AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782742753970
90 pages
Éditeur : Actes Sud (02/03/2005)
3.53/5   16 notes
Résumé :
"La légende d'Ahraha Pokou, reine baoulé, m'a été contée pour la première fois quand j'avais autour de dix ans. Je me souviens que l'histoire de cette femme sacrifiant son fils unique pour sauver son peuple avait frappé mon imagination de petite fille vivant à Abidjan. Je me représentais Pokou sous les traits d'une Madone noire. Plus tard, au lycée, je retrouvai le récit du sacrifice, mais cette fois-ci dans mon livre d'histoire. Un petit encart dans le chapitre sur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
TiboLexie
  11 septembre 2020
Comment naissent les légendes ? Par un acte héroïque, aux contours insaisissables ? C'est le cas ici, dit-on ! La reine Pokou sacrifia son fils pour sauver son peuple alors en très mauvaise posture.
Les dieux ont été exigeants, et le fardeau désormais trop lourd à porter pour la mère devenue inconsolable. Toutefois, la grande dame convoitait le pouvoir depuis longtemps. de fait, n'avait-elle pas intériorisé ce sacrifice ?
"La puissance porte toujours un masque grimaçant" prévient l'auteure qui s'attache à questionner cette légende dans sa véracité et sa symbolique. le récit est certes bref mais intense et épique. Une belle lecture.
Commenter  J’apprécie          182
miriam
  20 octobre 2011
Joli livre qui se lit d'un trait et qui commence comme un conte.
C'est la légende d'une reine baoulé qui a sacrifié son enfant pour sauver son peuple en fuite.
Le récit n'est pas linéaire. Il a un commencement qui est la naissance d'une princesse, la mort du roi, les luttes de successions… Mais il a autant de fins qu'on veut l'imaginer. Les différentes interprétations du sacrifice de l'enfant jeté pour apaiser la colère du fleuve se répondent comme les partitions des interprètes du concerto.
Pour moi, ce serait plutôt une fugue où se mêlerait héroïsme et ambition de la princesse, désespoir de la mère,
Commenter  J’apprécie          90
Charybde2
  18 mars 2013
Variations imaginées de l'histoire de la reine Pokou, fondatrice mythique de la nation baoulé en Côte d'Ivoire.
Ce "concerto pour un sacrifice" (comme le nomme le sous-titre) publié en 2004 constitue un intéressant exercice mené par l'Ivoirienne Véronique Tadjo.
Revisitant l'un des mythes fondateurs de l'histoire nationale de la Côte d'Ivoire, celui de la reine Pokou, qui sacrifia son fils en le livrant aux dieux du fleuve, pour que son peuple puisse traverser et échappe à ses poursuivants, fondant ainsi la nation baoulé (de "Ba-ou-li" : l'enfant est mort), Véronique Tadjo explore à la fois le conte "officiel" (en 30 pages) et surtout de possibles alternatives (en 60 pages), spéculations bienvenues sur ce qu'aurait pu faire la reine mythique, en fonction de ses motivations réelles ou supposées, de sa bonté, de son courage, de sa soif de pouvoir, de son machiavélisme...
Variations réussies par une auteur qui se définit elle-même comme une poète avant tout, et dont l'écriture particulière rend bien compte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
psambou
  16 mai 2018
L'auteur Véronique Tadjo imagine différents scénari autour de la légende d'Abraha Pokou, reine baoulé, qui a sacrifié son fils unique en le jetant dans les eaux furieuses d'un fleuve qu'il faut apaiser pour offrir le passage à son peuple en fuite et lui permettre de rejoindre des terres où il sera en sécurité. Beau court roman qui permet d'une part de découvrir une personnalité féminine originaire du continent africain, et d'autre part d'imaginer tous les tiraillements et interrogations auxquels une mère amenée à exécuter ce geste assassin peut être soumise.
Commenter  J’apprécie          10
veronique55
  17 août 2018
Très belle écriture qui fait penser au livres de Gaude mais trop triste à mon goût
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
TiboLexieTiboLexie   10 septembre 2020
Ses prières devenaient de plus en plus pressantes tandis que les ragots prenaient de l'ampleur : et si des forces maléfiques tournaient autour d'elle ? Et si l'aridité de son ventre était une preuve de sorcellerie ?
A près avoir été un sujet de railleries, Pokou inspirait à présent de la crainte.
Commenter  J’apprécie          60
everrandorianoeverrandoriano   10 janvier 2019
Une femme sans enfant est comme un condiment amer que l'on mêle à une sauce.Il la rend immangeable.
Commenter  J’apprécie          10
everrandorianoeverrandoriano   27 janvier 2019
On dit qu'une femme ne peut atteindre les hauteurs du pouvoir qu'en refusant l'enfantement.
Commenter  J’apprécie          10
MygogoMygogo   18 janvier 2021
La puissance porte toujours un masque grimaçant.
Commenter  J’apprécie          20
everrandorianoeverrandoriano   10 janvier 2019
Lorsque la mort s'empare de sa proie,on ne peut l'empêcher de l'avaler.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Véronique Tadjo (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Véronique Tadjo
Vidéo de Véronique Tadjo
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura