AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de hcdahlem


hcdahlem
  11 septembre 2017
Quand François, le narrateur de ce joli roman, se rend compte que la relation qu'il entretient avec Marie est sublime, forcément sublime, il se rend par la même occasion compte que jamais plus il n'atteindra un tel degré de félicité. Qu'à partir de ce moment parfait, tout ne peut que se dégrader, conduire au mieux à une routine, à une vie de couple banale. Dès lors, il ne voit qu'une seule solution pour conserver cet amour parfait… mourir! Aussitôt dit, aussitôt fait. Il entraîne un sdf sur le pont neuf et simule une altercation avant de se jeter dans la Seine. S'il se réveille à l'hôpital Saint-Antoine, c'est qu'il est tombé sur un bateau-mouche qui passait par là et plus exactement sur une australienne obèse qui a amorti sa chute.
Si ce sauvetage le désespère, il lui offre aussi un répit propice à la réflexion. Au lieu de mourir, il n'a qu'à disparaître. Changer d'appartement et de quartier, modifier son look et faire croire à sa mort.
Une stratégie qui semble avoir davantage de succès. Sauf qu'il lui faut aussi abandonner ses piges au Parisien et renoncer à fréquenter certains quartiers, de peur de croiser Marie. Mais grâce à la complicité de son «demi-frère» Didier, des responsables d'une agence immobilière et d'un coup de chance – il se retrouve chroniqueur au Cotillon, journal chargé de la promotion des bars et lieux branchés de Paris – l'avenir s'éclaircit pour lui. Ses piges lui permettent non seulement de tenir le coup financièrement, elles lui offrent la possibilité de boire gratuitement et de faire de nouvelles rencontres. Il n'est bien entendu pas question de tomber à nouveau amoureux, car ce serait trahir Marie dont François essaie d'imaginer la vie sans lui et les souffrances qu'elle peut endurer.
Entre culpabilité et envie de s'émanciper de cette histoire, il va finir par s'engager dans une nouvelle relation. Avec une conclusion semblable, en finir avant qu'il ne soit trop tard! Sur le plan de Paris, il faut cocher de nouvelles zones à éviter (et à contrario le lecteur peut poursuivre son exploration de la capitale, arrondissement par arrondissement). Il faut à nouveau changer de look. Il faut encore une fois faire le mort.
C'est à ce moment que les choses vont commencer à se détraquer. À force de vouloir se rendre invisible, il ne va effectivement plus être reconnu et devenir littéralement transparent. Si la situation a quelques avantages – on peut se servir à la banque, s'habiller avec les vêtements les plus coûteux, elle aussi l'inconvénient majeur de restreindre la vie en société. Sans compter que, loin de s'améliorer, les choses vont empirer. C'est son corps qui petit à petit tend à s'effacer. Les mains puis le bras s'efface, sauf quand il touche les gens.
Si cette touche de fantastique peut sembler un peu trop fantaisiste aux lecteurs attachés au réalisme, elle ravira ceux qui n'ont rien oublié de leurs rêves d'enfant ou ceux pour lesquels la lecture du Passe-Muraille de Marcel Aymé était un pur plaisir. François Szabowski y trouve aussi le moyen de rapprocher ainsi François et Marie pour un épilogue riche en rebondissements. C'est drôle, alerte et non dénué de profondeur. de quoi passer un agréable moment de lecture.

Lien : https://collectiondelivres.w..
Commenter  J’apprécie          162



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (13)voir plus