AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Celle qui pleurait sous l'eau (41)

Cancie
Cancie   29 mars 2020
Plus ça va, moins on a de liberté, avait-il expliqué un jour à Tomar. À force de vouloir les protéger, ces foutues libertés, on finit par tout interdire.
Commenter  J’apprécie          410
Cancie
Cancie   30 mars 2020
C'est comme ça dans notre société, quand on ne rentre pas dans la norme, on est exclu du système. Il n'y a aucune place pour les gens différents : pas le temps, pas les moyens, pas les effectifs.
Commenter  J’apprécie          370
galyalain
galyalain   25 février 2020
Elle était belle, foutrement belle, et Tomar pensa qu’il devrait vraiment le lui dire plus souvent. Comment on se retrouvait à ne pas savoir parler aux gens à qui on tenait le plus ? Quel bordel psychique faisait de lui ce gars solitaire et silencieux alors qu’il se trouvait avec la femme idéale ? (Tomar et Rhonda)
Commenter  J’apprécie          60
Bazart
Bazart   29 février 2020
Tomar était bien obligé de reconnaitre qu'elle en jetait méchamment, cette cathédrale de lumière regroupant tous les services de la juridiction parisienne, avec ses 90 salles d'audience et son hall gigantesque encadré de coursives et d'escaliers roulants d'une blancheur immaculée.
Commenter  J’apprécie          50
baradoz56
baradoz56   30 janvier 2020
Tomar ne savait pas trop quoi en penser. Son boulot au 36 – il fallait encore qu’il s’habitue à l’appeler le Bastion ou le New 36 comme certains de ses collègues – ne l’exposait pas quotidiennement à la frustration du travail de terrain. Mais il songeait à tous ces jeunes qui, une fois sortis de l’école de police, s’engageaient par conviction pour devenir gardiens de la paix. Par le seul port de l’uniforme, ils se transformaient radicalement dans les yeux des autres. Autrefois, on pouvait y lire le respect, mais aujourd’hui la haine du flic s’étalait librement dans la rue, sur les réseaux sociaux, attisée par la complaisance des médias jamais avares en images de prétendues « bavures policières ».
Commenter  J’apprécie          50
collectifpolar
collectifpolar   05 janvier 2020
Après avoir remonté le long des grilles du parc, José avait bifurqué sur la gauche pour rejoindre la rue Jean-Ménans, puis sur la droite pour longer le vaste bâtiment en briques rouge vif qui abritait la piscine Pailleron. Il travaillait là depuis presque cinq ans en tant que maître-nageur sauveteur et s’occupait de la coordination des activités aquatiques. À ce titre, il était toujours le premier MNS sur place. Sur le côté du bâtiment se trouvait une porte d’accès réservé dont le verrou s’enclenchait avec un code. Normalement la piscine était sous alarme mais le système était tombé en rade depuis le début de l’été.

— Putain, lâcha-t-il.
Commenter  J’apprécie          40
galyalain
galyalain   25 février 2020
- Plus ça va, moins on a de liberté […] A force de vouloir les protéger, ces foutues libertés, on finit par tout interdire. T’as envie de perdre un peu de thunes en jouant avec tes potes ? Où est le mal ? C’est comme la clope et l’alcool, si t’as envie de crever plus tôt, qui peut t’interdire de prendre du bon temps ? Tout ça pour quoi ? Pour nourrir la gagneuse officielle – comprendre la Française des jeux- qui tapine pour l’Etat. Ça me fout la gerbe rien qu’à regarder un billet de loto. (Berthier)
Commenter  J’apprécie          30
Entre2Livres
Entre2Livres   16 février 2020
La nature avait ce pouvoir de vous transformer en voyageur immobile, ravivant des souvenirs lointains que l’on croyait perdus à jamais.
Commenter  J’apprécie          30
Matatoune
Matatoune   16 janvier 2020
Elle ne pouvait pas partir, pas tout de suite, elle lui devait de le protéger encore un peu, du mieux qu'elle le pouvait.
Commenter  J’apprécie          30
Matatoune
Matatoune   15 janvier 2020
Le sport comme exutoire, la douleur des muscles pour atténuer celle de l'âme, c'était la seule manière qu'il connaissait pour faire face.
Commenter  J’apprécie          30




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

    Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

    seul
    profond
    terrible
    intense

    20 questions
    1822 lecteurs ont répondu
    Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre