AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de gruz


gruz
  07 janvier 2020
Après un titre qui claque (« Toxique »), un autre qui joue avec les langues (« Fantazmë »), le troisième acte des aventures du commandant Tomar Khan sonne d'une poésie mélancolique.

Chaque opus de cette trilogie inachevée possède sa propre ambiance. « Celle qui pleurait sous l'eau » ne déroge donc pas à la règle et l'atmosphère colle assez bien avec son nom.

Autant les deux premiers livres pouvaient presque se lire individuellement, autant celui-ci mérite qu'on connaisse ce qu'il s'est passé durant « Fantazmë ». On est, en effet, au plus près de Khan durant cette intrigue, en parallèle de l'enquête autour d'un suicide.

Tomar a des blancs, des trous de mémoire, il va se retrouver forcé de les combler.

Après un précédent roman qui parlait du non respect des droits fondamentaux de l'Homme, on pourrait dire que cette fois-ci il est question des droits des femmes. Un sujet tout en sensibilité qui imprime le tempo et l'ambiance. C'est d'ailleurs davantage l'adjointe Rhonda qui mène le bal, Tomar étant empêtré dans ses affaires.

Ce récit est sans doute moins musclé que le précédent, mais Niko Tackian reste fidèle à son style. Une écriture cinématographique (il dit lui-même réfléchir en images), un rythme soutenu, des chapitres courts. Une manière assez graphique de décrire les scènes, même la mort.

Rentre justice. L'obstination de cette équipe de policier. Quitte à flirter avec les lignes jaunes.

Il y a du rythme, il y a de l'action, mais aussi de l'émotion. Parce que chez Tackian le supplément d'âme est bien présent.

C'est vrai que moi qui aime les romans denses, j'ai toujours un goût de reviens-y, et je trouve ses romans trop courts. Un peu frustrant, mais c'est le style de l'auteur et il s'y meut comme un poisson dans l'eau.

A noter l'excellent travail d'immersion réalisé pour tout ce qui touche au 36 rue du Bastion, le bâtiment où se trouvent les services de la police judiciaire depuis juillet 2017. On a vraiment l'impression d'entrer dans les coulisses.

« Celle qui pleurait sous l'eau » est un thriller cadencé, au sujet sensible, qui touche à l'intime. La manière dont Niko Tackian y fait évoluer ses personnages les rend de plus en plus attachants. A suivre, clairement…
Lien : https://gruznamur.com/2020/0..
Commenter  J’apprécie          200



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (20)voir plus