AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2918719226
Éditeur : Editions du Riez (15/05/2012)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Ancré dans l'atmosphère diluvienne du Havre, cité bunker aux cicatrices datant de la Seconde Guerre Mondiale, MOI ET CE DIABLE DE BLUES met en scène le Lieutenant Valdès, ex-gloire de la police, perclus d'addictions et suintant le politiquement décadent. 

Il fait équipe avec Ivana Ivanovic, une jeune recrue à la plastique explosive et à la compétence démesurée ; parfait antidote à son indécrottable dinguerie. Des hauts de Sainte-Adresse à l'abbatiale ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Walkyrie29
  04 juin 2014
Un polar noir qui transpire l'alcool, qui pue la crasse, qui sombre dans le glauque et que j'ai adoré tout simplement !
Ce roman suit le lieutenant Valdès et une jeune lieutenant, Ivana Ivanovic sur une enquête mêlant réminiscence austère de la seconde guerre mondiale et rituel religieux meurtrier atroce. Valdès est un ancien flic à la carrière glorieuse ayant sombré dans l'alcool et les délires paranoïaques. Ivana est une jeune femme au physique avantageux, dynamique et aux capacités policières exceptionnelles. C'est un duo atypique et aux antipodes l'un de l'autre mais qui fonctionne à merveille; la fougue de la bleue mêlée à la dépression d'un policier accompli.
Les meurtres sont affreux, horribles même, et sont centrés sur des femmes aux physiques germaniques rappelant sans cesse l'idéal de l'ère hitlérienne , on les retrouve ouverte du cou au sexe, vidées de leurs sang et de leurs organes, et crucifiées. le tout est amené dans une atmosphère brumeuse et pluvieuse du Havre, on sent l'humidité sortir des pages tellement on s'imprègne de ce contexte.
Les auteurs ont joué la carte de l'humour noir avec un inspecteur qui se fiche de tout et ne respecte rien. Et ça fonctionne :
Extrait : " [...] – Magnez – vous le cul Ivana et vous êtes où d'abord, mierda ?
- Hem… Au presbytère de l'église Saint Joseph, lieutenant…
- Très drôle, moi je suis chez les zinzins en compagnie d'un cannibale bouffeur d'utérus bien saignants, amenez – vous…
- Mais où ça ?
- A l'usine, où vous croyez ? J'taille une bavette avec pépé-le-Tartare…"
Cette extrait donne le ton et montre la désinvolture du personnage ! On ne peut s'empêcher de sourire malgré l'horreur de la situation.
Les auteurs ont un style assez particulier, plutôt familier et très régionaliste avec des expressions locales qui ajoutent énormément d'épaisseur et de fond à ce roman.
Bref c'est un polar pur et dur qui ne nous laisse pas insensible et qui sous des airs décadents traite également de sujet grave ou sensible : le III Reich, l'horreur des homicides et la religion catholique. Un bijou du genre et la couverture attractive et énigmatique donne assurément le ton.
A ne pas réserver aux âmes sensibles… Les autres adoreront !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hellza24
  20 août 2017
Je ressors de ma lecture avec la peau qui gratte comme si armée de cafards était en train de ramper sur moi, j'ai envie d'une douche à l'eau de javel pour me débarrasser de la noirceur du roman !
Le lieutenant Valdés est au bout du rouleau, au fond du gouffre le plus crasseux qu'on puisse trouver en ce bas monde. Avant le suicide de sa femme, il n'était déjà pas bien reluisant, et depuis c'est franchement la joyeuse dégringolade. Alcoolique, toxicomane, au vocabulaire ordurier (pas "fleuri", non : ordurier !), il affiche un mépris complet pour tous ses semblables, à part peut-être pour sa jeune stagiaire Ivana qu'il se contente de mépriser, entre paternalisme et je-m'en-foutisme. J'ai une forte envie de le passer au Kärcher...
C'est un roman noir à ne pas mettre entre toutes les mains. Noir, oui : comme le café qui a (beaucoup) trop bouilli, noir comme les idées d'un désespéré à 3h du mat', noir comme un regard chargé de haine... Ce fut une lecture aussi réjouissante qu'épuisante, chaotique et délirante, saturée que j'étais d'odeurs nauséabondes, de perceptions hallucinées, de mots violents, gothiques, grossiers, baroques...
Un boulot à quatre mains vraiment réussi. La conclusion est à la hauteur des attentes que l'on peut avoir en Valdés et sa carrière expirante...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Crazynath
  24 mars 2014
Enfin un livre qui sort des sentiers battus et des polars ou le scenario est plus que prévisible ! Un univers un peu trash, sombre voire glauque, des personnages hauts en couleurs , des dialogues percutants !! ça fait du bien d'être bousculée ! C'est vraiment un livre qui ne laisse pas indifferent.....que dire de plus à part que j'attend la suite avec impatience!!
Commenter  J’apprécie          40
Chinaski2001
  31 janvier 2013
Pour les amateurs d'argot, d'histoires tordues menées tambour battant sous une pluie battante, pour les amateurs de noir et d'hémoglobine, pour ceux qui aiment qu'un polar ait du fond, et sonde en l'occurrence les origines du Mal, origines historiques, s'entend, voire génétiques... Une enquête qui s'étire du Havre au centre de la France, avec une incursion en Pologne et une gouaille qui n'est pas sans rappeler les dialogues d'Audiard. Pour le reste c'est un polar contemporain où les nouvelles technologies aident efficacement l'enquête, même si le personnage du lieutenant Valdès est là pour amener un côté "roots".
Commenter  J’apprécie          00
EvilBlues
  15 septembre 2017
Encore quelques avis sur Moi et ce diable de Blues :

http://www.obskuremag.net/articles/richard-tabbi-ludovic-lavaissiere-a-propos-de-moi-ce-diable-de-blues-editions-du-riez/

http://auxarts.fr/2012/05/24/moi-et-ce-diable-de-blues/

http://lesotroubles.blog4ever.net/moi-et-ce-diable-de-blues-de-richard-tabbi-ludovic-lavaissiere-aux-editions-du-riez
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
hellza24hellza24   20 août 2017
Frère Boniface hésite entre le martyre et la conservation de son intégrité physique. Le courage est l'apanage des saints; pour sa part, la vocation de secrétaire particulier lui sied, son corps fragile étant particulièrement sensible à la douleur.
Commenter  J’apprécie          00
hellza24hellza24   20 août 2017
-Jack Daniel's, approuve Omaha, le p'tit déj' des champoins !
Valdés lui retourne son sourire-genre Joker sous opiacés.
Commenter  J’apprécie          00
hellza24hellza24   20 août 2017
Jouez pas avec le feu, lieutenant, dans votre cas vous risquez la combustion spontanée...
Commenter  J’apprécie          00
hellza24hellza24   20 août 2017
Le jour se couche, la nuit rafle la mise.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Richard Tabbi (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Tabbi
Ludovic Lavaissière interviewé sur LCN au sujet de MOI & CE DIABLE DE BLUES coécrit avec Richard Tabbi.
autres livres classés : robert johnsonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1597 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre