AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757871951
Éditeur : Points (08/11/2018)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Qu' ils soient mélancoliques comme « cahier », savoureux comme « frangipane », surprenants comme « libellule », drôles comme « s' esclaffer » ou nostalgiques comme « parfum », les mots préférés d Anne Sylvestre racontent son histoire, ses souvenirs d' enfance, sa poésie et son amour de la nature.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Josephine2
  28 novembre 2018
Je cherchais un livre pour me vider la tête, quelque chose de plus léger que mes dernières lectures. Et lors de ma visite chez mon libraire, je suis tombée sur cette couverture très graphique qui m'a d'emblée attirée.
COQUELICOT, quel mot magique, ma fleur préférée, fragile, sensible, mais persistante, tous les ans elle renaît de ses cendres. Ne dit-on pas que c'est la seule fleur qui poussait sur les champs de bataille ?
«Coquelicot. C'est un cri, c'est un appel, c'est un mot de joues rouges et de course folle dans les blés, de mollets piqués par les chardons, de roulades et de cul par-dessus tête dans le fossé. C'est un mot claquant, insolent, cueille-moi si tu l'oses, je me fanerai aussitôt mais regarde : je suis légion. Je pousse et je re-pousse, et dans cette flaque rouge tu ne sais plus où poser les yeux. Coquelicots, cavalcade, concours à qui sera le plus rouge, tes joues ou moi.»
Enfin bref, je m'empare de l'objet, et quelle n'est pas ma surprise lorsque je m'aperçois que l'auteur est Anne SYLVESTRE.
Et bien, je suis ravie, réjouie, heureuse. C'est un recueil de mots qu'aime particulièrement Anne Sylvestre. A travers ces mots, elle raconte ses souvenirs, ses petits bonheurs, avec espièglerie et malice.
Les chapitres sont très courts, pas plus de trois pages. Un beau petit livre plein de tendresse et de sensibilité, qui fait du bien. Merci Anne Sylvestre pour vos bons mots.
Ce livre est sorti en 2014 et vient de ressortir en 2018 en édition Collector à tirage limité, chez Point, d'où cette couverture superbe.
Il traînera longtemps sur ma table de lecture… Je me replongerai souvent dedans. Notamment, lorsque j'aurai du vague à l'âme. TROP BIEN !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          353
ATOS
  30 novembre 2014
Elle cherchait un mur pour pleurer... et puis et puis elle nous donne tout un jardin à aimer. Jolis mots, douceurs tendres qui se glissent du dessous de notre langue, polis par la douceur des enfances. Ribambelle de mots qui s'accroche comme guirlande à la forêt de nos vies. Mots de nos ailleurs qui nous reviennent de partout et qui se jettent tout à coup à notre cou. Mots aux couleurs d'été, de nuit, de nos goûters. À peine sautent ils dans l'encrier que déjà ils partent en fumée au bras d'un cendrier. Et puis mots fidèles que nous tenons serrés très fort dessous nos paupières, mots qui retiennent à jamais le parfum de l'absence, mots au soupir complice du grand livre des images. Mots au bruit de ricochets menés par l'aiguillée de nos pensées. Mots de mer, d'écluse et de vagues. Comme la chanson d'un voyage. Sans fanfare, ni trompette, … juste : Anne Sylvestre.
Astrid Shriqui Garain
Commenter  J’apprécie          293
zabeth55
  14 novembre 2014
« Coquelicot et autres mots que j'aime »
Il y en a environ quatre-vingt, des mots qu'aime Anne Sylvestre.
Et une, ou deux ou trois pages pour parler de chacun d'eux.
La plupart lui évoque son enfance, d'autres des considérations de société, certains des images poétiques……
Elle dissèque parfois leur orthographe, s'émerveille de leur musique.
C'est sympathique et se lit très agréablement, mais je suis un peu déçue par rapport aux textes sublimes qu'elle a écrits dans nombre de ses chansons.
Mais bon, elle y met beaucoup de son coeur et de son âme, on y retrouve son esprit et son humour et surtout cela ne m'empêche pas d'avoir toujours autant d'admiration pour elle.
Commenter  J’apprécie          176
pgremaud
  21 janvier 2015
Dans mes souvenirs, Anne Sylvestre est d'abord une chanteuse pour enfants. Avec ce livre, j'ai découvert un véritable écrivain. Elle nous invite à un merveilleux voyage dans la langue française, en nous partageant les quatre-vingts mots qu'elle a choisis. Ses critères sont purement subjectifs, mais quelles belles découvertes ! Elle a bien fait de céder à la pression amicale de Philippe Delerm, le directeur de cette collection.
Elle joue sur les lettres, les sons, les couleurs, les souvenirs, la poésie, et c'est ce qui donne à la présentation – plus ou moins longue - de chaque mot une saveur gourmande. Elle décompose les mots et les triture, elle s'amuse avec la grammaire, l'étymologie, la phonétique. Elle nous livre en toute franchise une part de son intimité, de ses relations avec sa famille.
Ce livre me fait un peu penser au « Sel de la vie » et au « Goût des Mots » de Françoise Héritier, mais en allant plus loin. Anne Sylvestre choisit avec soin des grains de sel de sa vie et elle nous les partage en nous donnant vraiment les recettes pour les goûter. C'est un peu ce qui m'avait manqué dans « Le Goût des Mots ».
Quel plaisir de participer à ce jeu avec les mots, en suivant Anne Sylvestre. Comme elle le dit elle-même : « On s'ennuierait beaucoup si on ne pouvait s'amuser avec les mots, même à leurs dépens. Je suis sûre qu'ils aiment ça. » Mon passage préféré (difficile de choisir car il y a en vraiment beaucoup... ) : c'est quand elle parle de Réaupol-Sébastomur. Dans ma famille, on a toujours parlé de la glace « citrache-piston » et « vanache-pistille », alors vous comprenez que je me sens en connivence avec Anne Sylvestre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
crapette
  24 octobre 2014
Quel régal ces mots qui surgissent de l'enfance comme le souffle doux d'une maman rassurante.
Promenade dans les pages, nature en origamis, coquelicot, (papier rouge, facile), humus (fait de mille pliages, jusqu'à la fin, en poussières).
Cette famille Réaupol-Sébastomur m'a fait passer du rire aux larmes.
Et la vie de maintenant, l' escalier, le tram, l'automobile, les coulisses, jusqu'à Compostelle, sans oublier le capodastre.
Mais bon, "ça ce n'était pas un livre, c'était un morceau de mon coeur".
Commenter  J’apprécie          143

critiques presse (1)
Telerama   12 novembre 2014
Enfin, Anne Sylvestre se raconte. Avec pudeur et des mots parfaitement choisis, la parolière dessine un bel autoportrait, sincère et émouvant.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
pgremaudpgremaud   21 janvier 2015
Autant j'abomine les fautes brutales, les futurs en -ais, les participes passés accordés au fil barbelé (« les chansons que vous avez écrit » (sic), arrrgh !) , autant j'ai d'indulgence pour ces petits arrangements.
Tel qui aimant château ou gâteau écrira bâteau avec un circonflexe pour qu'il ne soit pas jaloux aura ma sympathie.
Echalote recevra souvent deux «t » comme deux petites pattes pour mieux trotter (...)
Et ces tomates farcies seront-elles doublement farçies, si on y colle une cédille ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
crapettecrapette   21 octobre 2014
Quand il y a quelques années je commençais à fréquenter les vide-greniers (ces marchés aux trésors), je me sentis très vite investie d'une mission : sauver les petites poupées alsaciennes traînant au fond des cartons parmi les Niçoises, les Bretonnes et les Espagnoles, mais pas les encore-neuves, dans leurs boîtes transparentes, non, les éclopées, les froissées, avec leurs jupons effrangés, leurs nattes ébouriffées, leurs petits corselets décousus, leurs jupes rouges pleines de tâches... (p.121 ALSACE)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ATOSATOS   30 novembre 2014
À L'IMAGE DE CES BRODEUSES, SI PRÉVOYANTES QUANT À LA LONGUEUR DE LEUR FIL, JE ME DIS PARFOIS QU’ON DEVRAIT MESURER LA LONGUEUR DE PATIENCE QU'IL FAUDRA POUR ARRIVER À CERTAINES CHOSES, LA LONGUEUR DE PEINE OU DE DOULEUR NÉCESSAIRE POUR VIVRE LES CHAGRINS, MAIS NE PAS OUBLIER LA LONGUEUR ILLIMITÉE DU BONHEUR À VIVRE ET À DONNER, PELOTE QU'ON LAISSERAIT SE DÉVIDER, SE DÉROULER SANS QU'IL SOIT BESOIN D'Y FAIRE UN NŒUD.
Savoir bien mesurer sa dernière aiguillée...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
crapettecrapette   18 octobre 2014
Quand on est enfant, on ne traverse pas les livres à toute allure comme on le fait plus tard, mais on s'y installe, on les déguste, après les avoir dévorés une première fois. (p.75 LIVRE)
Commenter  J’apprécie          170
pgremaudpgremaud   02 janvier 2015
Capodastre
Le capodastre est un petit appareil que les guitaristes placent sur le manche de leur instrument et qui, en appuyant sur les cordes, en modifie la tonalité.
On devrait bien inventer un dispositif qui, appliqué sur nos vies, permettrait en appuyant au bon endroit de les faire résonner plus agréablement.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Anne Sylvestre (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Sylvestre
Les Cathédrales, 1960
autres livres classés : motsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
729 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre
.. ..