AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2130729509
Éditeur : Presses Universitaires de France (18/03/2015)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Et si, derrière la « poussée des populismes » en Europe, se cachait une puissante vague nationaliste ? Au cours des trois dernières décennies, des mobilisations nationalistes et identitaires ont donné naissance à des formations politiques perturbatrices, désormais solidement installées. Pierre-André Taguieff ne voit pas en elles l'expression d'une « fièvre populiste » ni l'indice d'un « retour du fascisme », mais le surgissement d'un nouveau type de contestation des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
virgidoc2
  25 septembre 2015
La rigueur intellectuelle de Taguieff ainsi que ses nombreuses références à de nombreux spécialistes offrent un éclairage précis sur le discours nationaliste donjt le principal thème actuel porte sur l'identité collective menacée. Taguieff remet les concepts en place, redéfinit les notions telles que le populisme, loin des clichés médiatiques et des termes utilisés à la va-vite. Un temps pour une réflexion constructive et éclairée.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
virgidoc2virgidoc2   23 septembre 2015
Le populisme politique implique la valorisation du peuple, opposé soit aux élites et aux étrangers, ou encore aux élites et aux étrangers, voire aux élites perçues comme étrangères, déterritorialisées, "mondialisées", devenues cosmopolites de fait. Le bon peuple est enraciné dans un territoire et une histoire, il est doté d'une identité distincte liée à sa nationalité, il est resté "lui-même", au contraire des élites ou des immigrés, dénoncés comme déracinés, donc sans identité distinctive ( "immigration cosmopolite", élites "nomades", ou "mondialisées" ). On entendra donc par "populisme", sans considérer ses variantes de droite et de gauche, une idéalisation ou une transfiguration du "peuple", nous l'avons vu, qu'il soit pris dans sa partie basse (latin plebs) ou dans sa totalité ( populus), en tant qu'il serait seul porteur de qualités humaines et de vertus natives.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
virgidoc2virgidoc2   25 septembre 2015
Il est facile de constater que le besoin d'identité, qu'il soit ou non un invariant anthropologique, s'exacerbe en même temps que s'impose l'uniformisation techno-marchande du monde.
Les dérives identitaires suivent ou accompagnent ainsi l'emprise globalitaire. Ce n'est pas par hasard que les protestations et les revendications néopopulistes se cristallisent autour des thèmes identitaires ou nationalistes, exprimant l'inquiétude, la rage ou la nostalgie d'individus en cours de désaffiliation et de privation d'héritages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
virgidoc2virgidoc2   25 septembre 2015
A propos des nouveaux conflits identitaires, François Thual, spécialiste de géopolitique, soulignait le fait que, "face aux acides déstructurants de la modernité, face à la misère économique, à la désintégration politique, l'identité collective d'un groupe humain redevient le seul point stable". Dans les Etats-nations reconnus, les conflits identitaires, qui dérivent d'une "peur existentielle", d'une peur de disparaître, prennent l'allure de conflits pour la survie du groupe majoritaire se sentant menacé par l'afflux de populations migrantes. Le groupe majoritaire se perçoit comme victime, il s'érige en victime exemplaire, illustrant le processus appelé "égoïsme de la victimisation" par le psychiatre John E.Mack.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
virgidoc2virgidoc2   25 septembre 2015
Dans The Open and closed Mind ( 1960 ), le psychologue Milton Rokeach a mis en évidence la double fonction des systèmes de croyance, délirants ou non : "Comprendre le monde aussi bien que possible et se défendre contre lui autant qu'il est nécessaire". Aux humains, l'on peut donc attribuer "deux séries opposées de motivations : le besoin de savoir et celui de se défendre contre la menace". Dans certaines situations, le besoin cognitif peut en effet entrer en collision avec le besoin de sécurité, ce qui a notamment pour conséquence d'engendrer des jugements erronés sur la situation donnée. Lorsque prévaut l'impératif de se défendre contre une menace ( que celle-ci soit réelle ou imaginaire ) les intérêts cognitifs sont pour ainsi dire décrochés de la quête du vrai pour être mis au service de l'impératif sécuritaire, ce qui produit ou renforce des "biais de confirmation d'hypothèse", raisonnements fallacieux qui, par exemple en remplaçant l'analyse objective de la situation conflictuelle par la projection d'un ensemble de préjugés sur l'ennemi, empêchent de lutter efficacement contre la menace, lorsque celle-ci est réelle. Lorsqu'elle est fictive, le risque est celui d'un enfermement dans un délire paranoïaque qui prend souvent la forme d'une vision conspirationniste peuplant le monde, en tout ou en partie, d'ennemis cachés, pervers et redoutables. A la suite du psychologue politique Vamik Volkan, on peut supposer l'existence d'un besoin humain d'identifier certains groupes comme ennemis et d'autres comme alliés, qui se manifeste notamment dans les phénomènes ethniques et dans les nationalismes. Dans tous les cas, il s'agit de maintenir, de protéger et de renforcer l'identité collective.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
virgidoc2virgidoc2   23 septembre 2015
Le conflit populiste le plus structurant ne serait plus à chercher dans les affrontements entre gauche et droite, ou entre réformateurs ( ou progressistes ) et conservateurs. L'hypothèse est que, dans les sociétés européennes, le véritable conflit se situe désormais entre les élites qui sont devenues plus sceptiques à l'égard de la démocratie et les gens en colère qui sont devenus plus hostiles au libéralisme ( et au pluralisme qu'il implique ). La mystique du peuple enveloppe un hypermoralisme qui alimente le soupçon à l'égard des élites en même temps qu'une confiance naïve dans les vertus du peuple et de ceux qui les chantent, les démagogues dits "populistes".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Pierre-André Taguieff (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre-André Taguieff
François Busnel reçoit Patrice Gueniffey sur le plateau de la Grande Librairie. L'auteur, historien, spécialiste de la Révolution française, publie «Napoléon et De Gaulle». À ses côtés, Annick Duraffour évoque «Céline, la race, le Juif», ouvrage coécrit avec Pierre-André Taguieff, également sur le plateau, autour de la figure controverse du célèbre écrivain, auteur du «Voyage au bout de la nuit». Christophe Boltanski publie «La cache», texte autobiographique qui recense souvenirs d'enfance et anecdotes familiales. Dans «Vie de ma voisine», Geneviève Brisac rend hommage à Eugénie Plocki, fille d'un couple de juifs polonais, tués pendant la Seconde Guerre mondiale.
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature sud-africaine

Lequel de ces écrivains est Sud-africain ?

Alan Paton
Kurt Vonnegut
John Braine

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-africaine , littérature , afrique du sudCréer un quiz sur ce livre