AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782878580853
252 pages
Éditeur : Viviane Hamy (17/04/1997)

Note moyenne : 2.91/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Axel, c'est le petit génie, gueule d'ange et créateur du jeu Meurtres à Babylone. Lorsque sa copine est retrouvée morte, disposée en X et entourée de polaroïds, impossible de ne pas le soupçonner ! Pourquoi s'enfuit-il à Berlin ? Que fait ce dandy parisien avec des terroristes ? En se lançant à sa poursuite, Louise Morvan devient l'héroïne d'un jeu bien réel, aux limites de l'art et de l'horreur.
Axel regardait le corps. Victoria transportait toujours son pol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
sylvaine
  03 novembre 2012
grosse déception pour ce polar qui se déroule dans un milieu du victim art où pour innover en matière artistique nos artistes sont prêts à tout.Quand je dis à tout , c'est tout meurtre y compris, mise en scène incluse!!
On retrouve Louise Morvan détective privée embarquée bien malgré elle dans un jeu video grandeur nature, dangereux à souhait.De Paris à Los Angeles via Berlin elle essaye de retrouver Alex et sa soeur Régine en fuite après l'assassinat de sa maitresse chanteuse d'un groupe branché.En moins de 300 pages d'Sylvain nous retrace l'histoire du terrorisme allemand , des 2 Allemagne , mixé avec du virtuel quelques macchabées et une détective privée dans les petits papiers d'un commandant de la Pj accessoirement son amant.....Risible grrrrr!!!
Commenter  J’apprécie          110
verobleue
  07 mars 2013
« Soeurs de sang » est la deuxième histoire de Louise Morvan, la détective privé française, héroïne de Dominique Sylvain, découverte dans «Baka ».
Ce polar noir nous emmène de Paris à Berlin via la Californie, visite le milieu artistique et nous débarque dans le terrorisme des années 70. L'intrigue est déconcertante et j'avoue que j'ai eu un peu de mal à y entrer.
Louise Morvan est entraînée dans un monde où réalité et virtuel se fondent, aux limites de l'art et de l'abject, un monde où les valeurs morales normales sont rompues.
Noir, oui mais je n'ai pas réellement apprécié.
Commenter  J’apprécie          90
Rodin_Marcel
  09 avril 2015
Sylvain Dominique - «Soeurs de sang» éd. J'ai lu, 2003 (ISBN 978-2290324691) (éd originale Viviane Hamy en 1997 – ISBN 978-2-87858-085-3).

Mauvais, mauvais, mauvais, que c'est mauvais ! Bon, ce fut pratiquement l'un de ses tout premiers romans de cet auteur, soyons indulgents. Je l'avais acheté parce qu'il y était vaguement question de l'Allemagne, avec la porte de Brandenburg sur la page de titre. Mais quel navet !

La super détective de choc Louise Morvan terrasse sans peine les loubards des bas quartiers de Berlin ou de Los Angeles, et séduit sans coup férir le commissaire super cultivé, grand lecteur de Moby Dick. Qui trop étreint, mal embrasse : pêle-mêle, il y est question d'un jeu vidéo, de l'insertion des personnages dans une manipulation rappelant ce jeu, par un artiste de la mouvance «victim art», qui est en contact avec un ex-terroriste de la Rote Armee Fraktion et des gauchistes d'Argentine, d'exilés allemands retournés en Allemagne de l'Est, de l'art en général et en particulier, d'une «écrivaine» plutôt nulle, des allusions au dieu hindou Civa, etc etc. le mauvais écrivain débutant ne se rend pas compte qu'un seul de ces thèmes, correctement approfondi, aurait déjà fourni suffisamment de matière pour un roman entier…

Deux éléments pourraient présenter un intérêt, dans un corpus plus vaste : premièrement, ce roman écrit par une journaliste montre (une fois de plus) comment une «écrivaine» quelconque peut voir le monde sous l'angle de la «femme libérée d'aujourd'hui», secondement, il convient de noter la remontée de l'Allemagne et de la langue allemande dans la littérature courante de la France d'aujourd'hui : le roman contient même de courtes phrases dans la langue de Goethe, ce qui n'était guère envisageable il y a encore peu d'années. Par ailleurs, l'auteur cède aussi à cette mode qui envahit littéralement le roman policier français, et consistant à citer des extraits en anglais de chansons commerciales «pour intello-bobo».

Si l'on tient vraiment à découvrir cet auteur, mieux vaut lire «Passage du désir» avec les deux héroïnes Ingrid et Lola.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Pirouette0001
  10 avril 2014
Louise Morvan, détective, est entraînée dans une enquête où jeu virtuel et réalité se confondent, avec en arrière-fond, une vision qui se veut critique de l'art plastique contemporain.
Premier livre lu de cette auteure rencontrée à la Foire du livre.
L'écriture est énergique et efficace. Je n'ai pas lâché le livre pour connaître plus vite la fin de l'énigme.
Peut-être un peu déçue par le trop-plein d'informations ou de sujets abordés, qui auraient pu être creusés et affinés et non simplement effleurés, comme le terrorisme allemand de la bande à Baader, la fuite de communistes vers l'Europe de l'est, l'art contemporain justement etc.
Mais si l'on prend ce livre comme un pur divertissement, c'est très bien ficelé.
Commenter  J’apprécie          40
argali
  30 mars 2011
Dans son premier roman, Dominique Sylvain faisait de Tokyo un personnage à part entière. Ici, ce rôle est joué par l'art contemporain et le milieu artistique. Un monde où les valeurs morales et rationnelles du commun des mortels semblent être abolies, sacrifiées sur l'autel de la liberté d'expression.
Ecrit d'une plume énergique et trempée dans l'acide, ce roman nous entraîne dans des milieux interlopes parisiens, berlinois et californiens. Artistes dégénérés et fantasques, terroristes des années 70, dissidents, membres de la pègre… se côtoient dans une intrigue rebondissante que l'on met longtemps à détricoter.
Louise Morvan est entraînée bien malgré elle dans un jeu sanglant, aux limites de l'art et du sordide, dont elle devient le pion principal.
Un roman noir à souhait.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
verobleueverobleue   04 mars 2013
Avez-vous noté l'impact des promenades nocturnes en automobile sur le fonctionnement du cerveau? C'est mieux que le caisson extrasensoriel ou le haschisch. On se détend, les idées affluent comme des vagues régulières.
Commenter  J’apprécie          170
cocacoca   03 mars 2013
Et les regards des braves gens qui s'apitoient sont plus difficiles à supporter que les paroles blessantes, vous ne trouvez pas ?
Commenter  J’apprécie          20
cocacoca   03 mars 2013
Le révolutionnaire méprise toute doctrine ; il a renoncé à la science pacifique, qu'il abandonne aux générations futures. Il ne connaît qu'une science : celle de la destruction.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Dominique Sylvain (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Sylvain
Trois romans troublants, habités par la mort, au sommaire de ce Cercle polar. Mictlán : portrait saisissant d'un pays d'Amérique du sud en décomposition avancée. Une femme de rêve : à la recherche, non pas du coupable, mais de la victime, perdue entre la vie et la mort. Maître des eaux : traque mortelle d'un revenant décidé à se venger d'un village qui a détruit sa famille.
Mictlán de Sébastien Rutés (Gallimard) Une femme de rêve de Dominique Sylvain (Viviane Hamy) Maître des eaux de Patrick Coudreau (La manufacture de livres)
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1914 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre