vidal, avocat spécialisé dans les contrats d’armement et les relations franco-africaines, a été assassiné de manière effroyable : brûlé vif aux abords d’une piscine, un pneu enflammé autour du cou, les mains menottées.
C’est l’Afrique en plein cœur de Colombes, patron. Les connaisseurs appellent ça le supplice du Père Lebrun. Une technique en vogue à Haïti du temps des tontons macoutes.
La coutume est sans doute née à Soweto où elle était, entr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
3,46

sur 136 notes

jeandubus
  20 avril 2014
Guerre sale
Prix des lectrices de « Elle », sélectionné pour le prix des lecteurs du point, cette « guerre sale » est un gros navet, mal écrit, vulgaire et sous informé.
Il y a les laborieux qui s'astreignent à décrire les personnages du genre « elle était petite, nerveuse râblée, les cheveux courts et drus, les yeux de mer normande, elle était vêtue d'un jeans et d'un pull framboise, et des converse bleues »
Il y a Dominique Sylvain qui a la folie furieuse des noms et qui écume l'annuaire pour identifier tout le monde y compris les gens sans importance pour son récit et qui apparaissent même (Hubert Malick, Michael Estéban…) dans les dernières pages. C'est extrêmement pénible à lire même pour rire.
Quand une des héroïnes s'appelle Ingrid on pense aux inconnus et on a envie de lui demander « Ingrid est-ce que tu baises ? » En plus ce n'est pas Ingrid Bergman c'est Ingrid Diesel. Assez rare au point que lorsqu'elle veut s'inscrire dans une secte sous un nom d'emprunt elle se fait appeler Claude Françoise. (Comme le chanteur ? lui répond-on)
Donc on a une série illimitée de noms improbables, Sébastien Ménard, Adeline Ernaux, Jacqueline Martin (voir plus haut Claude Françoise) Luce Chereaux, Arnaud Mars, Sacha Deguin et Garcia et Texier et Truc et Machin. Sans parler de ce Michael Estéban qui avec une conjugaison pareille d'anglais et d'espagnol pourrait prétendre être ambassadeur de France en Afrique) Mdr
Tout ça pour ne rien dire. Ne pas traiter du sujet de la françafrique. (En même temps à Metz on est pas vraiment en France de l'Intérieur) et broder un « Nous deux » niais et lassant qui n'a rien à voir de près ou de loin avec une guerre sale. Imposture totale.
Quel Ministre a financé sa campagne présidentielle dans les vingt dernières années avec des rétros commissions ? M. Candichard ou M. Balladur dit "couille molle" ? Pourquoi dissimuler si on veut dénoncer ? Parce qu'on s'en fout tout simplement.
En fait ce non livre ne parle de rien et s'étale dans la niaiserie et les contresens, sans parler des fautes d'orthographe et de syntaxe. Les zeugmas s'accumulent dans ce texte désarticulé où l'idée récurrente est de noyer le lecteur dans des impasses que la fin burlesque et invraisemblable pour ne pas dire pire (C'est vraiment une faute du débutant, un interdit de la littérature policière qu'on ne peut se permettre qu'une seule fois) désespère.
Page 228
- Les tornades n'aiment que les allers simples
- C'est de Cocteau ?
- Non
C'est du Dominique Sylvain journaliste Lorraine qui connait si bien Paris qu'elle décide de se rendre passage Brady pour déguster une blanquette de veau attirée dans le coin par les vapeurs olfactives ( Sic)
Bien évidemment chacun sait que ce passage est réservé et prisé par tous les amateurs de cuisine indienne et que le parfum des épices se répand jusque dans la rue du faubourg Saint Denis.
Nul Sale 2 (Cf. les bronzés)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
Ancolie
  03 septembre 2012
A la recherche d'un bon policier à lire, je suis tombée sur ce roman. J'avais envie de sortir des sentiers battus, de découvrir un auteur dont je ne connaissais rien. Bien m'en a pris : j'ai passé un très bon moment.
L'écriture est efficace et surtout, les personnages sont truculents. Bien dessinés, on s'attache très vite aux protagonistes de l'histoire. Tous ont leurs propres manies, leurs propres caractéristiques. On a hâte de les retrouver en ouvrant le livre.
L'intrigue quant à elle est classique, l'auteur prend son temps pour nous distiller les indices et nous mener à la résolution de l'intrigue.
L'originalité vient de l'existence de deux groupes d'enquêteurs : l'officiel et l'officieux.
Un avocat lié au commerce des armes est retrouvé mort dans des circonstances particulières qui rappellent l'assassinat d'un inspecteur de police d'origine africaine, Toussaint. Une équipe de la criminelle est chargée de l'enquête (le groupe officiel) et l'ancienne chef de Toussaint, maintenant retraitée, accompagnée d'une amie, s'attable également à trouver le coupable (le groupe officieux). Avoir deux groupes d'enquêteurs donne du rythme à la lecture.
Vers le milieu du livre, tout s'accélère. Les enquêteurs se trouvent piégés, les hautes sphères se mêlent de l'enquête… et tout cela avec un brin d'humour.
C'est cynique et bien mené, des qualités que j'apprécie particulièrement dans un roman policier. A l'occasion, je lirai d'autres titres de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
carre
  12 mars 2012
Le dernier Dominique Sylvain nous permet de retrouver les deux héroines qui font le plaisir de ces lecteurs depuis "Passage du désir", mais cette fois-ci le ton du roman est plus sombre moins dans la caricature, en donnant plus d'importance au capitaine Sacha Duguin, l'intrigue gagne en épaisseur et en crédibilité. de plus la fin nous laisse augurée d'une suite, que l'on attend avec impatience. Dominique Sylvain publiée par Viviane Hamy (comme Fred Vargas) montre qu'elle est indiscutablement une des valeurs sur du polar français.
Commenter  J’apprécie          130
PierreF
  01 mars 2011
le contexte de ce roman est dur, noir et sans concession. Ceux qui s'attendent à un roman policier classique ne seront pas déçus, au sens où l'enquête avance au rythme des interrogatoires et des indices éparpillés ça et là, mais ils auront en plus ce contexte si particulier lié aux ventes d'armes. Arrêtez d'être naïfs, la fabrication d'armes est une activité importante dans le PNB des pays riches, et où il faut bien des intermédiaires qui ont les bonnes relations pour vendre plus et mieux. Dégueulasse, non ? Mais c'est la réalité !
Au-delà du contexte, le style est direct. Quel punch ! Quelle brutalité parfois ! J'ai vraiment été surpris au départ, tant les phrases sont directes, sans fioritures. Cela donne une force au propos, mais aussi une impression que l'on vous assène des coups de poing. C'est un style violent, direct, acéré, que j'ai trouvé très agréable à lire. Et bien que je l'aie lu dans une période où je n'aie pas eu beaucoup de temps à consacrer à la lecture, le livre me faisait des clins d'oeil quand je l'ouvrais.
Et puis, il a les personnages. Ils sont FORMIDABLES ! Il y a Sacha, enquêteur rigoureux et professionnel, poussé par sa hiérarchie, son chef qui fait partie des incorruptibles. Lola, fantastique femme que j'imagine de petite taille, toute en nerfs, en détermination, aidée en cela par le porto qu'elle boit comme du petit lait. Elle a un désir de résoudre cette affaire car c'est ce qui l'a poussée à démissionner, mais elle est aussi fidèle à Toussaint, son ancien ami, à qui elle veut donner une justice. Et puis, il y a Ingrid, cette américaine, qui est le trait d'humour de cette histoire, qui apprend le français en le parlant, se trompant toujours de mot quand elle utilise des expressions françaises.
Bien que ce roman ne soit pas leur première enquête, vous pouvez commencer celui-ci sans pour autant avoir lu les autres, puisque les informations nécessaires à comprendre les personnages sont distillées par petites touches au début du roman. Tout ce petit et complexe mélange fonctionne à plein régime. On a une impression de vitesse, d'urgence. Nos trois protagonistes tentent de surnager dans une piscine noire, cynique, inhumaine.
Lien : http://black-novel.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
MarieC
  27 février 2012
Avec ce dernier roman, Dominique Sylvain arrive, à mon avis, au sommet de son art, tant au niveau des personnages que de l'intrigue.
Les personnages sont pour l'essentiel ceux des précédents romans.
Les deux enquêteuses, amateurs mais récurrentes, Lola Jost et Ingrid Diesel, toujours pittoresques et indissociables de leur quartier de Paris, humain et chaleureux. Un vrai plaisir de les retrouver, égales à elle même mais bénéficiant, du moins dans la mémoire du lecteur qui a suivi leurs précédentes aventures, de toute l'épaisseur d'un passé qui s'est étoffé au fil des romans. Autour de l'ex-commissaire et de l'américaine gravitent, outre les bonnes odeurs du restaurant "Aux belles de jour comme de nuit", un dalmatien nommé Sigmund, un patron de boite de strip tease... En contrepoint, revient en tant que personnage principal, le commandant de police Sacha Duguin, toujours amoureux d'Ingrid, sérieux et irréprochable malgré des problèmes avec son équipe et avec le peintre qui refait son appartement. Cette multitude de personnages colorés, encore égayée par la créativité avec laquelle Ingrid réinvente la langue française, évolue en dialogues à la fois légers et graves, mais toujours percutants.
Au delà de cette ambiance chaleureuse, le propos est grave : pots de vin, assassinats politiques, magouilles et corruption sur fond de Francafrique. L'intrigue est construite à la perfection : l'auteur tire les nombreuses ficelles d'une histoire complexe avec rigueur et nous étonne de bout en bout. Je ne vous parlerai bien sûr pas beaucoup du dénouement, mais sachez que la fin est à la fois terrible et très ouverte. Dominique Sylvain annonce un second volume de ce récit qu'elle conçoit comme une trilogie, qui serait cette fois un thriller avec pour héroïne la policière Emmanuelle Carle. On a hâte d'y être !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (1)
Lexpress   30 novembre 2011
Attentive au réalisme, [Dominique Sylvain] sait faire pétiller l'anecdote, se débarrasser de la documentation pour retrouver le plaisir de l'histoire.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
jeandubusjeandubus   21 avril 2014
…Ils pénétraient avec Sigmund dans le petit restaurant du passage Brady. Il était à peine plus de dix heures mais quelques habitués étaient déjà réunis autour de la promesse olfactive d’une blanquette de veau…

Aucune infraction n’avait été commise au domicile de Vidal (…) ou dans ses locaux professionnels…

Elle ne sortira pas d’ici avant d’avoir racler ses souvenirs

L’homme parlait d’un ton monocorde. Et semblait aux commandes de deux cerveaux : le premier récitait le texte bien huilé, le second étudiait l’adversaire.

Quant à Carle elle évoquait un croisement entre le dalaï-Lama et Buster Keaton.

Attifée à l’as de pique, somptueuse mais mélancolique, Ingrid….

Ah, capitaine Carle tu es du cuir le plus coriace, celui dont on fait les valises sans poignets ….

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AncolieAncolie   03 septembre 2012
Quant à moi, je ne suis plus qu'une vieille chose, une mémé gorille avant l'hiver. Le dernier wagon du cirque ambulant m'est passé sous le nez, mais je ne m'en suis pas aperçue. Assez de singeries, il faut rentrer au bercail, enfiler ses charentaises, passer sa robe de chambre molletonnée et oublier le monde. Et avec un peu de chance, le monde et ses reproches m'oublieront aussi. Mais rien de moins sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
emi13emi13   20 septembre 2015
L’homme parlait d’un ton monocorde, et semblait aux commandes de deux cerveaux.
Commenter  J’apprécie          100
meknes56meknes56   16 novembre 2019
La caste des hauts fonctionnaires a remplacé la noblesse de Louis XIV, en reprenant les mêmes mauvaises habitudes. On dépense sans compter, on ne se remet jamais en question et on gouverne de haut.
Commenter  J’apprécie          20
gridougridou   17 juin 2011
On apprend de ses erreurs. L'affaire était entendu. Mais qu'apprend-on de la trahison?
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Dominique Sylvain (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Sylvain
Trois libraires nous parlent de "Mousson froide" de Dominique Sylvain. Merci à Éric, de la librairie La Tache noire, Brice, de la librairie L'Étagère et Jérôme, de la librairie Entrée livres, pour leur soutien.
~~~
Séoul, 1997. Un gangster accomplit une vengeance sanglante. Montréal, 2022. Mark, un flic d'origine coréenne, Jade et Jindo, son labrador à l'odorat affûté, spécialisé dans la détection de mémoires électroniques, enquêtent sur un réseau pédopornographique. Alors que les premiers coupables de cette sombre affaire tombent, un mystérieux tueur ensanglante l'hiver montréalais. L'homme, insaisissable, redoutable, a croupi plus de deux décennies dans une prison coréenne. À peine libéré, il monte dans un avion, destination le Québec, déterminé à prendre la revanche qu'il fomente depuis des années. Dans la ville enneigée, l'assassin poursuit son passé…
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2238 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..