AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253241683
288 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (06/01/2021)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.64/5 (sur 312 notes)
Résumé :
SI CLARA N’AVAIT PAS AIMÉ CET HOMME, ELLE SERAIT TOUJOURS EN VIE.
Aujourd’hui, Clara n’est plus qu’un dossier sur le bureau de Tomar Khan. On vient de la retrouver morte, flottant dans le magnifique bassin Art Déco d’une piscine parisienne. Le suicide paraît évident.
Tomar est prêt à fermer le dossier, d’autant qu’il est très préoccupé par une enquête qui le concerne et se resserre autour de lui. Mais Rhonda,son adjointe, veut comprendre pourquoi une j... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (143) Voir plus Ajouter une critique
Cancie
  29 mars 2020
Un dimanche matin de juillet, José se rend très tôt à la piscine où il est maître-nageur sauveteur depuis 5 ans, pour prendre son service. Il est chargé aussi de la coordination des activités aquatiques. Quand il arrive, il voit au centre du magnifique bassin Art Déco, le corps flottant d'une femme : "une longue traînée rouge s'échappait des poignets de ce corps inerte..". le suicide paraît évident.
Le commandant Tomar Khan et son équipe : Rhonda, Dino et Francky sont chargés de l'affaire, affaire qui paraît simple à Tomar et qui ne semble pas nécessiter d'enquête. Mais Rhonda, son amante et collègue, ne l'entend pas de cette oreille. Pour elle, Il est impossible, qu'une jeune femme comme Clara, aussi lumineuse, courageuse et passionnée, en soit venue à mettre fin à ces jours. Il est hors de question de laisser tomber, il faut chercher l'origine de cette souffrance qui l'a conduite à ce geste. Car le maître-nageur reconnaît qu'il y avait souffrance chez Clara puisqu'elle pleurait sous l'eau... Il explique : "Celle qui pleure sous l'eau" est une expression utilisée en compétition : "Quand un nageur vient s'entraîner et qu'il traverse des épreuves dans sa vie privée, on lui dit qu'il n'a qu'à pleurer sous l'eau, là où personne ne pourra le voir".
Quant à Tomar, lui a d'autres soucis. Il est convoqué et interrogé par la nouvelle procureure. Saura-t-il faire face ?
J'ai appris en fin de lecture que Niko Tackian avait déjà écrit deux autres romans avec les mêmes personnages. Cela ne m'a en aucune manière gênée de ne pas les avoir lus avant.
J'ai été emportée dès le début par ce polar où la réalité dépasse presque la fiction. En effet, dans ce roman l'auteur traite avec une grande sensibilité de la manipulation psychologique que certains n'hésitent pas à faire subir aux femmes chez qui ils sentent une faiblesse, une fragilité ainsi que des violences conjugales. Quelles soient physiques ou psychologiques, ces violences indignes de l'être humain ont du mal à être prises en compte par la justice.
Niko Takian rend un bel hommage à ces femmes et au courage qu'elles déploient, pour échapper à l'emprise de ces ignobles personnages. Ara, 83 ans, mère de Tomar personnifie magnifiquement cette peur omniprésente du mari violent et la force et le courage extraordinaire déployés pour échapper à ces maltraitances et, plus tard aider des femmes dans la même situation.
L'écrivain profite aussi de ce roman pour décrire ces zones de non-droit où dealers et caïds se côtoient, vivant principalement du commerce de la drogue.
Un polar magnifique qui rend un bel hommage aux femmes !

Lien : http://notre-jardin-des-livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1070
Fandol
  10 avril 2020
De très bonne heure, un matin, José Mendez, Maître-nageur-sauveteur responsable de la piscine Pailleron, à Paris, découvre le cadavre d'une jeune femme qui flotte à la surface du grand bassin. C'est un suicide et tout aurait pu s'arrêter là mais entre en jeu Tomar Khan, commandant de police, personnage déjà créé par Niko Tackian, et surtout son adjointe, Rhonda, sans oublier Marco Berthier, collègue à la retraite et avec qui Tomar se défoule en boxant.
Le polar est lancé avec d'autres interrogations qui pointent vite comme cette menace sérieuse qui plane sur Tomar. Une jeune substitute du procureur, Ovidie Metzger, veut la peau de Tomar, l'accusant d'avoir tué un flic de l'IGPN (Inspection générale de la police nationale) qui l'ennuyait.
Très vite, se fait jour, dans ce roman policier, la souffrance des femmes séduites puis abandonnées, enceintes, obligées d'avorter et poussées au suicide. La violence peut être physique aussi comme l'a subi Ara, la mère de Tomar. D'ailleurs, elle ne supporte pas d'entendre son voisin frapper son épouse et, malgré ses quatre-vingt-trois ans, elle intervient courageusement.
Autour du thème principal, l'auteur m'a baladé dans Paris, en banlieue, chez de dangereux dealers, fait visiter les nouveaux locaux de la police criminelle parisienne au 36, non plus Quai des orfèvres mais rue du Bastion.
Inutile d'en dire plus car il faut se laisser emmener par l'auteur qui sait bien faire vibrer son lecteur. Il m'a intrigué, inquiété, rassuré puis à nouveau fait trembler. Son récit est vivant, varié et surtout palpitant. Bref, Celle qui pleurait sous l'eau est un excellent roman policier. le titre mérite juste une petite explication car il est remarquablement choisi. Dans le milieu de la natation, on dit qu'un nageur qui des problèmes dans sa vie privée, qu'il n'a qu'à pleurer sous l'eau… et cela nous ramène à la scène dramatique, au début du roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9111
Jeanfrancoislemoine
  15 janvier 2021
Après quelques lectures difficiles , me voici en compagnie d'un nouvel opus de Niko Tackian , un auteur que je " fréquente " régulièrement et chez lequel je me plais à retrouver des personnages récurrents dont le caractère se " complète " un peu plus à chaque " aventure " . Soyons toutefois précis , on peut tout à fait découvrir cette enquête sans avoir lu les précédentes. Comme à l'habitude , c'est un livre facile à lire ( rien de péjoratif dans ce qualificatif) . L'écriture est limpide , contrairement , d'ailleurs à l'eau de la piscine dans laquelle flotte le cadavre de la pauvre Clara dont les veines sectionnées confirment le décès par suicide....Une enquête particulièrement délicate débute , menée par Tomar , Rhonda et leurs collégues du 36 ....le nouveau 36 . Enquête bien menée avec ses fausses pistes , ses rebondissements ,enquête d'autant plus difficile que Tomar doit lui- même faire face à des tourments personnels ...qui peuvent le conduire " en enfer "...
Je le disais , c'est un roman bien écrit , dans lequel se succèdent des scènes pour le moins " agitées " et des scènes plus " intimes " , celles d'interrogatoires par exemple . Les dialogues accélèrent le rythme et servent parfaitement " la vie " de l'intrigue et certains thèmes du monde contemporain sont abordés, drogue , luttes de clans , échange de coups de feu , perversité , violences conjugales , etc... Un " mélange " bien organisé et géré qui donne " du corps " à l'intrigue sans la rendre confuse et donc complexe . Il est du reste à noter que le nombre relativement restreint de personnages contribue à cette " clarté " bienvenue.
Nino Tackian maîtrise son sujet et nous offre une nouvelle fois un " beau roman " à la française qui constituerait un solide scénario pour un " bon film " comme ceux " d' avant " que , personnellement, j'adorais . Et puis , quand on parle " du 36 " , hein , ça parle , même si , " le 36 ", aujourd'hui ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          698
tutesvuquandtaslu
  29 janvier 2021
Depuis plus d un an, Niko Tackian est devenu l'une de mes valeurs sûres dans les thrillers, dans les polars.
Je l'ai découvert avec Avalanche hôtel puis avec les aventures de tomar.
Dans ce dernier opus, Tomar n'enquête pas sur le dernier crime irrésolu confié à son équipe. Non. Tomar enquête pour lui même, sur lui-même.
Une enquête pour prouver qui n'est pas, de nouveau, un meurtrier.
Cette partie du livre m'a beaucoup intéressée.
L'enquête officielle dirigée par Rhonda, la coéquipière et compagne de Tomar m'a beaucoup moins passionnée.
Le thème était pourtant intéressant : le meurtre par suicide.
L'abus d'hommes malveillants sur des femmes fragiles, victimes de ces violences et poussées au suicide.
J'apprécie beaucoup Rhonda, son caractère et sa force.
Pourtant l'absence de Tomar, de son tempérament de sa vision ont fait que j'ai moins accroché sur cette enquête.
Il ne s'agit pas d'une déception simplement de petite accro dans mon amour de cet auteur.
Ce livre fait partie de la sélection du Prix des lecteurs de Livre de poche catégorie polar.

L'avez-vous lu ? Qu'en avez-vous pensé ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          530
Aliice28
  05 avril 2020
C'est le deuxième roman de l'auteur que je lis après Avalanche Hôtel. Je n'ai donc pas lu les deux tomes précédant celui-ci, mais cela ne gêne en rien la lecture.
Ce polar traite habilement de la manipulation psychologique et des conséquences sur les victimes. Seul regret, je trouve que l'enquête est résolue bien trop vite, on ne voit rien venir. Mais cela reste un très moment de lecture malgré tout !
Commenter  J’apprécie          492


critiques presse (1)
LeFigaro   12 mars 2020
Une nouvelle enquête musclée du commandant Tomar Khan, de la PJ de Paris. Le thriller français se porte bien.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
FandolFandol   16 avril 2020
- …Clara, c’était une fille pleine de passion, et très courageuse. Mais il y avait quelque chose d’enfoui… une souffrance. Elle pleurait sous l’eau.
– Comment ça, elle pleurait sous l’eau ? Qu’est-ce que vous voulez dire ?
– C’est une expression qu’on utilise en compétition. Quand un nageur vient s’entraîner et qu’il traverse des épreuves dans sa vie privée, on lui dit qu’il n’a qu’à pleurer sous l’eau, là où personne ne pourra le voir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
CancieCancie   30 mars 2020
C'est comme ça dans notre société, quand on ne rentre pas dans la norme, on est exclu du système. Il n'y a aucune place pour les gens différents : pas le temps, pas les moyens, pas les effectifs.
Commenter  J’apprécie          400
FandolFandol   19 avril 2020
Elle se rapprocha de l’entrée du bassin et entra dans l’eau d’un coup. Son corps fut parcouru d’un agréable frisson alors qu’elle commençait à nager dans la ligne. C’était un jour rempli de joie et d’espoir, un jour où on oubliait de pleurer sous l’eau…
Commenter  J’apprécie          260
CancieCancie   29 mars 2020
Plus ça va, moins on a de liberté, avait-il expliqué un jour à Tomar. À force de vouloir les protéger, ces foutues libertés, on finit par tout interdire.
Commenter  J’apprécie          420
FandolFandol   17 avril 2020
Il avait les yeux sombres, aussi sombres que ceux de tous les connards qui battaient leurs femmes. Ce n’était pas une question de couleur, c’était leur âme qui avait perdu la lumière.
Commenter  J’apprécie          320

Videos de Niko Tackian (62) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Niko Tackian
Extrait du livre audio "Solitudes" de Niko Tackian lu par François Hatt. ©Editions Audiolib. Parution en CD et en numérique le 14 avril 2021.
https://www.audiolib.fr/livre-audio/solitudes-9791035405731
autres livres classés : violences conjugalesVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2081 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..