AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1699681880
Éditeur : Auto édition (13/10/2019)

Note moyenne : 4.56/5 (sur 16 notes)
Résumé :
11 septembre 2001.
En une nuit, un brouillard dense et ténébreux s’abat sur le monde devenu aveugle. La panique s’installe.

À La Rochelle, dans un petit immeuble à l’agonie occupé par une poignée d’habitants aux abois, Agathe tente de survivre.

Mais il y a pire que le smog et la folie qu’il engendre, il y a les autres, ceux qui se repaissent de la brume, qui l’avalent et la recrachent avec fureur…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
mcd30
  24 octobre 2019
Un jour de Septembre 2001, le monde entier se retrouve dans la purée de pois. Un brouillard à couper au couteau plonge la planète et ses habitants dans les ténèbres.
Luca Tahtieazym nous offre sa version du 11 septembre, si la chute des deux tours a impacté insidieusement toute la planète, là, cette catastrophe va toucher toute la population d'un coup entraînant de la panique, des théories du complot et une incapacité des dirigeants à régler quoi que soit.
Ce brouillard est là et c'est tout, il va devenir un révélateur pas toujours flatteur de l'humanité car c'est chacun pour soi ou presque.
Pendant quelques mois, nous allons fréquenter la vie des habitants d'un immeuble de La Rochelle, des gens comme vous et moi, qui vont faire face à une situation exceptionnelle. L'ordre et l'anonymat des habitants va laisser la place à une communauté qui doit se serrer les coudes car dehors c'est la jungle.Nous allons découvrir Agathe, jeune femme solitaire, qui va devoir s'occuper de son neveu et de sa nièce. Elle est anti-conformiste, a un coeur en or et viendra en aide à beaucoup de personnes dont un aveugle et même à un chien, Ornicar. Après viennent tous les voisins avec chacun leur caractère, un monde en miniature qui va devoir s'organiser pour survivre.
Les dialogues et les situations sont criants de vérité, on peut s'y retrouver. Quant aux personnages entre survivalist, égoïste, amoureux, clochard, grand-mère aigrie où pas, plus les morts et ls disparus car eux aussi influencent la vie de tous.
C'est un roman qui se lit d'une traite. Coup de chapeau à l'auteur, pour la fin de l'histoire et merci pour ce SP.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          473
Marie-Nel
  20 octobre 2019
Luca Tahtieazym fait partie de ces auteurs pour lesquels je sais que je ne vais pas être déçue, la lecture de ses romans est toujours une expérience littéraire. Il sait créer un univers, avec beaucoup de réalisme et c'est ce qui est encore plus troublant pour le lecteur. On arrive très vite à faire l'amalgame entre ce qu'on lit et ce qu'on vit dans le monde extérieur.
Je ne vais pas vous parler de l'histoire en elle-même, ce serait vraiment trop dommage que vous ne la découvriez pas par vous-même à votre rythme et à celui de l'auteur. Ce qui m'a intriguée lors de ma lecture du résumé, c'est cette date, célèbre, cruelle, sombre et synonyme d'horreur. Je me suis alors demandée ce que l'auteur allait bien pouvoir faire avec. En plus, l'action se passe en France, à La Rochelle, allait-il nous parler des deux tours, de la catastrophe des États-Unis, c'était mon grand questionnement. Ici, cette catastrophe allait prendre vie sous la forme d'un brouillard dense et épais, le Smog. Vous savez, ce genre de brouillard où vous ne voyez pas à plus de vingt centimètres, provoquant un arrêt total de tout transport, terrestre, aérien ou ferroviaire, étant la cause de nombreux accidents et vous obligeant à rester confiné chez soi. C'est ce que vont vivre les locataires d'un immeuble de la Rochelle. Ils se réveillent un matin avec ce temps bas et fort nuageux, un premier drame va avoir lieu à cause de lui, obligeant un de ces habitants à le braver. Malheureusement, ce brouillard perdure et s'installe dans la durée, obligeant chacun à organiser sa vie et sa survie autrement. Des voisins qui ne s'étaient jamais adressés la parole vont se côtoyer, des caractères vont s'affronter. Les comportements changent dans le drame et le malheur. Certains vont révéler une certaine empathie et solidarité, tandis que d'autres vont rester plus individualistes et rester dans leur solitude.
Suivre ces personnes a été très enrichissant pour moi. Les voir évoluer dans ce brouillard a été très fort, humainement parlant. Je ne sais pas comment j'aurais réagi à leur place, et je pense qu'on ne peut pas savoir non plus. On change généralement du tout au tout quand on vit une tragédie. En cherchant sur le net pour savoir si un tel phénomène a déjà existé, j'ai trouvé des événements similaires à Londres en 1952, pendant quatre jours, du 5 au 9 décembre. Cette brume tenace aurait provoqué des milliers de morts et rendu malade de nombreuses personnes. Ici, dans le roman, le smog va durer beaucoup plus longtemps, je vous laisse découvrir la durée. Les questions du pourquoi l'apparition de ce phénomène sont nombreuses, et les personnages vont se les poser. Plus le temps avance, et plus les causes semblent atmosphériques. Comme toute personne confrontée à une catastrophe, ils vont espérer chaque soir en s'endormant que le lendemain sera meilleur. L'espoir rend plus fort et surtout fait tenir face à l'adversité.
Luca Tahtieazym en profite pour faire passer plein de messages. Des généraux qui sont d'actualité, comme la pollution, la répercussion de celle-ci sur notre vie. Des plus humains, comme la solidarité, l'entraide, la survie, l'espoir, le partage. Des autres que l'on connaît en état de guerre, de l'individualisme, les émeutes, les confrontations, l'incivisme, la dualité. L'auteur a bien travaillé chaque trait de caractère de ses personnages, j'ai suivi avec plaisir et parfois avec surprise, les évolutions de chacun d'eux, et notamment l'héroïne, Agathe. D'une nature asociale et solitaire avant le smog, elle va devenir plus humaine et plus avenante au fur et à mesure.
Les personnages, d'ailleurs, parlons-en. L'auteur a ses prénoms fétiches, Simon, Romain... vont se greffer à ceux là, Agathe, Félix, Louis, Simone, Sacha. Tous ont leur particularité spécifique, tous vont changer, tous vont se révéler dans les épreuves. Et celles-ci seront nombreuses, comme vous pouvez vous l'imaginer avec un tel fléau. Et je dois dire que je suis d'ailleurs assez épatée car l'auteur a pensé à tout, comme s'il avait déjà vécu les mêmes choses. Il a pensé aux problèmes de déplacements, de ravitaillements, de santé, etc... Il s'est vraiment mis dans la peau de quelqu'un qui doit survivre et vivre dans les mêmes conditions. Et c'est quand même une belle prouesse.
Le tout est toujours aussi bien écrit, avec des phrases plus ou moins courtes selon l'action du moment. Ce que j'apprécie également beaucoup chez cet auteur, c'est la richesse du vocabulaire, avec des synonymes employés qui me font aller chercher dans le dictionnaire leurs significations. J'adore le fait de m'enrichir de nouveaux mots après une lecture. Voilà, j'aime beaucoup lorsqu'un roman a le double rôle de me divertir et de me faire apprendre de nouveaux faits d'actualité ou de nouveaux mots. J'ai retrouvé certaines petites spécificités de l'auteur vues dans ses autres romans. Comme par exemple, la fin d'une phrase à un chapitre reprise pour commencer le chapitre suivant. Il l'avait déjà fait dans Ceux qui ne renonçaient pas, il l'a fait certaines fois dans ce roman-ci. L'atmosphère de ce roman m'a également rappelé un autre de ses romans, La forêt, où des enfants vivaient en huis clos. Il en fait d'ailleurs mention à un moment avec Agathe.
La narration ici se fait à la fois à la troisième personne et à la première personne puisque c'est raconté par un narrateur dont l'identité ne nous sera révélée que seulement à la fin. J'ai apprécié ce mystère et été surprise par la révélation finale. Les émotions sont très bien retranscrites, ceux positifs, comme l'amitié ou l'entraide ou ceux plus négatifs comme la peur ou la haine. Une chose est certaine maintenant, je ne verrais plus le brouillard de la même façon. Déjà que j'ai horreur de conduire avec, alors là, c'est encore pire ! J'ai d'ailleurs lu ce roman un jour de mauvais temps avec forte pluie et donc brume, j'en avais des frissons lorsque je relevais la tête du livre pour voir le décor extérieur, hantée par ma lecture.
En tout cas, ce 11 septembre 2001 aura mis le chaos dans la vie des héros de ce roman, pour d'autres raisons que le nôtre. Mais j'ai trouvé amusant de voir une sorte d'amalgame et de similitude entre l'événement réel et celui du livre, cette date aura bouleversé l'humanité entière et transformé la vie de chacun.
J'ai encore été trop bavarde, c'est souvent le cas lors de mes avis pour des romans de Luca Tahtieazym. Et encore, je ne vous parle pas des détails de l'histoire en elle-même ! Je crois que je ferais encore une bonne page de plus. Les événements se succèdent, mais l'auteur n'en fait pas de trop, tout ce qu'il se passe semble logique et pourrait arriver dans la réalité. Quand on regarde l'actualité, on se rend vite compte vers quelle folie les gens vont en cas de catastrophe, naturelle ou pas. La lecture, bien entendu, s'est faite facilement et avec une certaine avidité. Comme les héros, j'avais le même espoir que les lendemains et leurs situations changent, donc je me dépêchais de lire pour savoir. Et plus je voyais arriver la fin, et plus je n'avais pas envie de quitter ces personnes et le roman. Cruel dilemme pour un lecteur !
Bien sûr, je vous recommande à 1000% ce roman. Si vous ne connaissez pas encore l'auteur, c'est le moment. Si vous avez déjà lu d'autres livres de lui, vous serez heureux de le retrouver dans un nouveau contexte. Il sait d'ailleurs se renouveler sans cesse et fournir de nouveaux sujets. Il a une imagination débordante. Et un dernier point que je n'ai pas abordé, c'est la couverture. Je l'ai découverte après la lecture du résumé, et je suis tombée complètement fan d'elle. Et après lecture, elle prend tout son sens, ces mains, cette silhouette, cette fumée...je n'en dis pas plus, vous verrez en lisant.
De mon côté, je vais continuer à le suivre et à rester à l'affût de son actualité. J'ai déjà hâte de lire un autre de ses romans ! En attendant la sortie d'un nouveau, je vais me pencher vers les anciens, je n'ai toujours pas lu Versus, alors qu'il a été primé. Il faut que je répare cette erreur et que je fasse un écart à ma pile à lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Missnefer13500
  19 novembre 2019
Je projetais depuis longtemps, devant tant de retours élogieux, de découvrir la plume de Luca Tahtieazym. Et ne voilà-t-il pas que l'auteur me propose ce SP ! C'est donc, sans vraiment me pencher sur le résumé, que je me suis lancée dans la lecture de ce roman qui entre dans le genre post apocalyptique.
Tout débute le 11 septembre 2001, une date marquante dans nos mémoires, avec un avant et un après. Et c'est sur cette voie que se lance l'auteur.
Ici, comme en ce fameux 11 septembre : c'est stupeur et tremblements. On comprend rapidement les objectifs de l'auteur avec le choix de cette date pour démarrer son intrigue.
Luca Tahtieazym nous propose de suivre l'histoire d' Agathe à travers le récit qu'en fait une narratrice dont nous découvrirons l'identité en fin de roman.
Le volet psychologie prime sur l'action et les rebondissements. L'auteur brosse avec justesse une atmosphère sombre et morose parfaitement adaptée à l'ambiance liée au smog.
Les comportements de tous les protagonistes, vivants en vase clos, - mal nécessaire à leur survie -, sont analysés avec beaucoup de finesse et de réalisme. L'auteur s'attache à l'évolution des agissements de l'individu face à une catastrophe à grand échelle,mettant en exergue l'instinct de survie, la part d'humanité de chacun, ou au contraire ses pires instincts. Cependant, j'ai trouvé de nombreux passages redondants.
Et malgré la belle plume de l'auteur, la richesse du vocabulaire, -qui vous pousse parfois à ouvrir un dictionnaire - je ne suis pas parvenue à m'accrocher aux wagons tout le long du récit. Regrettant que l'auteur privilégie les longues introspections et mette - volontairement - la psychologie des personnages trop en avant, ce qui donne ainsi un récit moyennement équilibré, de mes goûts personnels.
Agathe en anti-héroine est admirable. Mais je ne suis pas parvenue à m'attacher ni à elle, ni aux autres personnages, malgré les sentiments qu'ils éprouvent, les épreuves qu'ils traversent, surmontent comme ils peuvent.
Pourtant ce roman tient la route, et me rappelle La longue nuit de Pierre-Guy Laurier, dans le même registre mais avec plus de rebondissements.
Luca Tahtieazym nous offre une approche analytique des comportements humains soignée, poussée, logique, cohérente, mais la mayonnaise n'a pas totalement pris pour moi.
Néanmoins, cette première rencontre avec l'auteur, laisse présager, tant j'ai apprécié le travail soigné, la plume, le style, de cet auteur auto-édité que je vais lire d'autres de ces roman
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Annicklecture
  18 octobre 2019
Pour ceux qui ont déjà lu les romans de l'auteur, on retrouve ici quelques personnages connus. Un roman d'anticipation, d'humanité, de solidarité… Un roman de saison et comme le dit le résumé, nous ne verrons peut-être plus le "brouillard" comme avant!
- "Un crépuscule grisâtre s'est posé un jour d'automne, comme un voile se déposant sournoisement sur les regards angoissés, et plus rien n'a été pareil. Il y a encore de beaux décors, mais le brouillard les dissimule. Les couleurs sont mortes; Il n'y a pas que les plantes qui s'étiolent quand il n'y a plus de lumière."
Lorsque celui-ci envahi toute la planète, on peut se poser des questions quant à ce que l'homme a pu contribuer à ce que celui-ci dure dans le temps et pourquoi.
L'auteur nous entraîne dans une descente aux abîmes où les âmes vont se perdre, mais ce n'est point sans une petite touche d'humour par ci par là.
- "Je suis pas quelqu'un de condescendant, moi. Je suis plutôt du genre à descendre les cons".
Souvenez-vous aussi de "La forêt", on tourne en rond, et plus on se perd plus les personnalités de chacun vont se révéler, en bien ou en mal.
Un roman sans couleur, un récit captivant où quelquefois l'auteur s'adresse directement aux lecteurs, avec une prise de conscience bien déterminée. Encore une fois j'ai été enchantée de cette lecture où les mots choisis, les phrases et les chapitres filent sous nos yeux avec une grande intensité. Je te remercie Luca pour ta confiance. Je ne peux que recommander cette troublante lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Root
  29 octobre 2019
Comment vous parler d'un roman de Luca Tahtieazym ? Ce n'est jamais simple, parce que dites-vous bien que le résumé est toujours très loin des (més)aventures que vous allez vivre. Je vais donc tourner un peu autour du pot sans trop en dévoiler, juste assez pour que vous soyez partants pour l'expérience…
Septembre 2001. le 11 septembre. Une date qui parle à tous. Un brouillard aussi dense qu'inexplicable s'est abattu sur le monde. Rien que ça. Et le monde ne vit plus. On n'y voit pas à dix mètres, les transports sont à l'arrêt et rapidement, les villes semblent endormies. Les autorités n'ont pas grand-chose à dire, météorologues et politiciens sont prêts à s'écharper, et le peuple attend. À La Rochelle, on rencontre Agathe. Pas qu'elle avait envie de s'en mêler ni de secourir qui que ce soit – on ne peut pas dire qu'elle porte ses pairs dans son coeur, elle fait très bien sans eux –, mais les événements vont la sortir de chez elle sans trop lui laisser le choix. C'est autour d'elle que gravitent des personnages hauts en couleur (comme ceux auxquels nous a habitués l'auteur) à qui la promiscuité ne réussit pas forcément… Imaginez-vous catapultés dans cette ambiance post-apocalyptique : sauriez-vous mettre vos travers de côté pour affronter la situation ensemble ? Voilà. Ce n'est marrant pour personne, mais peut-on faire face seul ? Et combien de temps ça va durer, ce bazar ?
On n'y voit pas plus clair que les personnages, et les chapitres, brefs, ne distillent que le strict nécessaire pour qu'on se jette dans le prochain, et le prochain, et…
Vous en savez assez sur l'histoire.
Et c'est une sacrée histoire. Portée par des dialogues enlevés et une équipe irrésistible. La solitaire, le clochard, le battant… il y a ceux qu'on aime d'emblée, ceux qu'on a envie de mieux connaître, ceux qu'on a envie de baffer (hein, Simone ?). Entre science-fiction et chronique sociale, on chemine avec, en soi, l'écho des actualités qu'on aurait voulu ne jamais voir, et cette version du 11 septembre fait mal, elle aussi. J'aurais pu être Agathe, tendre la main à Félix, être la voisine des Ouazzani. Et c'est précisément ce que vous devez savoir de ce roman : il a une portée universelle. Il vous atteindra forcément. Car un des grands talents de l'auteur, c'est sa capacité à vous faire intégrer chacune de ses histoires, même si… :
« On est six milliards à vivre la même chose.
— Oui, mais on le vit chacun à notre manière.
— Ta gueule. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
mcd30mcd30   25 octobre 2019
Oui, le brouillard est vivant. Il rôde. Il nous observe. C'est un marigot qui étouffe. Il choisit ses proies. Il nous traque et nous torture. T'as beau courir, il n'a pas besoin de te suivre puisqu'il est partout. On est à sa merci. Alors, autant arrêter de se faire du mouron, non ?
Commenter  J’apprécie          80
mcd30mcd30   24 octobre 2019
Elle posa sa main juste au bord de la truffe de l'animal.
"Pisse, Ornicar, s'il te plaît."
Le chien la lécha. "Grouille, pisse !
_ y a quelqu'un ? "
Agathe balaya les parages du regard.
"Y a quelqu'un ? J'ai entendu quelqu'un me demander de pisser...
_ Y a personne , répondit-elle. C'est mon chien que je fais pisser.
_ Tant mieux. J'avais pas envie... Vous êtes où ?
_ Nulle part. Passez votre chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mcd30mcd30   24 octobre 2019
Agathe prit une grande inspiration. Dans un souffle, elle répondit :
"Maintenant, c'est toujours pareil, mais vous, vous n'êtes plus des autres.
_ Ah ?
_ Non. Vous, vous êtes ceux qui comptent."
Commenter  J’apprécie          80
mcd30mcd30   24 octobre 2019
Aucun champ de vision. Du blanc à gauche. Du blanc à droite. Du blanc partout. Jamais de sa vie elle n'avait constaté une telle brume.
On se croirait chez Stephen King, pensa-t-elle. Manquerait plus que les monstres jaillissent de je ne sais où pour me bouffer une jambe. La panique, insidieuse, cauteleuse, dupeuse et d'autres mots en -euse, comme toujours, paralysa ses membres. Seuls ses genoux tremblaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mimo26mimo26   28 octobre 2019
Et cette odeur… Cette odeur nauséabonde, putride. Cette odeur de làbas
; cette odeur de là-bas, en bas. Du gouffre. Du précipice. Un fumet sorti
tout droit des égouts ou de l’enfer. Des pointes acides, des remugles infects
qui venaient de partout et de nulle part, et qui vous chatouillaient la gorge
jusqu’à la rendre douloureuse. Mais qu’est-ce qui pue comme ça ? J’ai
l’impression de marcher dans un cimetière. Ça empestait la charogne. Si la
peur a une odeur, c’est à ça qu’elle doit ressembler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : humanitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2899 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..