AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070147144
160 pages
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.14/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture:
«Mais vous êtes qui?, demanda-t-il en me fixant. Celui qui est indiqué sur le billet, répondis-je, je suis Tadeus. Je ne vous connais pas, répliqua-t-il. Mais vous connaissiez Isabel, dis-je, c'est pour cela que vous me recevez dans votre appartement, le nom d'Isabel a éveillé votre curiosité. Isabel appartient au passé, répondit-il. C'est possible, dis-je, mais je suis ici pour reconstruire ce passé, je suis en train de faire un mand... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Sando
  25 octobre 2014
Qui était Isabel ? Que lui est-il vraiment arrivé ?

Certains ont fait courir la rumeur de sa mort, de son suicide pour être exact… Mais, pour ses proches, Isabel n'était pas femme à renoncer d'elle-même à la vie. Dans un Portugal en pleine crise politique et identitaire, où il ne fait pas bon de ne pas adhérer au parti unique, les idées révolutionnaires d'Isabel ont pu lui attirer de gros ennuis… Trente ans après l'annonce de sa mort dans le journal, un homme va mener l'enquête, accumulant les témoignages de ceux qui ont connu, de près ou de loin, la jeune femme, afin de se rapprocher au maximum de la vérité… Ses pas le mèneront de Lisbonne à Macao, puis à Naples. Mais qui est-il ? Quelles sont ses véritables intentions et que s'apprête-t-il à découvrir ?

Tadeus est un narrateur pour le moins mystérieux, dont on ne sait rien, si ce n'est qu'il est écrivain. On ignore tout des motivations qui le poussent à mener cette enquête sur une histoire vieille de plusieurs décennies. Néanmoins, difficile de ne pas être pris d'intérêt face à cette étrange affaire. Les témoignages découlent les uns des autres, chacun permettant d'approcher le prochain témoin et ainsi d'enrichir l'histoire de nouveaux indices. le portrait d'Isabel se fait de plus en plus net, au fur et à mesure des révélations, sans pour autant apporter des réponses satisfaisantes aux questions du narrateur (et aux nôtres !).

L'enquête se construit à la façon d'un mandala, fait de cercles concentriques indépendants mais qui se rejoignent en un point précis pour former un cercle plus petit, chaque information permettant de se rapprocher un peu plus de la vérité. « Pour Isabel » est un texte étrange et fascinant, à la limite de l'onirisme, qui abaisse les frontières du temps et de l'espace pour nous conduire dans son propre univers. La langue de l'auteur y est particulièrement riche et belle. Elle nous imprègne et nous pénètre et rend ce court roman difficile à lâcher !

Entres révélations surprenantes, conversations métaphysiques et raisonnements intimes, Antonio Tabucchi nous entraîne dans une enquête passionnante et énigmatique, sur fond d'histoire du Portugal. Un roman posthume qui donne envie de découvrir l'ensemble de l'oeuvre de l'auteur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          254
Zakuro
  31 décembre 2014
Il vague distraitement abandonné, il est quelqu'un qui cherche.
Le narrateur, Tadeus Slowacki est celui qui cherche. Il enquête sur la disparition d'Isabel à Lisbonne durant le régime militaire de Salazar.
Ce roman est écrit comme un mandala qui traverse le temps et l'espace. Dans une tournure ésotérique et métaphysique.
Il se lit progressivement en 9 cercles qui sont autant de témoins ayant connu Isabel à des degrés divers selon les liens qui les unissaient.
Sans repère spatio-temporel et sans point cardinal, chaque cercle fait rapprocher en son centre la présence lumineuse d'Isabel.
Mais qu'est-ce qui existe vraiment ? Qu'est-ce qui est réel et ne l'est pas ? Que cherche le narrateur ?
Comme le disait Antonio Tabucchi dans un entretien en 2009 " Peut-être qu'au fond, notre vie n'est qu'une quête de nous-mêmes".
Ce roman écrit en 1996 sur plusieurs années est ici publié à titre posthume selon la volonté d'Antonio Tabucchi.
J'ai beaucoup aimé "Pour Isabel" qui peu à peu nous détache du visible et nous interroge sur notre réalité. le présent, le passé et le futur sont abolis dans un instant qui ne demande qu'a être cueilli.
J'ai fortement ressenti l'attachement de l'écrivain italien au Portugal et toute son admiration pour l'oeuvre de Fernando Pessoa dont il était traducteur.
J'ai retrouvé avec plaisir dans la lecture de ce livre la même sensibilité d'écriture et les mêmes questionnements sur la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Pirouette0001
  07 août 2016
Roman posthume de l'auteur et, à ce titre, l'on ne sait jamais si cette non-publication était volontaire, si l'auteur l'aurait publié ou l'aurait publié tel quel sans retouche.
La langue, j'ai la chance de le lire en V.O., et le style sont ceux auxquels Tabucchi nous a habitués, clairs, limpides, avec son amour pour le Portugal où il a vécu et pour l'Inde, à l'instar d'Herman Hesse.
Mais, il m'est resté un sentiment d'inachevé. Certes les cercles concentriques du mandala créent une unité, mais l'utilisation du je parfois pour des tiers parfois pour le narrateur embrouille quelque peu. Il manque des liants. Et l'onirisme dont l'auteur teinte son histoire m'a laissée de marbre. Donc, oui, j'ai aimé, mais ne referme pas ce livre avec l'enthousiasme que d'autres ouvrages avaient fait naître.
Commenter  J’apprécie          130
Bazart
  21 juillet 2017
Tabucchi, écrivain italien phare, souvent adapté au cinéma- notamment par Alain Corneau et son éblouissant Nocturne Indien- ne cesse de livrer des perles même après sa mort.
Illustration avec Pour Isabel, ce roman écrit sous forme de mandala écrit en 1996 exhumé après sa mort en 2012 et que Folio a ressorti pour ce début d'été 2017: un plaisir de redécouvrir sa voix singulière, et pleine de mystère qui ne peut se bouder
Pour Isabel est visiblement d'après l'éditeur un livre délibérément posthume puisque Tabucchi a expréssement voulu qu'on le publie après sa mort.
En neuf chapitres, qui sont autant de cercles, de plus en plus resserrés, le narrateur – un certain Waclaw Slowacki, venu de Sirius – tourne autour d'Isabel, figure de femme, énigmatique, aimée et disparue pendant la dictature de Salazar.
Un livre d'une poésie infinie et d'une élégance rares, porté d'entrée à la fois exigeante qu'accessible à l'oeuvre d'un auteur phare du 20ème siècle.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          170
AnnaDulac
  31 octobre 2019
Antonio Tabucchi a souhaité que ce « Pour Isabel » ne paraisse qu'après sa mort. C'est un livre qu'il a porté de nombreuses années et dans lequel il a réuni des personnages de ses anciens romans et ses thèmes favoris, comme la quête et la porosité entre les frontières du rêve et du réel.
Toutefois, même si l'on ne connaît pas l'oeuvre de cet écrivain italien majeur fasciné par
Fernando Pessoa, le poète portugais, qu'il a traduit encore et encore durant toute sa vie, on peut lire aisément ce « Pour Isabel ».
C'est un texte magique qui, à la manière d'un conte et selon la construction d'un mandala, propose neuf cercles qui sont autant d'étapes de la recherche d'Isabel, disparue du Portugal sous la dictature de Salazar.
Le narrateur est un certain Waclaw Slowacki, venu de Sirius … c'est tout dire.
La quête commence dans un café de Lisbonne, le Tavares (miroirs dorées et sièges de velours), mais très vite le lecteur est entraîné à Macao, en Inde, dans les Alpes suisses au fil des rencontres : une nourrice, un prêtre, une astrophysicienne …
Texte fascinant que ce « Pour Isabel », car il ouvre mille et une voies à la rêverie, tandis que le ton de douce mélancolie et de légère dérision laisse le lecteur dans un état de grand bien-être et de reconnaissance.
« Obsessions privées, regrets personnels que le temps érode mais ne transforme pas, comme l'eau d'un fleuve émousse ses galets, fantaisies incongrues et inadéquation au réel, tels sont les principaux moteurs de ce livre. Mais je ne pourrais nier comme influence sur celui-ci le fait d'avoir vu un moine vêtu de rouge qui par une nuit d'été, avec ses poudres colorées, dessinait pour moi, sur la pierre nue, un mandala de la Conscience. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
LaPresse   20 janvier 2015
Construite comme un mandala, l'intrigue progresse en cercles concentriques pour se rendre jusqu'au noyau central de la vérité. Chaque cercle est un court chapitre dans lequel Tadeus rencontre quelqu'un qui a connu Isabel. Il est permis de croire que Tadeus, écrivain dont les histoires se répètent dans la réalité, est la voix de Tabucchi.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ZakuroZakuro   29 décembre 2014
Obsessions privées, regrets personnels que le temps érode mais ne transforme pas, comme l'eau d'un fleuve émousse ses galets, fantaisies incongrues et inadéquations au réel, tels sont les principaux moteurs de ce livre.

Justification sous forme de note.
Commenter  J’apprécie          140
BazartBazart   16 juillet 2017
" Les mandalas doivent être interprétés, dit il d'un air savant, sans quoi il serait trop facile de chercher le centre, regardez bien au centre, ,il ya une lune que je vous ai dessinée, interprétez là à votre gré, j'espère que la sensibilité vous guidera..
Commenter  J’apprécie          40
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   03 avril 2019
La photographie, comme la musique, cueille l'instant que nous ne réussissons pas à cueillir, à savoir ce que nous avons été, ce que nous aurions pu être, et contre cet instant il n'y a rien à faire. (p.87).
Commenter  J’apprécie          40
Pirouette0001Pirouette0001   07 août 2016
Mi consideri solo uno che cerca, risposi io, sa, l'importante è cercare. Sono d'accordo, confermò lei, l'importante è cercare, non importa se si trova o non si trova.
Commenter  J’apprécie          50
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   03 avril 2019
Les photographies d'une vie sont-elles un temps segmenté en plusieurs personnes ou la même personne segmentée en différents temps? (p.86).
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Antonio Tabucchi (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antonio Tabucchi
Sostiene Pereira (IT) - Afirma Pereira (PT)
Com realização do italiano Roberto Faenza, Afirma Pereira é uma co-produção entre Portugal, França e Itália que adapta para cinema um dos romances de António Tabucchi.
Pereira é um jornalista português do Lisboa, nos anos 30, que no cinema foi interpretado pelo famoso actor italiano Marcello Mastroianni.
Joaquim de Almeida intrepreta o prestável e informado criado de mesa do café Orquídea que servia a Pereira as suas açucaradas limonadas e as oleosas omoletas e lhe sugeria, ao mesmo tempo, notícias impublicáveis.
Pereira é um ex-jornalista de pequenas notícias que, um dia, é promovido a responsável pela página cultural do vespertino O Lisboa e que, confrontado com as ideias de liberdade de dois jovens, acaba por alterar completamente a sua vida.
Nicolau Breyner é o pároco confidente. Teresa Madruga é a porteira delatora. Nicoletta Braschi (conhecida por A Vida é Bela de Roberto Benigni) e Daniel Auteuil (Dr. Cardoso) são outros actores de renome internacional que participam no filme.
O filme foi rodado em Portugal em locais tão diferentes como o Pavilhão de Exposições da Faculdade de Agronomia (em Lisboa), o Museu Castro Guimarães (em Cascais), a Casa do Alentejo (em Lisboa), o Jardim de S. Pedro de Alcântara e a Estação do Rossio.
A acção decorre no Verão quente de 1938, onde um gasto jornalista se rendia ao politicamente correcto para assim evitar cair nas malhas da Polícia inquisidora.
Pereira consegue recuperar a alegria de viver ao põr o coração à frente da realidade, ao deixar prevalecer a verdade sobre os ditames da PIDE, da censura e da propaganda.
+ Lire la suite
autres livres classés : portugalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Que peut-on ambitionner, désirer, prétendre, rêver, souhaiter, viser, vouloir avec Pereira ?

Qui est Pereira ?

Un détective privé
Un policier corrompu
Un journaliste
Un membre de la milice
Il est tout cela à la fois

20 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Pereira prétend de Antonio TabucchiCréer un quiz sur ce livre