AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782878585995
330 pages
Éditeur : Viviane Hamy (29/01/2015)

Note moyenne : 3.18/5 (sur 89 notes)
Résumé :
Avec ce nouveau roman et ses nouveaux personnages Bastien Carat – commandant à la tête d’un groupe de policiers fortement déstabilisé – et Franka Kehlmann – une jeune recrue arrivée de la Financière, protégée de la divisionnaire –, Dominique Sylvain nous plonge dans un thriller psychologique, sous très forte tension.

Le corps d’une femme est retrouvé dans la cave d’un immeuble en chantier. Ligotée, tout indique qu’elle a été sauvagement torturée, la v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
SMadJ
  02 juillet 2015
L'Archange du K.O ?
En voilà un roman atypique. Dominique Sylvain ne choisit pas la facilité. Qu'elle en soit remerciée.
Une construction déstructurée qui pourra en rebuter plus d'un mais qui constitue un excellent contrepied à ce qui semble être une affaire classique de tueur en série.
Et pourtant classique ce roman ne l'est pas. Dominique Sylvain s'ingénie à dynamiter les codes du genre et à casser les structures de la narration du roman policier. Elle ne lui fait pas de cadeaux au polar, des coups de boule au plexus qu'elle lui met.
Alors certes l'intrigue n'est pas simple à suivre et il faudra s'accrocher aux changements de scènes, de protagonistes, de temporalité. Mais c'est un délice si on se laisse embarquer sur le dos de l'auteur.
Les personnages sont originaux, aux caractères bien trempés. Ici aussi, le travail sur les personnages est très intéressant. Ce n'est pas une équipe de flics soudée que l'on retrouve ici. Non. Dominique Sylvain nous fait une autre proposition.
Une équipe de police qui se désagrège et dont les membres ne s'apprécient plus voire se détestent. C'est assez rare pour être souligné et on en appréciera la fraîcheur.
L'écriture est sèche, rêche, brute. Comme des cailloux dans la bouche. de petites écorchures au palais qui trouveront leur baume à mesure que le lecteur s'approchera du dénouement.
Des dénouements pourrait-on dire car une fois l'intrigue résolue et l'enquête bouclée, Dominique Sylvain choisit de repartir sur un ultime rebondissement. Aaargh non !
Vous l'aurez compris, l'auteur de cette chronique ne la juge pas utile.
C'est comme si tu venais de finir la construction d'un somptueux château de sable avec tours et pont-levis, que toute la plage t'envie et qu'un chien sortant de l'eau venait s'ébrouer à proximité et se rouler dessus pour se sécher, te fracassant toutes ces longues heures de dur labeur et de création intensive... le rustre !
On pinaillera donc sur cette deuxième fin grand-guignolesque, déjà-vu et déjà-lu ailleurs. Mais pourquoi ???
Et c'est pour cela que ce bouquin passe près d'un gros 4 mérité. Oui, la vie est injuste...
J'attends évidemment vos avis pour en discuter. Et quoiqu'il arrive, Dominique et moi, c'est le début d'une grande histoire ;-)

Lien : http://cestcontagieux.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4513
Tostaky61
  22 février 2015
Connaissez vous Dominique Sylvain ?
Moi, non. Alors, quand les éditions Viviane Hamy et Babélio, que je remercie, m'ont adressé L'archange du chaos, je mes suis réjouis de sa découverte.
Un cadavre mutilé est découvert dans le sous sol d'un immeuble en chantier. Jusque là, rien d'exceptionnel dans un polar, me direz-vous.
Dans l'archange, il y a donc des meurtres, des coupables en puissances et des policiers tous aussi tourmentés, et d'autres personnages au comportements non moins étranges qui gravitent autour.
Que l'idée de base n'ait rien d'originale passe encore, nombre de thriller commencent ainsi. Que l'écrivain ait du talent pour l'action et le suspens ne fait pas de doute non plus.
Mais c'est bien dans son scénario que le bât blesse.
Quand il y a assassinat, il faut coupable.
L'auteure multiplie les pistes et nous embrouille.
Y-a-t-il un lien entre les victimes ?
Et au moment ou l'histoire s'emballe, ou tout s'accélère , ou l'on sent monter la tension, ça part dans tous les sens, et c'est là que l'auteure décide de multiplier les clichés, et... trop c'est trop.
Quel dommage d'avoir négligé certaines explications pour précipiter les choses et donner l'impression d'une fin dans l'urgence. Il y a des questions sans réelles réponses.
j'ai occulté la partie religion et obscurantisme de ce récit parce que Dominique Sylvain n'a pas réussie à me convaincre... (certes elle à du talent pour décrire les âmes tourmentées et les esprits dérangés, mais, ce qui me gêne, c'est que tous les protagonistes soient... bizarres...) peut-être suis-je tout simplement passé à côté de ce roman.
Habitué des polars et autres séries télé du même style, quelle déception de retrouver tous ces clichés dans un même roman. Et l'écrivain n'a même pas l'excuses d'un premier livre.
Bref, je dirais , un bon polar pour les amateurs, mais pas pour les inconditionnels.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          357
kuroineko
  14 novembre 2018
L'archange du chaos m'attirait beaucoup par son titre évocateur et par un des thèmes abordés.
On fait ici connaissance avec le commandant Bastien Carat, à la tête d'un groupe policier de la Criminelle, et d'une nouvelle recrue, issue de la Brigade Financière, Franka Kehlmann. Celle-ci doit veiller sur son petit frère qui, quoi qu'adulte, a des agissements souvent problématiques.
Un cadavre de femme est retrouvé, portant traces de mutilation singulière. D'autres suivront.
J'avais beaucoup aimé Baka! avec le personnage haut en couleur de Louise Morvan. Dans L'archange du chaos, le ton est nettement moins léger. Carat et compagnie se montrent beaucoup plus sombres et tourmentés.
Quant à l'intrigue, Dominique Sylvain met en avant une pratique qui eut cours au Moyen Age, l'ordalie, le jugement de Dieu. Les aspects religieux, plutôt obscures, obscurantistes même, auraient sans doute nécessité un peu plus d'éclaircissements.
Nonobstant ce léger bémol, le roman est très prenant. le suspense est bien maîtrisé et la personnalité des protagonistes amenée avec efficacité. J'ignore s'il s'agit du premier opus d'une nouvelle série autour de Carat et de Kehlmann. Je l'espère car il reste des zones d'ombre dans ces personnages. J'aurais grand plaisir à les retrouver dans d'autres enquêtes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
gruz
  05 mars 2015
Dominique Sylvain est une valeur sure du polar à la française. Quand on annonce son nouveau roman comme une incursion dans le monde du thriller, ça ne peut que titiller la curiosité.
C'est exact, le sujet peut s'apparenter au thriller. Ça n'a cependant pas empêché l'auteure de le traiter comme un polar, dans la forme comme dans le ton.
Mon enthousiasme initial a cependant été douché et je dois admettre que je n'ai malheureusement pas adhéré à cette lecture.
Tentatives d'explication : une intrigue qui n'apporte pas grand chose de neuf et une manière de la raconter qui ne convient pas au lecteur que je suis.
Là où j'aime voir un auteur prendre son temps pour développer l'ambiance de son récit et faire monter la tension, j'ai constaté que Dominique Sylvain avait pris le parti inverse. Peu d'explications, des scènes qui sont lâchées de manière abrupte au lecteur avec un trop grand manque de liant entre elles à mon goût.
Cette volonté de ne pas développer certaines parties de l'histoire et de les balayer d'un trait de plume est assez déstabilisante et n'a, pour moi, pas aidé à la crédibilité de l'intrigue. Je vois le thriller comme un puzzle, avec des pièces qui s'emboîtent au fur est à mesure. Je n'ai pas ressenti cet enchaînement logique ici.
L'auteure a un style vraiment singulier, c'est clair, et elle fait le choix de privilégier les acteurs à l'histoire. A coups de dialogues très typés et d'un rythme nerveux, les personnages sont mis en avant, mais bien peu de descriptions nous aident à les comprendre (et certains sont à peine ébauchés).
Ce parti-pris aura eu raison de mon intérêt pour le roman (et la fin n'a rien rattrapé, me concernant). Clairement cet Archange du chaos est une déception pour moi. Cette lecture ne m'aura pas parlé, la rencontre ne s'est pas faite.
Pour d'autres, la sauce a pris, à votre tour de vous faire votre opinion. Je vous invite à aller lire la très intéressante chronique du site Cannibales Lecteurs, qui a une toute autre perception de cette lecture.
Merci à Babelio et aux Editions Viviane Hamy pour ce partage de lecture.
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
chevalierortega33
  21 février 2015
Alors que les autres romans de Dominique Sylvain affichent une certaine légèreté dans la narration et dans les personnages -on se rappelle de l'improbable Ingrid Diesel - ici elle nous entraîne dans la noirceur mystique et apocalyptique, aux couleurs des bas-fonds. C'est à se demander s'il ne s'agit pas d'une mode actuellement car après Chattam La patience du diable » et « Que ta volonté soit faite ») et Giébel Satan était un ange ») cette auteure nous invite à traquer « le mal » rédempteur dans un univers glauque à souhait. Une galerie de personnages importante où l'on risque quelque fois de se perdre entre le bons (les flics : le vieux briscard et sa nouvelle partenaire débutante) et les méchants (les autres bien sûr), ceux-là en très grand nombre et en plusieurs clans. Ne pas oublier aussi les anciens bons fonctionnant en mode méchant en raison de leurs penchants répréhensibles et de leurs vieux démons. Une intrigue dense et pleine de rebondissements servie par un style efficace, rythmée par l'actualité cataclysmique de notre planète (Fukushima, grippe aviaire et autre cyclones) et quelques chapitres isolés, sans narrateur ni action et que l'on attribue au « mal », celui-là même qui fait se succéder le soin à la torture, la biafine à la brulure. On y redécouvre aussi les pratiques moyenâgeuses de l'ordalie (le jugement de Dieu) et toutes ces références bibliques. le titre est évocateur et approprié à ce volume de 330 pages, sans aucune longueur, sans aucun temps mort, où les héros sont malmenés juste comme on aime. Bref un très bon polar français, limite thriller, pour lequel en dire plus serait inconvenant et un réel manque de respect pour les lecteurs avides de sensations, la 4ième de couverture étant suffisante.
Je remercie Babélio et les éditions Viviane Hamy de m'avoir permis de découvrir ce nouveau roman de Dominique Sylvain et constater à cette occasion que j'avais fait l'impasse impardonnable sur « ombres et soleil » que je vais m'empresser de combler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          214

Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
lyokolyoko   14 février 2015
"- On a beaucoup perdu en abandonnant le polythéisme. Les dieux de la Nature faisaient de très bons juges. Et puis prier un dieu pour chaque occassion de la vie quotidienne, chaque humble préoccupation - une bonne moisson, la naissance d'un héritier, la santé pour sa tribu -, était plus intelligent et utile que l'adulation d'un seul démiurge héritier de la Vérité. Car qui croit la détenir apprécie de l'imposer.
- Le monothéisme ou l'invention de l'intolérance.
- Et puis les dieux de l'Olympe avaient le bon goût d'avoir autant de défauts que de qualités et donc d'être proches des simples mortels...."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
kuroinekokuroineko   12 juillet 2018
On a beaucoup perdu en abandonnant le polythéisme. Les dieux de la Nature faisaient de très bons juges. Et puis prier un dieu pour chaque occasion de la vie quotidienne, chaque humble préoccupation - une bonne moisson, la naissance d'un héritier, la santé pour la tribu -, était plus intelligent et utile que l'adulation d'un seul démiurge héritier de la Vérité. Car qui croit la détenir apprécie de l'imposer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
WolandWoland   18 février 2015
[...] ... - "Ca colle avec le reste, patron," articula [Kehlmann] faiblement.

- "Dis-moi.

- Cet homme a des notions médicales. Il m'a injecté l'anesthésiant avec des gestes sûrs."

Elle ajouta que ni l'urgentiste, ni le retraité n'avait eu la moindre chance. Aucun de leurs proches n'avait été prévenu par un coup de fil. Alors pourquoi s'en sortait-elle ? Et pourquoi son agresseur avait-il prévenu le juge Seimourt ? Ca ne coïncidait pas avec son mode opératoire. Logiquement, elle devrait être morte. Le dingue aurait dû lui faire subir une ordalie. Une torture complexe, qui nécessitait de se documenter.

- "On l'a imaginé confiant, implacable. Il dégageait une odeur de peur, patron. J'ai eu l'impression qu'il ignorait que j'étais dans la police ... Et puis, il m'a volé la centaine d'euros que j'avais dans mon portefeuille. Ca ne colle pas non plus. On a retrouvé l'argent de Victoire Pélissier. Bien en évidence. Comme si le tueur voulait prouver qu'il avait ...

- Sa fierté ? C'est ça ?"

Elle fixait un point au-dessus de son épaule. Son expression avait viré. Carat se retourna sur Bernard Kehlmann.

- "Seimourt m'a prévenu, Franka. J'ai fait aussi vite que j'ai pu. Ce salaud t'a fait du mal ? ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SMadJSMadJ   30 juin 2015
- Vous n'êtes pas naïf, patron. Combien d'affaires s'arrêtent avant leur résolution ? La raison d'Etat a toujours existé. Et la lucidité est un minimum vital.
Commenter  J’apprécie          261
chevalierortega33chevalierortega33   21 février 2015
L'époque s'emballe, patron. Les religieux de tous bords aussi. Les plus extrémistes refusent la contraception et font des mômes avec enthousiasme. En gros, idiots et intolérants se reproduisent plus vite que la moyenne. C'est pas une bonne nouvelle pour le reste de l'humanité.
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Dominique Sylvain (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Sylvain
Trois romans troublants, habités par la mort, au sommaire de ce Cercle polar. Mictlán : portrait saisissant d'un pays d'Amérique du sud en décomposition avancée. Une femme de rêve : à la recherche, non pas du coupable, mais de la victime, perdue entre la vie et la mort. Maître des eaux : traque mortelle d'un revenant décidé à se venger d'un village qui a détruit sa famille.
Mictlán de Sébastien Rutés (Gallimard) Une femme de rêve de Dominique Sylvain (Viviane Hamy) Maître des eaux de Patrick Coudreau (La manufacture de livres)
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1945 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..